CARNIOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principale partie de la république de Slovénie, la Carniole (Krain en allemand ; Krajnska, « pays frontière » en slovène) présente trois grands ensembles géographiques. Au nord, la haute Carniole (Gorensjko), montagne alpine, forestière et pastorale, et la vallée de la Save, chapelet de bassins dont le plus vaste est celui de Ljubljana (Laibach), la capitale historique (280 000 hab. en 2005). À l'est et au sud-est, la basse Carniole (Dolensjko) est un pays de collines, densément peuplé, dont les centres sont Celje et Novo Mesto. Au sud, et jusqu'à l'Adriatique, Carniole intérieure (Nostransko) et Carniole sèche (Suha Krajnska) prolongent les arides plateaux calcaires de l'Istrie, troués de grottes karstiques, comme celles de Postojna. Porte méditerranéenne du bassin danubien, la Carniole, dont l'essor industriel et urbain est, depuis le début du xviiie siècle, lié à la croissance de Trieste, est une zone d'affrontement de souverainetés et un passage stratégique convoité. Romanisée dès le ier siècle avant J.-C. et rattachée à la province de Pannonie, elle est occupée par les Slovènes, à la fin du vie siècle. Conquise par les Bavarois, elle est successivement marche carolingienne, puis impériale, contre les Slaves. Elle est cédée au patriarche d'Aquilée, qui commence la christianisation et la colonisation, poursuivies par de grandes familles de l'aristocratie germanique, de 1173 à 1335. Érigée en grand-duché, en 1394, elle entre dans les domaines des Habsbourg, dont elle ne cessera plus de faire partie jusqu'en 1920, à part son incorporation éphémère par Napoléon aux Provinces Illyriennes (1809-1814). Après la Première Guerre mondiale, elle est rattachée à la Yougoslavie, sauf la partie orientale, annexée par l'Italie. Le traité de Paris (1947), suivi du départ des minorités germaniques, restitue en totalité la Carniole à la Yougoslavie. En 1991, la Slovénie fait sécession de la république socialiste fédérative de Yougoslavie et devient indépendante sous le nom de république de Slovénie.

—  Paul GUICHONNET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARNIOLE  » est également traité dans :

SLOVÉNIE

  • Écrit par 
  • Evgen BAVCAR, 
  • Antonia BERNARD, 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Franc ZADRAVEC
  •  • 10 228 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le passé lointain »  : […] et d'Aquilée, deux centres qui laissèrent leur marque de culture germanique et latine. Dans les marches orientales, ces Slaves, appelés aussi Slovènes, formaient la majorité de la population en Carniole, cependant que la Carinthie et la Styrie comprenaient des populations germaniques et slaves. Au xiiie siècle, le territoire passe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slovenie/#i_16719

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 190 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La formation de la Yougoslavie »  : […] par les traités de Saint-Germain, du Trianon, de Neuilly et de Rapallo, qui rassemblent, autour de la Serbie et du Monténégro de 1914, la Carniole, la Croatie-Slavonie, la Dalmatie, la Bosnie-Herzégovine, la Bačka et le Banat occidental et prévoient quelques petites ratifications aux dépens de la Bulgarie. Le royaume, qui rassemble quelque 12 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_16719

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « CARNIOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carniole/