YOUGOSLAVIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La république populaire fédérative de Yougoslavie

Sous la pression des Alliés qui voulaient un gouvernement d'union nationale avec une continuité juridique entre l'ancien État et la nouvelle Yougoslavie, un accord avait été conclu entre le secrétaire du Parti communiste yougoslave (K.P.J.), Josip Broz dit « Tito », et le président du gouvernement exilé, Ivan Šubašić : l'accord Tito-Šubašić du 16 juin 1944. Cependant, l'application de cette entente allait être par la suite compromise. Formant la nouvelle Assemblée nationale, le Conseil antifasciste de libération nationale yougoslave (A.V.N.O.J.) ne fut pas complété par des membres du dernier parlement yougoslave d'avant-guerre. Des leaders de certains partis politiques non compromis durant le conflit furent intégrés au Front populaire, sans pour autant disposer de pouvoir effectif. Le Front populaire devint assez rapidement la succursale administrative du Parti communiste, Ivan Šubašić et Milan Grol (chef du Parti démocrate) démissionnèrent. L'opposition boycotta les élections législatives du 11 novembre 1945, complètement organisées et contrôlées par le K.P.J. La seule liste, celle du Front populaire, obtint 90,48 p. 100 pour et 9,52 p. 100 contre. Le 29 novembre 1945, la monarchie était officiellement abolie et la dynastie royale des Karadjordjević dépossédée de ses biens. L'Assemblée constituante proclamait à l'unanimité la république populaire fédérative de Yougoslavie (F.N.R.J.), avec Belgrade pour capitale. Calquée sur la Constitution soviétique de 1936, la nouvelle Constitution fut promulguée le 31 janvier 1946, Tito déclaré maréchal et chef de l'État. La Constitution proclamait l'égalité en droit de tous les peuples sans distinction de nationalité, race ou religion (art. 21) et instituait un État fédéral composé de six républiques (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Serbie et Macédoine), de la province autonome de Vojvodine et de la région autonome du Kosovo-Metohija, toutes deux rattachées à la Serbie. Le pouvoir réel des républiques était encore très réduit. Officiellement, le pouvoir appartenait aux peuples, mais en réalité le K.P.J. contrôlait toutes les institutions de la société. Tous les moyens de production ainsi que l'industrie, les moyens de transport, les banques et assurances furent nationalisés ; le gouvernement contrôlait le commerce extérieur. Une grande partie des biens immobiliers fut confisquée, en particulier ceux des personnes compromises avec l'ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Ier plan quinquennal (1947-1951) mettait l'accent sur l'industrie lourde et l'électrification. La gestion était centralisée.

Le nouveau régime mena une lutte sans merci contre les opposants au régime, et en particulier contre le mouvement de résistance royaliste (tchetniks). Le commandant en chef des tchetniks, Draja Mihajlović, fut condamné et exécuté en juillet 1946 pour haute trahison pendant la guerre. Le second procès important fut celui de Mgr Stepinac, archevêque de Zagreb, collaborateur du régime fasciste croate d'Ante Pavelić, condamné en octobre 1946 à seize ans de prison, commués en 1951 en résidence surveillée.

La rupture Tito-Staline

La rupture entre Tito et Staline reflète une situation extrêmement complexe et ambiguë. Belgrade, d'une part, opposait une résistance à l'hégémonie soviétique et, d'autre part, adoptait des mesures draconiennes traduisant le durcissement du monopole politique du Parti communiste et l'absence de changement fondamental de son cadre idéologique. Il semble que la rupture de 1948 ne soit pas le fruit de divergences idéologiques, mais bien le résultat de manœuvres politiques des deux pays au sein du mouvement communiste international. On peut penser que Staline caressait effectivement le projet d'étendre les frontières de l'U.R.S.S. et d'englober tous les pays satellites, y compris la Yougoslavie. Tito était un personnage très ambitieux et ne souhaitait en aucun cas partager le pouvoir. Les événements de 1948 influencèrent pendant plusieurs années tous les domaines de la vie politique intérieure yougoslave, économique (la question paysanne), sociale (chasse aux prosoviétiques, les « kominformistes », leur mise à l'écart et leur rééducation), ou encore la politique extérieure. Cette rupture joua également un rôle dans la réorientation sociopolitique du Parti communiste yougoslave et la vision de sa participation à la construc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Yougoslavie : formation territoriale

Yougoslavie : formation territoriale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cimetière militaire, 1915

Cimetière militaire, 1915
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Nicolas Ier

Nicolas Ier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Ante Pavelic

Ante Pavelic
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : docteur de l'université de Bordeaux-III, chercheur associé à l'Institut de recherche sur les sociétés postcommunistes (I.R.E.S.C.O., Nanterre), collaboratrice scientifique à l'Université libre de Bruxelles
  • : professeur à l'Institut national des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  YOUGOSLAVIE  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Balkans : du « bon voisinage » à la tourmente  »  : […] Dans le cadre du « bon voisinage entre États et peuples des Balkans », réaffirmé à l'issue du VII e  congrès, Reis Malile, alors chef de la diplomatie albanaise, confirmait en 1988 les nouvelles orientations de son gouvernement lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays balkaniques à Belgrade. Le 1 er novembre 1991, l'Albanie a accueilli la vingt-quatrième conférence de […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre l'unité et la fragmentation »  : […] La péninsule balkanique a oscillé à plusieurs reprises entre l'unification et la fragmentation politique. La conquête en fut achevée par Rome au premier siècle de notre ère mais l'Empire byzantin, son héritier, ne parvint à en contrôler l'ensemble qu'épisodiquement, ainsi sous Justinien ( vi e  s.) et sous Basile II ( xi e  s.), à l'exception des confins occidentaux. Les périodes d'affaiblissement […] Lire la suite

BELGRADE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA
  •  • 1 025 mots
  •  • 2 médias

Capitale de la Serbie , Belgrade (en serbo-croate Beograd , littéralement « ville blanche ») est située au confluent de la Save et du Danube . Avec 1 639 121 habitants (selon le recensement de 2011), Belgrade est, en termes de démographie, la première agglomération de Serbie et de l'ancien espace yougoslave. La ville se situe dans une zone de carrefour naturel au contact de plusieurs ensembles g […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

La Bosnie-Herzégovine est un petit pays (52 280 km 2 ) montagneux de la péninsule balkanique, qui comptait plus de 3,5 millions d'habitants au recensement de 2013. Royaume slave indépendant à l'époque médiévale, le pays a été intégré à l'Empire ottoman du xv e au début du xx e  siècle. Membre ensuite des entités yougoslaves successives, la Bosnie-Herzégovine devient indépendante en 1992, au mome […] Lire la suite

CARNIOLE

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 368 mots

Principale partie de la république de Slovénie, la Carniole (Krain en allemand ; Krajnska, « pays frontière » en slovène) présente trois grands ensembles géographiques. Au nord, la haute Carniole (Gorensjko), montagne alpine, forestière et pastorale, et la vallée de la Save, chapelet de bassins dont le plus vaste est celui de Ljubljana (Laibach), la capitale historique (280 000 hab. en 2005). À l' […] Lire la suite

CHOPES, CHOPI ou TORLATSI

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 365 mots

Habitant la Bulgarie occidentale, le long de la frontière yougoslave, et la Serbie, à l'ouest de cette frontière, dans les régions des villes de Pirot et de Zaglavar, les Chopes (Chopi ou Torlatsi) peuplent une large zone qui s'étend du Danube au bassin du fleuve Strouma, au sud, et de la frontière yougoslave à la ligne constituée par l'affluent du Danube Osma et les monts Stredna Gora et Rila. Il […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le rôle dirigeant du parti »  : […] Dans tous les États socialistes, l'économie a été dirigée par le parti dominant dès l'installation des communistes au pouvoir, que le parti se dénomme effectivement « communiste » ou non, qu'il soit formellement unique ou qu'il constitue l'élément moteur d'une « alliance » ou d'un « front » de partis socialistes. Il a rarement assuré la direction immédiate des activités économiques par son propr […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne constituent plus dans les années quatre-vingt que 7 p […] Lire la suite

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Croatie contemporaine »  : […] C'est Napoléon qui va mettre fin provisoirement à cet équilibre. Après avoir défait Venise et l'Autriche, il crée les provinces illyriennes rattachées à l'Empire de 1809 à 1813. La Slovénie, la Dalmatie et une grande partie de la Croatie y sont englobées. Les Français abolissent la féodalité et introduisent le Code civil. Les ferments du nationalisme croate vont commencer à germer. La première […] Lire la suite

DALMATIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX
  •  • 417 mots

Région littorale de la Croatie, entre le golfe de Kvarner au nord et le littoral monténégrin au sud. Étroite frange littorale et insulaire d'un épais bourrelet montagneux, la Dalmatie juxtapose à une Croatie et à une Bosnie-Herzégovine essentiellement continentales une marge méditerranéenne, dont les hivers connaissent cependant des coups de froid dus au vent du nord-est, la bora. Son relief est c […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 juin 2021 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de collaborateurs de Slobodan Milošević.

Le Mécanisme international de l’ONU chargé notamment de traiter les derniers dossiers du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) condamne l’ancien chef de la sécurité d’État serbe, Jovica Stanišić, ainsi que le chef d’une unité spéciale de la police serbe, Franko Simatović, à douze ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis en 1992 à Bosanski Šamac, en Bosnie-Herzégovine. […] Lire la suite

20 mars 2019 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de Radovan Karadžić à la réclusion à perpétuité.

En mars 2016, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui a été dissous en décembre 2017, avait condamné celui-ci à quarante années de prison pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. […] Lire la suite

11 avril 2018 Serbie. Condamnation de Vojislav Šešelj.

Le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux, créé en décembre 2010 par l’ONU pour prendre la succession du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), condamne en appel le Serbe Vojislav Šešelj à dix ans de prison pour crimes contre l’humanité commis lors des conflits en Croatie et en Bosnie dans les années 1990. Le fondateur du Parti radical serbe (extrême droite), allié de l’ancien président serbe Slobodan Milošević, avait été acquitté en première instance, en mars 2016. […] Lire la suite

22-29 novembre 2017 Bosnie-Herzégovine. Condamnation du Serbe Ratko Mladić par le TPIY.

Le 22, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye condamne à la prison à vie, au terme de cinq ans de procès, l’ancien général Ratko Mladić, commandant en chef de l’armée de la République serbe de Bosnie durant la guerre de Bosnie (1992-1995), qui est reconnu coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, notamment pour son rôle dans les massacres de plus de huit mille musulmans bosniaques à Srebrenica en juillet 1995, pour le siège de Sarajevo, pour la prise d’otages de casques bleus de l’ONU et plus généralement pour sa politique d’épuration ethnique en Bosnie. […] Lire la suite

6 août - 18 septembre 2017 O.N.U. – Syrie. Démission de Carla Del Ponte de la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie.

Le 6, Carla Del Ponte, ancienne procureure générale des tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, annonce sa démission de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie créée en août 2011 sous l’égide du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont elle était membre depuis septembre 2012. Elle estime que cette commission n’est « portée par aucune volonté politique » et n’a « aucun pouvoir tant que le Conseil de sécurité ne fait rien ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, Catherine LUTARD, Robert PHILIPPOT, « YOUGOSLAVIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/