ÎLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nevis : volcan en mer

Nevis : volcan en mer
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Île corallienne

Île corallienne
Crédits : Simeone Huber/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Récifs coralliens : évolutions

Récifs coralliens : évolutions
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bora Bora

Bora Bora
Crédits : Art Wolfe/ Getty mages

photographie

Tous les médias


La définition du mot île, retenue par le Dictionnaire de la géographie, paru sous la direction de Pierre George est la suivante : « terre isolée de tous côtés par les eaux ». L'accent est donc mis sur l'isolement lié à l'encerclement de l'espace exondé par les eaux. Les îles ont diverses origines. Deux grandes catégories doivent être distinguées, les îles continentales et les îles océaniques.

Les îles continentales

Relèvent de la catégorie des îles continentales les îles dont les liens sont étroits avec le continent voisin. La Grande-Bretagne et l'Irlande constituent un bon exemple d'îles appartenant au continent européen, dont elles ont été séparées récemment par des mouvements d'affaissement et par la transgression marine, liée à la fonte des glaciers quaternaires. La plate-forme sous-marine qui porte ces îles a les caractères d'une surface continentale récemment submergée, sillonnée de vallées d'origine fluviale.

La solidarité entre le continent et le monde insulaire apparaît très clairement sur quelques types de littoraux. Les îles de la côte dalmate (Adriatique, Yougoslavie) résultent de la submersion d'un relief plissé parallèle à la direction générale du rivage. S'opposent à cette côte à structure parallèle au rivage et bordée d'îles les îles littorales liées à des structures perpendiculaires au rivage : de profondes rades (Brest, Douarnenez) correspondent aux bandes de terrains tendres, alors que les îles prolongent en mer les alignements de roches dures (Ouessant, île de Sein). Les côtes à skjär, c'est-à-dire à écueils, sont dues à des roches moutonnées d'origine glaciaire ennoyées. Archipels d'îles et d'îlots correspondent à l'occupation par la mer d'une côte de plaine d'érosion glaciaire (Finlande, Norvège, Suède).

Les îles océaniques

Deux grands types d'îles constituent l'essentiel de la famille des îles océaniques : les îles volcaniques et les îles madréporiques ou coralliennes.

Les îles océaniques volcaniques

L'accumulation de matériaux, liée à l'activité volcanique, peut donner naissance à une île. C'est ainsi que des îles volcaniques accompagnent les dorsales sous-marines, qui sont des chaînes de montagne submergées. Au milieu de l'océan Atlantique s'étire du nord au sud une dorsale en forme d'S : elle porte les Açores, Ascension et Sainte-Hélène. Dans le Pacifique, les îles Hawaii aussi sont situées sur une dorsale.

Les structures en arc sont également favorables à la formation d'îles volcaniques : guirlandes insulaires des Antilles, des Kouriles, des Aléoutiennes, des îles de la Sonde... L'arc des Petites Antilles a connu ou connaît une activité volcanique. L'arc externe relève d'un volcanisme ancien, et des recouvrements sédimentaires peuvent oblitérer les dépôts volcaniques ; par contre, l'arc interne est formé de volcans récents, dont plusieurs sont toujours en activité (la Soufrière en Guadeloupe, la montagne Pelée en Martinique).

Certaines de ces îles volcaniques sont de petite dimension et sont de simples volcans. C'est le cas du Stromboli, de Kao et Tofua dans l'archipel Tonga, de Santorin, de l'île Saint-Paul. Mais il est plus fréquent de rencontrer des îles formées par la juxtaposition ou l'emboîtement de plusieurs générations de volcans. Telles sont la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, l'Islande, les Açores, les Hawaii, les Canaries ou les Kerguelen.

Nevis : volcan en mer

Nevis : volcan en mer

carte

Le relief de Nevis : un volcan en mer (Petites Antilles). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les îles océaniques coralliennes

Les îles volcaniques se rencontrent sous toutes les latitudes et dans toutes les mers. Il en va autrement des îles coralliennes, qui forment l'autre grand groupe des îles océaniques, et qui ne sont situées que dans les régions tropicales. Les coraux, agents constructeurs de ces îles, ont en effet des exigences écologiques précises. Ils ne vivent que dans les eaux chaudes (entre 23 et 28 0C de préférence), des eaux agitées, pures, traversées par la lumière (donc à faible profondeur : moins de 40 m). Diverses algues, des mollusques, des vers jouent un rôle important dans l'édification et la consolidation des récifs coralliens.

Île corallienne

Île corallienne

photographie

Une île corallienne sous les tropiques, au Belize. 

Crédits : Simeone Huber/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

En bordure des continents et des grandes îles tropicales, on rencontre soit des récifs frangeants, soit des récifs-barrières séparés du rivage par un lagon. Mais l'île corallienne typique est l'atoll : il s'agit d'un anneau de coraux de diamètre très variable, coupé de passes, entourant un lagon qui peut avoir plus de 30 mètres de profondeur.

Récifs coralliens : évolutions

Récifs coralliens : évolutions

dessin

Trois stades dans l'évolution des récifs coraliens : le récif frangeant, le récif-barrière, l'atoll. En a, le récif frangeant ceinture une île. Si l'île s'enfonce progressivement (subsidence), le récif frangeant décolle du rivage jusqu'à devenir un récif-barrière, b. Si la subsidence... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

E. H. Bryan a dressé une liste d'environ 400 atolls : les trois quarts se trouvent en Océanie, d'où l'intérêt particulier offert par le Pacifique pour leur étude. Certains atolls sont complètement isolés, mais la plupart se groupent en archipels : les Tuamotu comprennent 75 atolls (909 km2 de terres émergées).

Bora Bora

Bora Bora

photographie

L'île et le lagon de Bora Bora, en Polynésie française. 

Crédits : Art Wolfe/ Getty mages

Afficher

L'origine des atolls est toujours très discutée. Darwin avait émis l'hypothèse de l'affaissement lent d'un volcan entouré de récifs coralliens. Le récif frangeant se transforme progressivement en récif-barrière et devient un atoll lorsque le volcan s'est enfoncé sous l'océan. Grâce à leurs constructions, les polypes se maintiennent toujours près de la surface. Des recherches récentes ont confirmé l'hypothèse de Darwin, mais, à côté des mouvements d'affaissement du sol, il faut faire intervenir les variations récentes et beaucoup plus rapides du niveau de la mer, liées aux glaciations quaternaires.

Les atolls présentent une grande diversité. D'abord, par leur taille : certains n'ont que quelques kilomètres de périmètre, tandis que d'autres sont très vastes. Autre source de diversité : leur forme. Les atolls circulaires sont rares et généralement de petite taille. Les atolls de grande taille ont des formes variées : allongées, triangulaires, quadrangulaires, formant un polygone complexe. Les atolls se distinguent aussi par l'étendue des terres émergées constituant les îles coralliennes. Entre les îles et les îlots, les passes sont balayées par les tempêtes et par les vagues de marée haute. La largeur de la couronne récifale excède très exceptionnellement 2 kilomètres et se situe le plus souvent entre 300 et 500 mètres. Le nombre des passes mettant en communication le lagon et l'océan définit aussi les caractères différents des atolls. On distingue les passes peu profondes, dites « passes pour pirogues », et les « passes profondes », accessibles aux navires de haute mer. Les passes se localisent généralement sur le côté sous le vent de l'atoll. Enfin, on peut prendre en compte la profondeur du lagon pour définir la diversité des atolls. En général, cette profondeur ne dépasse pas quelques dizaines de mètres.

Atoll de Kolumadulu

Atoll de Kolumadulu

carte

L'atoll de Kolumadulu (Maldives). Cet atoll très vaste (40 km sur 50 km) a un lagon exceptionnellement profond (généralement entre 70 et 80 m) avec de nombreux pinacles venant jusqu'à la surface. Les eaux du lagon sont assez agitées pour que, sur le revers du platier, le corail vivant soit,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La structure d'un atoll typique permet d'en définir les principaux éléments constitutifs. Quatre unités peuvent être distinguées : le « tombant vers le large » correspond à la bordure externe du récif ; il est relayé, vers l'intérieur, par la plate-forme récifale, encore atteinte par les vagues à marée haute et pendant les tempêtes ; le troisième élément est l'île émergée formée de débris d'origines variées, de sables, de coquilles, de fragments de récifs ; le dernier élément, enfin, est le lagon. Chaque lagon présente des caractéristiques originales, notamment en ce qui concerne les différents éléments qui en constituent le fond : pâtés ou « patates » de corail, vases et boues calcaires, barres de mollusques comprenant huîtres perlières et grands bénitiers. Si les atolls véritables constituent la très large majorité des îles coralliennes, il faut néanmoins faire une place aux atolls et récifs submergés ainsi qu'aux atolls et récifs soulevés.

Atoll : partie émergée

Atoll : partie émergée

dessin

Coupe d'un atoll (partie émergée). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La diversité du monde insulaire

Entre les petites îles océaniques et les grandes îles continentales, les différences de superficie peuvent être considérables. Ainsi en est-il entre le Groenland (2 175 000 km2), la Nouvelle-Guinée (786 000 km2), Bornéo (735 000 km2), Madagascar (585 000 km2), la Terre de Baffin (467 000 km2) et Sumatra (410 000 km2). Dans la catégorie des superficies situées entre 100 000 kilomètres carrés et plus de 200 000 kilomètres carrés, citons la Nouvelle-Zélande (265 000 km2 pour les deux îles associées), Honshu, au Japon (230 202 km2), la Grande-Bretagne (229 840 km2), Sulawesi (170 000 km2), Java (126 000 km2), Cuba (114 000 km2), Terre-Neuve  (110 680 km2),  l'Islande (102 820 km2). Puis viennent des îles comme Hispaniola (Haïti, république Dominicaine) avec 77 250 kilomètres carrés et Sri Lanka (65 610 km2). François Doumenge a attiré l'attention sur une classe que l'on pourrait appeler celle des « grandes terres » où l'on peut regrouper les îles de 4 000 à 20 000 kilomètres carrés, autour d'une moyenne de 10 000 kilomètres carrés. Toutes les autres îles, c'est-à-dire la quasi-totalité du domaine insulaire tropical, n'atteignent pas une surface unitaire de 3 000 kilomètres carrés, et parmi elles toute une poussière d'îles ne dépassent pas quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres carrés.

Le même auteur a affiné la notion d'insularité en utilisant l'« indice côtier ». L'île se caractérise d'abord par son rivage, lequel peut être rapporté à la surface émergée. Pour qu'il y ait véritablement « insularité », il faut que la superficie de l'île ne soit pas trop importante. L'île la plus maritime est celle où les terres émergées se répartissent autour d'un lagon, ce qui est le cas des atolls. Si l'on considère un lagon de 20 kilomètres de diamètre, il y aura 133 kilomètres de rivages (63 km de rivages internes et 70 km de rivages externes). Si la formation émergée a une largeur moyenne de 1 kilomètre, cela donne une terre de 70 kilomètres carrés, soit un rapport voisin de 2. En réalité, l'indice côtier est souvent beaucoup plus élevé, car les parties émergées du bourrelet de l'atoll sont fragmentées en multiples îlots. Plus les dimensions des îles augmentent, plus l'indice côtier baisse. Avec 400 kilomètres carrés (20 km × 20 km), l'indice tombe à un cinquième (1 km de côtes pour 5 km2). La disposition du relief doit être prise en considération : pour une même surface, une île longue et étroite a un indice côtier supérieur à celui d'une île massive. Dès que le rapport tombe à un vingt-cinquième (1 km de côtes pour 25 km2), la continentalité s'affirme.

L'indice côtier doit être complété par un « indice d'isolement » fondé sur le rapport existant entre la surface émergée d'une île et la « zone économique exclusive » des 200 miles. S'il n'existe pas d'autre terre à moins de 360 kilomètres de la ligne de rivage, une île de 1 kilomètre carré de surface émergée permet le contrôle d'une zone maritime de 380 000 kilomètres carrés. C'est le cas de Clipperton (au large de la côte occidentale du Mexique) ou de la Nouvelle-Amsterdam (partie méridionale de l'océan Indien). L'isolement est total. Plus les îles se rapprochent et plus l'indice d'isolement diminue. Au-dessous de l'indice 100, il n'existe plus d'isolement insulaire.

Les climats insulaires

Il est bien difficile de dégager des traits climatiques communs aux îles, tant leur variété est grande. La latitude et la situation géographique jouent un rôle prépondérant pour définir les types de climats : polaire, froid, océanique, désertique, tropical, etc. Si les Kerguelen n'ont pas été colonisées de manière permanente, alors qu'elles ont une superficie de 7 000 kilomètres carrés, c'est largement à cause de leur climat froid (température moyenne annuelle voisine de + 3 0C, mois les plus chauds + 6,5 0C).

Les îles du Cap-Vert sont bien différentes ; elles sont situées au large de l'Afrique sahélienne (Saint-Louis, Sénégal). L'archipel est tout entier compris dans la région des faibles précipitations et des pluies irrégulières. Sur la plus grande partie des plaines et bas plateaux, la tranche d'eau reçue est d'environ 250 millimètres par an.

Indépendamment de la situation géographique des îles en latitude, l'attention doit porter sur l'importance du relief. Les îles basses sont en général peu arrosées et ont un déficit hydrique non négligeable. Celui-ci est renforcé par la nature des sols, graviers et sables étant les plus communs.

Dans la zone des alizés, les îles montagneuses offrent une grande diversité de climats. Le fait majeur est l'exposition par rapport au vent d'est dominant : la côte tournée vers l'est est dite « côte au vent ». Elle reçoit de plein fouet l'alizé, et les terres hautes sont copieusement arrosées sous l'effet du phénomène de détente adiabatique qui contraint les masses d'air d'alizé, chaudes et humides, à donner de fortes précipitations. Inversement, le versant ouest, qui tourne le dos à l'alizé, appelé « versant sous le vent », est une zone peu arrosée par suite du phénomène de fœhn qui éloigne les masses nuageuses ayant franchi les crêtes de leur point de saturation.

Effet d'une île montagneuse sur l'alizé

Effet d'une île montagneuse sur l'alizé

dessin

Effet d'une île montagneuse sur l'alizé. Les nuages se forment sur la côte au vent où il pleut. La côte sous le vent a un ciel clair. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces îles montagneuses à climat d'alizé offrent donc, sur une superficie modeste, une grande diversité de climats et de formations végétales. En règle générale, la température moyenne s'abaisse de 0,5 0C à 0,6 0C par 100 mètres d'élévation.

Du point de vue des paysages végétaux, le contraste est grand entre les forêts hygrophiles de type équatorial, les « savanes » d'altitude, les sphaignes sommitales des hauts massifs volcaniques, les halliers xérophiles des stations sèches, les paysages à cactées que l'on rencontre dans les îles les plus sèches, comme en Désirade ou à Saint-Barthélemy, dans l'archipel guadeloupéen.

Pluies annuelles en Guadeloupe

Pluies annuelles en Guadeloupe

dessin

Les pluies annuelles en Guadeloupe. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Par-delà cette grande diversité des climats insulaires, il est un fait général à mentionner : l'influence océanique se traduit par l'atténuation des amplitudes thermiques, par la pureté de l'atmosphère, par la permanence des vents et des brises. D'où le caractère attractif des îles comme lieux de tourisme et de villégiature.

L'endémisme biologique

L'étude des peuplements végétaux et animaux des milieux insulaires révèle l'importance des phénomènes d'endémisme. La réduction des effectifs de chaque population et la diminution du nombre des espèces sont révélateurs de l'appauvrissement dû à l'isolement, d'autant plus que la superficie de l'île est plus restreinte et que son éloignement par rapport au continent est plus grand. L'appauvrissement en espèces s'accompagne d'une grande fragilité des associations.

À l'origine, les îles océaniques isolées ne portaient aucun être vivant. Leur peuplement s'est fait par apports progressifs dus au vent, aux oiseaux, aux épaves flottantes, etc. La pauvreté générale de la flore et de la faune, l'endémisme des espèces en sont les caractéristiques essentielles.

Quant aux archipels, entrent en compte le nombre d'îles, la configuration de chaque île et les distances qui les séparent. Dans l'ensemble, la richesse des peuplements est beaucoup plus grande que dans une île isolée. Néanmoins, ici comme dans le cas précédent, on note une pauvreté générale, spécialement en ce qui concerne le nombre de taxons d'ordre supérieur.

La disparition de certaines espèces a, en contrepartie, favorisé le maintien de formes éliminées par la compétition sur les continents voisins ; d'où la persistance de peuplements reliques que l'on qualifie de « paléo-endémiques », par opposition aux espèces « néo-endémiques », qui ont évolué dans les îles à partir des formes du continent.

Parmi les animaux paléo-endémiques recensés dans les îles, on peut citer : les tortues terrestres géantes des Galápagos, le varan géant au Komodo, les oiseaux aptères comme le dronte de l'île Maurice, les ratites géants comme l'Aepyornis à Madagascar, les lémuriens géants de Madagascar...

Plus une île comporte de formes de vie endémiques, et plus elle est fragile dès que les hommes s'y installent. De très nombreuses îles ont perdu une grande partie des caractères originaux de leur peuplement animal ou végétal soit par suite d'une prédation abusive concernant les oiseaux et les reptiles, soit à la suite de l'introduction d'espèces végétales ou animales ayant bouleversé les équilibres fragiles de l'écosystème insulaire. L'installation de populations colonisatrices (défrichements, plantations, activités commerciales et industrielles) a eu des conséquences néfastes : les Petites Antilles, les Mascareignes, les îles polynésiennes ont presque toutes perdu les éléments originaux de leurs peuplements naturels. Le cas extrême est celui de l'île de Pâques.

Le peuplement humain des îles

Aubert de La Rüe fait remarquer que les îles ont toujours exercé une certaine fascination sur les hommes, et qu'elles ont été très tôt colonisées par les habitants du continent. Très nombreuses sont les îles qui furent occupées dès la préhistoire. Dès le Paléolithique la Sicile fut peuplée par les Sicanes. Les Grecs fondèrent leurs premières colonies en Sicile vers le viiie siècle avant J.-C. Puis vint le tour des Phéniciens, des Carthaginois, suivis par les Romains. Presque toutes les îles méditerranéennes présentent une histoire comparable.

Bien différent est le peuplement des îles du Pacifique. Les grandes distances séparant îles et archipels, et l'isolement des terres au milieu des vastes étendues océaniques, confèrent des caractères spécifiques au peuplement de l'Océanie qui couvre 35 p. 100 de la surface de la Terre.

Le peuplement de l'Océanie se compose d'aborigènes australiens, de Mélanésiens et de Polynésiens. L'Australie étant un continent et non une île, il n'est pas nécessaire de s'attarder sur son peuplement. Rappelons seulement que le nombre des aborigènes était estimé à 300 000 individus avant l'arrivée des Blancs, qu'ils n'étaient plus qu'une cinquantaine de milliers dans les années 1960, qui marquent le bas de la courbe, avant que le recensement de 2001 ne mette en valeur la nouvelle et forte augmentation de leur population avec 401 000 représentants.

Mélanésiens et Papous sont installés dans les îles constituant la Mélanésie, ou îles des Noirs. On distingue parmi eux les Négritos, les Mélanésiens proprement dits et les Papous. Le troisième grand groupe est celui des Polynésiens. Ces derniers ont colonisé le secteur central et oriental du Pacifique sud. Les datations au carbone 14 placent cette occupation des îles entre — 2 500 et — 500 ans de notre ère. À l'arrivée des Européens, pratiquement tous les archipels et les îles de quelque importance étaient peuplés. La navigation pré-européenne dans le Pacifique avait atteint un rare degré de perfection, puisque ces navigateurs ont pu coloniser des îles séparées par plusieurs milliers de kilomètres : 3 200 kilomètres des Samoa à Tahiti, 4 000 kilomètres des Marquises à l'île de Pâques, minuscule point dans l'océan Pacifique.

Après cette grande phase d'expansion, les groupes connurent une longue période de consolidation dans les îles et archipels où ils s'étaient installés. Les horizons se rétrécirent aux limites de ces terres insulaires, chacune évoluant isolément. Mais c'est évidemment en Mélanésie, plus anciennement occupée, que l'endémisme est le plus évident, allant jusqu'à un émiettement linguistique et sociologique étonnant. On compte plusieurs centaines de langues en Nouvelle-Guinée et plus de quarante en Nouvelle-Calédonie !

La colonisation européenne, dans une première phase, a entraîné un recul démographique des populations indigènes. Massacres et guerres ont fait de nombreux morts parmi les insulaires. Mais les maladies importées par les Européens ont été beaucoup plus redoutables encore (rougeole, variole, coqueluche, choléra, grippe...). En outre, le contact avec les Européens s'est souvent accompagné d'un ébranlement psychologique se traduisant par un mal de vivre ou un refus de procréer. Enfin, la dernière cause importante de chute démographique des populations indigènes fut le travail forcé ou sous contrat auquel furent astreints les hommes. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, l'effondrement démographique était spectaculaire. Les Nouvelles-Hébrides et les Salomon étaient passées de 180 000 habitants vers 1860 à moins de 100 000 habitants vers 1925. Les Marquises étaient tombées de 25 000 à 30 000 habitants vers 1840 à 2 255 au recensement de 1926. Depuis lors, la situation s'est bien redressée. Le renversement de tendance s'est produit à partir de 1910-1920. Dans certaines îles, on peut même parler de véritable explosion démographique. L'exemple des Samoa occidentales (dénommées « Samoa » depuis 1997) est tout à fait éloquent : 36 343 habitants en 1921, et près de 180 000 lors du recensement de 2006 !

Autre exemple insulaire : l'archipel antillais. Ces îles étaient occupées par les Caraïbes, qui avaient conquis les îles sur les premiers occupants, les Arawaks. Ils avaient massacré les hommes et réduit les femmes en esclavage.

Les Arawaks, comme d'ailleurs les Caraïbes, étaient originaires des pays de l'Orénoque, dans le Venezuela actuel. Les innombrables îles de l'archipel antillais bénéficièrent, pour leur peuplement, de la relative proximité du continent sud-américain. Arawaks et Caraïbes progressèrent aisément d'île en île.

Les Canaries offrent un autre exemple de peuple décimé par la colonisation. Un gentilhomme normand travaillant pour le roi d'Espagne, Jean de Béthancourt, découvrit l'archipel des Canaries en 1402-1404. Il y trouva une population apparentée aux Berbères d'Afrique du Nord, les Guanches, depuis très longtemps installés dans ces îles. Les Guanches vivaient dans les grottes, et leur niveau technique n'était guère supérieur à celui des hommes de Cro-Magnon. Ils utilisaient le javelot de bois et la hache de pierre. Ils ignoraient l'usage des métaux et la charrue. Les premiers colons espagnols du début du xve siècle eurent tôt fait de les massacrer.

Enfin, il convient de rappeler qu'un certain nombre d'îles isolées dans les immensités océaniques étaient inhabitées lorsqu'elles furent découvertes par les Européens. Les navigateurs portugais qui abordèrent à Madère en 1419, puis aux Açores en 1427, ne trouvèrent que des îles vides. « Madeira » était, comme l'indique son nom, un pays couvert de forêts. Dans l'océan Indien, la Réunion, l'île Maurice et les Seychelles étaient également désertes.

Les effets démographiques de la colonisation européenne dans les îles tropicales

Ces milieux insulaires ont été des lieux privilégiés de colonisation blanche, car ils étaient beaucoup plus faciles à contrôler que les continents tropicaux.

Les colonisateurs blancs relevaient de catégories sociales différentes. Les missionnaires ont partout joué un rôle important, plus encore dans le Pacifique qu'ailleurs, étant donné la vigueur de l'affrontement entre catholiques et protestants. Le planteur devint un personnage essentiel dans les « isles à sucre ». En Océanie, l'intérêt porté par les Européens à l'agriculture a profondément affecté la vie rurale indigène, qui a mal supporté l'élimination foncière sur de vastes espaces et le contrôle exercé par les Blancs sur les activités commerciales. L'histoire du peuplement blanc offre une grande diversité de situations : les « engagés » jouèrent un rôle important dans les Antilles. La colonisation pénale tint également un rôle non négligeable, notamment en Nouvelle-Calédonie.

Sédentarisation des aborigènes

Sédentarisation des aborigènes

photographie

Dans la mission méthodiste de Croker Island (Territoire du Nord, Australie), apprentissage des méthodes agricoles visant à l'autosuffisance (vers 1955). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Après l'abolition de l'esclavage, les planteurs demandèrent l'introduction de travailleurs sous contrat. Dans le Pacifique, la recherche de main-d'œuvre devint aussi impérative. On se tourna alors vers les sources de main-d'œuvre asiatiques : l'Inde (Antilles, Fidji, Maurice), la Chine (Hawaii, Tahiti, Samoa), le Tonkin, Java, le Japon... La pénétration européenne a donc eu pour effet de transformer de nombreuses îles en véritables kaléidoscopes de races, de langues et de religions.

Pendant plusieurs décennies (1910-1950), la population insulaire s'accrut très rapidement. Le contrôle des naissances, dans de nombreuses îles, réduisit les excédents démographiques. L'émigration a aussi été une solution pour les îles bénéficiant de pays d'accueil soit en raison d'une proximité géographique, soit en raison de liens constitutionnels : forte émigration des Portoricains aux États-Unis, émigration des Antillais des anciennes colonies britanniques vers la Grande-Bretagne, accueil des Antillais français en métropole...

L'évolution économique des îles

Primitivement vouées à l'agriculture vivrière et à la pêche, les îles ont diversifié leur économie depuis la colonisation. L'Océanie offre encore d'excellents exemples d'agriculture traditionnelle reposant sur les rhizomes, les racines et tubercules, et sur le cocotier. Mais les puissances coloniales accaparèrent des terres – et souvent les meilleures – pour développer les cultures d'exportation et l'élevage. Cette nouvelle économie privilégia le cocotier dans l'ensemble des atolls et des îles basses, la canne à sucre aux Fidji, le caféier en Nouvelle-Calédonie et à Tahiti, etc. Mais c'est évidemment dans les « isles à sucre » des Antilles et de l'océan Indien (Réunion, Maurice) que la mutation fut la plus importante, par suite de la mise en place de la grande propriété et de l'arrivée massive d'esclaves noirs.

Types d'aménagement agraire en Océanie insulaire (2)

Types d'aménagement agraire en Océanie insulaire (2)

dessin

Types d'aménagements agraires en Océanie insulaire (d'après J.-P. Doumenge). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Types d'aménagement agraire en Océanie insulaire (1)

Types d'aménagement agraire en Océanie insulaire (1)

dessin

Types d'aménagements agraires en Océanie insulaire (d'après J.-P. Doumenge). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Quelques îles ont connu l'exploitation minière, telle l'exploitation des phosphates dans un certain nombre d'îles coralliennes. En Nouvelle-Calédonie, l'extraction du minerai de nickel a bouleversé les anciens équilibres économiques et sociaux.

Beaucoup plus spécifique du monde insulaire, surtout méditerranéen et tropical, est le succès du tourisme. Ainsi les Hawaii, en dépit de leur isolement, ont accueilli 7,5 millions de visiteurs en 2006, qui ont dépensé plus de 12 milliards de dollars. En 1959, lorsque l'archipel des Hawaii devenait le cinquante-neuvième État américain, il n'y avait eu que 243 216 visiteurs, vingt fois moins qu'à la fin des années 1980.

Les premières îles atteintes par le grand tourisme ont été les îles méditerranéennes ou atlantiques proches : Baléares, Corse, Sardaigne, Canaries, Madère. Pour mettre en valeur les « gisements touristiques » insulaires tropicaux, les opérateurs multinationaux et les grandes chaînes hôtelières sont intervenus massivement pour équiper les rivieras d'hôtels de luxe et mettre à la disposition des touristes le maximum de confort. L'archipel antillais est un excellent exemple des changements opérés par le tourisme international pourvoyeur de devises. En tête se place Porto Rico, qui bénéficie de son appartenance américaine. Parmi les autres « forteresses touristiques » antillaises, citons les Bahamas, la Jamaïque, la république Dominicaine et la Barbade ainsi que les Antilles françaises, Aruba, Curaçao, Sainte-Lucie, Trinidad. Le tourisme international a également connu un fort développement dans l'océan Indien (Seychelles, Maurice) et le Pacifique sud (Polynésie française et Fidji en particulier). Le tourisme s'inscrit dans l'ensemble des activités tertiaires créatrices d'emplois et permet d'élever le niveau de vie des populations des petits États insulaires. L'inexistence de perspectives de développement, due à l'éloignement, la taille restreinte et l'absence de ressources (y compris touristiques), ont poussé un certain nombre de petites îles ou d'archipels à favoriser l'installation sur leur sol de structures financières offshore leur apportant de conséquents revenus. En 1998 par exemple, les îles Caïman (70 km2) comptaient ainsi 584 banques ! En abolissant temps, espace et distance, Internet et les nouvelles technologies ont permis la rapide extension d'un phénomène qui, s'il ne concerne pas que les micro-États îliens, loin de là, les implique dans une proportion sans commune mesure avec leur poids réel dans l'économie mondiale. Certaines îles (comme les Bahamas) ont même étendu la complaisance fiscale aux pavillons du même nom.

La difficulté de l'étude des relations hommes-milieu insulaire tient à la diversité des îles. Les nombreux paramètres caractéristiques de l'insularité – superficie, éloignement du continent, isolement dans d'immenses océans, appartenance politique à un ensemble économiquement développé ou indépendance proche de l'abandon, économie de plantation bien vivante ou vie rurale traditionnelle stagnante, rôle plus ou moins important du tourisme et des services, etc. –, ces divers paramètres sont tellement nombreux que la seule réalité géographique se trouve dans la connaissance approfondie des caractères originaux de chaque île ou archipel. Quoi de commun entre l'« île » de Grande-Bretagne ou l'archipel japonais et l'île de la Dominique ou l'archipel des Comores ?

Une île a les meilleures chances d'offrir de bons caractères d'insularité si elle a moins de 20 000 kilomètres carrés. Les petites îles sont les plus caractéristiques (moins de 1 000 à 5 000 km2). Autre remarque : ce sont les îles et archipels tropicaux qui répondent le mieux aux critères de l'insularité. Les îles de hautes latitudes arctiques ou australes constituent un monde à part, ne serait-ce que par leur très faible peuplement. Quant aux îles tempérées océaniques ou méditerranéennes, elles ont été depuis si longtemps colonisées par les grandes puissances continentales voisines qu'elles ont perdu l'essentiel de leurs caractères spécifiques.

La valorisation géopolitique des petites îles tient à l'extension des eaux territoriales à 200 miles. Elle tient aussi à l'attitude des instances internationales qui ont assoupli leur position à l'égard des conditions d'adhésion des petits États. La géographie des îles se laisse donc mal réduire à des lois générales. Les îles sont ce qu'en ont fait le génie des hommes qui y habitent ou qui les gouvernent. Leur diversité tient davantage au rôle de l'histoire (peuplement, colonisation, statut politique) et aux faits de civilisation qu'au fait insulaire lui-même.

—  Guy LASSERRE, Universalis

Bibliographie

Atlas des D.O.M., C.E.G.E.T.-C.N.R.S., Talence 1 : Atlas de la Réunion, 1979 ; 2. Atlas de la Martinique, 1976 ; 3. Atlas de la Guadeloupe, 1982

Atlas de la Nouvelle-Calédonie, O.R.S.T.O.M., 1983

E. Aubert de La Rüe, L'Homme et les îles, coll. Géogr. humaine, no 6, Gallimard, Paris, 1956

G. Baldacchino & D. Milne, Lessons from the political economy of small islands : the resourcefulness of jurisdiction, Palgrave Macmillan, Basingstoke, 2003

J. Blache, « Les Particularités géographiques des îles », in Bull. Soc. Géogr. Marseille, no_44_/ S.\'83J._Carlquist, Island Life, Natural History Press, New York, 1965 ; Island Biology, Columbia Univ. Press, New York, 1974

E. Dommendir., Islands, Pergamon Press, 1980

F. Doumenge, L'Homme dans le Pacifique sud, musée de l'Homme, Société des océanistes, no_19, Paris_/ F.\'83R._Fosberg dir., Man's Place in the Island Ecosystem, Bishop Museum Press, Honolulu, 3e éd. 1970

M. L. Gorman, Island Ecology, Chapman & Hall, Londres, 1979

Îles tropicales, insularité, insularisme, coll. Îles et archipels, no 8, C.R.E.T., Agence de Coop. Cult. et Techn., Bordeaux, 1987

D. Lack, Island Biology, Blackwell Scientific Publ., Oxford, 1976

R. H. MacArthur & E. O. Wilson, The Theory of Island Biogeography, Princeton Univ. Press, 1967

Nature et hommes dans les îles tropicales. Réflexions et exemples, coll. Îles et archipels, C.R.E.T.-C.E.G.E.T.-C.N.R.S., Bordeaux, 1984

« Petites Nations, grandes cultures », in Le Courrier de l'U.N.E.S.C.O., oct. 1986

D. R. Stoddart, « Ecology and morphology of recent coral reefs », in Biological Review, vol. XLIV, 1969.

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-III, fondateur du Centre d'études de géographie tropicale du C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  ÎLES  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 812 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Géographie mythique et géographie savante »  : […] Au xiv e  siècle, on commence à établir des cartes du monde qui tiennent compte à la fois des connaissances héritées de l'Antiquité et des récits des voyageurs qui sont allés jusqu'au fond de l'Asie. La figure de l'univers habité se précise avec la découverte et la publication (en 1408) de la Géographie de Ptolémée, le célèbre astronome alexandrin du ii e  siècle. Comme Aristote, Ptolémée considér […] Lire la suite

ARCS INSULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 1 788 mots
  •  • 3 médias

Les arcs insulaires sont des ensembles d' îles, la plupart volcaniques, réparties en un ou plusieurs alignements courbes dessinant des arcs à convexité généralement tournée vers le large. Les arcs insulaires sont des éléments essentiels des zones géodynamiques vivantes du globe terrestre : une grande partie de l'activité sismique et volcanique mondiale s'y trouve concentrée. Leur répartition corr […] Lire la suite

BAHAMAS

  • Écrit par 
  • E. Paul ALBURY, 
  • David Russell HARRIS, 
  • Gail SAUNDERS
  • , Universalis
  •  • 1 902 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Géographie »  : […] Les principales îles sont couvertes de vastes étendues plates et très basses (Bimini, par exemple, a une altitude de 6 m). Un certain nombre d'îles faisant face à l'Atlantique ont des collines et des dunes de sable le long des côtes et un sol plus dur à l'intérieur des terres. Le sous-sol est constitué de formations coralliennes. Les îles sont dépourvues de rivières, mais de grands lacs existent […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 507 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pourtour : plaines, littoraux et îles »  : […] Bien des plaines littorales, au contraire, étaient encore à demi abandonnées au début du xx e  siècle. Colonisées dans l'Antiquité, mais désertées lors de périodes d'insécurité ultérieures et livrées aux marais et à la malaria, elles ne servaient guère que de pâturage d'hiver aux troupeaux de nomades estivant en montagne, parfois à de grandes distances. Leur bonification a été stimulée, en Grèce, […] Lire la suite

BERMUDES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GIACOTTINO
  •  • 354 mots

Archipel de sept îles principales et de cent cinquante ilôts environ, situé dans l'Atlantique, par 32 0  10′ nord et 64 0  40′ ouest, à environ 900 kilomètres au large du cap Hatteras, les Bermudes sont baignées par les eaux tièdes de la dérive nord-atlantique (Gulf Stream) et jouissent d'un climat subtropical exceptionnellement tiède toute l'année (de 27  0 C en août à 17  0 C en février). Émerge […] Lire la suite

CORONELLI VINCENZO MARIA (1650-1718)

  • Écrit par 
  • André LOUCHET
  •  • 711 mots
  •  • 1 média

Né à Venise en 1650, Vincenzo Maria Coronelli fait ses études à Ravenne et entre chez les franciscains de Venise dès 1665. Docteur en théologie en 1673, il mènera sa vie durant une carrière de savant, de géographe et d’encyclopédiste. À la fin des années 1670, Coronelli travaille comme géographe pour le duc de Parme, Ranuce Farnèse, qui le considère comme « le plus grand fabricant de globes de to […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 403 mots
  •  • 26 médias

Cuba, comme la plupart des îles des Caraïbes, est découverte par Christophe Colomb en 1492 et fait l’objet au xviii e  siècle d’une guerre de conquête entre l’empire britannique et la couronne d’Espagne. Devenue le joyau de la monarchie espagnole, elle connaît alors quatre siècles de colonisation et contribue à l’enrichissement de sa métropole. L’importation d’esclaves y est massive et systématiq […] Lire la suite

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les îles »  : […] Dans l'hémisphère Nord, des îles comme les Philippines et les Antilles connaissent des climats chauds, sans saison sèche, donc de type équatorial, jusqu'aux environs du 20 e  degré. Il s'agit là d'une anomalie assez aisément explicable. En effet, les régions de ce type sont affectées toute l'année par l'alizé de l'hémisphère Nord, qui prend dans les parties occidentales des océans une direction f […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La quête de nouvelles richesses »  : […] Les métaux précieux, l'or puis l'argent, fondent et entretiennent les entreprises ibériques. Une fois l'immense razzia opérée sur les vaincus et par la collecte des stocks accumulés (il y faut quelque cinq ans) qui chargent jusqu'à couler les premiers galions, il faut aller chercher le minerai. La quête se fait par étapes : étapes techniques, étapes géographiques d'exploration et de découverte de […] Lire la suite

OUTRE-MER FRANCE D'

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 6 567 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Insularité et tropicalité »  : […] De l’Amérique du Nord française, qui s’étendait de Terre-Neuve à la Louisiane, en passant par les rives du Saint-Laurent et les Grands Lacs, il ne reste plus que Saint-Pierre-et-Miquelon, située à la même latitude que Nantes. Presque tout le reste de la FOM habitée se trouve dans la zone intertropicale, entre 18 0  8' de latitude nord (Saint-Barthélemy) et 28 0 de latitude sud (île de Rapa en Pol […] Lire la suite

GALÁPAGOS ARCHIPEL DES

  • Écrit par 
  • Anne COLLIN DELAVAUD
  •  • 523 mots
  •  • 4 médias

Treize grandes îles, dix-sept petites îles et une multitude d'îlots constituent l'archipel de Colón ou des Galápagos, province de l'Équateur qui est situé à 900 kilomètres environ des côtes de l'Amérique du Sud. L'ensemble, d'origine volcanique, couvre à peine 8 010 kilomètres carrés et doit son originalité à ses paysages ainsi qu'à une végétation et à une faune qu'un isolement total a protégées j […] Lire la suite

INDONÉSIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Muriel CHARRAS, 
  • Manuelle FRANCK
  •  • 5 802 mots
  •  • 9 médias

L' Indonésie est le quatrième pays du monde par sa population, 237 millions d'habitants en 2010. Pays insulaire composé de dix-sept mille cinq cents îles, avec Jakarta comme capitale sur l'île de Java, il s'étend sur un espace maritime vaste comme les États-Unis, donnant sur deux façades océaniques, l'océan Indien et l'océan Pacifique, stratégiquement localisé entre Asie et Australie et à la croi […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 474 mots
  •  • 12 médias

L 'Islande , qui a acquis son indépendance complète vis-à-vis du Danemark en 1944, est une île de 103 000 kilomètres carrés, située au nord de l'Atlantique, près de l'océan Arctique. Elle est constituée par un plateau dont l'altitude dépasse souvent 500 mètres et dont le centre est recouvert de glaciers, de champs de lave et de sables volcaniques . Un volcanisme récent et actuel se manifeste par l […] Lire la suite

JAMAÏQUE

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une île tropicale »  : […] La Jamaïque appartient à l'archipel des Antilles. Avec une superficie de 10 991 kilomètres carrés, elle est la troisième plus grande île après Cuba et l'île d'Hispaniola. Sa géologie est complexe et prolonge les grands traits structuraux de la presqu'île du sud d'Haïti. On trouve une répartition zonale très contrastée : à l'est, un noyau fait de schistes et de roches métamorphiques datant du Crét […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un archipel composite »  : […] Le premier recensement rigoureux du nombre d'îles japonaises n'est effectué qu'après 1945. Il est réalisé par les autorités japonaises à la demande des États-Unis qui veulent connaître exactement la composition du pays qu'ils occupent de 1945 à 1952. Ses critères étant jugés insuffisants, il faut attendre 1987 et une autre enquête officielle pour obtenir le nombre de 6 852 îles, sur la base d'un […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique. L'Angleterre, face à l'Europe […] Lire la suite

KIRIBATI

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 1 582 mots
  •  • 3 médias

Le Kiribati, constitué d'un ensemble d'îles largement dispersées sur les immensités océaniques du Pacifique est l'un de ces micro-États indépendants nés de la décolonisation, que la modestie de leurs ressources rend tributaires des aides internationales. Situé à cheval sur l'équateur, il s'enorgueillit d'être aussi traversé par la ligne de changement de date et de posséder, dans l'archipel de la […] Lire la suite

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 096 mots
  •  • 10 médias

L'île de Madagascar s'étend à l'est de l'Afrique dont elle est séparée par les 400 kilomètres du canal du Mozambique. Quatrième île du monde par sa superficie (590 000 km 2 ), elle mesure 1 580 kilomètres du nord au sud et 570 kilomètres d'est en ouest dans sa partie la plus large. Pays tropical dans son ensemble, l'île présente des reliefs complexes composés des Hautes Terres centrales, d'une cô […] Lire la suite

MICRONÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis X. HEZEL
  •  • 1 890 mots
  •  • 3 médias

Les États fédérés de Micronésie se situent dans l'ouest de l'océan Pacifique. Composé de plus de six cents îles et îlots appartenant à l'archipel des Carolines, il est divisé, selon des critères culturels et linguistiques, en quatre États : Yap, Chuuk, Pohnpei et Kosrae. Sa superficie totale atteint 701 kilomètres carrés, tandis que sa population est de 102 600 habitants (recensement de 2010). La […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-29 février 2020 • Turquie - Grèce • Manifestations contre les migrants.

Les 25 et 26, des habitants des îles de Lesbos et Chios, dans la mer Égée, affrontent violemment les forces antiémeutes envoyées pour protéger la construction de nouveaux camps de migrants. Près de trente-huit mille migrants s’entassent dans les camps situés dans les îles égéennes. Le 28 [...] Lire la suite

23 février 2020 • Comores • Élections législatives.

par les assemblées des trois îles constitutives de l’Union des Comores. Le taux de participation est de 62,8 p. 100, il était de 62,4 p. 100 au premier tour. L’opposition, qui avait appelé au boycottage du scrutin, n’est plus représentée au Parlement. En septembre 2019, le Parlement avait autorisé [...] Lire la suite

6 janvier 2020 • Îles Marshall • Élection de David Kabua à la présidence.

Le Parlement renouvelé en novembre 2019 élit à la présidence de la République le candidat de l’opposition David Kabua, par 20 voix contre 12 pour la présidente sortante Hilda Heine. [...] Lire la suite

16 septembre 2019 • Taïwan - Îles Salomon • Rupture des relations diplomatiques.

Les îles Salomon sont le sixième État depuis l’arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen à Taïwan en mai 2016 à établir des relations diplomatiques avec Pékin et à rompre avec Taipei. Taïwan n’entretient plus de relations diplomatiques qu’avec seize États.  [...] Lire la suite

2-25 août 2019 • Japon - Corée du Sud • Crise diplomatique.

. Le 25, le Japon juge « inacceptables » les manœuvres militaires engagées par la Corée du Sud au large de sa côte orientale. Ces exercices, organisés deux fois par an depuis 1986, visent à préparer la riposte à une éventuelle attaque des îles Dokdo (ou Takeshima en japonais) qui sont revendiquées par le Japon.  [...] Lire la suite

12-24 mai 2019 • France • Élections provinciales en Nouvelle-Calédonie.

dans la province Sud, la plus peuplée, tandis que les seconds l’emportent dans la province Nord et les îles Loyauté. Proche des Républicains, la coalition L’Avenir en confiance (droite anti-indépendantiste) progresse fortement avec 29,4 p. 100 des suffrages et 18 sièges, aux dépens de Calédonie ensemble (centre [...] Lire la suite

24 avril 2019 • Îles Salomon • Élections législatives.

À l’issue des élections législatives – organisées le 3 –, auxquelles de nombreux candidats se présentent sans étiquette avant de rejoindre un parti une fois élus, les députés élisent Manasseh Sogavare au poste de Premier ministre. Le Premier ministre sortant Rick Houenipwela ne se représentait pas. En novembre 2017, il avait remplacé Manasseh Sogavare, déjà Premier ministre, qui avait été renversé [...] Lire la suite

12 mars 2019 • Union européenne • Révision de la liste noire des paradis fiscaux.

Les ministres des Finances des Vingt-Huit valident la nouvelle liste noire des paradis fiscaux dressée par la Commission. Cette liste avait été rendue publique pour la première fois en décembre 2017. Les territoires américains des Samoa, de Guam et des îles Vierges, ainsi que Trinité-et-Tobago [...] Lire la suite

6 mars 2019 • Union européenne • Rejet de la liste noire des pays défaillants en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

contrôle renforcé des banques sur les transactions avec ces vingt-trois États. Parmi les sept nouveaux États ajoutés à la liste figuraient l’Arabie Saoudite et quatre territoires américains – les Samoa américaines, Guam, Porto Rico et les îles Vierges américaines. Washington et Riyad avaient critiqué cette décision de Bruxelles.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy LASSERRE, « ÎLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iles/