DOMINICAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'histoire des ordres religieux, la fondation des Frères prêcheurs ou Dominicains représente, au début du xiiie siècle, un tournant décisif. Rien de nouveau certes à ce que des religieux deviennent en fait prédicateurs ou missionnaires – tel fut le cas de nombreux moines aux siècles précédents –, mais il est original qu'une forme de vie religieuse se définisse non plus seulement par la conversion personnelle et la recherche de Dieu dans la fuite du monde, mais par l'accomplissement d'une fonction déterminée dans l'Église ; c'est une nouveauté d'identifier consécration à Dieu et députation totale à la prédication de l'Évangile. L'idéal de l'imitation des Apôtres, dont se réclament, depuis les Pères du désert, les groupements les plus divers, se déploie ici selon une dimension inédite : la participation, en vertu d'une profession religieuse reconnue telle par le Saint-Siège, à la mission prophétique de l'Église, l'annonce de la foi.

À la même époque, l'aspiration à des formes de vie plus intégralement évangéliques trouve expression, stimulant et, dans une certaine mesure, discipline, au sein du mouvement franciscain. Nées dans le même contexte mais plus proches l'une du monde des clercs, l'autre du monde des laïcs, les deux familles réagissent l'une sur l'autre et servent de modèles à d'autres : ainsi apparaît un type nouveau de vie religieuse, celui des ordres mendiants.

Donnant pour devise à son ordre : « Ne parler qu'avec Dieu ou que de Dieu », saint Dominique est l'initiateur d'un mode de vie original et difficile, qui allie intimement présence à Dieu et présence aux hommes à évangéliser. Le renouvellement perpétuel est pour les Dominicains une condition de la fidélité profonde. C'est donc en regard de l'évolution du monde que leur histoire devrait s'écrire.

Le fondateur : Dominique de Caleruega

La fondation de l'ordre des Frères prêcheurs, à Toulouse, en avril 1215, ne précède que de quelqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Fra Angelico : Saint Dominique

Fra Angelico : Saint Dominique
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Inquisition

Inquisition
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Destruction des idoles du Nouveau Monde par les missionnaires espagnols

Destruction des idoles du Nouveau Monde par les missionnaires espagnols
Crédits : Glasgow University Library

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DOMINICAINS  » est également traité dans :

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dominicain, maître de l'université de Paris (d'où son nom de « Maître Albert »), évêque, savant, philosophe et théologien célèbre du xiii e  siècle, Albert a, de son vivant, joui du titre de « Grand » et, par la suite, de celui de « Docteur universel ». La légende lui a beaucoup prêté. Encombrée d'apocryphes, son œuvre multiforme (elle a acclimaté dans l'Occident latin les savoirs et les philosoph […] Lire la suite

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 146 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les derniers soubresauts hérétiques. Montségur (1230-1244) »  : […] À partir de 1229, la lutte de l'Église contre les hérétiques prit la forme de l' Inquisition, organisée par le pape Grégoire IX en 1233 et confiée aux ordres mendiants – et surtout aux dominicains . Elle se heurta à une résistance clandestine. Il y eut pourtant des violences dans les villes, à Narbonne (1233-1235), à Cordes (1233), à Albi (1234), et surtout à Toulouse d'où les dominicains furent e […] Lire la suite

ANDRÉ DE LONGJUMEAU (mort en 1270)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 216 mots

Frère prêcheur, qui fit partie du groupe de religieux que le pape Innocent IV et le roi Saint Louis utilisèrent pour leur politique orientale. En 1244, André de Longjumeau accomplit une première mission, proprement religieuse, en Syrie et dans les régions voisines, et consolida les retours au catholicisme précédemment obtenus dans les milieux jacobites ; en revanche, il ne réussit guère avec les n […] Lire la suite

ANGELICO FRA (1400 env.-1455)

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 4 190 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chronologie »  : […] L'historiographie traditionnelle, à la suite de Vasari, situait la naissance de Fra Angelico (de son vrai nom Guido di Piero) dans les années 1387-1388. La critique moderne a repoussé cette date d'une quinzaine d'années, sans parvenir néanmoins à une certitude absolue : le peintre serait né à la toute fin du xiv e siècle, aux alentours du château de Vicchio, dans le Mugello, vallée proche de Flo […] Lire la suite

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « L'émergence de la revue »  : […] L'Art sacré s'inscrit dans la réflexion amorcée à la fin du xix e  siècle par quelques intellectuels et artistes catholiques (Huysmans, Claudel, Maurice Denis) réagissant à l'art religieux académique et aux productions « douceâtres » et bon marché dites de « Saint-Sulpice ». Pour eux, l'Église avait perdu sa grande tradition artistique. En 1920, les Ateliers d'art sacré de Georges Desvallières […] Lire la suite

ASCELIN NICOLAS ANSELME dit (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 118 mots

Frère prêcheur qui dirigea la mission envoyée par le pape Innocent IV en 1245, au moment du concile de Lyon, auprès des Mongols pour établir des relations avec eux et obtenir leur concours contre les musulmans. Ascelin prit contact avec le khān Baïju en Transcaucasie et, après un accueil assez froid, parvint à se faire comprendre, mais non à obtenir une décision. Il revint auprès du pape à Lyon en […] Lire la suite

BARTOLOMEO DELLA PORTA FRA (1475-1517)

  • Écrit par 
  • Henri PERETZ
  •  • 1 004 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un art de dévotion »  : […] Selon Vasari, Fra Bartolomeo della Porta vécut de 1475 à 1517 ; sa carrière se divise en trois périodes. Élève du peintre Piero di Cosimo, il travaille au couvent de Saint-Marc à Florence. Là, il se lie à Savonarole, dont il partage les opinions iconoclastiques : peintre d'avenir, il brûle ses propres œuvres sur le bûcher où, en 1497, Savonarole détruit les images impies. Ce dernier est exécuté e […] Lire la suite

BÉGUINES & BÉGARDS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 2 434 mots

Dans le chapitre « Origine et développement »  : […] L'afflux de mendiants dans les villes, qui draine de la campagne un surplus de main-d'œuvre, a justifié la nécessité d'institutions charitables dont les membres, se consacrant au travail manuel et aux œuvres de piété, offrent de surcroît l'exemple d'une pauvreté volontairement assumée au nom du Christ. D'abord composées de femmes, veuves et déshéritées, auxquelles se mêlent souvent quelques lettré […] Lire la suite

BENOÎT XIII, PIETRO FRANCESCO ORSINI (1649-1730) pape (1724-1730)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 385 mots

Né à Gravina (dans le royaume de Naples), religieux dominicain (1667) sous le nom de Vincenzo Maria, cardinal à vingt-trois ans (1672) par la faveur de Clément X, son parent, évêque de Manfredonia (1675), puis de Césène en Romagne (1680), archevêque de Bénévent (1686), P. F. Orsini s'acquitta de ses tâches pastorales avec zèle et compétence. Élu pape le 29 mars 1724, il choisit le nom de Benoît et […] Lire la suite

BERNARD GUI (1261 env.-1331)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 287 mots

Né à Royère en Limousin, Bernard Gui meurt au château de Lauroux en Roussillon (département actuel de l'Hérault). Frère prêcheur en 1280, il devient inquisiteur dans le Toulousain en 1307 ; évêque de Tuy (en Galice) en 1323, il est transféré au siège de Lodève l'année suivante par Jean XXII. Il est l'auteur de nombreux ouvrages : chroniques des papes, des empereurs, des rois de France ( Chronicon […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « L'ampleur de la démarche scientifique »  : […] C'est ainsi que l'Église catholique a contribué amplement à la promotion des études bibliques, tant dans le cadre de ses propres instances et juridictions qu'ailleurs dans l'orbe proprement culturel. L'enseignement supérieur des pays germaniques et anglo-saxons, en partie sous contrôle protestant, honorait de longue date les textes bibliques, de l'Ancien comme du Nouveau Testament, à l'instar des […] Lire la suite

BRUCKBERGER RAYMOND (1907-1998)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 873 mots

Moine libertin, agitateur d'idées à travers trois films, une revue littéraire et vingt-cinq livres, le père Bruckberger a traversé le siècle en pamphlétaire. S'il fut élu, en 1985, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, au fauteuil de Raymond Aron, ce dominicain avait su, quand l'Église institutionnelle se reconnaissait dans l'État français de Vichy, devenir résistant et de facto […] Lire la suite

CAJÉTAN TOMMASO DE VIO dit (1469-1534)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 1 236 mots

Le plus grand théologien catholique de la Renaissance, Tommaso de Vio, était né à Gaète (d'où le nom qu'on lui donna — Il Caietano), dans une famille noble. Il entra chez les dominicains à Naples en 1484, dans ce même couvent où furent admis, avant lui, Thomas d'Aquin et, après lui, Tommaso Campanella et Giordano Bruno. C'est d'abord dans la dispute philosophique qu'il sut s'imposer. Après des étu […] Lire la suite

CHENU MARIE-DOMINIQUE (1895-1990)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET, 
  • Émile POULAT
  •  • 1 304 mots

Marie-Dominique Chenu, fils d'un petit industriel, est né près de Paris, à Soisy-sur-Seine. Pur hasard, dans cette même commune, les dominicains, exilés en Belgique depuis 1903, installeront le couvent d'études de la province de France quand ils rentreront à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Attiré par la vie religieuse, soucieux d'un ordre à la fois intellectuel, contemplatif et apostoliqu […] Lire la suite

CONGAR YVES (1904-1995)

  • Écrit par 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 1 056 mots

Né à Sedan le 13 avril 1904, Yves Congar est issu d'une famille bien implantée localement. Il y achève ses études secondaires, avant de s'orienter vers le sacerdoce sous l'influence de l'abbé Lallement, un compatriote. Arrivé au séminaire parisien des Carmes en 1921, le jeune clerc fait ses trois ans de philosophie scolastique à l'Institut catholique. Après son service militaire, il entre en 1925 […] Lire la suite

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Laurent ALBARET
  •  • 752 mots

1145 Le cistercien Bernard de Clairvaux organise une mission de prédication à Toulouse et dans l'Albigeois. Il découvre à Verfeil une dissidence religieuse qui revendique une filiation apostolique et rejette les sacrements de l'Église. Il la nomme l'hérésie des « albigeois ». 1179 Le concile de Latran III, prenant acte des missions cisterciennes, prend des mesures concernant les hérétiques mérid […] Lire la suite

DE AUXILIIS CONGRÉGATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 751 mots

La première des Congregationes de auxiliis divinae gratiae , c'est-à-dire des assemblées de théologiens catholiques réunies à propos du molinisme, s'est tenue à Rome à titre de commission de censure chargée de se prononcer sur le livre de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588), mis en cause en juin 1597 par le dominicain D. Báñez. Elle trancha, après deux sessions et de nombre […] Lire la suite

DOMINIQUE saint (1170 env.-1221)

  • Écrit par 
  • Sebastian BULLOUGH
  •  • 822 mots

Fondateur de l'ordre des Frères prêcheurs (Dominicains), Domingo de Guzmán est né vers 1170 à Caleruega (Castille), dans une famille noble. Il étudie la théologie à Palencia. Vers 1196, il entre comme chanoine dans le chapitre du diocèse d'Osma, dont il devient le sous-prieur quelques années plus tard. En 1203, Dominique accompagne son évêque en mission dans le sud de la France. C'est à cette oc […] Lire la suite

ECKHART MAÎTRE (1260 env.-env. 1327)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET
  •  • 2 660 mots

Maître Eckhart occupe une place à part par les problèmes qu'il soulève, par les discussions qu'il a provoquées, par les interprétations auxquelles il a donné lieu, qui lui ont valu d'être rattaché tour à tour à l'idéalisme hégélien ou au racisme pangermanique, cependant que d'éminents théologiens, spécialement des dominicains comme lui, le présen-taient comme un pur thomiste. Comment un seul pers […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André DUVAL, « DOMINICAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominicains/