Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CORTÉS HERNÁN ou CORTEZ FERDINAND (1485 env.-1547)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Hernan Cortés - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Hernan Cortés

Si Hernán Cortés est, depuis le xvie siècle, le plus célèbre des conquistadores, ce n'est pas seulement par la grâce d'un destin hors du commun : il doit aussi une fortune littéraire exceptionnelle à ses propres écrits et à la vogue des chroniqueurs et historiens de la conquête du Mexique : Gómara, Díaz del Castillo, Solis, Prescott. On a même abusivement ajouté à son personnage l'auréole du héros persécuté ; enfin, il reste au Mexique, depuis l'indépendance, l'objet de polémiques passionnées et la figure la plus discutée de l'histoire nationale.

Un colon fortuné

Hernán Cortés est né à Medellín, en Estrémadure, d'une famille noble mais sans fortune. À l'université de Salamanque, où il passa deux ans, il prit quelque teinture d'humanités, puis travailla chez un notaire de Valladolid. Peu enclin toutefois à une carrière sédentaire, il s'embarqua en 1504 pour les Indes, en quête d'aventures et de fortune. À Hispaniola (Haïti), puis à Cuba (1511), il prit part aux campagnes contre les Indiens insoumis et reçut une encomienda, c'est-à-dire le droit de faire travailler à son profit un certain nombre d'indigènes. Il était aussi éleveur de bétail et, à l'occasion, notaire (escribano). Il s'était marié, et la faveur de Diego Velázquez, gouverneur de Cuba, lui avait valu d'être nommé officier municipal, ou alcalde, de la ville de Santiago del Puerto.

Cette vie paisible de colon fortuné fut bouleversée par la découverte du Yucatán et du Mexique et par les perspectives de richesse qu'elle promettait. Les premiers voyages sur les côtes mexicaines (1517 et 1518) n'ayant pas donné de résultats tangibles, Diego Velázquez prépara une nouvelle expédition. Il en confia la direction à Cortés, dont il connaissait les qualités d'initiative et de commandement. Mais le gouverneur entendait bien conserver la haute main sur l'entreprise : il s'agissait de prendre officiellement possession des terres reconnues et de se procurer de l'or par voie de troc (rescate), mais nullement de fonder de nouvelles villes.

Cortés prépara activement l'expédition, dans laquelle il investit ses ressources personnelles. Il n'eut pas de peine à recruter des associés : les difficultés économiques des Antilles, provoquées par la disparition rapide de la population indigène, stimulaient l'esprit d'aventure des colons espagnols. Le 18 février 1519, Cortés quittait Cuba, malgré les ordres de Velázquez, qui, tardivement alarmé de l'ambition de son protégé, voulait le relever de son commandement. Il avait avec lui 11 navires, une centaine de marins, 508 soldats, 16 chevaux, 14 canons et fauconneaux et une abondante pacotille.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'École pratique des hautes études, directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre BERTHE. CORTÉS HERNÁN ou CORTEZ FERDINAND (1485 env.-1547) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Hernan Cortés - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Hernan Cortés

Plan de la ville de Tenochtitlán - crédits : AKG Images

Plan de la ville de Tenochtitlán

Autres références

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

    • Écrit par
    • 21 855 mots
    • 13 médias
    ...principe, des voyages de rescate. Quelque capitaine plus ou moins expérimenté – Pizarro est un vétéran des campagnes (entradas) de l'Isthme, mais Cortés en est à son coup d'essai – conclut un contrat avec un riche personnage, marchand sévillan ou haut fonctionnaire des Indes, qui fournit l'essentiel...
  • NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

    • Écrit par et
    • 3 656 mots
    • 8 médias
    Hernán Cortés, le plus renommé des conquistadores, nous a laissé dans ses Lettres de relation adressées à Charles Quint (1519-1526), une exposition détaillée des principales vicissitudes de la conquête du Mexique. Ses écrits, souvent comparés à la Guerre des Gaules de Jules César, révèlent...
  • AZTÈQUES

    • Écrit par , et
    • 12 580 mots
    • 22 médias
    Il faut en effet mesurer le chemin parcouru en moins de deux cents ans par ces « sauvages lacustres ». Au moment où Cortés parvint à Mexico, en 1519, il fut émerveillé des beautés de la ville, qu'il décrivit dans une lettre à Charles Quint comme « la plus belle ville du monde, une nouvelle Venise...
  • AZTÈQUES (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 537 mots
    • 13 médias
    L’an 1519, l’année du 1-roseau du calendrier aztèque, était placé sous de mauvais augures. Le 22 avril, Cortés et ses conquistadores, assoiffés d’or et de gloire, débarquent sur les côtes du Mexique. La surprise une fois passée, la guerre est inévitable. En 1521, sur les ruines encore fumantes...
  • Afficher les 11 références