DOGMATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens le plus général, « dogmatisme » est devenu le synonyme d'intransigeance, d'autoritarisme, d'étroitesse d'esprit et de raideur : il est le fait de quiconque « dogmatise », c'est-à-dire affirme sans preuve, ne tolère aucune discussion, parle d'un ton tranchant, porte des jugements péremptoires.

En philosophie, dogmatisme s'est d'abord opposé à scepticisme ou à pyrrhonisme (du nom de Pyrrhon d'Élée, le premier des grands sceptiques grecs, ~ 365-~ 275). Dans ce sens, attesté par Diogène Laërce (iiie s.), dogmatisme désigne toute doctrine selon laquelle il est possible d'aboutir à des certitudes ; le scepticisme consiste, au contraire, à professer que l'esprit humain, malgré ses ambitions spéculatives, n'a aucun moyen d'atteindre des vérités d'ordre général, de les démontrer, et doit, en conséquence, s'abstenir d'affirmer, s'abstenir de nier, se réfugier dans un doute prudent, réservé, et laisser tout jugement en suspens. Dogmatisme s'est opposé ensuite à criticisme ; ou plutôt, depuis Kant (1724-1804), la philosophie « critique » a déclaré se constituer contre le dogmatisme : il s'agissait de substituer le réveil critique au « sommeil dogmatique ». La philosophie critique s'est définie elle-même comme examen préjudiciel de la manière dont on connaît, au lieu de considérer d'emblée les objets connus ; et elle a dénommé dogmatique (en un sens péjoratif) la prétention de poser des principes ou d'en extraire des connaissances sans s'interroger au préalable sur le droit à l'affirmation, sur ses conditions de possibilité et ses limites d'exercice.

En religion, dogmatisme désigne la disposition à croire des dogmes, c'est-à-dire des vérités religieuses dont les titres de créance ne relèvent pas d'une appréciation subjective, mais d'une autorité transcendante (celle du dieu qui se révèle ; celle de la société religieuse qui confesse, proclame, atteste que la tradition dont elle vit prend ses garanties dans une objectivité sui generis, dans une expérience du sacré qu'elle regarde comme un a priori fondateur). C'est le christianisme hellénistique et, plus précisément, byzantin qui a forgé le vocabulaire d'une dogmatique de foi relative aux Écritures et aux traditions issues de la communauté apostolique. À partir du premier concile œcuménique (Nicée, 325), on a appelé « dogme » toute définition d'une croyance par voie conciliaire, c'est-à-dire délibérée et décrétée en assemblée plénière (représentant l'Église universelle), puis érigée en orthodoxie officielle, en loi d'État par un édit impérial. De nos jours, le pouvoir de l'Église catholique s'étant concentré entre les mains d'un pontife suprême et s'étant émancipé par rapport au pouvoir civil, l'apparition d'un dogme ne requiert que la promulgation par le pape (à l'occasion d'un concile ou à la suite d'une consultation de l'épiscopat). Théologiens et philosophes chrétiens se sont interrogés longuement, au début du xxe siècle, sur la nature épistémologique des dogmes chrétiens (non des vérités spéculatives obtenues par raisonnement dialectique, mais des formules mixtes — souvent de compromis — où une donnée positive, prise du texte scripturaire ou de la foi traditionnelle, reçoit une certaine élaboration rationnelle ; toutefois, l'énoncé dogmatique tire sa valeur, non pas de sa structuration logique, mais de l'assentiment de la société ecclésiale, maîtresse de ses documents et de leur interprétation). De 1893 à 1913, Maurice Blondel et Lucien Laberthonnière ont soutenu un « dogmatisme moral » : par quoi ils entendaient, en religion ainsi qu'en philosophie, une doctrine où l'accès à la certitude n'est procuré que si pensée et action, critique et pratique, réflexion intellectuelle et engagement moral se trouvent associés, interpénétrés, équilibrés dans un même jugement.

En politique, le danger de dogmatisme (tyrannie, totalitarisme, fascisme, caporalisme) est double : il vient soit du despote, soit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  DOGMATISME  » est également traité dans :

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

FONDAMENTALISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Vassilis SAROGLOU
  •  • 1 067 mots

Le terme « fondamentalisme » désignait, au début du xx e  siècle, le mouvement protestant américain qui prônait un retour antimoderniste à certains « fondamentaux » du christianisme : infaillibilité de la Bible, historicité des miracles, véracité littérale de dogmes chrétiens. Progressivement, le terme s’est élargi pour désigner l’intransigeance idéologique en ce qui concerne les croyances, dans […] Lire la suite

LABERTHONNIÈRE LUCIEN (1860-1932)

  • Écrit par 
  • Paul BEILLEVERT
  •  • 687 mots

Philosophe et théologien, engagé avec hardiesse dans les débats de la pensée religieuse en France au début du xx e siècle. Né à Chazelet (Indre), Lucien Laberthonnière fait ses études au grand séminaire de Bourges, où s'ébauchent certains thèmes de sa pensée philosophique ; il entre à l'Oratoire en 1886, et enseigne la philosophie au collège de Juilly de 1887 à 1896. En 1894 commence sa relation […] Lire la suite

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ostracisme et intolérance »  : […] L'ostracisme européen se fonde donc progressivement sur le refus de principe de laisser appliquer une pensée à un domaine étranger à celui dans lequel elle a élaboré son discours théorique ou, plus subtilement, sur le refus de voir expliciter le concret par la pensée dès lors que l'explicitation radicalise les conséquences logiques et met en relief les ambiguïtés de ce concret. C'est ainsi que, ju […] Lire la suite

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 054 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Religion et démocratie chez Tocqueville »  : […] Dans une tout autre optique, Alexis de Tocqueville met en valeur dans De la démocratie en Amérique (1835-1840) le rôle important joué par la religion dans le développement et la formation de la démocratie américaine. Alors que la perspective marxiste souligne la domination des masses opérée par la religion, Tocqueville considère que « en Amérique, c'est la religion qui mène aux Lumières ; c'e […] Lire la suite

Les derniers événements

19-22 septembre 2006 France. Polémique sur la délinquance en Seine-Saint-Denis

Le préfet dénonce le «dogmatisme» du juge des enfants du tribunal de Bobigny, à l'origine d'un «sentiment d'impunité» chez les mineurs. Il critique la réduction des effectifs affectés à la sécurité publique, l'inexpérience et la trop rapide rotation des commissaires nommés dans le département et le mauvais emploi des compagnies républicaines de sécurité (C. […] Lire la suite

1er-11 septembre 1982 Chine. XIIe congrès du Parti communiste

Ce rapport dresse le bilan de l'action du parti au cours des dernières années et constate que celui-ci « a brisé les chaînes du dogmatisme et du culte de la personnalité ». Il annonce un rajeunissement des cadres et une révision des statuts. En matière économique, le président du P.C.C. promet que la production industrielle et agricole sera quadruplée d'ici à l'an 2000. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « DOGMATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dogmatisme/