AZTÈQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie économique

Les conquérants décrivent avec admiration l'extraordinaire richesse et la beauté des marchés de Tenochtitlán regorgeant de richesses de tous les coins de l'empire, denrées précieuses, céramiques fines, objets d'or et de pierres fines, ouvrages de plumes, etc. L'économie, si précaire lors de l'établissement dans la lagune, était devenue beaucoup plus florissante. L'alimentation de base des Aztèques, comme celle des Indiens d'aujourd'hui, était fondée sur le complexe maïs-haricots-courges-piments. Un certain nombre de plantes cultivées sont originaires du Mexique et, de là, gagnèrent l'Europe avec le succès que l'on sait : la tomate (tomatl), le cacao, etc. Certaines ressources d'appoint étaient aussi fournies par le lac, comme au temps de la misère de la tribu. Le Mexique ancien ne connaissait pratiquement pas la volaille ni la viande de boucherie, à l'exception du dindon (animal également originaire du Mexique) et du chien, d'une espèce particulière, petit et sans poils, que l'on engraissait pour le manger. En revanche, le gibier abondait, en particulier les oiseaux lacustres. Si la table des hommes du peuple était frugale, celle des nobles comportait un grand nombre de plats très recherchés.

Il serait d'ailleurs faux de se représenter ce monde aztèque comme un monde fermé : les rapports les plus constants existaient entre les différentes parties de l'empire. Les peuples, soumis ou alliés, devaient payer un tribut très lourd à Motecuzoma : balles de coton, mesures d'or, plumes de quetzal, manteaux richement tissés, etc. Les peuples de la Huaxteca ont, semble-t-il, toujours influencé la mode des hauts plateaux, comme en témoigne en particulier la petite pèlerine triangulaire – le quexquemitl – originaire de la côte, que portaient (et portent encore) les femmes des hautes terres.

Après avoir tracé les grandes lignes de cette civilisation extrêmement brillante que la Conquête devait arrêter brutalement, insistons encore sur le caractère de jeunesse de cette société. Ce serait sans doute une erreur que de figer dans le temps l'image du monde aztèque. Dans tous les domaines, sur tous les plans, l'évolution aurait continué. L'écriture, encore pictographique, était en train d'acquérir une certaine abstraction. Sur le plan religieux, les dieux jeunes et guerriers de la tribu se superposent aux dieux agraires pour composer un panthéon extrêmement complexe, polythéiste et sanguinaire. Il faut signaler cependant l'influence de Quetzalcóatl, roi-prêtre de Tula et dieu civilisateur, patron des collèges religieux. Durant sa vie, il avait été très opposé aux sacrifices humains. Les prêtres dédiés à son culte prônaient l'autosacrifice et pratiquaient les sacrifications. Enfermés dans leurs collèges, ils méditaient et se livraient à une analyse de plus en plus approfondie de leur interprétation religieuse de l'univers. Sur le plan humain, cette religion, en apparence formelle, mais fondée sur l'idée de la précarité du monde et de la responsabilité humaine, aboutissait au rigorisme le plus strict et à la défense des plus hautes valeurs morales. À l'aide de longs discours on répétait à l'enfant, puis à l'adolescent, ce qu'il devait à sa dignité d'homme, l'attachement qu'il lui fallait montrer à ses devoirs et sa responsabilité vis-à-vis des dieux.

La structure sociale elle-même contenait des ferments de trouble, et une opposition se serait probablement développée entre une noblesse de plus en plus attachée à ses prérogatives et tentant de s'ériger en caste et une classe de marchands, de plus en plus riche, prenant de la puissance sans acquérir de statut.

La politique extérieure de l'empire aztèque posait également des problèmes. Le besoin en « nourriture divine », en sang humain, allait croissant et faisait peser une dure contrainte sur les peuples soumis à la triple alliance et déjà accablés sous les impôts. D'autre part, une confédération de tribus groupant des peuples aussi variés (et dont beaucoup n'étaient pas de langue nahuatl) et s'étendant sur de si vastes distances était naturellement fragile et demandait, dans la capitale, une forte organisation – une « bureaucratie » – ajoutant ainsi une nouvelle catégorie sociale « non productive » aux charges de l'État.

Cet immense empire n'était donc pas un ensemble homogène mais une synthèse encore fragile. L'étonnante victoire de Cortés et de sa [...]

Hernan Cortés

Photographie : Hernan Cortés

Le conquistador Hernan Cortés (1485 env.-1547) entre à Tlaxcala à la tête de ses hommes après la victoire d'Otumba, en juillet 1520. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Civilisations précolombiennes, Méso-Amérique

Civilisations précolombiennes, Méso-Amérique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tripode, Teotihuacán

Tripode, Teotihuacán
Crédits : AKG

photographie

Mexico-Tenochtitlán : la fondation

Mexico-Tenochtitlán : la fondation
Crédits : Gianni Dagli Orti/ Corbis

photographie

Afficher les 20 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en archéologie précolombienne
  • : docteure en archéologie des Amériques, chercheuse associée au laboratoire Archéologie des Amériques - UMR 8096 - CNRS
  • : assistante au musée de l'Homme

Classification

Autres références

«  AZTÈQUES  » est également traité dans :

LES AZTÈQUES (exposition)

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 935 mots

À de nombreux titres, l'exposition présentée à Londres, à la Royal Academy of Arts, du 16 novembre 2002 au 11 avril 2003, constitua un événement majeur pour la perception européenne des arts précolombiens. Tout d'abord, la qualité et la diversité des œuvres exposées, 359 au total dont beaucoup pour la première fois, permettaient d'aborder la civilisation aztèque avec un regard différent. Si nombre […] Lire la suite

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 531 mots
  •  • 13 médias

Lorsque les conquistadores débarquent en 1519 sur les côtes du Mexique, la jeune civilisation aztèque est en pleine expansion. Installés depuis moins de deux siècles sur les rives du lac Texcoco, les Aztèques se sont imposés à […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 084 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Régulation du boire et du manger »  : […] Associé à l'application d'une méthode comparative, un bon suivi des chaînes opératoires qui font passer un produit de son état « naturel » à celui de denrée consommée contribue à redonner à certains détails une importance que l'usure du temps tend à estomper. La procédure permet parfois de réinterpréter des affirmations reprises depuis des décennies sans la moindre vérification. C'est le cas des […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Amérique centrale

  • Écrit par 
  • Georgette SOUSTELLE
  • , Universalis
  •  • 7 493 mots
  •  • 1 média

L'empire aztèque s'est écroulé le 13 août 1521, jour de la prise de Mexico-Tenochtitlán par l'armée d'Hernán Cortés, armée composée en majeure partie d'Indiens désireux de secouer le joug aztèque. Au cours des années suivantes, l'occupation espagnole s'étendit aux autres régions du Mexique et à l'Amérique centrale. Ce furent les Indiens du Yucatán qui résistèrent le plus longtemps aux Espagnols : […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des conquistadores »  : […] Les tentatives de mise en valeur des Antilles ne freinent nullement les nouveaux voyages de découverte. On sait que Colomb poursuit obstinément sa conquête du Cathay, jusqu'en 1504, à travers la Méditerranée américaine, entre le Honduras et les bouches de l'Orénoque. De 1498 à 1520, plusieurs expéditions maritimes parcourent l'Atlantique central et méridional (Ójeda, Bastidas, Vespucci, Yáñez Pin […] Lire la suite

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 665 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les chroniqueurs espagnols »  : […] La Couronne espagnole, soucieuse de perpétuer la gloire de ses conquêtes, encourageait le mouvement historiographique spontané de soldats et de prêtres. De plus, elle créa le poste officiel de Cronista Mayor et conçut des questionnaires type, en vue de faciliter la recherche de toutes les particularités des Indes . La première histoire des découvertes et des conquêtes fut écrite par l'humaniste mi […] Lire la suite

TENOCHTITLÁN CHUTE DE (1521)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

Le 13 août 1521, la cité de Tenochtitlán (l'actuelle Mexico) cède sous les assauts répétés du conquistador espagnol Hernán Cortés et de ses troupes après trois mois de siège, signifiant l'écroulement de l'empire aztèque et les débuts effectifs de la colonisation espagnole au Mexique. Neveu et successeur de Moctezuma II, qui avait accueilli les Européens comme des dieux, le dernier empereur aztèqu […] Lire la suite

CORTÉS HERNÁN ou CORTEZ FERDINAND (1485 env.-1547)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 1 710 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conquête du Mexique »  : […] Après 1519 la vie de Cortés se confond avec l'histoire de la conquête du Mexique : il allait y manifester une habileté politique et des talents militaires hors de pair. Il imposa, dès les premiers contacts avec les Mayas du Yucatán, sa stratégie : négocier avec les Indiens, s'interdire tout pillage et ne livrer combat que contraint. C'est là que sa bonne fortune lui fit rencontrer, parmi les capt […] Lire la suite

CUAUHTÉMOC ou GUATIMOZÍN (1497?-1525) empereur aztèque (1520-1525)

  • Écrit par 
  • Anne FARDOULIS
  •  • 250 mots

Cuauhtémoc (ce nom signifie Aigle qui tombe) fut le dernier empereur aztèque. Il naquit vers 1502 et prit le pouvoir à la mort de Cuitlahuac, lequel ne régna que quatre-vingts jours après la mort de Moctezuma, en 1520. Il mourut dans la nuit du 28 février 1525, exécuté sur l'ordre de Cortés, qui se croyait menacé par une conjuration. En réalité, sa vie et l'endroit de sa mort sont mal connus, mais […] Lire la suite

FONDATION DE MEXICO-TENOCHTITLÁN

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Conduits par leur dieu tribal Huitzilopochtli (le dieu de la Guerre), craints pour leur férocité, pourchassés par les occupants du bassin de Mexico, les Mexicas, dont l'origine est encore discutée et qui sont surtout connus sous le nom d'Aztèques, qu'ils prendront par la suite, s'établissent enfin sur de petites îles de la lagune de Mexico. Ils y édifient le premier temple dédié à leur guide spir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rosario ACOSTA, Alexandra BIAR, Mireille SIMONI, « AZTÈQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/azteques/