YOUGOSLAVIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née en 1918, la Yougoslavie était le pays des Slaves du Sud (Slovènes, Croates, Serbes, Bosniaques, Monténégrins et Macédoniens). L'histoire de ces peuples est celle d'une longue séparation. La géographie les vouait en effet à l'isolement, du fait d'un relief difficile et très compartimenté, ou elle ne les incitait à rompre cet isolement qu'en suivant des orientations totalement opposées : littoral adriatique ou littoral égéen, Occident ou Orient. Les peuples yougoslaves ont été écartelés dès le Moyen Âge entre deux chrétientés, deux religions, deux civilisations. C'est sur leur territoire qu'allait passer la frontière instable de l'expansion ottomane et de la reconquête chrétienne, source de nouveaux contrastes économiques et culturels. Pourtant, ces destins contraires n'ont pu empêcher le sentiment d'une solidarité yougoslave, sensible dès la fin du xviiie siècle, et qui s'exprima triomphalement lors de la chute simultanée des Empires ottoman et austro-hongrois. Mais la vie commune sera extrêmement malaisée pour des peuples aux personnalités façonnées par les siècles, si vigoureuses et si diverses.

Dirigée à partir de 1945 par des gouvernements communistes mais, après la rupture de 1948, selon une ligne politique indépendante de celle de l'U.R.S.S., la Yougoslavie s'était dotée d'institutions autogestionnaires originales et avait noué d'étroites relations avec de nombreux pays du Tiers Monde au sein du mouvement des Non-Alignés, dont elle fut l'un des membres fondateurs.

La Yougoslavie, jusqu'à son éclatement en 1991, était une république socialiste fédérative composée de six républiques socialistes : Bosnie-Herzégovine, Croatie, Macédoine (qui deviendra la Macédoine du Nord en 2019), Monténégro, Serbie et Slovénie. Elle est réduite à partir de 1992 à deux États, la Serbie et le Monténégro, qui constituent la république fédérale de Yougoslavie. En 2002, ces deux pays adoptent un mode d'association plus lâche, jusqu'à leur séparation en 2006.

Histoire de la Yougoslavie

L'idée yougoslave avant 1918

À la veille de la Première Guerre mondiale, sur un peu plus de 10 millions de Yougoslaves, les deux tiers environ étaient sujets de l'Empire austro-hongrois. Parmi ceux-ci, les uns relevaient de l'administration autrichienne : Slovènes de Carniole, de Styrie, de Carinthie, d'Istrie, soumis de longue date aux Habsbourg et à une forte pression germanisatrice, Croates d'Istrie et de Dalmatie, sujets de Venise jusqu'en 1797, catholiques comme les précédents et bénéficiant comme eux d'une situation économique relativement privilégiée. Les autres étaient administrés par Budapest : Croates catholiques de la province de Croatie-Slavonie, possédant depuis 1868 leur Ban et leur Diète à Zagreb, mais soumis néanmoins à une très forte magyarisation, et Serbes orthodoxes de l'ancienne Vojvodine, immigrés de Serbie méridionale au temps de la conquête ottomane. Un troisième groupe était formé par les Serbes (et la minorité croate) de Bosnie-Herzégovine, annexés en 1908, partagés entre trois confessions, catholique, orthodoxe et musulmane, et administrés en commun par Vienne et Budapest.

Les Yougoslaves indépendants (mais moins avancés sur le plan économique), tous orthodoxes, se partageaient entre le royaume du Monténégro, resté sous l'autorité de princes-évêques, à l'abri du joug turc, et le royaume de Serbie, héritier du grand empire médiéval d'Étienne Dušan, qui avait conquis son autonomie au début du xixe siècle. À la suite des guerres balkaniques, la Macédoine slave, qui, au xive siècle, avait fait partie de l'Empire de Dušan, est jointe à la Serbie, mais fortement marquée d'influences bulgares, pour avoir appartenu depuis 1870 à l'exarchat bulgare.

En dépit de cette dispersio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Yougoslavie : formation territoriale

Yougoslavie : formation territoriale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cimetière militaire, 1915

Cimetière militaire, 1915
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Nicolas Ier

Nicolas Ier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Ante Pavelic

Ante Pavelic
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : docteur de l'université de Bordeaux-III, chercheur associé à l'Institut de recherche sur les sociétés postcommunistes (I.R.E.S.C.O., Nanterre), collaboratrice scientifique à l'Université libre de Bruxelles
  • : professeur à l'Institut national des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  YOUGOSLAVIE  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Balkans : du « bon voisinage » à la tourmente  »  : […] Dans le cadre du « bon voisinage entre États et peuples des Balkans », réaffirmé à l'issue du VII e  congrès, Reis Malile, alors chef de la diplomatie albanaise, confirmait en 1988 les nouvelles orientations de son gouvernement lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays balkaniques à Belgrade. Le 1 er novembre 1991, l'Albanie a accueilli la vingt-quatrième conférence de […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre l'unité et la fragmentation »  : […] La péninsule balkanique a oscillé à plusieurs reprises entre l'unification et la fragmentation politique. La conquête en fut achevée par Rome au premier siècle de notre ère mais l'Empire byzantin, son héritier, ne parvint à en contrôler l'ensemble qu'épisodiquement, ainsi sous Justinien ( vi e  s.) et sous Basile II ( xi e  s.), à l'exception des confins occidentaux. Les périodes d'affaiblissement […] Lire la suite

BELGRADE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA
  •  • 1 025 mots
  •  • 2 médias

Capitale de la Serbie , Belgrade (en serbo-croate Beograd , littéralement « ville blanche ») est située au confluent de la Save et du Danube . Avec 1 639 121 habitants (selon le recensement de 2011), Belgrade est, en termes de démographie, la première agglomération de Serbie et de l'ancien espace yougoslave. La ville se situe dans une zone de carrefour naturel au contact de plusieurs ensembles g […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

La Bosnie-Herzégovine est un petit pays (52 280 km 2 ) montagneux de la péninsule balkanique, qui comptait plus de 3,5 millions d'habitants au recensement de 2013. Royaume slave indépendant à l'époque médiévale, le pays a été intégré à l'Empire ottoman du xv e au début du xx e  siècle. Membre ensuite des entités yougoslaves successives, la Bosnie-Herzégovine devient indépendante en 1992, au mome […] Lire la suite

CARNIOLE

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 368 mots

Principale partie de la république de Slovénie, la Carniole (Krain en allemand ; Krajnska, « pays frontière » en slovène) présente trois grands ensembles géographiques. Au nord, la haute Carniole (Gorensjko), montagne alpine, forestière et pastorale, et la vallée de la Save, chapelet de bassins dont le plus vaste est celui de Ljubljana (Laibach), la capitale historique (280 000 hab. en 2005). À l' […] Lire la suite

CHOPES, CHOPI ou TORLATSI

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 365 mots

Habitant la Bulgarie occidentale, le long de la frontière yougoslave, et la Serbie, à l'ouest de cette frontière, dans les régions des villes de Pirot et de Zaglavar, les Chopes (Chopi ou Torlatsi) peuplent une large zone qui s'étend du Danube au bassin du fleuve Strouma, au sud, et de la frontière yougoslave à la ligne constituée par l'affluent du Danube Osma et les monts Stredna Gora et Rila. Il […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le rôle dirigeant du parti »  : […] Dans tous les États socialistes, l'économie a été dirigée par le parti dominant dès l'installation des communistes au pouvoir, que le parti se dénomme effectivement « communiste » ou non, qu'il soit formellement unique ou qu'il constitue l'élément moteur d'une « alliance » ou d'un « front » de partis socialistes. Il a rarement assuré la direction immédiate des activités économiques par son propr […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne constituent plus dans les années quatre-vingt que 7 p […] Lire la suite

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Croatie contemporaine »  : […] C'est Napoléon qui va mettre fin provisoirement à cet équilibre. Après avoir défait Venise et l'Autriche, il crée les provinces illyriennes rattachées à l'Empire de 1809 à 1813. La Slovénie, la Dalmatie et une grande partie de la Croatie y sont englobées. Les Français abolissent la féodalité et introduisent le Code civil. Les ferments du nationalisme croate vont commencer à germer. La première […] Lire la suite

DALMATIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX
  •  • 417 mots

Région littorale de la Croatie, entre le golfe de Kvarner au nord et le littoral monténégrin au sud. Étroite frange littorale et insulaire d'un épais bourrelet montagneux, la Dalmatie juxtapose à une Croatie et à une Bosnie-Herzégovine essentiellement continentales une marge méditerranéenne, dont les hivers connaissent cependant des coups de froid dus au vent du nord-est, la bora. Son relief est c […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 juin 2021 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de collaborateurs de Slobodan Milošević.

Le Mécanisme international de l’ONU chargé notamment de traiter les derniers dossiers du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) condamne l’ancien chef de la sécurité d’État serbe, Jovica Stanišić, ainsi que le chef d’une unité spéciale de la police serbe, Franko Simatović, à douze ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis en 1992 à Bosanski Šamac, en Bosnie-Herzégovine. […] Lire la suite

20 mars 2019 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de Radovan Karadžić à la réclusion à perpétuité.

En mars 2016, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui a été dissous en décembre 2017, avait condamné celui-ci à quarante années de prison pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. […] Lire la suite

11 avril 2018 Serbie. Condamnation de Vojislav Šešelj.

Le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux, créé en décembre 2010 par l’ONU pour prendre la succession du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), condamne en appel le Serbe Vojislav Šešelj à dix ans de prison pour crimes contre l’humanité commis lors des conflits en Croatie et en Bosnie dans les années 1990. Le fondateur du Parti radical serbe (extrême droite), allié de l’ancien président serbe Slobodan Milošević, avait été acquitté en première instance, en mars 2016. […] Lire la suite

22-29 novembre 2017 Bosnie-Herzégovine. Condamnation du Serbe Ratko Mladić par le TPIY.

Le 22, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye condamne à la prison à vie, au terme de cinq ans de procès, l’ancien général Ratko Mladić, commandant en chef de l’armée de la République serbe de Bosnie durant la guerre de Bosnie (1992-1995), qui est reconnu coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, notamment pour son rôle dans les massacres de plus de huit mille musulmans bosniaques à Srebrenica en juillet 1995, pour le siège de Sarajevo, pour la prise d’otages de casques bleus de l’ONU et plus généralement pour sa politique d’épuration ethnique en Bosnie. […] Lire la suite

6 août - 18 septembre 2017 O.N.U. – Syrie. Démission de Carla Del Ponte de la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie.

Le 6, Carla Del Ponte, ancienne procureure générale des tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, annonce sa démission de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie créée en août 2011 sous l’égide du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont elle était membre depuis septembre 2012. Elle estime que cette commission n’est « portée par aucune volonté politique » et n’a « aucun pouvoir tant que le Conseil de sécurité ne fait rien ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, Catherine LUTARD, Robert PHILIPPOT, « YOUGOSLAVIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/