KIRGHIZSTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique kirghize (KG)
Chef de l'État et du gouvernementPrésident : Sadyr Japarov (depuis le 28 janvier 2021). Président du cabinet des ministres : Akylbek Japarov (par intérim depuis le 12 octobre 2021)
CapitaleBichkek
Langues officielleskirghize, russe
Unité monétairesom (KGS)
Population6 769 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)199 945

Le Kirghizstan est un pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Cette république, fondée dans le cadre de l'U.R.S.S., possède un territoire de 198 500 kilomètres carrés et une population de 5,362 millions d'habitants en 2009 au sein de laquelle la part des Kirghizes, anciens pasteurs nomades, s'élève à 71 p. 100. Le Tianshan, qui culmine à plus de 7 000 mètres d'altitude, forme le cœur de l'espace national, lequel est écartelé entre la région de Bichkek (ex-Frounze), la capitale, au nord et la région du Ferghana au sud. Si le Kirghizstan a semblé adopter un modèle politique démocratique au cours des premières années de l'indépendance, les deux premiers présidents, Askar Akaïev (1990-2005) puis Kourmanbek Bakiev (2005-2010) ont été démis par la contestation populaire. Par ailleurs, le sud du pays a connu en juin 2010 de graves affrontements interethniques impliquant des Kirghizes et des Ouzbeks. La crise économique et sociale postsoviétique, non résolue malgré les réformes libérales, explique pour partie ces événements et justifie le fait que le pays soit devenu un pôle d'émigration.

Kirghizstan : carte physique

Carte : Kirghizstan : carte physique

Carte physique du Kirghizstan. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Kirghizstan : drapeau

Dessin : Kirghizstan : drapeau

Kirghizstan (mars 1992). Le drapeau du Kirghizstan, République indépendante depuis août 1991, présente un champ uni rouge, au centre duquel brille un soleil d'or, disque frangé de rouge, portant deux faisceaux de trois bandes curvilignes rouges, entrecroisés et dardant quarante courtes... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Géographie

Un pays montagnard, écartelé et enclavé

République d'Asie centrale, le Kirghizstan est un pays enclavé entre le Kazakhstan, au nord, l'Ouzbékistan, à l'ouest, le Tadjikistan, au sud, et la Chine, à l'est. Son territoire, formé dans le cadre de la politique soviétique d'aménagement conduite dans les années 1920 et 1930, présente une forme allongée et appendiculaire, quoique la petite exclave de Barak (en territoire ouzbékistanais) et les six enclaves ouzbékistanaises et tadjikistanaises, qui sont toutes situées dans la région du Ferghana, lui donnent également un caractère morcelé et perforé.

Le Kirghizstan est un pays montagnard dont plus de 70 p. 100 du territoire sont situés à une altitude supérieure à 2 000 mètres. Les puissantes chaînes du Tianshan (ou Tenir-Too, les « montagnes célestes ») constituent le cœur de l'espace national, tandis qu'à l'extrémité méridionale, la région de l'Alaï correspond à la retombée septentrionale du Pamir. À l'exception de la chaîne du Ferghana, elles possèdent une orientation dominante ouest-est. Deux massifs ont une altitude supérieure à 7 000 mètres – le Tianshan central et le Pamir –, mais toutes les chaînes dépassent 4 500 mètres. Malgré la continentalité du climat, leur couverture glaciaire est importante (plus de 8 000 km2), de sorte que le Kirghizstan, où se forme le stock du Syr-Daria, apparaît comme un des châteaux d'eau de l'Asie centrale. À l'est, dans le massif du pic Pobedy, « de la victoire », point culminant (7 439 m) du Kirghizstan, le glacier Iniltchek s'étire sur une longueur de 60,5 kilomètres. Les différents arcs montagneux sont séparés par des dépressions tectoniques de grande taille. Dans l'une, au nord-est, est situé le lac Issyk-Koul, le « lac chaud », entre le Teskeï-Alatau, au sud, et le Kiungeï-Alatau, au nord, à 1 609 mètres d'altitude. Sans émissaire et légèrement salé, il affiche une profondeur de 668 mètres et une surface de 6 236 kilomètres carrés, ce qui en fait l'un des lacs de montagne les plus vastes du monde. Au sud, la dépression du Ferghana, qui est partagée par le Kirghizstan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan, est localisée entre le Tianshan occidental et le Tianshan méridional.

Les Tianshan, au Kirghizstan

Photographie : Les Tianshan, au Kirghizstan

Le territoire du Kirghizstan est cloisonné par plusieurs chaînes de montagnes, les Tianshan (les «monts célestes») en occupant la partie centrale. 

Crédits : Jerry Kobalenko/ Photographer's Choice/ Getty

Afficher

Gorge d'Ala-Archa (Kirghizstan)

Photographie : Gorge d'Ala-Archa (Kirghizstan)

Gorge d'Ala-Archa, dans l'ouest de la chaîne des Tianshan (Kirghizstan). La montagne abrite une station souterraine de sismologie. 

Crédits : James Strachan/ Getty Images

Afficher

Les systèmes montagneux forment une barrière difficilement franchissable entre les deux principaux foyers de peuplement : le piémont de l'Alatau kirghize, où est implantée la capitale – Bichkek (865 100 hab. en 2009) –, au nord, et les pourtours du Ferghana, où se trouve la seconde ville du pays, Och (243 200 hab.), et où réside une importante population ouzbèke, au sud. À l'intérieur du Tianshan, les régions d'Issyk-Koul et de Naryn, qui concentrent les principaux pâturages des éleveurs semi-nomades kirghizes, s'inscrivent dans l'aire d'influence de Bichkek. Mais au nord-ouest, la vallée du Talas, ouverte sur la région de Taraz, ville kazakhstanaise, apparaît comme isolée. Cette configuration confère à l'espace national une organisation écartelée qui recoupe partiellement la segmentation du champ politique. Ces discontinuités et l'enclavement produisent une situation géographique difficile pour un pays nouvellement indépendant, dont les ressources et les capacités d'investissement sont modestes.

Difficultés économiques et émigration

La majorité de la population du Kirghizstan, qui comptait 5 362 000 habitants lors du recensement de 2009, a subi la crise économique et sociale qui a découlé de la désintégration du système de production et d'échanges soviétique. Au cours des premières années de l'indépendance, le P.I.B. a presque chuté de moitié, en raison de la crise industrielle et agricole qui a touché les villes, les piémonts, où se développe une agriculture irriguée, et les montagnes, où domine l'activité pastorale – les cheptels ovins et caprins ont ainsi été réduits de 9 millions à 3 millions de têtes entre 1991 et 1996.

Dans les espaces ruraux, où résident les deux tiers de la population, la réforme agraire menée par étapes a conduit à la disparition des kolkhozes et des sovkhozes au profit d'exploitations paysannes de petite taille. Ce mouvement de décollectivisation s'est accompagné d'un glissement vers les productions agricoles (pommes de terre, céréales, etc.) au détriment de l'élevage, et vers une agriculture d'autosubsistance au détriment des productions spécialisées (tabac, laine, etc.), notamment dans les régions dont l'accessibilité est médiocre. Après une décennie de crise, les années 2000 ont vu l'élevage retrouver un certain dynamisme, concrétisé par la réactivation des pratiques de mobilité pastorale. La reconversion de l'industrie (combinats métallurgiques, usines textiles) présente davantage de difficultés, ce qui explique le déclin démographique des villes dont le développement reposait sur l'extraction et la transformation des matières premières (Kyzyl-Kya, Maïluu-Suu, Kara-Balta, Kok-Iangak...). Toutefois, la croissance de la production aurifère, qui résulte de la mise en exploitation de la mine de Kumtor conjointement avec une entreprise canadienne, soutient l'activité industrielle et minière. Mais le gisement, qui est situé dans les montagnes du centre-est du pays, commence à s'épuiser. Dans la même région, les rives du lac Issyk-Koul connaissent, depuis la période soviétique, un développement touristique fondé sur l'activité balnéaire, en particulier au nord, autour de Tcholpon-Ata. Face à la modestie des flux touristiques internationaux, la proximit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Kirghizstan : carte physique

Kirghizstan : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Kirghizstan : drapeau

Kirghizstan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Les Tianshan, au Kirghizstan

Les Tianshan, au Kirghizstan
Crédits : Jerry Kobalenko/ Photographer's Choice/ Getty

photographie

Gorge d'Ala-Archa (Kirghizstan)

Gorge d'Ala-Archa (Kirghizstan)
Crédits : James Strachan/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : anthropologue, chercheur à l'Institut français d'études sur l'Asie centrale
  • : professeur émérite d'études ouraliennes et altaïques, professeur d'histoire à l'université d'Indiana, Bloomington
  • : docteur en géographie, chargé de recherche au C.N.R.S., membre de l'U.M.R. 7528 Monde iranien et indien (C.N.R.S., Sorbonne nouvelle, EPHE, INALCO)

Classification

Autres références

«  KIRGHIZSTAN  » est également traité dans :

KIRGHIZSTAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

BICHKEK, anc. FROUNZE

  • Écrit par 
  • Julien THOREZ
  •  • 487 mots
  •  • 2 médias

Bichkek, dénommée Frounze de 1926 à 1990, est la capitale du Kirghizstan, pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Implantée sur le piémont septentrional du Tianshan (chaîne de l'Alatau kirghize) entre 700 et 900 mètres, dans l'oasis drainée par le Tchou, la ville est localisée à proximité de la frontière avec le Kazakhstan, ce qui lui confère une situation périphérique à l'échelle de la r […] Lire la suite

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des partenaires aux intérêts divergents engagés dans des coopérations à géométrie variable »  : […] Les pays membres de la C.E.I. présentent une grande diversité de poids économique, démographique et territorial (tableau 1) . Ils n'ont pas tous les mêmes intérêts. On distingue généralement trois groupes de pays : – Les « intégrationnistes ». C'est la Biélorussie qui va le plus loin, en acceptant, voire demandant, une union avec la Russie, effectivement consacrée en plusieurs étapes entre avril 1 […] Lire la suite

FERGANA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 403 mots

La dépression intramontagnarde de Fergana occupe 22 000 kilomètres carrés, dont 17 000 appartiennent à l'Ouzbékistan, le reste étant partagé de manière à peu près égale entre le Tadjikistan et le Kirghizstan. Dominée de tous côtés par de très hautes montagnes atteignant 4 000 mètres au nord et à l'est et 7 000 mètres au sud, la plaine de Fergana (300 km de longueur, 100 km de largeur) doit son exi […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'ère postsoviétique »  : […] Contrairement à ce qui avait été avancé, les musulmans de l'U.R.S.S. n'ont pas provoqué la désintégration du pouvoir soviétique. Lors du référendum de mars 1991, les républiques d'Asie centrale ont voté à 90 p. 100 leur maintien dans le nouveau pacte de l'Union proposé par Mikhaïl Gorbatchev. La première forme de politisation de l'islam en U.R.S.S. a été celle d'un parti pan-soviétique créé en ju […] Lire la suite

ISSYK-KOUL LAC

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 676 mots

L'Issyk-Koul, ou Issyk-Köl, est un lac sans émissaire du nord-est du Kirghizstan. Situé dans le nord de la chaîne du Tianshan, c'est l'un des plus grands lacs de haute montagne du monde, réputé pour ses paysages exceptionnels et son intérêt scientifique unique. Il s'inscrit au pied du vaste bassin d'Issyk, bordé au nord par les monts Koungueï-Alataou et au sud par les monts Terskeï-Alataou. Le […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le socle financier officieux des Nouvelles Routes de la soie »  : […] Au-delà des organisations internationales et régionales au sein desquelles la Chine a accru son rôle depuis la fin des années 1990, la République populaire a constitué sous Xi Jinping ses propres réseaux pour promouvoir son développement économique et celui du continent asiatique. Son objectif est non seulement de s’imposer comme le leader incontesté dans la région, mais également de diversifier s […] Lire la suite

OASIS

  • Écrit par 
  • Yves LACOSTE
  •  • 3 092 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Différents types d'oasis »  : […] Si un grand nombre d'oasis furent d'abord des escales caravanières (Sahara, routes de la soie en Asie centrale), d'autres ne procèdent pas pour l'essentiel de raisons commerciales ou politiques. Les plus vastes oasis et les plus peuplées, celles qui correspondent aux vallées de grands fleuves allogènes (Égypte, oasis d'Asie centrale), sont des noyaux de peuplement dont la mise en place est extrêm […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une politique extérieure indépendante »  : […] La nécessité d'engager une politique permettant l'émergence d'un secteur privé de moyennes et petites entreprises s'est imposée auprès des élites gouvernementales au cours de l'année 2005-2006. Par ailleurs, le pays semble aujourd'hui plus disposé à ouvrir ses frontières à certaines firmes gazières et pétrolières étrangères. Après un revirement d'alliance en faveur de la Russie au détriment des Ét […] Lire la suite

TURKESTAN RUSSE

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 647 mots

La région d'Asie centrale, qui est limitée au nord par la Sibérie, au sud par l'Iran, l'Afghanistan, l'Inde et le Tibet, à l'ouest par la mer Caspienne, à l'est par la Mongolie et le désert de Gobi, et qui est peuplée en majorité de musulmans turcs, est appelée Turkestan, une dénomination conventionnelle. Sa partie orientale est le Xinjiang, ou Turkestan chinois. Sa partie occidentale forme le Tur […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 avril 2021 Tadjikistan – Kirghizstan. Affrontements frontaliers meurtriers.

Kirghizstan. L’absence de délimitation de certaines portions de frontière entre les deux pays depuis l’éclatement de l’URSS en 1991 donne lieu à des affrontements réguliers liés à l’accès à l’eau. Il s’agit de l’accrochage le plus violent depuis l’indépendance des deux pays. Le Kirghizstan annonce trente-six morts. Les médias tadjiks font état d’une […] Lire la suite

10 janvier 2021 Kirghizstan. Élection de Sadyr Japarov à la présidence.

Kirghizstan uni, obtient 6,8 % des voix. Le taux de participation est de 39,2 %. Le scrutin fait suite à la démission du président Sooronbay Jeenbekov, en octobre 2020, à l’issue du mouvement de contestation des résultats des élections législatives. Sadyr Japarov avait été libéré de prison à cette occasion et élu Premier ministre, puis s’était proclamé […] Lire la suite

4 octobre - 14 novembre 2020 Kirghizstan. Démission du président Sooronbay Jeenbekov.

Kirghizstan), dirigée par une famille d’oligarques proches du pouvoir, et le parti nationaliste Kirghizstan, membre de la coalition gouvernementale sortante, disposent à eux trois de 107 sièges sur 120. Kirghizstan uni, qui rassemble les partisans de l’ancien président Kourmanbek Bakiev renversé en avril 2010, obtient 13 élus. Le taux de participation […] Lire la suite

31 janvier 2020 États-Unis. Nouvelles restrictions d'accès sur le territoire.

Kirghizstan, du Soudan et de la Tanzanie. Selon Washington, ces pays ne satisfont pas certaines conditions en matière de partage de renseignements et de sécurité publique. Cette mesure doit entrer en vigueur le 22 février. En janvier 2017, Donald Trump avait interdit l’accès du territoire américain aux ressortissants de sept pays peuplés majoritairement […] Lire la suite

8-13 août 2019 Kirghizstan. Arrestation de l'ancien président Almazbek Atambaïev.

Le 8, les autorités annoncent l’arrestation de l’ancien président Almazbek Atambaïev, qui a donné lieu à un violent affrontement. Le 13, celui-ci est inculpé notamment pour tentative de coup d’État. Almazbek Atambaïev, qui avait démocratiquement cédé le pouvoir à son dauphin Sooronbay Jeenbekov à l’issue de l’élection présidentielle d’octobre 2017 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Arnaud RUFFIER, Denis SINOR, Julien THOREZ, « KIRGHIZSTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kirghizstan/