CONQUISTADORES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les conquistadores sont les conquérants par excellence, c'est-à-dire les quelques milliers d'hommes qui ont donné à l'Espagne son empire américain. Ils n'ont pas usurpé leur renommée : entre la découverte du Pacifique par Balboa (1513) et le triomphe de Pizarro au Pérou (1535), il ne leur a pas fallu un quart de siècle pour accomplir les conquêtes décisives. Avec les moyens singulièrement limités de leur époque – des navires de faible tonnage, quelques chevaux, de rares canons et plus d'armes blanches que d'arquebuses –, des bandes d'aventuriers opérant pour leur compte ont vaincu et détruit des empires indigènes parvenus à un très haut degré d'organisation et de puissance et surmonté de formidables obstacles naturels.

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Vidéo : 1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Espagnols et Portugais en Amérique et en Asie. Charles Quint. Luther.Le XVIe siècle marque l'apogée ottomane. En 1517, l'Empire détruit le pouvoir mamelouk d'Égypte ; puis, Soliman le Magnifique étend ses conquêtes en Orient, et jusqu'aux terres de l'empereur Charles Quint.Pendant ce... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pizarro (1475-1541), explorateur espagnol

Photographie : Pizarro (1475-1541), explorateur espagnol

Amable Paul Coutan, François Pizarre (1475-1541). Copie. 1835. Huile sur toile. 72 cm X 56 cm. Musée national du Château et des Trianons, Versailles. 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

Mais les conquistadores sont peut-être plus célèbres que connus, en dépit, ou à cause, de quatre siècles de polémiques. L'historiographie conservatrice espagnole les idéalise en paladins de la croisade outre-mer, tandis que les pamphlets des adversaires de l'Espagne en font des soudards assoiffés de sang et de pillage. Il convient de tenir compte des réalités sociales du xvie siècle pour ramener aux dimensions du réel une image déformée par les mythes antagonistes de l'épopée chevaleresque et de la légende noire. Il ne faut pas non plus que le destin exceptionnel des chefs fasse oublier le plus grand nombre : pour quelques capitaines heureux à qui l'aventure rapporta des titres de noblesse et de grasses seigneuries, les malchanceux furent légion qui moururent de faim ou d'épuisement dans la steppe et la forêt ou périrent sous les flèches des Indiens de Floride et du Venezuela, ou sous le couteau d'obsidienne des sacrificateurs aztèques. D'autres se retrouvèrent les mains vides après dix ou vingt ans de campagnes. C'est pourtant cette piétaille qui a porté le poids de l'entreprise, comme le rappelle avec orgueil Bernal Díaz del Castillo, qui fut un de ces soldats du rang, dans son Histoire véridique de la Conquête de la Nouvelle-Espagne, répondant à la chronique de Gómara, qui exaltait avant tout le rôle personnel de Cortés.

Hernan Cortés

Photographie : Hernan Cortés

Le conquistador Hernan Cortés (1485 env.-1547) entre à Tlaxcala à la tête de ses hommes après la victoire d'Otumba, en juillet 1520. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Origines des conquistadores

Les conquistadores viennent en majorité des régions pauvres d'Espagne, celles qui, faute de pouvoir nourrir un excédent d'hommes, ont toujours fourni des émigrants et des soldats : Estrémadure (Cortés, les Pizarro, Balboa, Alvarado, Hernando de Soto, Valdivia, Orellana), Castille (Pedrarias Dávila, Ordás, Coronado, Ojeda, Bernal Diaz, Almagro, Nuño de Guzmán) ; beaucoup d'Andalous aussi (Núñez Cabeza de Vaca, Diaz de Solis, Ponce de León, Olid, Belalcázar) et de Basques (Elcano, Urdaneta, Garay, Legazpi, les Oñate et les Ibarra). Mais des étrangers de toute provenance se mêlent aux Espagnols : Portugais, Juifs convertis ou conversos, aventuriers italiens, flamands ou français. Les relations étroites qui liaient à Charles Quint la banque des Welser ont même permis à quelques Allemands de jouer dans la conquête un rôle de premier plan : ainsi Nicolas Federman au Venezuela et Ulrich Schmidel au Río de la Plata.

Les origines sociales des conquistadores ne sont pas moins variées. Beaucoup se donnaient pour d'authentiques hidalgos : de fait, si la grande aristocratie ne participe guère aux premières expéditions, bon nombre de cadets de petite noblesse partirent chercher fortune aux Indes. La plupart sont pourtant d'extraction modeste et souvent populaire : paysans pauvres attirés par le mirage de Séville, soldats en rupture d'engagement, orphelins ou enfants trouvés, tôt jetés dans une vie de vagabondage, comme Almagro, ou héritiers d'honorables familles en quête d'une fortune rapide, tel Bernal Diaz, fils d'un regidor de Medina del Campo. Ce sont le plus souvent des hommes jeunes : Alvarado a vingt-cinq ans quand il passe aux Indes, Bernal Diaz et Cortés, dix-neuf. D'autres, qui ont combattu en Italie (Pizarro, Valdivia) ou en Afrique avant d'aller courir leur chance au Nouveau Monde, font figure de vétérans. Les uns ont quitté Séville dans l'escadre du capitaine qui les a recrutés ; d'autres parmi la suite de quelque gouverneur royal dont ils attendent encomiendas (droit de bénéficier des corvées et du tribut fournis par les Indiens) ou prébendes administratives. Si ces ambitions sont déçues, ou s'ils se lassent d'une vie paisible de colon, ils mettent de nouvelles espérances dans une expédition qui promet gloire et richesse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Pizarro (1475-1541), explorateur espagnol

Pizarro (1475-1541), explorateur espagnol
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Hernan Cortés

Hernan Cortés
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Destruction des idoles du Nouveau Monde par les missionnaires espagnols

Destruction des idoles du Nouveau Monde par les missionnaires espagnols
Crédits : Glasgow University Library

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à l'École pratique des hautes études, directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales

Classification

Autres références

«  CONQUISTADORES  » est également traité dans :

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exploration comme acte de foi »  : […] Dans la diversité des États, des langues et des mœurs, la religion est le ciment d'une union qui se conçoit avant tout par opposition au non-catholique. Le monde arabo-musulman doit être refoulé : c'est la reconquête de la péninsule attaquée dans ses derniers bastions « arabes », ce sont les expéditions de croisade au Maghreb. Son monopole d'intermédiaire ou d'écran avec l'Orient doit être contou […] Lire la suite

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 962 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les conquistadores »  : […] Il reste aux Espagnols à occuper le continent américain au-delà du Brésil. La mer des Antilles va jouer le rôle d'une véritable Méditerranée, véhicule commode des forces militaires espagnoles. Celles-ci se heurtent à un relief difficile, au climat tropical, à des tribus sauvages et surtout à deux centres de civilisation, l'empire des Aztèques sur le plateau du Mexique, l'empire des Quichuas avec s […] Lire la suite

PIZARRO FRANCISCO (1475-1541)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 1 583 mots
  •  • 1 média

La carrière de Pizarro n'a pas l'éclat de celle de Cortés, mais sa personnalité est peut-être plus représentative, par ses qualités et ses limites mêmes, de la majorité des conquistadores espagnols. Quoi qu'il en soit de l'homme, et du rôle que ses frères et son compagnon et rival Almagro ont joué dans sa réussite, son œuvre le dépasse : la conquête de l'empire incaïque a fixé le destin de toute […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le substratum indien »  : […] Au moment de la conquête, il existait donc une population indigène, mais les estimations varient extraordinairement : 4 ou 50 millions ? L'hypothèse la plus vraisemblable estime à quelque 12 millions la totalité de ces groupements primitifs. L'imagerie populaire qualifie les Indiens de Peaux-Rouges ; la science les range dans la catégorie des Jaunes. La couleur de leur peau va du gris-jaune clair, […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des conquistadores »  : […] Les tentatives de mise en valeur des Antilles ne freinent nullement les nouveaux voyages de découverte. On sait que Colomb poursuit obstinément sa conquête du Cathay, jusqu'en 1504, à travers la Méditerranée américaine, entre le Honduras et les bouches de l'Orénoque. De 1498 à 1520, plusieurs expéditions maritimes parcourent l'Atlantique central et méridional (Ójeda, Bastidas, Vespucci, Yáñez Pin […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le monde rural »  : […] La production agricole a augmenté rapidement en Amérique latine dans les dernières décennies, aussi bien la production vivrière que les produits d'exportation . La production alimentaire par habitant a également progressé, avec des situations très diverses selon les pays, des écarts qui s'expliquent par le caractère encore archaïque de la répartition foncière du sous-continent. Celle-ci se caracté […] Lire la suite

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 665 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les conquistadores »  : […] La conquête militaire et spirituelle du Nouveau Monde, consécutive à la découverte, fut d'abord et avant tout un fait espagnol. En moins de cinquante ans de la plus formidable aventure de tous les temps, les conquistadores achevèrent, dans les grandes lignes, de conquérir l'Amérique. Les épisodes majeurs de cet exploit, et surtout ceux qui eurent pour théâtre le Mexique et le Pérou, furent consig […] Lire la suite

ARAWAKS & KARIBS

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 3 308 mots
  •  • 1 média

Arawaks et Karibs n'ont cessé d'alimenter en stéréotypes, depuis le xvi e  siècle, une vision occidentale, extérieure, ethnologique et anthropologique de l'espace des Caraïbes. Ces aborigènes signalés par Christophe Colomb dès son premier voyage ont fourni à la littérature, au cinéma, à la presse et à l'historiographie coloniale le thème obsédant du cannibalisme. Au service du roi de France, le c […] Lire la suite

ATAHUALPA, empereur inca (1500 env.-1533)

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 423 mots

À la mort de Huayna Cápac, l'Empire inca est en proie à une guerre qui oppose le fils légitime du défunt, Huáscar, officiellement couronné dans la capitale du Cuzco, à son fils bâtard, Atahualpa, qui, avec l'appui des généraux de son père, s'empare du nord du pays. En 1531, au moment où l'Espagnol Pizarro guerroie dans le golfe du Guayaquil, Atahualpa triomphe de son demi-frère Huáscar après une b […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La découverte de l'Amérique »  : […] En fait, ce sont les successeurs de Christophe Colomb, navigateurs et conquistadores , qui ont découvert l'Amérique et ont fait connaître cette découverte à l'Europe. Tout d'abord, Amerigo Vespucci dont le prénom a été donné au nouveau continent. Italien comme Colomb, Vespucci est né en 1454, à Florence. Son père avait une maison de commerce qui possédait des succursales en Espagne. Vespucci fut […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre BERTHE, « CONQUISTADORES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conquistadores/