BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HUMANISME

Le mot humanisme était encore à la mode au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au point que tous les courants de pensée s'en recommandaient : Sartre démontrait que l'existentialisme est un humanisme, les marxistes ne répugnaient pas à se servir de ce vocable pour définir leur doctrine, Henri de Lubac reconnaissait à certains types d'athéisme une valeur humaniste, et Fernand Robert s'interrogeait sur la fortune du mot et de la chose en remontant le cours du temps. Depuis lors, des philosophes, des éducateurs et des politiques ont mis en question un grand nombre de valeurs sur lesquelles reposait naguère l'idée que la plupart des hommes se faisaient de leur propre destin et du progrès de la civilisation, et l'idée d'homme paraît elle-même aux yeux de certains dénuée de signification. Si bien que l'emploi du mot est de plus en plus réservé aux spécialistes de la Renaissance, pour désigner à la fois une période socio-culturelle, la puissance de transformation qui a restructuré alors l'image du monde, et la conception de l'homme, qui s'est progressivement imposée grâce à ces agents de transformation que furent les humanistes eux-mêmes, avec l'appui de forces matérielles et spirituelles extérieures.

1.   L'âge de l'humanisme

Deux historiens de la Renaissance, André Chastel et M. P. Gilmore, en donnant pour titres à l'un de leurs ouvrages L'Âge de l'humanisme (1963) pour le premier, Le Monde de l'humanisme (The World of Humanism, 1952), pour le second, veulent tout d'abord situer le phénomène de l'humanisme dans un système de coordonnées spatio-temporelles, encore que les coupures historiques ne soient pas très nettement tranchées chez le premier, et que les frontières géographiques – même précisées par celles de la chrétienté latine – soient un peu floues chez le second. En effet, même sans faire remonter l'humanisme au xive siècle et à Pétrarque, et encore moins à Dante, voire aux xiie et xiiie siècles, selon une tendance propre à certains historiens italiens, comme G. Toffanin, sous prétexte qu'en Italie l'humanisme a nettement précédé ses manifestations dans les [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  17 pages…

 

Pour citer cet article

MARGOLIN, GODIN, « HUMANISME  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« HUMANISME » est également traité dans :

ABSOLU

Écrit par :  Claude BRUAIRE

Dans le chapitre "Absolu et humanisme"  : …  religieuse, est redonné à lui-même. La « mort de Dieu » signifie la naissance de l'homme. Mais l'humanisme ne s'érige en doctrine et en système exclusif qu'en souscrivant à la même conception de l'absolu, à la même prescription de rupture et de négation qu'exigeait la théologie négative. En rigueur, l'humanisme est système de l'homme seul brisant… Lire la suite
ACADÉMIES

Écrit par :  Nathalie HEINICH

Dans le chapitre "L'expansion européenne de la Renaissance"  : …  Avant de se trouver officialisées par une protection princière ou royale, les académies de la Renaissance ne furent à l'origine que des cercles privés ou, selon l'expression de N. Pevsner, des « regroupements informels d'humanistes ». La première à avoir été ainsi recensée fut l'Accademia platonica de Marsile Ficin et Pic de la Lire la suite
ACADÉMISME

Écrit par :  Gerald M. ACKERMAN

Dans le chapitre "La formation de la théorie académique"  : …  Une théorie humaniste de l'art fut inventée ou exprimée pour la première fois, avec une clarté remarquable, par Leon Battista Alberti dans son traité Della pittura, écrit aux alentours de 1435. Comme aucune théorie antique de l'art, susceptible de servir de modèle, n'avait… Lire la suite
AGRIPPA VON NETTESHEIM HEINRICH CORNELIUS (1486-1535)

Écrit par :  François SECRET

L'humaniste Henri Corneille, en fait Heinrich Cornelius Agrippa, est né à Cologne (Colonia Agrippina, d'où son nom d'Agrippa). Son ouvrage De occulta philosophia (La Philosophie occulte, Cologne, 1531-1533), non moins souvent réédité et traduit que la palinodie qu'il en publia dès 1530 De Lire la suite
ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

Écrit par :  Frédérique LEMERLE

de la langue italienne, moraliste, mathématicien, mais surtout théoricien de l'art et architecte, ce parfait humaniste s'est acquis dès la Renaissance une réputation universelle. Ses ouvrages sur les arts figuratifs et l'architecture constituèrent les premiers traités des Temps modernes, ses projets d'édifices créèrent un nouveau langage… Lire la suite
ALCIAT ANDRÉ (1492-1550)

Écrit par :  Jean GAUDEMET

Né sans doute à Alzate, près de Côme — d'où le nom de sa famille —, Alciat était fils d'un riche marchand de Milan, et c'est dans cette ville qu'il fait ses premières études. En 1508, probablement, il va à Pavie pour se former aux disciplines juridiques et, en 1511, il passe à Bologne. Mais l'enseignement du droit lui semble fort mal donné et… Lire la suite
ALLÉGORIE

Écrit par :  Frédéric ELSIGJean-François GROULIERJacqueline LICHTENSTEINDaniel POIRIONDaniel RUSSOGilles SAURON

Dans le chapitre "La Renaissance"  : …  il est perçu comme une forme cryptée de la sagesse antique, qui fait appel à la sagacité et aux connaissances de l'interprète. Il connaît ainsi un succès croissant dans la tradition néo-platonicienne de l'humanisme florentin, comme l'atteste l'intérêt manifesté vers 1419 par Poggio Bracciolini pour les Hieroglyphica de Horus Apollo, une… Lire la suite
ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

Écrit par :  Georges LIVET

Dans le chapitre "L'humanisme et le problème religieux"  : …  On assiste en Allemagne au développement de l'humanisme : en Alsace, où l'école de Sélestat a formé Jean Geiler, prédicateur à la cathédrale de Strasbourg et où Jacques Wimpheling écrit la Germania qui entraîne une riposte de Thomas Murner, à… Lire la suite
ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

Écrit par :  Nicole BARYClaude DAVIDClaude LECOUTEUXÉtienne MAZINGUEClaude PORCELL

Dans le chapitre "L'ère des effervescences"  : …  Bien que l'inspiration en soit plus polémique que littéraire, il offre l'image d'un désordre fécond ouvrant la voie aux idées nouvelles. Les traditions médiévales se maintiennent un temps mais l'humanisme se développe avant d'être arrêté par la Réforme qui marque profondément la société et les idées. La langue enfin est en pleine évolution… Lire la suite
ALSACE

Écrit par :  E.U.Françoise LÉVY-COBLENTZRaymond WOESSNER

Dans le chapitre "L'humanisme en Alsace. Heurs et malheurs de la Réforme"  : …  de Luther. La fièvre monte dans la ville, entretenue par tous ceux qui viennent y prêcher la parole nouvelle. Parallèlement, on assiste à la progression de l'humanisme. Il se manifeste précocement à Sélestat. Son école où Witz, dit Sapidus, introduit l'étude du grec comptera parmi ses élèves Beatus Rhenanus qui fit don à sa ville natale d'une… Lire la suite
ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

Écrit par :  Saül KARSZFrançois MATHERON

Dans le chapitre "Humanisme et/ou marxisme"  : …  Louis Althusser fait de l'anti-humanisme théorique une composante essentielle de la démarche marxiste et une condition sine qua non pour prendre en compte les hommes et les femmes réels. Inscrire tout Marx dans l'humanisme suppose que ce révolutionnaire n'aurait pas connu, lui, de révolutions dans son œuvre et dans sa vie : il… Lire la suite
ANCIENS ET MODERNES

Écrit par :  Milovan STANICFrançois TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Rivaliser avec l'antique"  : …  d'une culture et d'une civilisation à laquelle le présent peut et doit être mesuré. Avec les humanistes philo-antiques du xve siècle, la mise en parallèle, le paragone des Anciens et des Modernes, est ainsi élevé au rang d'antithèse primordiale dans l'histoire universelle. Cependant, si la culture humaniste impose la… Lire la suite
APELLE (-IVe s.)

Écrit par :  Adrien GOETZ

Dans le chapitre "Une biographie fragmentaire"  : …  Pline, au Panthéon des peintres, la place du maître qui « surpasse les artistes présents et à venir », topos rhétorique que Vasari devait appliquer à Michel-Ange. Dans les textes concernant Apelle, les humanistes trouvent ainsi la quasi-totalité du répertoire des figures qui servent à l'éloge d'un peintre… Lire la suite
ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

Écrit par :  Antoine PICON

le cadre des formes et de leur évolution. Longtemps implicites, ces enjeux sont clairement perçus et théorisés à la Renaissance quand apparaît l'architecte humaniste moderne. Au xve siècle, les réalisations de Filippo Brunelleschi ou les écrits de Leon Battista Alberti contribuent à faire émerger la question des… Lire la suite
ASCHAM ROGER (1515-1568)

Écrit par :  Henri FLUCHÈRE

Humaniste anglais du meilleur ton, qui gaspillait parfois son temps à jouer aux dés et qui assistait à des combats de coqs, Ascham était cependant un grave personnage et un grand érudit. Fort en langues classiques dès son admission à St. John's College (Cambridge), il y devint bientôt professeur de grec (1538). Mais il aimait les sports et surtout… Lire la suite
AUGUSTINISME

Écrit par :  Michel MESLINJeannine QUILLET

Dans le chapitre "Spiritualité et vision du monde"  : …  L'humanisme de la Renaissance, par plusieurs de ses tendances foncières, a contribué à ramener l'attention sur une spiritualité augustinienne que la scolastique semblait avoir rejetée : revanche de la spiritualité contre une théologie trop technique, a-t-on dit, avec quelque exagération. Mais il est certain qu'épris d'un… Lire la suite
BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

Écrit par :  Gilbert GADOFFRE

Joachim du Bellay n'a jamais eu à subir, comme Ronsard et Villon, un purgatoire de trois siècles avant d'être réhabilité en grande pompe. Il n'a jamais tout à fait cessé d'avoir des lecteurs, même à l'époque où tout ce qui était antérieur à Malherbe paraissait a priori suspect aux gens de goût. Mais on peut se demander s'il a été servi ou desservi… Lire la suite
BEMBO PIETRO (1474-1547)

Écrit par :  E.U.Paul RENUCCI

Dans le chapitre "Les activités d'un humaniste"  : …  Né à Venise d'une famille patricienne, le 20 mai 1474, Pietro Bembo réunit d'assez bonne heure suffisamment d'avantages pour pouvoir escompter sans outrecuidance, compte tenu de l'époque où il vécut, le chapeau de cardinal avant soixante-cinq ans, âge qu'il dut attendre pour accéder enfin à cette dignité. Son père, qui avait… Lire la suite
BRANT SÉBASTIEN (1458-1521)

Écrit par :  Jean-Claude MARGOLIN

Humaniste alsacien, principalement célèbre comme auteur de la Nef des fous. Issu d'une modeste famille de Strasbourg, le jeune Sébastien Brant n'en reçoit pas moins une excellente éducation, d'abord à Sélestat puis, à partir de 1475, à la toute nouvelle université de Bâle, au cœur… Lire la suite
BRIÇONNET GUILLAUME (1472 env.-1534)

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

Ecclésiastique qui se trouva jouer un rôle important dans les questions religieuses du début du xvie siècle (les relations entre le pouvoir royal et la papauté, les querelles autour de l'humanisme et de la Réforme), Guillaume Briçonnet, évêque de Lodève… Lire la suite
BUCER ou BUTZER MARTIN KUHHORN dit (1491-1551)

Écrit par :  Bernard VOGLER

Le principal réformateur et chef de l'Église strasbourgeoise a eu des débuts modestes. Né à Sélestat, Bucer y fait ses humanités avant d'entrer dans l'ordre des Dominicains, où il poursuit pendant dix ans des études de théologie scolastique. À l'université de Heidelberg, il apprend à connaître l'humanisme d'… Lire la suite
BUCHANAN GEORGE (1506-1582)

Écrit par :  Olivier JUILLIARD

Humaniste écossais reconnu comme un des plus grands poètes latins modernes, George Buchanan appartenait à une famille pauvre de Killearn, dans le comté de Stirling. Après avoir fait quelques études à Paris, il s'engagea dans les troupes auxiliaires recrutées en France par le duc d'Albany, fils naturel de Jacques V d'Écosse.… Lire la suite
BUDÉ GUILLAUME (1468-1540)

Écrit par :  Marie-Madeleine de LA GARANDERIE-OSTERMAN

Étrange destin posthume que celui de Guillaume Budé. Unanimement salué comme le plus grand humaniste français, il fut de son vivant une sorte de héros du savoir, et comme la figure emblématique de cette « science des lettres » en plein essor, dont il avait été à l'aube du xvie siècle le pionnier, et dont il… Lire la suite
CARAVAGE (vers 1571-1610)

Écrit par :  Arnauld BREJON DE LAVERGNÉEMarie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Dans le chapitre "Caravage et l'humanisme chrétien"  : …  Caravage est fondamentalement un peintre religieux et il ne rompt nullement avec la tradition de la Renaissance : Le Martyre de saint Matthieu, qui est presque un manifeste de savoir-faire, témoigne de sa virtuosité maniériste par le jeu avec les figures types, le contraposto, la complexité de l'espace. Mais… Lire la suite
CASTIGLIONE BALDASSARRE (1478-1529)

Écrit par :  Paul RENUCCI

est le fruit d'une expérience à la fois guidée, compensée et transcendée par un idéal éthique foncièrement tributaire de la culture humaniste. Il a constitué, pendant un siècle et plus, en Europe occidentale, la source et souvent le modèle d'un art de cour équilibré entre le devoir politique et l'animation culturelle, ayant pour double objet… Lire la suite
CICÉRON (-106--43)

Écrit par :  Alain MICHELClaude NICOLET

Dans le chapitre "Les ouvrages de rhétorique"  : …  ce que celle-ci paraît avoir de complaisant. Puisque l'homme d'État est un éducateur, il doit lui-même recevoir une formation universelle : il faut d'abord forger tout l'homme pour obtenir un personnage politique. Ainsi naît la notion moderne d'humanisme : humanitas ne signifie plus seulement « amour de l'humain », mais en même temps « culture… Lire la suite
COLET JOHN (1466-1519)

Écrit par :  Roland MARX

Humaniste anglais, John Colet était fils d'un lord-maire de Londres et élève d'Oxford. Son séjour de trois ans en Italie, de 1493 à 1496, lui vaut de connaître les Florentins Marcile Ficin, Pic de La Mirandole, Savonarole ; ils lui inspirent son exigence de pureté, sa croyance en la valeur de toutes les religions, son idéal… Lire la suite
COLLECTIONNISME

Écrit par :  Olivier BONFAIT

Dans le chapitre "Le « studiolo » et le « cortile »"  : …  Dans leur culte de l'Antiquité, les humanistes développent l'intérêt pour ses monuments, édifices, statues, médailles (c'est-à-dire des monnaies) et pierres gravées (gemmes et camées). Ils légitiment en outre un rapport de plaisir artistique entre l'œuvre d'art et son propriétaire, comme en témoigne dans une lettre… Lire la suite
COLONNA FRANCESCO (1433 ou 1434-1527)

Écrit par :  Michel PLAISANCE

Né, semble-t-il, à Venise d'une famille peut-être originaire de Trévise où il aurait pu séjourner en 1462-1467, Francesco Colonna entre dans le couvent dominicain de Saint-Jean-et-Saint-Paul à Venise où sa présence est attestée en 1471. Il étudie à Padoue où il devient, en 1473, bachelier en théologie. Plus tard, il… Lire la suite
COORNHERT DIRK VOLKERTSZOON (1522-1590)

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Polémiste, écrivain, graveur et humaniste, Dirk Coornhert compte parmi les principaux représentants de la Renaissance en Hollande. Versatile et courageux, dans un pays où l'intransigeance protestante succédait à l'intolérance catholique, il mena, en dépit des persécutions, un incessant combat pour la… Lire la suite
DELORME PHILIBERT (1514-1570)

Écrit par :  Françoise BOUDON

Dans le chapitre "Le champion d'un nouveau professionnalisme"  : …  seulement les « lettres », c'est-à-dire le bagage philosophique et scientifique de tout humaniste – et en particulier la géométrie et l'astronomie grâce auxquelles l'architecte pourra maîtriser l'espace –, non seulement une connaissance approfondie de l'architecture antique – qui suppose un travail personnel de relevés –, mais encore un savoir… Lire la suite
DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

Écrit par :  Pierre VAISSE

Dans le chapitre "Dürer et l'humanisme"  : …  S'il put ainsi s'élever au-dessus de sa condition, il le dut sans doute à un talent supérieur, mais aussi et peut-être avant tout à sa valeur intellectuelle et à ses préoccupations de théoricien par lesquelles il se trouvait lié aux humanistes. Nombre d'entre eux appartenaient en effet aux milieux patriciens, l'étude des textes anciens étant… Lire la suite
ÉDUCATION LIBÉRALE

Écrit par :  Pierre KAHN

D'un point de vue historique, l'éducation libérale vise à la transmission de la culture humaniste telle qu'Eugenio Garin, dans L'Éducation de l'homme moderne, en décrit l'émergence à partir de la Renaissance. Ce sont les studia humanitatis ou sciences de l'homme de Lire la suite
ÉLOGE DE LA FOLIE, livre de Érasme

Écrit par :  Jean VIGNES

Conçu en 1509 et rédigé en latin la même année par Érasme (1467 env.-1536) à son retour d'Italie, dédié en 1510 au juriste anglais Thomas More (futur auteur de l'Utopie, 1516), imprimé pour la première fois… Lire la suite
ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)

Écrit par :  Yvon BELAVAL

Dans le chapitre "Les interprétations"  : …  –, imposaient une nouvelle philosophie de l'histoire : non plus celle, éternitaire, du rachat, mais, désormais, celle de l'humanisme. En conséquence, l'Encyclopédie ne pouvait être que progressiste et engagée elle-même dans le flux du progrès : rétrospective et prospective, elle était œuvre en devenir ; non pas chose, dans la statique d'un… Lire la suite
ÉRASME (1467 env.-1536)

Écrit par :  Jean-Claude MARGOLIN

Étonnante aventure que celle de ce Hollandais que rien ne destinait à la célébrité, mais dont les contemporains firent le « prince de l'humanisme » et dont la postérité ne connaît, en général que le titre d'un livre, l'Éloge de la folie, et le profil peint par Holbein le Jeune… Lire la suite
ESPINEL VICENTE (1550-1624)

Écrit par :  Bernard SESÉ

Écrivain espagnol né à Ronda, Espinel veut, après avoir fait ses études à Salamanque, partir pour l'Amérique : la peste empêche la flotte d'appareiller. À Valladolid, il est au service du comte de Lemos. N'ayant pas réussi à s'enrôler dans une nouvelle expédition militaire, il séjourne à Séville où il se mêle aux milieux interlopes. Comme il vogue… Lire la suite
ESSAIS FLORENTINS, livre de Aby Warburg

Écrit par :  Martine VASSELIN

Dans le chapitre "L'invention d'une méthode et la foi d'un humaniste"  : …  idéale de l'Antiquité selon Winckelmann, comme « noble simplicité et calme grandeur ». Pour lui, l'intérêt que les hommes de la Renaissance ont porté à la culture gréco-romaine a concerné tout autant la capacité à maîtriser la gestuelle expressive du corps humain, les « formules de pathos », les croyances superstitieuses dans les « démons »… Lire la suite
ESSAIS, Michel Eyquem de Montaigne

Écrit par :  Jean VIGNES

C'est vers 1572 que Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592) entreprend la rédaction des Essais, qui l'occupera jusqu'à sa mort. Deux ans plus tôt, il a vendu sa charge de conseiller au Parlement de Bordeaux et s'est retiré en son château du Périgord. Non qu'il se consacre exclusivement à l'écriture : tout en administrant son… Lire la suite
L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, livre de Ludwig Feuerbach

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "L'essence de la religion"  : …  et inversement à partir de l'homme, son Dieu : les deux ne font qu'un. » Telle est « l'essence de la religion en général ». Ce postulat va guider les recherches de Feuerbach qui radicalise dans un sens humaniste les thèses de Hegel au point de faire de l'Absolu l'humanité elle-même (ce qui lui vaudra les sévères remontrances de Max Stirner dans Lire la suite
ESTIENNE ou ÉTIENNE LES

Écrit par :  Anne BEN KHEMIS

Au xvie siècle, les Estienne forment une famille d'imprimeurs et d'érudits. Célèbres en leur temps, ils le sont demeurés pour la qualité des travaux auxquels ils se sont attachés. Leur marque, un olivier, évoque Laure de Montolivet, mère d'Henri Ier Estienne… Lire la suite
FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

Écrit par :  Henri ARVON E.U.

Dans le chapitre "L'aliénation"  : …  La religion constitue donc, aux yeux de Feuerbach, un obstacle au progrès matériel et moral de l'époque moderne. Mais, vue sous un angle historique, elle n'en est pas moins « une forme essentielle de l'esprit humain ». C'est elle qui « dévoile avec pompe les trésors cachés de la nature de l'homme, elle est l'aveu de ses pensées intimes, elle est la… Lire la suite
FICIN MARSILE (1433-1499)

Écrit par :  E.U.Maurice de GANDILLAC

« De toutes les influences intellectuelles qui devaient agir, en Italie et au-dehors, pendant la Renaissance, la plus forte a été sans doute celle de Marsile Ficin », déclare A. Rivaud dans son Histoire de la philosophieLire la suite
FRACASTORO GIROLAMO (1478-1553)

Écrit par :  Jacqueline BROSSOLLETAdelin Charles FIORATO

Médecin, humaniste et poète véronais, Fracastoro est l'une des figures les plus représentatives du gentilhomme savant de la RenaissanceLire la suite
FRANCE (Arts et culture) - La langue française

Écrit par :  Gérald ANTOINEJean-Claude CHEVALIERLoïc DEPECKERFrançoise HELGORSKY

Dans le chapitre "De la guerre de Cent Ans à la Renaissance"  : …  Le mouvement humaniste de la Renaissance est un retour aux sources gréco-latines qui a autorisé une relatinisation de la langue écrite. Mais il s'accompagne de l'ambition nouvelle de hisser le « vulgaire » français sur le même plan que le latin, et de réflexions approfondies sur les divers moyens de cultiver dans ce dessein l'idiome national. L'… Lire la suite
GAGUIN ROBERT (1423-1501)

Écrit par :  Jean-Claude MARGOLIN

Humaniste et diplomate français, ministre général de l'ordre des Trinitaires. Né à Calonne-sur-la-Lys, près de Béthune, Robert Gaguin fait ses premières études au monastère de Préavins (où il mourra), près de Saint-Omer. Très jeune, il entre chez les Trinitaires, qui l'envoient dans leur maison parisienne des Mathurins pour… Lire la suite
GANS DAVID (1541-1613)

Écrit par :  André NEHER

Historien, cosmographe et astronome juif de l'époque de la Renaissance, David Gans fut le premier auteur hébraïque à mentionner Copernic, d'une manière très élogieuse d'ailleurs, le premier aussi à donner une description correcte des continents à la suite de la découverte de l'Amérique… Lire la suite
GARGANTUA, livre de François Rabelais

Écrit par :  Jean VIGNES

l'historiographie contemporaine, qui mettait pour la première fois en scène le bon géant. Mais si ce livret suggère à Rabelais certains épisodes, Gargantua fait surtout écho aux débats idéologiques nés des progrès de l'humanisme sous François Ier, et au conflit qui oppose la Sorbonne, puissante faculté de théologie gardienne de l'orthodoxie,… Lire la suite
GÉNOCIDE

Écrit par :  Louis SALA-MOLINS

Dans le chapitre "Hors le droit des gens"  : …  clés « naturels » du préambule de la Convention, ceux d'humanité et de civilisation. L'« humanité » n'est pas plus celle des Troyens que celle des gentilshommes, pour en nommer deux groupes au hasard de la longue liste dont on dispose. C'est celle qui prend forme à la Renaissance, s'élargit et, hélas, se hiérarchise avec les Lumières, s'… Lire la suite
GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

Écrit par :  Jean-Claude CHEVALIER E.U.Jean STÉFANINI

Dans le chapitre "La Renaissance : élargissement des horizons, maintien des traditions, stagnation de la réflexion théorique"  : …  À la Renaissance, volonté humaniste de restaurer les belles-lettres et volonté bourgeoise de préparer les rédacteurs pour les administrations royale ou pontificale, raniment la tradition italienne d'une grammaire à but pratique (ars dictandi), appuyée sur la rhétorique et fondée sur l'usage des classiques latins. Idéal que… Lire la suite
GRASSI ERNESTO (1902-1991)

Écrit par :  Alain PONS

paraître distincts. Il y a les travaux de Grassi philologue, spécialiste de l'histoire de l'humanisme italien de la Renaissance, à qui l'on doit des éditions savantes, traductions, introductions, consacrées entre autres à Salutati, Bruni, Pontano, Guichardin, Bruno, et Vico (considéré par lui comme le dernier et le plus grand représentant de la… Lire la suite
GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645)

Écrit par :  Mario BETTATIPaul DIBON

Dans le chapitre "L'archétype du citoyen de la « Respublica literaria et christiana »"  : …  de son ambassade, il ne cesse d'œuvrer et de publier. Suivant l'expression de J. Moreau-Reibel, le trait dominant de « ce grand humaniste [fut] une volonté œcuménique d'enquête qui ne lui laissa aucun répit ». La tradition a surtout retenu en lui le juriste, l'auteur du De jure pacis et belli (1625), qui marque la date de naissance du… Lire la suite
HEGIUS ALEXANDER (1433 env.-1498)

Écrit par :  Paul DIBON

Connu traditionnellement sous le nom de « meester Sander », Alexander Hegius, pédagogue et poète latin, est un des pionniers de cet humanisme biblique qui, dans la ligne de la Devotio moderna, a marqué le xvie siècle néerlandais et… Lire la suite
HONNEUR

Écrit par :  Marie-France MURAWA-WULFING

Dans le chapitre "Un miroir social"  : …  Lorsque, au xvie siècle, les humanistes dominent la pensée intellectuelle, lorsque la culture savante l'emporte sur les « coups au cœur » de la culture populaire, alors l'homme d'honneur devient un savant – Philippe de Commynes fut, selon Ronsard, le premier gentilhomme « Qui d'un cœur vertueux fist à la France voir / Que c'est l'honneur de… Lire la suite
HUTTEN ULRICH VON (1488-1523)

Écrit par :  Bernard VOGLER

Né dans une famille de hobereaux franconiens, Ulrich von Hutten fut envoyé à l'abbaye de Fulda pour s'y préparer à la carrière ecclésiastique. Il s'en sauva, encourant la malédiction de son père, pour une vie errante à travers l'Allemagne et l'Italie. Dans ce pays (1512-1513), il conçut une vive antipathie pour la cour de RomeLire la suite
IMPRIMERIE

Écrit par :  Isabelle ANTONUTTIJean-Pierre DRÈGE E.U.Henri-Jean MARTIN

Dans le chapitre "Les caractères typographiques"  : …  les documents de chancellerie. Enfin, les textes des classiques latins, et plus généralement les manuscrits d'inspiration humaniste, faisaient appel à l'écriture humanistique, ancêtre du romain et de l'italique typographique – écriture artificielle inspirée d'une caroline tardive, dont la mise au point avait été réalisée en Italie au début du xvLire la suite
INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, livre de Jean Calvin

Écrit par :  Marianne CARBONNIER-BURKARD

Le nombre des éditions de l'Institution de la religion chrétienne témoigne du succès de l'ouvrage, dès sa sortie en 1536 : vingt éditions en latin et dix-sept en français, jusqu'à la fin du siècle, outre une bonne vingtaine d'éditions en d'autres langues. Ce manuel, devenu la somme de la théologieLire la suite
JANSÉNISME

Écrit par :  Louis COGNETJean DELUMEAUMaurice VAUSSARD

rien changé et s'étaient efforcés d'étayer ces positions sur des bases rationnelles. Mais l'humanisme avait fait apparaître de nouvelles revendications à l'égard des valeurs humaines naturelles et, d'instinct, certains penseurs cherchaient à sortir du pessimisme augustinien en rendant à l'homme une meilleure place devant Dieu. En outre, d'aucuns… Lire la suite
JEAN CICÉRON (1455-1499)

Écrit par :  Bernard VOGLER

Un des premiers princes touchés par l'humanisme, l'électeur Jean Cicéron s'est plus occupé de la gestion intérieure du Brandebourg que d'une politique active avec les voisins. Devenu gouverneur de l'électorat en 1476, il a connu des débuts difficiles, ballotté entre le contrôle… Lire la suite
JUSNATURALISME

Écrit par :  Simone GOYARD-FABRE

définition antique et médiévale. Dans le cadre de l'humanisme renaissant, qui bouleversait la tradition juridique, cette mutation s'est effectuée progressivement. Malgré des nuances entre ses représentants, devenues parfois de franches oppositions, le jusnaturalisme a tracé les lignes de force d'une… Lire la suite
LAGUNA ANDRÉS (1511-1559)

Écrit par :  Marcel BATAILLON

D'origine juive, convertis en 1492, les Laguna se sont intégrés dans la société chrétienne sans trop souffrir de la discrimination qui freinait la promotion sociale des « nouveaux chrétiens ». Le père, converso, meurt médecin apprécié du beau monde, deux frères font carrière dans le clergé, mais c'est à Andrés, le brillant… Lire la suite
LAMBIN DENIS (1516 env.-1572)

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

Collègue et ami de Turnèbe, Lambin fut, de 1560 à 1572, l'un des plus remarquables professeurs de grec au Collège royal (Collège de France… Lire la suite
LECTURE

Écrit par :  Henri-Jean MARTINMartine POULAIN

Dans le chapitre "Un nouvel espace pour le livre"  : …  les textes de théologie et de droit disparurent alors et les lignes des romans se resserrèrent. Après quoi, surtout à partir des années 1520-1530, avec le caractère romain, l'intervention des imprimeurs humanistes fit triompher de nouvelles formes de mise en texte, plus simples et plus aérées, qui correspondent à de nouvelles formes de lecture… Lire la suite
LE ROY LOUIS (1510 env.-1577)

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

L'un des personnages les plus méconnus d'un groupe d'« humanistes de la seconde génération ». Le Roy, dit Regius, traîne une existence difficile, matériellement si misérable qu'elle l'amène à adresser des suppliques aux grands, sous forme d'œuvres de circonstances sans originalité. Ce personnage falot, qui semble avoir vécu sur les bords de la… Lire la suite
LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

Écrit par :  Alain VIALA

Dans le chapitre "Art épistolaire et débat d'idées"  : …  Le premier théoricien moderne de l'art épistolaire fut Érasme, avec son De conscribendis epistolis (1522). Face aux nomenclatures fixes des Formulaires médiévaux, il affirme que les lettres peuvent traiter toutes sortes de sujets et adapter leurs formes et formules en conséquence.… Lire la suite
LIVRE

Écrit par :  Jacques-Alexandre BRETONHenri-Jean MARTINJean TOULET

Dans le chapitre "Le romain"  : …  manifestation plus évidente d'un changement plus général que l'implantation d'un nouveau tracé des signes de l'écriture. Il s'agit d'abord pour les milieux humanistes italiens, en adoptant la minuscule caroline empruntée à des manuscrits des ixe et xe siècles et ressentie à la fois comme antique et ancienne, de distinguer leur… Lire la suite
LOEB RABBI, dit LE MAHARAL DE PRAGUE (1512-1609)

Écrit par :  André NEHER

Dans le chapitre "Un rabbin humaniste"  : …  l'intérieur de la communauté juive, surtout sur le plan pédagogique où il critique la méthode médiévale et casuistique encore en usage dans les écoles talmudiques et rabbiniques, et trace le programme d'une éducation d'inspiration moderne, conforme aux principes des humanistes non juifs de son siècle… Lire la suite
LUTHER MARTIN (1483-1546)

Écrit par :  Martin BRECHTPierre BÜHLER

Dans le chapitre "L'homme devant Dieu"  : …  La Croix nous a fait entrer dans la relation entre Dieu et l'homme. Il faut encore développer cette perspective pour voir apparaître une conception nouvelle de l'homme… Lire la suite
LYONNAIS POÈTES

Écrit par :  Ian Dalrymple McFARLANE

Dans le chapitre "Une ville humaniste"  : …  Lyon jouissait d'une culture locale déjà solidement établie, et la proximité de l'Italie facilitait la pénétration des idées de la Renaissance dans une ville dont la population était dans une grande mesure d'origine italienne. Symphorien Champier (1471 ?-1539), qui se rattachait par certains côtés aux Lire la suite
MARGOLIN JEAN-CLAUDE (1923-2013)

Écrit par :  E.U.

Admis à l’École normale supérieure en 1945, il devient agrégé de philosophie en 1949 et enseigne dans plusieurs lycées puis entre, en 1962, au Centre d’études supérieures de la Renaissance. Il sera directeur du département de philosophie de la Renaissance et d’histoire de l’humanisme de 1974 à 1991… Lire la suite
MARTÍ JOSÉ (1853-1895)

Écrit par :  Evelyne PISIER

Dans le chapitre "Le penseur politique"  : …  Martí est avant tout un humaniste : il fait du travail et de l'honnêteté les valeurs premières. Combattant la domination espagnole, il prend le soin de distinguer entre le colon qui travaille la terre et fonde une famille à Cuba et les dirigeants et exploiteurs du gouvernement colonial qui pillent le pays et corrompent les consciences. Combattant… Lire la suite
MASACCIO (1401-env. 1429)

Écrit par :  Giovanni PREVITALI

Dans le chapitre "Florence, l'humanisme et les « hommes nouveaux »"  : …  Bruni) pour son rival « gothique tardif » Lorenzo Ghiberti. D'ailleurs à cette époque, l'humanisme ne joue pas encore le rôle de déguisement idéologique et rhétorique qui a pour fonction de cacher la décadence effective de la cité italienne dans le domaine économique et politique. La découverte de l'antique s'est faite à Florence avec un esprit d'… Lire la suite
MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)

Écrit par :  Bernard VOGLER

« Précepteur » de la Germanie et inspirateur de l'Église territoriale luthérienne, un des maîtres du protestantisme. Né à Bretten dans le Palatinat, Melanchthon subit l'influence de Reuchlin, avant d'entreprendre des études à Heidelberg et à Tübingen (1510-1514). Puis il travaille quelque temps dans une imprimerie, ce qui le… Lire la suite
MIRANDA FRANCISCO DE DE (1481?-1558)

Écrit par :  Adrien ROIG

Poète et dramaturge portugais, Francisco de Sá de Miranda eut une grande influence sur l'évolution de la littérature au Portugal au xvie siècle. En l'absence de documents authentiques, la vie de ce personnage vénérable reste fort mystérieuse. Il existe bien une Lire la suite
MONTAIGNE MICHEL EYQUEM DE (1533-1592)

Écrit par :  Fausta GARAVINI

Dans le chapitre "L'exemplum..."  : …  dans les métamorphoses par lesquelles ce texte transmue les modèles culturels de l'humanisme en une écriture de la subjectivité. Certes, Montaigne semble se laisser guider par des concepts ; mais aucun texte, même le plus spéculatif, n'est issu simplement d'un itinéraire mental au pays abstrait des idées. À la base, il y a… Lire la suite
MORE THOMAS (1477 ou 1478-1535)

Écrit par :  Gérard DEFAUX

Dans le chapitre "L'humaniste : le frère jumeau d'Érasme"  : …  Parallèlement à l'homme d'action et de pouvoir s'épanouit en More l'humaniste et le lettré qui vont bientôt enchanter Érasme et l'Europe. Sa rencontre avec Érasme (1499) marque les débuts d'une indéfectible amitié, d'une collaboration et d'une communion intellectuelles fécondes qui coïncident avec les plus belles années de l'humanisme chrétien (… Lire la suite
MURET MARC-ANTOINE (1526-1585)

Écrit par :  Françoise JOUKOVSKY

Humaniste français, fils d'un juriste, Marc-Antoine Muret commence en province — selon un itinéraire encore mal connu — une brillante carrière de professeur. Parmi ses élèves figure Montaigne au collège de Guyenne. Le voici ensuite à Paris, au collège de Boncourt, et il contribue de 1551 à 1553 à révéler les textes anciens à Rémi Belleau ou… Lire la suite
MURMELLIUS JOHANNES (1480-1517)

Écrit par :  Paul DIBON

Originaire de Ruremonde, Johannes Murmellius fréquente à Deventer, de 1493 à 1496, l'école latine dirigée par Alexander Hegius. En 1496, il s'inscrit à l'université de Cologne et en 1500, licencié ès arts, il obtient le poste de « conrecteur » ou directeur adjoint de l'école de la cathédrale de Münster, que dirige Timan… Lire la suite
MUSÉE

Écrit par :  Robert FOHR

Dans le chapitre "Trésors, collections, musées"  : …  art – le succès croissant que rencontre un genre tel que le portrait à partir de cette époque est à cet égard très significatif –, et le goût de la collection venait parachever l'image de l'humaniste éclairé dans les domaines les plus élevés de l'esprit. Les xve et xvie siècles virent la constitution, en Italie d'… Lire la suite
NEBRIJA ANTONIO DE (1444-1522)

Écrit par :  Daniel DEVOTO

Antonio Martinez de Cala, à l'instar d'autres humanistes, prit comme nom de plume le nom de sa ville natale, qu'il identifia avec la Nebrissa romaine, et signa ses ouvrages, qui comptent parmi les plus importants de l'Europe au tournant du xve siècle, du nom de « Antonio (ou Elio — Aelius — Antonio) de… Lire la suite
ŒCOLAMPADE JOHANNES HAUSSCHEIN dit (1482-1531)

Écrit par :  Bernard VOGLER

Réformateur de Bâle, humaniste érudit et pondéré, Œcolampade fait des études de droit et de théologie à Bologne et à Heidelberg, où il subit l'influence humaniste et mystique de Wimpfeling. Après 1510, il concilie son activité de prédicateur avec des études à Tübingen et auprès de Reuchlin. En 1515, il collabore avec… Lire la suite
PALMIERI MATTEO (1406-1475)

Écrit par :  Claude MINOT

D'origine populaire, Matteo Palmieri fit des études humanistes à Florence et participa à la vie publique. Il écrit en latin des textes de caractères historique et biographique, méditant sur l'histoire qu'il considère comme une discipline formatrice, permettant d'acquérir la sagesse propre à l'action. On le connaît surtout aujourd'hui pour son œuvre… Lire la suite
PARACELSE (1493-1541)

Écrit par :  Bernard GORCEIX

Le médecin suisse Paracelse (de son vrai nom, Theophrast Bombast von Hohenheim) joue un rôle considérable dans l'histoire de la médecine, de la philosophie, des religions, entre le Moyen Âge et l'époque moderne. Il incarne les contradictions, les invraisemblances, les intuitions géniales de la RenaissanceLire la suite
PASCAL BLAISE (1623-1662)

Écrit par :  Dominique DESCOTESFrançois RUSSO

Dans le chapitre "Une formation humaniste"  : …  Blaise Pascal naît le 19 juin 1623 à Clermont en Auvergne, d'Étienne Pascal, président à la Cour des aides, et d'Antoinette Begon (morte en 1626). Son père, fort savant en mathématiques, mécanique et musique, quitte en 1631 sa charge à Clermont pour s'installer, avec son fils et ses deux filles Gilberte et Jacqueline, à Paris où il entre en contact… Lire la suite
PASTORALE, genre littéraire

Écrit par :  Daniela DALLA VALLE CARMAGNANIJacqueline DUCHEMIN ETIEMBLECharlotte VAUDEVILLE

Dans le chapitre "Un fruit de l'humanisme"  : …  par les Anciens, la pastorale dut sa nouvelle vie à l'effort des humanistes pour restaurer la littérature classique. Dans ce cas, cependant, le mot « genre » est impropre, car la pastorale n'est point exactement un genre ; il s'agit d'un milieu, d'une atmosphère, d'un déguisement conventionnel qui, théoriquement, pourraient se retrouver dans n'… Lire la suite
PÉTRARQUE

Écrit par :  Vittore BRANCAFrançoise JOUKOVSKY

Père de la poésie moderne et de la culture humaniste, auteur en langue vulgaire de cet immortel Canzoniere (Rerum vulgarium fragmenta), qui a suscité des foules d'imitateurs en Italie et dans toute l'Europe et qui a marqué la poésie amoureuse en Occident jusqu'au romantisme et au-… Lire la suite
PFLUG JULIUS (1499-1564)

Écrit par :  Jacques Vincent POLLET

Humaniste, diplomate et homme d'Église, Julius Pflug fut le dernier évêque catholique de Naumburg-Zeitz (Saxe), évêché fondé au xe siècle ; il fut aussi l'instrument de la politique religieuse de Charles Quint dans les années 1540 et les suivantes. C'est à de double titre qu'il… Lire la suite
PHILANDRIER GUILLAUME dit PHILANDER (1505-1565)

Écrit par :  Frédérique LEMERLE

La notoriété de Guillaume Philandrier n'eût sans doute dépassé les cercles humanistes (il fut l'ami de Rabelais) s'il n'avait publié en 1544, à Rome, des annotations sur le De architectura de Vitruve, In decem libros M. Vitruvii Pollionis de architectura annotationes. L'ouvrage n'est… Lire la suite
PHILOLOGIE

Écrit par :  Paul ZUMTHOR

Dans le chapitre "La Renaissance"  : …  xviiie siècle, mal connue et attire peu les curiosités, la philologie a repris vie. Elle constitue le fondement de l'humanisme, en Italie d'abord (de Pétrarque à Poliziano), puis dans le reste de l'Europe. La littérature antique est sentie comme fournissant les plus parfaits modèles d'humanitas (Érasme) ; d'… Lire la suite
PHILOSOPHIE

Écrit par :  Jacques BILLARDJean LEFRANCJean-Jacques WUNENBURGER

Dans le chapitre "Réduction anthropologique"  : …  Il faut s'y résigner : aucune science moderne, même dite humaine, ne peut prétendre fonder un humanisme. On sait que ce terme, assez récent puisqu'il n'entre au supplément du Littré qu'en 1880, est devenu l'un des maîtres mots de notre temps. Il eut d'abord une acception historique, désignant un mouvementLire la suite
PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

Écrit par :  Jean-Luc DAVAL

Dans le chapitre "La photographie est-elle un art ?"  : …  mais répond à des besoins différents qu'elle élargit ou déplace en même temps qu'elle les réalise. Or, dès les débuts de la Renaissance, l'homme a privilégié le sens de la vue au détriment des autres moyens de perception, jusqu'à en faire l'étalon universel de mesure. Fonder l'œil en modèle de connaissance permettait à l'individu de… Lire la suite
PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

Écrit par :  Jean-Claude MARGOLIN

Dans le chapitre "L'idée du microcosme et la « dignité de l'homme »"  : …  de Pic. Il constitue également, dans cette dernière partie du Quattrocento, comme la proclamation urbi et orbi de l'avènement d'un monde nouveau, la charte en quelque sorte de l'humanisme, d'un humanisme assurément christianisé, et même d'un humanisme chrétien, quoique en un sens différent de celui d'Érasme, de More ou de Vivès… Lire la suite
POGGE GIANFRANCESCO POGGIO BRACCIOLINI dit LE (1380-1459)

Écrit par :  Angélique LEVI

Philologue, historien et traducteur, Pogge étudia les lettres latines chez Jean de Ravenne et s'initia au grec en écoutant les leçons de Chrysoloras (1350-1415… Lire la suite
POLOGNE

Écrit par :  Jean BOURRILLYGeorges LANGRODMichel LARANMarie-Claude MAURELGeorges MONDJean-Yves POTELHélène WLODARCZYK

Dans le chapitre "Controverses religieuses et littérature nationale"  : …  favorisent la pénétration des courants qui renouvellent alors la pensée occidentale. L'humanisme se reflète déjà dans les œuvres d'Ostroróg et de Dlugosz ; il imprègne le portrait que l'Italien F. Buonaccorsi, dit Callimaque, consacre à son protecteur, Grégoire (Grzegorz) de Sanok, archevêque de Lwów ; enfin, il suscite dans la première moitié du… Lire la suite
PORTUGAL

Écrit par :  Roger BISMUTAlbert-Alain BOURDONMichel DRAIN E.U.José-Augusto FRANÇAFrançois GUICHARDMichel LABANFrédéric MAUROJorge MORAÏS-BARBOSAVictor PEREIRAEduardo PRADO COELHO

Dans le chapitre "Humanisme et Contre-Réforme"  : …  Si le Portugal connut l'humanisme, certains facteurs freinèrent, puis contrarièrent son élan. Certes, sous l'impulsion de D. Manuel et de Jean III, de nombreux nobles et ecclésiastiques vont en Italie « faire leurs humanités », et en revanche la cour portugaise accueille des humanistes célèbres, dont Érasme ; des Portugais enseignent dans les… Lire la suite
PSYCHOLOGIE CLINIQUE DU COUPLE

Écrit par :  Nicolas FAVEZ

Dans le chapitre "La thérapie de couple"  : …  les approches humanistes, qui mettent l’accent sur le rôle que joue le couple dans la construction d’une estime de soi forte et dans l’accomplissement de besoins émotionnels ; une non-réponse d’un partenaire au besoin émotionnel de l’autre crée une blessure d’attachement qui met à mal la relation… Lire la suite
RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

Écrit par :  Françoise JOUKOVSKY

Dans le chapitre "Paroles gelées"  : …  dans les Essais. Rabelais est bien un humaniste, c'est-à-dire un lettré qui pratique des “études d'humanité” (studia humanitatis) selon l'expression employée par les écrivains de l'Antiquité et de la Renaissance : elles servent à former le jugement humain à partir des textes anciens… Lire la suite
RAMUS PIERRE DE LA RAMÉE dit (1515-1572)

Écrit par :  Jean-Claude MARGOLIN

Humaniste français qui entreprit dans la science du temps de la Réforme une critique analogue à celle de Luther et de Calvin dans l'ordre religieux. Né à Cuth, dans le Vermandois, Ramus appartient à une famille très modeste ; son père est laboureur et son grand-père charbonnier. À huit ans, il fait seul à pied le voyage de… Lire la suite
RENAISSANCE

Écrit par :  Eugenio BATTISTIJacques CHOMARATJean-Claude MARGOLINJean MEYER

Dans le chapitre "La littérature latine en Europe "  : …  Dès le deuxième tiers du xve siècle, l'esprit nouveau se répand hors d'Italie et d'abord en Dalmatie et dans la Hongrie de Mathias Corvin, avec le poète J. Pannonius (1434-1472). L'imprimerie accélère ce mouvement, tandis que des lettrés italiens vont s'installer à l'étranger, comme les artistes feront… Lire la suite
ROME

Écrit par :  Géraldine DJAMENTSylvia PRESSOUYRE

Dans le chapitre "Rome foyer de la seconde Renaissance"  : …  À partir de Nicolas III, ils mènent une politique culturelle et urbanistique active. L'humanisme se développe sous l'égide du Pogge, de Léon Battista Alberti et de Flavio Biondo. Nicolas V fonde en 1450 la bibliothèque vaticane. Les vestiges de l'Antiquité font l'objet de premiers relevés scientifiques. La statue du Laocoon… Lire la suite
SADOLET JACQUES, ital. IACOPO SADOLETO (1477-1547)

Écrit par :  Jean-Robert ARMOGATHE

Homme d'Église italien, né à Modène. Fils d'un jurisconsulte, Iacopo Sadoleto reçoit une excellente éducation d'humaniste. Il se rend à Rome, protégé par le cardinal Olivier Caraffa, puis par Fregoso, archevêque de Salerne. Il est connu pour ses qualités d'écrivain et de poète : Léon X le prend comme… Lire la suite
SANNAZARO JACOPO (1457-1530)

Écrit par :  Gérard MARINO

à de vaines spéculations sur la biographie amoureuse de l'auteur ou aux innovations métriques qu'on lui attribuait faussement. Un regain d'intérêt se fait sentir depuis la seconde moitié du xxe siècle, qui a redécouvert la ferveur de l'humaniste et le lyrisme raffiné de l'œuvre. C'est qu'on avait failli oublier que Sannazaro fut poète avant… Lire la suite
SANTILLANA ÍÑIGO LÓPEZ DE MENDOZA marquis de (1398-1458)

Écrit par :  Daniel DEVOTO

Dans le chapitre "Un humaniste"  : …  à la demande de Jean II pour l'instruction de son héritier, l'infant don Enrique, notre auteur fait l'éloge de l'humanisme (il ignorait pourtant le grec, et son latin n'était pas riche), et dans la « Lettre ou préface au connétable de Portugal », qui accompagnait ses poésies, que celui-ci demandait, Santillana ébauche une histoire de la poésie… Lire la suite
SCALIGER JOSEPH JUSTE (1540-1609)

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

Dixième fils de Jules César Scaliger (humaniste padouan fixé en France et connu pour ses violentes controverses avec Érasme et avec le mathématicien Jérôme Cardan), Joseph Scaliger fit ses humanités à Bordeaux, puis à Paris sous Turnèbe. Devenu précepteur des enfants de l'ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, il… Lire la suite
SCIENCES - Science et christianisme

Écrit par :  Jacques ROGER

Dans le chapitre "De Copernic à Newton"  : …  À partir du xve siècle, l'humanisme puis la Renaissance bouleversèrent le paysage intellectuel européen. Il y eut, certes, un néopaganisme et une philosophie panthéiste très éloignés de la pensée chrétienne. Mais la rupture avec la scolastique médiévale se fit surtout au nom d'une nouvelle… Lire la suite
SCIENCES HUMAINES

Écrit par :  Edmond ORTIGUES

Dans le chapitre " L'étude des humanités"  : …  païdeia, signifie « culture », « éducation », « civilisation ». L'humanisme est issu d'une double tradition, hellénistique (ou gréco-latine) et judéo-chrétienne (hébraïque et grecque), l'humanisme a transformé l'idée même de tradition. La conception médiévale de celle-ci était d'ordre ecclésiastique ou juridico-… Lire la suite
SECOND JEAN (1511-1536)

Écrit par :  Françoise JOUKOVSKY

Né à La Haye, ce grand poète néo-latin — de son vrai nom Jean Everaerts — est européen par ses voyages, dont ses propres relations nous transmettent l'itinéraire daté. Sa première jeunesse a pour cadre Malines, mais dès 1532 il va passer un an à Bourges pour étudier le droit auprès d'Alciat. En 1534, il repart pour l'Espagne et devient secrétaire… Lire la suite
SPALATIN GEORG BURCKHARDT dit (1484-1545)

Écrit par :  Bernard VOGLER

À la fois juriste et théologien, Spalatin était le principal conseiller ecclésiastique de l'électeur de Saxe, dans la première moitié du xvie siècle. Fils de tanneur, il entreprend des études de droit à Erfurt et à Wittenberg. Ordonné prêtre et favorable à l'Lire la suite
SPENSER EDMUND (1552-1599)

Écrit par :  Robert ELLRODT

Dans le chapitre "Humaniste et protestant"  : …  De condition modeste, Edmund Spenser naquit probablement à Londres et acquit à Cambridge en sept années d'études (1569-1576) une culture humaniste, l'amitié du docte Gabriel Harvey et des convictions protestantes qui firent de lui non pas un puritain, comme certains l'ont dit, mais un antipapiste militant. Ses églogues, Le CalendrierLire la suite
STOÏCISME

Écrit par :  Jacques BRUNSCHWIGUrs EGLI

Dans le chapitre "L'influence du stoïcisme"  : …  le stoïcisme ne pouvait cependant s'intégrer pleinement à l'esprit chrétien ; et il faut attendre la fin du Moyen Âge, les temps de la Réforme et de la Renaissance, pour assister à une véritable résurrection de l'humanisme et du naturalisme stoïciens. Le stoïcisme alimente la méditation de Montaigne ; il suscite les travaux… Lire la suite
TRITHEIM JOHANNES HEIDENBERG dit JOHANNES (1462-1516)

Écrit par :  François SECRET

Bénédictin humaniste, Johannes Heidenberg, né à Trittenheim et connu sous le nom de Trithème (Trithemius), réforma le couvent de Spanheim (diocèse de Mayence), dont il fut l'abbé de 1483 à 1506 et qu'une cabale de moines l'obligea à quitter pour l'abbaye de Saint-Jacques à Würzburg. La bibliothèque du couvent, qu'il avait enrichie, et sa culture… Lire la suite
TURNÈBE ADRIEN TOURNEBŒUF ou TOURNEBOUS dit (1512-1565)

Écrit par :  Jean-Yves POUILLOUX

D'origine normande, Turnèbe fait de brillantes études à Paris et, grâce à la protection d'Odet de Châtillon, devient professeur à l'université de Toulouse, succède à Toussain au Collège royal (Collège de France) en 1547. Professeur de grec, puis de philosophie grecque, il enseigna à la plupart des « humanistes de la… Lire la suite
L'UTOPIE (UTOPIA), Thomas More

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Croisant les influences du platonisme, de l'aristotélisme, du stoïcisme, de l'épicurisme, de la patristique, de la Bible, de la Kabbale et des récits des grands voyageurs de l'époque, l'ouvrage, rédigé en latin, porte les marques incontestables de la culture humaniste et du goût de la… Lire la suite
VALDÉS ALFONSO (1500 env.-1532) & JUAN DE (1490?-1541)

Écrit par :  E.U.

Les frères Valdés appartenaient à une famille de lettrés qui joua un rôle non négligeable dans la vie politique, religieuse et littéraire de l'Espagne et de son empire. Élevés dans les milieux humanistes, tous deux appréciaient fort Érasme, avec lequel ils correspondirent d'ailleurs. Secrétaire et latiniste officiel de… Lire la suite
VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)

Écrit par :  Bruno PINCHARD

En ces temps de faveur renouvelée pour le nominalisme et la critique des universaux, il est bon d'aller demander à Lorenzo Valla, un maître de l'humanisme italien, comment la culture de la péninsule est parvenue, dès la première moitié du xve siècle, à donner un contenu, c'est-à-dire une philologie, une… Lire la suite
VAUVENARGUES LUC DE CLAPIERS marquis de (1715-1747)

Écrit par :  Andrée HOF

Dans le chapitre "Un humanisme héroïque"  : …  dans l'esprit des hommes une force et une grandeur » qui les rend capables de reconnaître et de faire le bien : conviction profonde et irrationnelle qui relie Vauvenargues à la grande tradition humaniste du xvie siècle, tout en lui faisant partager l'idéologie de ses contemporains, au moins dans le rejet (implicite) du dogme du péché originel… Lire la suite
VENISE

Écrit par :  E.U.Anna PALLUCCHINIMichel ROUXFreddy THIRIET

Dans le chapitre "La Renaissance"  : …  le milieu culturel propice à la réalisation d'une vision de la réalité et de l'histoire qui s'harmonise avec les découvertes de l'humanisme. À l'église des Eremitani, les deux cultures, vénitienne et padouane, se rencontrent ; le développement de Venise en sera changé. Gentile Bellini et Vittore Carpaccio décrivent leur ville : le premier,… Lire la suite
VITTORINO DA FELTRE VITTORINO DEI RAMBOLDONI dit (1378-1446)

Écrit par :  Charles BALADIER

Comme Guido da Verona à Ferrare, Vittorino da Feltre fut, à la tête de sa célèbre école de Mantoue, un des grands pédagogues du Quattrocento. Il avait étudié puis enseigné de nombreuses années à Padoue lorsque le marquis Jean François II de Gonzague, protecteur des lettres classiques, fit venir en 1425 à sa cour de Mantoue cet humaniste laïque afin… Lire la suite
VIVES JUAN LUIS (1492-1540)

Écrit par :  Alain GUY

Polygraphe de génie, le « Doctor mellifluus » est non seulement l'un des triumvirs de l'humanisme (avec Érasme et Budé), mais encore l'un des philosophes espagnols les plus profonds et aussi les plus engagés politiquement et socialement sous la Renaissance. Adversaire de la… Lire la suite
WIND EDGAR (1900-1971)

Écrit par :  Daniel RUSSO

Dans le chapitre "L'art et la pensée de la Renaissance"  : …  Sur la même voie de l'exégèse des mythes et des allégories, il fit paraître une synthèse dense sur l'éloquence des symboles et la pensée humaniste (The Eloquence of Symbols : Studies in Humanist Art, Oxford, 1983), renouant avec des travaux antérieurs menés par d'autres grands historiens de l'art, en France notamment, par… Lire la suite
ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

Écrit par :  Jacques Vincent POLLET

Zwingli est un personnage complexe et multidimensionnel. Humaniste et autodidacte, penseur religieux et réformateur, patriote et figure nationale suisse – certains ajoutent prophète biblique –, il est tout cela en une personne, dont la vie et l'action sont conditionnées par l'histoire suisse durant le premier tiers du… Lire la suite

Afficher la liste complète (121 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.