e siècle"/ >

ROME ET EMPIRE ROMAINL'art romain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Thermes de la villa de Piazza Armerina

Thermes de la villa de Piazza Armerina
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Tablette d'or de Pyrgi

Tablette d'or de Pyrgi
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Largo Argentina (porticus Minucia) à Rome

Largo Argentina (porticus Minucia) à Rome
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Statue d'Auguste dite de Prima Porta

Statue d'Auguste dite de Prima Porta
Crédits : Csaba Peterdi/ Shutterstock

photographie

Tous les médias


L'art « antiphysique »

Nous avons vu que jusqu'à la fin du iie siècle, la production artistique romaine a été dominée tour à tour par trois courants rivaux, qui tous trois sont nés à l'époque hellénistique : le courant classique, héritier de l'art attique par l'intermédiaire des écoles augustéennes ; le courant baroque, inspiré lointainement par Scopas, et plus directement par les écoles pergaménienne et rhodienne ; enfin le courant « plébéien » dérivé de l'art médio-italique et enrichi par le contact avec des ateliers provinciaux où survivaient des traditions des peuples « barbares ». Tous trois, même le dernier, acceptent les règles fondamentales de l'art défini en Grèce au ve siècle comme une imitation de la nature, comprise, dominée et organisée par un homme idéal (homo additus naturae).

Il est pourtant évident, dès le départ, que cette formulation de la création esthétique n'est pas complètement comprise par un grand nombre des hommes qui constituent la communauté romaine, et que, bien qu'ils ne la mettent pas expressément en cause, elle ne leur donne pas vraiment satisfaction. Si les deux premiers courants peuvent être considérés comme correspondant aux deux attitudes fondamentales de l'âme grecque (attitude « apollinienne » et attitude « dionysiaque »), le troisième représente la réaction de ceux qui ne sont pas vraiment conquis par l'hellénisme, bien qu'ils l'admettent et se soumettent à ses lois. Constitué d'abord par la masse la moins évoluée du peuple romain, il se renforce ensuite de la grande partie des provinciaux d'Occident, dont la culture est constituée par leurs traditions nationales et par l'apport latin, et d'un bon nombre d'Orientaux qui ont rejeté la colonisation spirituelle hellénique. Ce courant, extrêmement étendu géographiquement et très varié ethniquement, trouve pourtant des modes d'expression étonnamment semblables entre eux.

Les œuvres issues de ce courant témoignent d'abord d'une indifférence absolue à l'expression spatiale que l'hellénisme s'était donné tant de mal à élaborer scientifiquement. Com [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROME ET EMPIRE ROMAIN  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 5 635 mots
  •  • 1 média

Le départ dans l'histoire d'une ville ou bien d'un peuple destiné à un haut avenir est, le plus souvent, entouré d'un halo qui le dérobe à un examen et à une vision précise. On comprend aisément pourquoi. L'historien est mal armé pour l'étude d'une période, très reculée dans le temps, qui n'est connue que par des sources très postérieures. De plus, une tendance naturelle porte l'imagination du peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-les-origines/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

La République romaine a duré pendant près de cinq siècles, de 509 à 27 avant J.-C. Elle a connu tour à tour la mise en place d'institutions qui ont subsisté jusqu'au principat d'Auguste, la conquête de l'Italie, puis du bassin méditerranéen, enfin les divisions et les guerres civiles qui, affaiblissant progressivement le régime, ont abouti peu avant l'ère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Pendant plusieurs siècles, l'Empire romain a assuré la paix et l'unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l'Europe. Les Romains n'avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de l'emploi judicieux de la force. Mais, une fois établie, cette domination s'est maintenue grâce à la diffusion d'une civilisation en partie héritée des Grecs, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 457 mots
  •  • 6 médias

Les travaux les plus récents s'efforcent de montrer que le ive siècle, loin d'être une période de profonde « décadence », a connu au contraire une brillante renaissance dans tous les domaines de la civilisation. L'expression « Bas-Empire », jugée péjorative, est délaissée par certains historiens qui préfèren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

On entend par « religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viiie siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'artisanat sous l'Empire

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 3 846 mots

Si l'analyse des modes de production antiques est de grande actualité dans l'historiographie moderne, on sait comme les mots sont trompeurs : l'esclave à Rome est bien différent de l'esclave des plantations américaines ; de même, l'artisan contemporain qui travaille à son compte après son apprentissage, qui est autonome et n'a que peu de collaborateurs est bien différent de l'artife […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-artisanat-sous-l-empire/

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Le rôle joué dans l'histoire de la pensée par la langue latine et, à travers elle, par la civilisation romaine est considérable. De Boèce à Kant, soit pendant près de treize siècles, le latin sera par excellence la langue philosophique de l'Occident chrétien. Mais ce latin, tour à tour classique, patristique et scolastique, et dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-rome-et-la-pensee-grecque/

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Le destin de Rome est celui d’une obscure bourgade de la péninsule italienne devenue, en l’espace de quatre siècles, une mégapole, capitale d’un immense empire s’étendant de l’Écosse à l’Arabie, des confins sahariens aux rives du Danube. Ce processus historique s’accompagna de la disparition de la République. Il abou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-romaine/#i_1352

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/