BÂLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au contact avec la France et l'Allemagne, Bâle (en allemand Basel) est la porte d'entrée de la Suisse vers l'Europe du Nord. La ville, qui forme avec les communes de Riehen et Bettingen, le canton de Bâle-Ville, le plus petit de Suisse en termes de superficie (37 km2), est également le cœur d’une agglomération trinationale.

Suisse : carte générale

Carte : Suisse : carte générale

Carte générale de la Suisse. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Bâle-Ville : carte administrative du canton

Carte : Bâle-Ville : carte administrative du canton

Carte administrative du canton de Bâle-Ville. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Située à l'extrémité sud du couloir qui sépare les Vosges de la Forêt-Noire, sujet aux tremblements de terre (notamment celui qui touche Bâle en 1356), la ville se trouve sur un coude du Rhin, à la confluence des rivières venues de la Forêt-Noire (Wiese), du Jura (Birse) et des collines du Sundgau (Birsig). Au Moyen Âge, des canaux dérivés de tous ces cours d’eau ont facilité l’installation de fabriques (moulins, estampage, scieries, papeteries). Avant les corrections du xixe siècle, le Rhin était un fleuve sauvage jusqu'à Strasbourg, qui ne convenait que pour le flottage, la pêche et la navigation en aval. À partir de 1831, des bateaux remontent le canal de Huningue. Les aménagements liés à la centrale hydroélectrique de Kembs (construite entre 1928 et 1932) permettent une navigation régulière sur le Rhin et Bâle se dote d’équipements portuaires modernes.

Le pont jeté sur le Rhin au début du xiiie siècle insère la ville dans le réseau des transports terrestres. La ligne de chemin de fer arrivant d’Alsace est la première à pénétrer sur le sol suisse en 1844. S’y ajoutent en 1855 la Badische Bahn, venant d'Allemagne puis, en 1858, la ligne de la Compagnie du Central-Suisse, qui permettent de gagner Olten et l’ensemble du Plateau suisse. Avec la connexion de ces lignes, Bâle devient une plaque tournante du réseau ferroviaire international. Les autoroutes suisses puis celles venant d’Allemagne et de France complètent le carrefour bâlois d’un nœud routier important. Faute d’espace disponible, l’aéroport a été construit en 1946 à Blotzheim, sur le territoire français. Depuis 1987, l’EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg (Fribourg-en-Brisgau) est géré par un consortium associant les autorités françaises et suisses.

Dépassant les 100 000 habitants dès 1899, la ville de Bâle connaît une forte croissance démographique dans la première moitié du xxe siècle ; elle culmine à 210 000 habitants à la fin des années 1960, avant de décliner puis de se stabiliser autour de 180 000 habitants au début du xxie  siècle, dont près de 40 p. 100 de résidents étrangers. La croissance s’est alors reportée sur les communes voisines, dans le canton de Bâle-Campagne et dans le sud de l’Alsace et du Bade-Wurtemberg. L'agglomération trinationale compte environ 850 000 habitants. Chaque jour, plus de 100 000 personnes viennent des régions environnantes pour travailler en ville, les deux tiers en provenance des cantons suisses voisins, un tiers de France et d’Allemagne. Cette mobilité pendulaire intense est facilitée par une excellente infrastructure transfrontalière, comme le S-Bahn (le RER trinational), trois lignes de tramway et de nombreuses lignes de bus.

Bâle-Campagne : carte administrative du canton

Carte : Bâle-Campagne : carte administrative du canton

Carte administrative du canton de Bâle-Campagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le peuplement du site remonte à l'âge de pierre, mais la ville a véritablement pris forme au Moyen Âge. La construction de la cathédrale est amorcée au début du xie siècle, et la colline sur laquelle elle est édifiée (Münsterhügel) servira de résidence aux familles nobles ; la vallée de la Birsig abrite artisans et marchands. Dès cette époque, Bâle est un des principaux centres économiques de la région du Haut-Rhin supérieur. À l'origine, la destinée de la ville est entre les mains du prince-évêque mais, à partir du début du xiiie siècle, celui-ci perd du terrain au profit de la bourgeoisie : les droits politiques de la commune s’accroissent au fur et à mesure que s’accumulent les difficultés financières de l’évêché et que l’activité économique prospère. Le territoire de la ville s’étend au xive siècle sur la rive droite du Rhin (union avec Petit-Bâle en 1392), puis en direction du sud-est.

La Renaissance introduit en ville des transformations décisives. Entre 1431 et 1448, un important concile se tient à Bâle, qui contribue à la fondation de l'université en 1460. L'essor de l'imprimerie attire des savants réputés, notamment Érasme, venu de Rotterdam. La critique des autorités ecclésiastiques et l’esprit de la Réforme conduisent à l’éviction de l’évêque en 1521 et, après l’introduction officielle de la Réforme en 1529, à faire de la ville un refuge pour les réformés. Entre-temps, Bâle avait rejoint le système d'alliance de la Confédération suisse (1501).

Durant toute l’époque moderne, la population bâloise est très marquée par la différence de prestige et de droits entre les statuts sociaux en présence. La situation change temporairement en 1798 avec l’importation à Bâle des idéaux de la Révolution française par Pierre Ochs, qui introduit l'égalité des droits entre Bâlois et résidents de la campagne environnante. Les décennies suivantes sont marquées par le retour d’un régime conservateur en ville et une dégradation des relations entre ville et campagnes qui conduisent en 1833 à la scission du territoire en deux demi-cantons, Bâle-Ville et Bâle-Campagne. Le milieu du xixe siècle apporte une certaine normalisation : progression des idées libérales, alignement des institutions de Bâle-Ville sur celles de la Confédération avec l’adoption de la Constitution cantonale de 1875. Au début du xxe siècle, à la faveur de l’industrialisation, la social-démocratie devient le principal parti et Bâle-Ville l'un des cantons les plus progressistes de Suisse.

L’activité manufacturière et industrielle de Bâle trouve ses racines dans la production de papier, prospère jusqu'au xviiie siècle, et l’imprimerie de haute qualité réputée dans toute l’Europe à partir de la Renaissance. Dans la seconde moitié du xvie siècle, des réfugiés apportent le commerce de la soie. La rubanerie notamment devient une spécialité de la ville, et est à l’origine de sa richesse. D’abord tissés à domicile dans la campagne environnante, les rubans de soie sont fabriqués en ville dans des usines de tissage à partir des années 1830. Les besoins en colorants pour la teinture des textiles sont à l’origine, dès 1859, d’une industrie chimique qui prend son essor à la fin du siècle. Au xxe siècle, cette branche voit le développement de grandes multinationales – Ciba, Geigy et Sandoz – qui se tournent vers les produits pharmaceutiques avant de fusionner sous le nom de Novartis en 1996. L’essor d’une autre multinationale, Roche, à la même époque, conforte la spécialisation de Bâle dans cette industrie. La place financière a également acquis un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Suisse : carte générale

Suisse : carte générale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bâle-Ville : carte administrative du canton

Bâle-Ville : carte administrative du canton
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bâle-Campagne : carte administrative du canton

Bâle-Campagne : carte administrative du canton
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, collaborateur scientifique au département d'histoire de l'université de Bâle (Suisse)

Classification

Autres références

«  BÂLE  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La place de la France dans les manifestations artistiques internationales »  : […] Le marché de l'art apparaît désormais résolument international, du moins pour sa production la plus reconnue. Quel que soit leur pays d'appartenance, tous les acteurs du monde de l'art contemporain – galeristes, grands collectionneurs, conservateurs de musée et directeurs de centres d'art, critiques et journalistes... – fréquentent les mêmes lieux sans aucun souci des frontières géographiques. Fo […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les foires internationales d'art contemporain »  : […] Les professionnels du négoce de toute nationalité utilisent les foires internationales comme un des moyens de résister aux tentatives hégémoniques des maisons de vente. Encore que ces dernières, en rachetant des galeries, puissent surmonter l'interdiction qui leur est faite d'y participer. Les grandes foires d'art contemporain, nées à la fin des années 1960, constituent le volet commercial de la […] Lire la suite

BÂLE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 025 mots

À Bâle, ville rhénane à la forte tradition humaniste et économique, l'initiative privée s'est de tout temps alliée aux institutions publiques pour favoriser le développement culturel de la cité : la Collection publique des beaux-arts – c'est son nom officiel – en est le reflet. Elle doit son prestige à un noyau d'œuvres exceptionnelles du xvi e  siècle et à un ensemble du xx e  siècle de tout prem […] Lire la suite

BEYELER FONDATION

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 139 mots

Située à Riehen, commune limitrophe de Bâle, dans le parc du Berower, la Fondation Beyeler frappe par sa simplicité et son harmonie. Le long bâtiment rectangulaire aux façades de porphyre rouge de Patagonie conçu par l'architecte italien Renzo Piano s'inscrit tout naturellement dans le paysage campagnard avoisinant ; les grandes baies vitrées ménagent des échappées sur les plans d'eau ou les arbre […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 182 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnavals d'Europe du Nord »  : […] Qu'ils soient alémaniques, rhénans, flamands, brabantois, luxembourgeois, ces carnavals sont placés sous le règne éphémère du prince des fols et des sots, tandis que la bière coule à flots dans les bals et les banquets. En Allemagne, partout où est fêté Fastnacht (Hesse, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Bade-Wurtemberg, Souabe) ou Fasching (Bavière, Franconie), l'élection du roi du carnaval, qui devie […] Lire la suite

DIENER ROGER (1950- )

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 1 051 mots

Fils de l'architecte suisse Markus Diener (1918-1999), Roger Diener (né en 1950 à Bâle) fait ses études à l'École polytechnique de Zurich au début des années 1970, au moment où y enseignent des praticiens de renom tels qu'Aldo Rossi et Luigi Snozzi. Diplômé en 1976, il s'associe avec son père, dont l'agence Diener & Diener créée en 1942, riche de trente années d'expérience, constitue l'un des bur […] Lire la suite

JURA

  • Écrit par 
  • Georges CHABOT, 
  • Paul CLAVAL, 
  • André GUILLAUME, 
  • Solange GUILLAUME, 
  • Philippe HEBEISEN, 
  • Patrick RÉRAT
  • , Universalis
  •  • 4 797 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le canton du Jura »  : […] Dans la Suisse contemporaine, formée de 26 cantons et demi-cantons, le Jura – officiellement République et Canton du Jura  – désigne le dernier-né des États membres de la Confédération suisse. Il est entré en souveraineté le 1 er  janvier 1979. La langue officielle y est le français et le chef-lieu est situé à Delémont. Avant 1979, le canton du Jura faisait partie du Jura « historique », ou Jura […] Lire la suite

ŒCOLAMPADE JOHANNES HAUSSCHEIN dit (1482-1531)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 342 mots

Réformateur de Bâle, humaniste érudit et pondéré, Œcolampade fait des études de droit et de théologie à Bologne et à Heidelberg, où il subit l'influence humaniste et mystique de Wimpfeling. Après 1510, il concilie son activité de prédicateur avec des études à Tübingen et auprès de Reuchlin. En 1515, il collabore avec Érasme à l'édition du Nouveau Testament. En 1518, il est nommé prédicateur à Bâle […] Lire la suite

PRAGUE QUATRE ARTICLES DE (juill. 1420)

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

L'exécution de Jean Hus à Constance, le 6 juillet 1415, déclenche la révolte de ses partisans contre l'Église romaine ; ils sont eux-mêmes divisés en extrémistes (taborites) et en plus modérés, « utraquistes » ou « calixtins » à cause de leur revendication de la communion par les laïcs sous les deux espèces du pain et du vin ( sub utraque specie ), cette dernière étant réservée aux clercs chez les […] Lire la suite

RÉFORME

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 8 460 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Réformes zwinglienne et bucérienne »  : […] À côté de Wittenberg, Zurich et Strasbourg devinrent très rapidement deux autres pôles importants de la Réforme, avec Zwingli et Bucer, lesquels ont exercé sur les communautés urbaines de la haute Allemagne et de la Suisse une autorité spirituelle qui éclipsa celle de Luther lui-même. Leur théologie a été influencée de façon décisive, en particulier à propos de la doctrine de l'État et de celle d […] Lire la suite

Les derniers événements

8-31 août 2021 Suisse. Protestation contre la diminution de peine d'un violeur.

Bâle, à l’initiative d’associations féministes, pour protester contre un arrêt rendu fin juillet, qui diminue de cinquante et un mois de prison ferme à trente-six mois dont dix-huit ferme la peine infligée à un homme reconnu coupable de viol, arguant de la responsabilité de la victime, qui aurait « joué avec le feu », et de la durée jugée courte de […] Lire la suite

15 juillet 2021 Suisse. Démission du président de Raiffeisen.

Bâle, et de démarches en vue d’empêcher la publication d’informations le concernant. Guy Lachapelle avait remplacé Johannes Rüegg-Stürm à la tête de la banque en novembre 2018 en vue de remettre de l’ordre au sein de Raiffensen. Ce dernier avait été poussé à la démission à la suite de l’éclatement de l’affaire Pierin Vincenz, du nom de l’ancien directeur […] Lire la suite

14 mai 2021 Suisse. Condamnation d'activistes du climat.

Bâle-Ville avait acquitté cinq activistes accusés d’avoir bloqué, le même jour et pour les mêmes raisons, l’entrée du siège administratif de la banque UBS. […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Bâle-Mulhouse pour réquisitionner, à la demande de la préfecture du Haut-Rhin et pour le compte de l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand-Est, deux cargaisons de masques de protection commandés en Chine par la région Bourgogne-Franche-Comté et le département des Bouches-du-Rhône, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Les associations d’ […] Lire la suite

12 juillet 2019 Suisse. Acceptation d'une demande d'extradition émanant des États-Unis.

Bâle où il travaillait, à partir de données volées par sa sœur dans un centre de recherche du groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline situé à Upper Merion, en Pennsylvanie. Washington dénonce un acte de « guerre économique » orchestré par Pékin. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard DEGEN, « BÂLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bale/