TEMPS MODERNES LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Revue par excellence de l'« intellectuel de gauche » des années 1950-1960, Les Temps modernes furent à la fois la revue de Sartre et le lieu d'expression privilégié d'un mouvement vite dominant dans la vie intellectuelle et littéraire d'alors : l'existentialisme. Dès le premier numéro, publié en octobre 1945 chez Gallimard, Sartre lance le thème-leitmotiv de ces années d'après guerre : la littérature engagée, avec cet avertissement (ou cette restriction) : « L'engagement ne doit, en aucun cas, faire oublier la littérature. »

Puisqu'il fallait être « dans le coup », Les Temps modernes allaient donc être chaque mois de tous les coups, et ses rédacteurs des « chasseurs de sens », comme l'écrira Simone de Beauvoir. Formidable pôle d'attraction mais aussi de répulsion (plusieurs revues tenteront de contrer l'hégémonie croissante des Temps modernes : La Table ronde ou La Parisienne d'un côté, Esprit ou La Nouvelle Critique de l'autre), la revue va en partie épouser les engagements politiques, littéraires et philosophiques de son fondateur, ce qui n'ira pas sans polémiques ni brouilles fameuses entre collaborateurs, et notamment avec Merleau-Ponty, Lefort, Camus.

Revue d'idées, Les Temps modernes s'engagent en effet complètement dans la lutte anticolonialiste, notamment celle contre la guerre d'Algérie en soutenant, à travers leur collaborateur Francis Jeanson, les réseaux d'aide au FLN, le Manifeste des 121... Au cours des vingt premières années de son existence, la revue intervient sur tous les fronts de la vie politique et intellectuelle, nationale et internationale : polémiques contre le structuralisme montant et bientôt triomphant, querelles autour du marxisme, soutiens aux révoltes hongroises et polonaises, réflexions sur l'avenir de la gauche, de la société industrielle, du Tiers Monde.

Revue littéraire, Les Temps modernes publient Beckett, Cayrol, Ponge, Char, Duras, Sarraute, Blanchot, Genet, tandis que Michel Leiris y introduit les poètes de la négritude. Des rubriques « Témoignages », « Exposés », « Notes » assurent la diversité et l'abondance des sommaires : B. Dort, C. Audry, B. Pingaud, Etiemble, J. Pouillon, M. Nadeau, B. Frank, D. Guérin, R. Stéphane et bien d'autres y entretiennent l'humeur souvent critique, parfois féroce, de la revue, qui atteint dans les années 1950-1960 l'apogée de son rayonnement et de son influence.

À partir de la fin des années 1960, Sartre est moins présent dans la vie de la revue. André Gorz, spécialiste des problèmes du travail et théoricien de l'écologie politique, y remplit une fonction officieuse de « directeur politique ». Moins littéraire, la revue publie alors beaucoup de textes à tonalité « gauchiste », en écho aux retombées idéologiques de Mai-68. En dépit de quelques numéros spéciaux à succès (sur les femmes, le conflit israélo-arabe, les minorités...), les ventes et l'influence de la revue décroissent irrésistiblement. Écrire dans Les Temps modernes n'est plus une voie de passage et de légitimité obligée.

Signe des temps, au moment de la mort de Sartre, en 1980, les éditions Gallimard avaient favorisé la naissance d'une nouvelle revue d'idées : Le Débat, dirigée par Pierre Nora, moins « engagée » que Les Temps modernes. Dirigée ensuite par Simone de Beauvoir, puis après la mort de celle-ci par Claude Lanzmann, un fidèle de Sartre, la revue n’en poursuit pas moins son chemin en s'ouvrant à de nouveaux collaborateurs (Juliette Simont, Michel Deguy, Liliane Kandel, Patrice Maniglier...), en réintroduisant des chroniques régulières (critiques de livres, de théâtre...). Les « chercheurs de sens » récusent le « consensus » intellectuel et idéologique ambiant, à charge pour eux de convaincre de nouveaux lecteurs et abonnés dont le nombre au fil des années s'est considérablement amenuisé. Mais la mort de Claude Lanzmann, en juillet 2018, précipite le destin des Temps modernes, dont le dernier numéro paraît en décembre de cette même année.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ingénieur au C.N.R.S., rédacteur en chef de La Revue des revues, administrateur de l'Institut mémoires de l'édition contemporaine

Classification

Autres références

«  TEMPS MODERNES LES  » est également traité dans :

DOLLÉ JEAN-PAUL (1940-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 273 mots

Philosophe français. Né à Vincennes (Val-de-Marne), Jean-Paul Dollé est membre du comité de rédaction des Temps modernes de 1965 à 1968. En 1966, il participe à la fondation de l'Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes. Par la suite, il sera partie prenante dans plusieurs publications qui naîtront de l'effervescence de Mai-68, comme les Cahiers de mai ou L'Idiot international . Son […] Lire la suite

GORZ ANDRÉ (1923-2007)

  • Écrit par 
  • Gérard PAUL
  •  • 1 085 mots

André Gorz s’est donné la mort, avec sa femme, le 24 septembre 2007, dans leur maison de Vosnon, dans l’Aube. Le dernier livre de ce philosophe et militant inlassable, Lettre à D. Histoire d'un amour , paru en 2006, était un bouleversant témoignage d’amour pour celle qui l’a accompagné pendant soixante ans, Dorine. André Gorz est né à Vienne en 1923, d'un père juif et d'une mère catholique. Après […] Lire la suite

JEANSON FRANCIS (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 345 mots

Philosophe, fondateur d'un réseau de soutien au Front de libération nationale (F.L.N.) algérien. Né à Bordeaux, Francis Jeanson fait des études de lettres et de philosophie, avant de gagner l'Espagne en 1943 pour échapper au S.T.O. et rejoindre les Forces françaises libres en Afrique du Nord. En 1945, alors qu'il est journaliste à Alger républicain , il fait la connaissance de Jean-Paul Sartre q […] Lire la suite

DÉBAT LE, revue

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 247 mots

Dans le chapitre « Traiter les problèmes de fond »  : […] Pour alimenter Le Débat , Pierre Nora et Marcel Gauchet font appel à des historiens comme François Furet pour livrer une autre approche de la Révolution française et du rôle du Parti communiste, tandis que l’historien médiéviste Jacques Le Goff prend ses distances avec l’école des Annales. Pendant quatre décennies, la revue accompagne la vie intellectuelle française en traitant notamment de la mo […] Lire la suite

QU'EST-CE QUE LA LITTÉRATURE ? Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Avant d'être publié en un volume autonome, Qu'est-ce que la littérature ? a paru en 1947 dans Les Temps modernes , repris l'année suivante dans Situations II , précédé de deux autres articles : « Présentation des Temps modernes  », manifeste de la revue créée par Jean-Paul Sartre (1905-1980) en 1945, et « La Nationalisation de la littérature », bilan sur la situation de l'écrivain au lendemain de […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Dans le même temps, les livraisons d’armes en provenance de divers pays européens se poursuivent. Le 5 également, Volodymyr Zelensky s’exprime pour la première fois en direct, par visioconférence, devant le Conseil de sécurité de l’ONU auquel il demande de faire reconnaître par la communauté internationale les crimes de guerre perpétrés par la Russie et de priver Moscou de son droit de veto sur les questions relatives au conflit en Ukraine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CORPET, « TEMPS MODERNES LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-modernes-les/