THOMISME

Corps doctrinal à la fois philosophique et théologique que caractérisent une forte cohérence et des perspectives critiques, le thomisme s'est rapidement imposé à l'attention. Du vivant même de son auteur, l'accueil et les oppositions ne lui ont pas manqué. Le thomisme est pourtant une entreprise irénique par son double souci de rejeter le dogmatisme hors du domaine où règne la raison et de présenter sur les problèmes de la philosophie et de la théologie une vue austère peut-être, mais toujours faite de haute intelligence. La canonisation qui en 1323 inscrit Thomas d'Aquin au nombre des saints, la proclamation au xvie siècle de son titre de docteur de l'Église, l'appel à son nom à la fin du xixe siècle pour restaurer l'enseignement de la philosophie dans les institutions ecclésiastiques ont entretenu la persuasion que le thomisme est une doctrine bien élucidée et que les affirmations des théologiens ou de tel porte-parole dans l'Église romaine en représentent l'authentique traduction. Mais c'est là profonde illusion.

Par suite de ses nouveautés, le plus souvent minimisées par son auteur lui-même, du fait aussi de son élévation intellectuelle et de son accès difficile, la pensée thomiste a été d'emblée l'objet d'interprétations divergentes et même de méprises considérables. Faute de méthode historique – dont l'idée et les normes n'ont que récemment pu recevoir leur formulation –, les façons académiquement admises de lire ces textes que Thomas avait parés d'une limpidité qui a donné le change sont souvent restées partielles ou gauchies selon le goût de l'époque. Aujourd'hui mieux que jamais, on mesure l'écart qui sépare la pensée génuine de Thomas et une foule d'ouvrages placés sous son patronage. Il y a donc deux thomismes : celui de Thomas et celui de la tradition subséquente qui, si elle se réclame du premier et prétend le développer, est affecté d'altérations surprenantes.

Le thomisme de Thomas d'Aquin

Théologien avant d'être philosophe, Thomas d'Aquin propose de la


pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  THOMISME  » est également traité dans :

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « L'acte d'être »  : […] cette idée quand il affirme que « l'acte n'est point une opération qui s'ajoute à l'être, mais son essence même ». La tradition thomiste (Jacques Maritain, Aimé Forest, Étienne Gilson) qui parle d'acte d'être, se retrouve aisément en ces affirmations. L'idée revient avec force dans la philosophie récente. Selon Heidegger, l'ontologie est une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acte-philosophie/#i_44687

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 455 mots

Dans le chapitre « La tradition antique et médiévale »  : […] interprétation strictement « aristotélicienne » et l'interprétation « aristotélico-thomiste ». Cette révision critique est fondée sur deux thèses : la théorie de l'analogie de l'être n'est pas une théorie originairement aristotélicienne, c'est une création des commentateurs d'Aristote, sa variété dominante, la théorie dite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_44687

BOUTANG PIERRE (1916-1998)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 711 mots

recueilli pour mener à bien son voyage. Le thème de l'œuvre comme voyage, et de la vie en général comme voyage, n'est pas neuf ; pas innocent non plus, puisqu'il s'inscrit clairement dans une tradition consciemment assumée : celle de Platon (dont il traduisit Le Banquet), avec un passage très insistant par l'inspiration thomiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boutang/#i_44687

CAJÉTAN TOMMASO DE VIO dit (1469-1534)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 1 236 mots

Le plus grand théologien catholique de la Renaissance, Tommaso de Vio, était né à Gaète (d'où le nom qu'on lui donna — Il Caietano), dans une famille noble. Il entra chez les dominicains à Naples en 1484, dans ce même couvent où furent admis, avant lui, Thomas d'Aquin et, après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cajetan/#i_44687

CHENU MARIE-DOMINIQUE (1895-1990)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET, 
  • Émile POULAT
  •  • 1 304 mots

Léon XIII avait poussé au renouveau du thomisme, mais sans trancher entre les écoles. Chez les dominicains, face à la tendance dominante, spéculative et déductive, commença de s'affirmer un courant historicisant : saint Thomas devait être replacé dans le mouvement intellectuel de son siècle, à la manière dont les exégètes s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-dominique-chenu/#i_44687

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un courant politique original »  : […] populaire. Après la condamnation de l'Action française (1926), le principal représentant du thomisme en France, Jacques Maritain (1882-1973), élabore une doctrine catholique de la démocratie allant jusqu'à voir dans l'œuvre de saint Thomas « la première philosophie authentique de la démocratie » (Principes d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democratie-chretienne/#i_44687

DURAND DE SAINT-POURÇAIN (entre 1270 et 1275-1334)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 885 mots

Dominicain malmené, pour ses prises de position antithomistes, par son ordre officiellement rangé derrière l'Aquinate, Durand, né à Saint-Pourçain (actuellement Saint-Pourçain-sur-Sioule, Allier), est en 1303 au couvent parisien des Frères prêcheurs. Élève de Jacques de Metz, lui-même dominicain non rallié au thomisme, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durand-de-saint-pourcain/#i_44687

GARDET LOUIS (1904-1986)

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ
  •  • 918 mots

Études musulmanes » des éditions Vrin, à Étienne Gilson, l'un des tenants les plus remarquables de la « philosophie chrétienne » contemporaine issue du néo-thomisme, courant de pensée qui avait été encouragé par Rome dès la fin du xixe siècle et au sein duquel s'illustra aussi, en philosophie, Jacques Maritain. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-gardet/#i_44687

GILSON ÉTIENNE (1884-1978)

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 1 001 mots

Philosophe, historien de la pensée médiévale, Étienne Gilson est, à ce dernier titre, un pionnier et l'animateur de toute une équipe de chercheurs qui ont renouvelé l'étude des idées et des systèmes du Moyen Âge. Agrégé de philosophie (1907), docteur ès lettres, avec deux thèses remarquables (Index scolastico- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-gilson/#i_44687

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 232 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le Christ dans l'art gothique »  : […] la fin du xiie siècle les représentations du Christ se font à la fois plus intellectuelles et plus anthropocentriques. Le xiiie siècle est dominé par la pensée de saint Thomas d'Aquin, issue d'Aristote et de saint Augustin. Des éléments rationalistes et humanistes transforment l'orientation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_44687

JOURNET CHARLES (1891-1975)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 884 mots

inachevé (L'Église du Verbe incarné, 3 vol., 1942, 1951, 1963). Il y a recueilli, dans le cadre de la théologie thomiste, l'inspiration du théologien allemand J. A. Moehler et certaines idées du slavophile A. Khomiakov, lesquels considèrent l'Église chrétienne davantage comme un organisme mystique que comme une institution ; néanmoins, pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-journet/#i_44687

MARITAIN JACQUES (1882-1973)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 210 mots

Élevé dans le protestantisme libéral, petit-fils de Jules Favre, Jacques Maritain, né à Paris, aborde le siècle comme « une espèce de romantique de la justice ». Lorsqu'il rencontre Raïssa Oumançoff, juive d'origine russe, qui prépare comme lui une licence de sciences naturelles et qu'il épousera en 1904, il trouve une compagne d'inquiétude. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-maritain/#i_44687

MERCIER DÉSIRÉ JOSEPH (1851-1926)

  • Écrit par 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 670 mots

Archevêque de Malines, l'un des promoteurs du renouveau thomiste dès la fin du xixe siècle, ainsi que du mouvement œcuménique, notamment avec les « Conversations de Malines ». Né à Braine-l'Alleud, gros bourg du Brabant belge, dans une famille catholique aisée, Désiré Joseph Mercier, très tôt orphelin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desire-joseph-mercier/#i_44687

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « Le cadre »  : […] à l'instigation du pape Léon XIII et sous l'influence de quelques jésuites, comme une restauration philosophique, fondée sur le thomisme. Il se veut un rappel à la raison et à ses vérités nécessaires, par opposition aux déraisonnements et aux égarements de la société moderne ; il entend proposer un système du monde, dont la foi est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernisme-catholicisme/#i_44687

SCHILLEBEECKX EDWARD (1914-2009)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 130 mots

De 1946 à 1965, sa réflexion se situe dans la ligne d'un thomisme ouvert défendu par ses maîtres Domien De Petter et Marie-Dominique Chenu. De cette période datent ses études sur la théologie des sacrements comme L'Économie sacramentelle du salut (1952). À l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-schillebeeckx/#i_44687

SOMME DE THÉOLOGIE, Thomas d'Aquin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Charles CHAUVIN
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La raison au service de la foi »  : […] L'originalité de la méthode thomiste, qui se révèle au mieux dans la Somme, est de privilégier la fonction irréductible de la raison et de la liberté dans l'approche du mystère de Dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somme-de-theologie/#i_44687

THOMAS D'AQUIN saint (1224 ou 1225-1274)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 4 372 mots
  •  • 1 média

Thomas d'Aquin, ainsi appelé du nom de la petite ville d'Aquino, sur la route de Naples à Rome, où ses parents détenaient dans le premier quart du xiiie siècle un très modeste pouvoir féodal, ne peut être enfermé dans le crédit que lui accorde depuis sept siècles l'Église […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-d-aquin/#i_44687

TRAITÉ DES MONNAIES, Nicolas Oresme - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 993 mots

Dans le chapitre « Une volonté de rigueur monétaire  »  : […] Cette époque troublée réclame des réformes, la remise en cause des schémas intellectuels hérités du xiiie siècle. Dans un monde dominé par l'aristotélisme thomiste des dominicains, Oresme appartient au groupe des réformateurs nominalistes franciscains dont le chef de file français est Jean Buridan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-monnaies/#i_44687

VITAL DU FOUR (1260 env.-1327)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 499 mots

Né à Bazas dans la province d'Auch en Gascogne, Jean du Four prit, en entrant dans l'ordre des Frères mineurs, le nom de Vital. Envoyé en 1285 au studium generale de Paris, il commenta les Sentences. Après un temps de régence à l'université, autour de 1292-1294, il gagna Montpellier, où il fut lecteur et où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vital-du-four/#i_44687

Voir aussi

Pour citer l’article

Édouard-Henri WÉBER, « THOMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/