ALPES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Alpes constituent une des principales chaînes de montagne d’Europe, identifiée comme telle dès l’époque romaine, puis clairement circonscrite par les naturalistes à partir du xviiie siècle. Dotées de nombreux sommets dépassant les 4 000 mètres d’altitude, source de plusieurs cours d’eau majeurs du continent, soumises à l’influence de climats très différents, elles sont une composante essentielle de la diversité paysagère et biologique de l’Europe. Placées en position centrale, elles ont profondément frappé, au cours des siècles, l’imagination de ceux, militaires et pèlerins, puis touristes, qui ont été amenés à les traverser. Un temps foyer de constructions politiques majeures en raison de l’importance économique et stratégique des principaux points de passage, elles se sont progressivement retrouvées en marge du territoire de plusieurs grands États européens et des centres importants de développement économique. Depuis les années 1990, les Alpes sont au cœur de constructions institutionnelles variées – traité international, espaces de coopération communautaire, réseaux d’acteurs – qui s’efforcent de mettre en valeur leurs caractéristiques singulières et d’atténuer les contrastes nés du fractionnement géopolitique du continent hérité de l’histoire.

La région alpine

Les Alpes constituent une chaîne de montagnes qui, sauf à ses deux extrémités ligure et dinarique, est clairement différenciée de son environnement fait de vastes plaines (Bavière, plaine du Pô, plaine pannonienne) et de larges couloirs (le Mittelland suisse, la moyenne vallée du Rhône). Mais constitue-t-elle pour autant une région géographique, c’est-à-dire une aire caractérisée par un ensemble de traits communs ou par des relations d’interdépendance entre les parties ? Les réponses à cette question diffèrent fortement selon les critères et les périodes considérés.

Une « civilisation alpine » agro-pastorale ?

À l’aube de la révolution industrielle, l’économie alpine présente de nombreuses similitudes d’un bout à l’autre de la chaîne. On a même pu parler de « civilisation alpine », malgré la diversité des langues parlées et des contextes géopolitiques. La plupart des habitants s’adonnent alors à l’économie agro-sylvo-pastorale, combinant agriculture de subsistance, élevages ovin, caprin et bovin, exploitation du bois et, ici et là, exploitation de gisements métallifères superficiels autorisant, grâce à la production de charbon de bois, un artisanat, voire une petite industrie, du fer. Loin d’être autarcique comme on l’a souvent décrite, cette économie rurale exporte du bois d’œuvre, notamment vers les ports de la mer Méditerranée, des fromages et une partie de sa production artisanale. Elle bénéficie alors des axes de circulation ouverts pour certains depuis l’époque romaine (cols des Grand et Petit-Saint-Bernard et du Mont-Cenis, par exemple), pour d’autres depuis le Moyen Âge (comme le col du Saint-Gothard).

Ces axes ont été fortement améliorés dans la première moitié du xixe siècle, principalement sous l’influence des empires napoléonien et des Habsbourg, notamment pour des raisons politiques et stratégiques. La circulation transalpine a suscité une économie complémentaire, dans les grandes vallées qui pénètrent loin dans la chaîne (Maurienne, Adige, Rhin) ou courent en son milieu (Inn, haut Rhône, Save), dans les petites villes qui les ponctuent et sur quelques cols majeurs (Brenner, Grand Saint-Bernard, Saint-Gothard) profitant de situations de carrefour, mais aussi de la présence de péages, de postes militaires et de postes de douane. Une large partie de la population alpine est concernée par cette ouverture, notamment au travers des migrations saisonnières de travail (par exemple, les colporteurs savoyards et dauphinois) qui amenaient les hommes à fréquenter durant l’hiver, saison morte dans l’économie traditionnelle, toute l’Europe centrale et occidentale.

Les contrastes introduits durant la période industrielle

La révolution industrielle change la donne et introduit de profonds contrastes intra-alpins. Les principaux couloirs dotés de routes romaines, médiévales ou impériales voient se déployer des voies ferrées qui permettent une augmentation significative du trafic de transit de marchandises. Ici et là s’installent une première génération de centrales hydroélectriques (1880-1930), parfois couplées à des barrages d’altitude, et des usines électrochimiques et électrométallurgiques qui donnent naissance à de véritables villes industrielles, par exemple Viège (Valais), Innsbruck et Villach (Autriche). Cette révolution bénéficie principalement aux parties centrale et orientale de la chaîne. Dans les Alpes françaises un contraste important apparaît entre, d’une part, les Alpes savoyardes et du Nord Dauphiné (Grenoble et le Grésivaudan, la Maurienne, la vallée de l’Arve), très équipées, et, d’autre part, les Alpes provençales moins bien dotées en voies ferrées, en centrales et en usines. Le développement touristique, surtout estival jusque dans les années 1920-1930, bénéficie principalement aux mêmes régions centrales, entre Grenoble d’une part, le Tyrol et les Alpes de Vénétie d’autre part, dotées des paysages les plus spectaculaires et des champs de neige les plus nombreux, mieux desservies par les voies ferrées acheminant les touristes venus de l’Europe entière.

Ce différentiel de développement économique se traduit dans des évolutions démographiques tout aussi contrastées : entre les années 1870 et 1950, les Alpes françaises situées au sud de Grenoble, le Tessin et les Alpes italiennes entre la région de Milan et le sud du Piémont connaissent une hémorragie profonde qui s’apparente à une véritable désertification dans l’intérieur de la Provence et les vallées occitanes du Piémont. Sur la même période, une partie des Alpes de Savoie, le Valais, les Alpes germanophones, mais aussi les Alpes slovènes et les Alpes italiennes situées à l’est de Milan se maintiennent, voire connaissent une très forte croissance comme en Bavière.

Entre polarisation de la croissance et enfrichement des marges

La seconde moitié du xxe siècle prolonge certains contrastes tandis que de nouveaux déséquilibres s’installent. Le dépeuplement des régions les plus rurales et situées loin des villes principales se poursuit ; il s’aggrave même à l’ouest dans les Alpes piémontaises et lombardes ; il gagne à l’est les Alpes du Frioul et de Carinthie. Il faut dire que malgré d’importantes innovations dans le dom [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Divisions structurales des Alpes

Divisions structurales des Alpes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gorges du Verdon

Gorges du Verdon
Crédits : Michael Busselle/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Structure des Alpes occidentales

Structure des Alpes occidentales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tectonique des Alpes occidentales

Tectonique des Alpes occidentales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALPES  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le cadre géographique »  : […] Le territoire albanais (28 748 km 2 ) s'inscrit dans un cadre physique essentiellement montagneux de structure dinarique, qui forme une barrière le long de la frontière orientale, alors que la partie occidentale offre, par contraste, un littoral ouvert de plaine. Les Alpes du Nord, situées à l'est du lac de Shkodër (370 km 2 ) et au nord du Drin, formées de plusieurs massifs calcaires orientés su […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne alpine »  : […] L'Allemagne alpine comprend deux éléments : la montagne alpine et le plateau de Bavière qui la précède vers le nord. […] Lire la suite

ALPES BAVAROISES

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 789 mots

Le territoire de l'Allemagne se ferme, au sud, par une étroite lisière alpine qui domine le plateau bavarois. Elle est formée par la retombée de l'arc externe des Alpes sédimentaires. Ce front montagneux s'allonge sur environ 240 kilomètres, avec une épaisseur qui atteint rarement une quarantaine de kilomètres. Il vit en symbiose étroite avec l'avant-pays, molassique et fluvio-glaciaire, de la Hau […] Lire la suite

ALPINES CHAÎNES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 4 539 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Téthys »  : […] La Téthys est un océan aujourd'hui disparu qui s'est ouvert en ciseau d'est en ouest au travers des continents rassemblés en une masse unique, la Pangée de la fin des temps primaires . Cette ouverture progressive se suit dans l'âge de la trilogie sédimentaire caractéristique de l'ouverture océanique : sédiments continentaux marquant le stade rift continental, évaporites marquant l'invasion du rift […] Lire la suite

ALPINISME

  • Écrit par 
  • Jean DURRY
  •  • 958 mots
  •  • 6 médias

Le 16 octobre 1986, un homme de quarante-deux ans se dresse au sommet du Lhotse  : Reinhold Messner, un Italien du Nord, vient de réussir l'ascension du seul des quatorze sommets de la planète dépassant 8 000 mètres qu'il n'avait pas encore atteint. Ainsi s'achève la quête entamée en 1970 au Nānga Parbat. Ainsi trouve également son aboutissement le processus enclenché le 8 août 1786 lorsque Jacque […] Lire la suite

ALPINISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 307 mots

26 avril 1336 Dans une lettre, Pétrarque relate l'ascension du mont Ventoux qu'il vient de réaliser. 1492 Antoine de Ville atteint le sommet du mont Aiguille. 8 août 1786 Jacques Balmat et Michel Gabriel Paccart atteignent le sommet du mont Blanc. 2 août 1787 Horace Bénédict de Saussure effectue des expériences scientifiques au sommet du mont Blanc. 14 juillet 1865 Edward Whymper atteint le sommet […] Lire la suite

ANNECY

  • Écrit par 
  • Franck SCHERRER
  •  • 693 mots
  •  • 2 médias

Annecy, commune-centre (53 043 habitants) d'une aire urbaine de 221 111 habitants (recensement de 2012), chef-lieu de Haute-Savoie , est une ville indissociable de son lac , tant l'un et l'autre sont liés dans l'imaginaire collectif. Annecy est sise au bord même du lac, au débouché d'une cluse, à cheval sur le Thiou, qui fournit naguère la force motrice à de nombreuses fabriques et sert aujourd'hu […] Lire la suite

ARLBERG

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 549 mots

Alors que les grandes voies de communications internationales franchissent transversalement l'arc alpin, l'Arlberg est une ligne de circulation longitudinale, à l'intérieur de la chaîne. Entre le Vorarlberg à l'ouest, tourné vers la Suisse, et le Tyrol, à l'est, le massif de l'Arlberg forme une haute cloison, bordée par les Préalpes calcaires du nord (Lechtaler Alpen) et par les reliefs cristallin […] Lire la suite

ART RUPESTRE DANS L'ARC ALPIN

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Impraticables au Paléolithique en raison de la calotte de glace qui les recouvre, les Alpes sont peu à peu fréquentées par les agriculteurs néolithiques, qui y implantent haltes de chasse et bergeries. L'homme des glaces (« Ötzi ») découvert, en 1991, au sommet du glacier de Similaun témoigne de ces parcours. Il date de la fin du IV e  millénaire, précisément au moment où, dans plusieurs hautes va […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'Autriche, pays alpin »  : […] L'Autriche est souvent présentée comme un pays essentiellement alpin, et, à ce titre, associé à la Suisse, ce qui est réducteur, car tout le nord du pays s'organise le long du Danube, dans la moyenne vallée entre Linz et Hainburg qui a vu naître l'Autriche des Babenberg au xi e  siècle ; et à l'est, le Land du Burgenland ouvre le pays sur la plaine hongroise. Mais les Alpes ont vu leur importanc […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-27 juin 2021 France. Élections régionales et départementales.

Aux départementales, la droite, principalement LR, l’emporte dans soixante-cinq des quatre-vingt-quinze circonscriptions, enlevant à la gauche les Alpes-de-Haute-Provence, l’Ardèche, le Finistère, le Puy-de-Dôme et le Val-de-Marne, dernier département contrôlé par le Parti communiste. EE-LV fait une percée dans les départements conservés par la gauche. […] Lire la suite

4-31 mars 2021 France. Adoption de « mesures de freinage » contre la pandémie de Covid-19.

Le 18, Jean Castex annonce la mise en place, à compter du 20 et pour « au moins » quatre semaines, de « mesures de freinage » de la pandémie dans seize départements : ceux de l’Île-de-France, des Hauts-de-France, ainsi que les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l’Eure. Dans ces départements, seuls les commerces essentiels, dont le nombre a été étendu, sont autorisés à ouvrir. […] Lire la suite

31 mars 2021 France. Relaxe définitive du défenseur de la cause des migrants Cédric Herrou.

L’agriculteur de la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) était notamment poursuivi pour aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irrégulier de migrants sur le territoire. En juillet 2018, le Conseil constitutionnel avait reconnu la valeur constitutionnelle du principe de fraternité, ce qui avait entraîné une modification de la loi de décembre 2012 sanctionnant les faits reprochés à Cédric Herrou. […] Lire la suite

3 mars 2021 France. Dissolution du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire.

Le groupuscule fondé en juillet 2012 s’est fait connaître grâce à ses opérations antimigrants, notamment celle menée en avril 2018 au col de l’Échelle (Hautes-Alpes), à la frontière franco-italienne.  […] Lire la suite

2-28 février 2021 France. Reconfinement partiel dans les Alpes-Maritimes et à Dunkerque.

Le 22, le préfet des Alpes-Maritimes, où la circulation virale est élevée, impose un confinement de la zone littorale le week-end, ainsi que la fermeture des commerces et galeries commerciales non alimentaires de plus de cinq mille mètres carrés. Le 24, le gouvernement annonce l’instauration d’un confinement le week-end dans la ville de Dunkerque (Nord) et sa région. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, Bernard DEBARBIEUX, Paul OZENDA, Thomas SCHEURER, « ALPES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alpes/