BELGRADE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la Serbie, Belgrade (en serbo-croate Beograd, littéralement « ville blanche ») est située au confluent de la Save et du Danube. Avec 1 639 121 habitants (selon le recensement de 2011), Belgrade est, en termes de démographie, la première agglomération de Serbie et de l'ancien espace yougoslave. La ville se situe dans une zone de carrefour naturel au contact de plusieurs ensembles géographiques : la grande plaine pannonienne au nord, les versants septentrionaux des collines de Šumadija au sud et les vallées du Danube et de la Save, non loin du couloir de la Morava, qui relie les pays danubiens à la mer Égée et à Thessalonique.

Serbie : carte administrative

Carte : Serbie : carte administrative

Carte administrative de la Serbie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Confluent du Danube et de la Save à Belgrade, Serbie

Photographie : Confluent du Danube et de la Save à Belgrade, Serbie

Le confluent du Danube et de la Save, à Belgrade. 

Crédits : J. S. Buldain/ Berg&Assoc.

Afficher

Belgrade a été fondée par les Celtes dès le iiie siècle avant J.-C., à côté de l'ancienne cité de Viǹca. Entre le ier et le ve siècle après J.-C., la ville est occupée par les Romains qui la développent et la fortifient. Elle porte alors le nom de Singidunum. Située sur la Via Militaris (Belgrade-Niš-Sofia-Byzance), le long du limes danubien, elle devient le centre stratégique de la province de Pannonie. Les premiers vestiges de la forteresse Kalemegdan datent de cette époque. Son emplacement sur une avancée de terre surplombant le Danube en faisait un remarquable site défensif. La conquête de la ville par Attila en 441 annonce une période de troubles pendant laquelle la cité change régulièrement de mains. Jusqu'à l'arrivée des Slaves en 630 (à cette date, elle n'est plus qu'une cité de faible importance), elle est gouvernée tour à tour par les Huns, les Sarmates, les Ostrogoths, les Gépides, l'Empire byzantin, les Avars.

Le nom de Belgrade apparaît pour la première fois en 878 dans une lettre écrite par le pape Jean VIII au prince bulgare Boris. À l'orée du xe siècle, la ville est convoitée tant par les Bulgares et les Hongrois que par l'Empire byzantin et les Serbes. De fait, elle fut alternativement bulgare, byzantine, hongroise et serbe. En 1284, la ville est donnée par les Hongrois à Dragutin, roi de Srem (1282-1316) et ancien roi de Serbie (1276-1282). Il en fait la capitale de son royaume. En 1314, après sa mort, la ville est conquise par son jeune frère Milutin et est intégrée au royaume de Serbie. Elle est reconquise par le royaume de Hongrie dès 1319. Au début du xve siècle, le despote Stefan Lazarević désigne Belgrade comme capitale de la Serbie. À sa mort, en 1427, la ville est placée sous protection hongroise.

La seconde moitié du xve siècle est marquée par l'avancée inéluctable de l'Empire ottoman. Deux fois assiégée, en 1444 et 1456, Belgrade résiste jusqu'en 1521, où la ville est conquise par Soliman le Magnifique. Cette date marque le début d'une longue tutelle ottomane qui ne s'achève qu'avec le traité de Berlin de 1878. La période ottomane n'est toutefois pas une période sans heurts. La Sublime Porte doit d'abord faire face aux attaques de l'Empire austro-hongrois qui réussit par trois fois à occuper la ville (de 1688 à 1690, de 1717 à 1739 et de 1789 à 1792). Puis, dès le début du xixe siècle, elle doit contenir les insurrections nationales du peuple serbe. De 1806 à 1813, la ville est conquise et administrée par les insurgés serbes de Karadjordje. En 1839, sous la férule des Obrenović, Belgrade est désignée comme capitale de la principauté autonome de Serbie, au sein de l'Empire ottoman, à la place de Kragujevac, devenue un centre de la contestation serbe.

Avec la reconnaissance internationale de la Serbie en 1878, Belgrade est confirmée comme capitale du jeune État serbe. La ville connaît alors une période de croissance, passant de près de 30 000 habitants en 1878 à 90 000 en 1910. Malgré les bombardements et l'occupation des puissances centrales lors de la Première Guerre mondiale, cette croissance se confirme dans l'entre-deux-guerres. Celle-ci doit beaucoup au nouveau statut de la ville qui devient, en 1921, la capitale du royaume des Serbes, Croates et Slovènes (royaume de Yougoslavie à partir de 1929). Toutefois, la Seconde Guerre mondiale apporte un coup sérieux à cette progression. Bombardée par les Allemands dès le 6 avril 1941, la ville est occupée entre le 15 avril 1941 et le 20 octobre 1944, date de sa libération par les partisans de Tito.

Cependant, la fin de la guerre est le prélude du spectaculaire développement de la ville en tant que capitale de la Yougoslavie socialiste. Trois ans après la fin du conflit, Belgrade a déjà retrouvé et dépassé sa population d'avant guerre et compte plus d'un million d'habitants en 1981 (1,5 million avec sa périphérie). Parallèlement, son aire urbaine s'étend. Alors que l'ancienne ville austro-hongroise de Zemun avait déjà été rattachée à Belgrade en 1934, l'ancrage de la ville sur la rive droite de la Save se renforce avec la construction du quartier Novi Beograd (« Nouveau Belgrade »). L'aire d'influence de Belgrade polarise également les villes sur un rayon de 40 à 50 kilomètres (Pančevo, Obrenovac, Mladenovac...).

Avec l'éclatement de la Yougoslavie, son rayonnement politique et économique s'amoindrit. En 1992, Belgrade est la capitale de la République fédérale de Yougoslavie, restreinte à la Serbie et au Monténégro, puis de l'État de Serbie-et-Monténégro en 2003 et, depuis l'indépendance monténégrine de 2006, de la seule Serbie. La ville pâtit de la division de l'ancien marché yougoslave, des sanctions internationales, et des bombardements de l'O.T.A.N. du 24 mars au 10 juin 1999, lors de la guerre du Kosovo (1998-1999). Par son dynamisme, elle reste néanmoins le cœur politique de la Serbie et son agglomération la plus attractive, tant sur le plan humain (principal pôle de migration) que financier (principal pôle d'investissement).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Médias de l’article

Serbie : carte administrative

Serbie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Confluent du Danube et de la Save à Belgrade, Serbie

Confluent du Danube et de la Save à Belgrade, Serbie
Crédits : J. S. Buldain/ Berg&Assoc.

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en géographie, coordonnateur scientifique de l'Atelier de recherches internationales, université de Belgrade

Classification

Autres références

«  BELGRADE  » est également traité dans :

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 790 mots
  •  • 10 médias

La Serbie, située au cœur des Balkans, a été l'une des six républiques de la Fédération des républiques socialistes de Yougoslavie formée le 29 novembre 1945, héritière du royaume des Serbes, Croates et Slovènes fondé en 1918, sur les ruines des empires austro-hongrois et ottoman. Belgrade, sa capitale, ottomane après la disparition de la grande Serbie médiévale, était aussi la capitale de la « […] Lire la suite

Les derniers événements

15-16 juillet 2019 France – Serbie. Visite du président français Emmanuel Macron à Belgrade.

Les 15 et 16, le président français Emmanuel Macron se rend en visite à Belgrade où il rencontre son homologue Aleksandar Vučić, afin de « renouer des liens distendus » avec la Serbie. Prononçant un discours en serbe, il se pose en garant de l’intérêt que l’Union européenne (UE) porte à la région, alors que les négociations d’adhésion de la Serbie, subordonnées à la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo, sont au point mort. […] Lire la suite

2-18 décembre 2015 Syrie. Adoption d’un processus de paix par le Conseil de sécurité.

Le 3 également, les ministres des Affaires étrangères turc Mevlut Çavuşoğlu et russe Sergueï Lavrov se rencontrent à Belgrade pour la première fois depuis l’accrochage de novembre entre leurs aviations. Le premier transmet au second les condoléances de son pays, mais pas ses excuses officielles comme l’exige Moscou. Le 4, le Parlement allemand autorise l’envoi en Syrie de six avions de reconnaissance, d’un avion ravitailleur et d’une frégate, servis par quelque neuf cents soldats, dans le cadre de la coalition internationale contre l’E. […] Lire la suite

26-31 mai 2011 Serbie. Arrestation de Ratko Mladić

Bruxelles faisait de cette arrestation un préalable à l'engagement de négociations avec Belgrade sur l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne. L'arrestation de Ratko Mladić suscite des manifestations nationalistes en sa faveur à Lazarevo ainsi que, les jours suivants, à Belgrade et Banja Luka, capitale de la République serbe de Bosnie. Le 31, Ratko Mladić est extradé vers la prison du T. […] Lire la suite

7-22 décembre 2009 Serbie – Union européenne. Candidature officielle de la Serbie à l'Union européenne

De nombreux problèmes restent en effet à régler, notamment la proclamation unilatérale d'indépendance du Kosovo en février 2008, non reconnue par Belgrade alors qu'elle l'est par vingt-deux pays de l'U.E., et l'arrestation du général serbe Ratko Mladić, inculpé de génocide par le T.P.I.Y. et toujours introuvable.  […] Lire la suite

27 octobre - 5 novembre 2009 Bosnie-Herzégovine. Ouverture du procès de Radovan Karadzić

Arrêté à Belgrade en juillet 2008 et transféré au T.P.I.Y. après onze ans de cavale, Radovan Karadzić est considéré comme le responsable du massacre de plus de sept mille Musulmans à Srebrenica en juillet 1995 et est également poursuivi pour son rôle dans le siège de Sarajevo durant lequel dix mille civils ont été tués. Radovan Karadzić, qui plaide non coupable, boycotte les premières audiences en réclamant plus de temps pour constituer son dossier contre les nombreux États qui, selon lui, auraient violé l'embargo sur les armes, en faveur des Musulmans de Bosnie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Amaël CATTARUZZA, « BELGRADE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/belgrade/