SCOPAS (actif entre 370 av. J.-C. et 330 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paros d'un père lui-même sculpteur, Scopas est l'un des plus brillants représentants d'une école qui a joué un rôle de premier plan dans le développement de la plastique grecque depuis le haut archaïsme. Formé au matériau de sa patrie — le marbre de la sculpture par excellence —, il est essentiellement un marbrier : les textes ne lui attribuent qu'une seule œuvre en bronze, l'Aphrodite Pandémos d'Elis. Comme la plupart des sculpteurs grecs, il était spécialisé dans un genre : toutes ses œuvres connues sont des représentations divines, statues de culte en marbre ou figures mythologiques diverses. Un groupe représentant Poséidon, Thétis, Achille et tout un cortège de néréides et de tritons (Pline l'Ancien, XXXVI, 26 ; S. Lattimore, The Marine Thiasos in Greek Art, Los Angeles, 1976) a pu, avant d'être transporté à Rome, être conçu primitivement comme un décor de fronton, d'autant plus que Scopas a participé à la décoration sculptée de plusieurs bâtiments : le deuxième temple d'Artémis à Éphèse (reliefs d'une des trente-six colonnes à tambour sculpté), le mausolée d'Halicarnasse (une partie de la frise ionique) et surtout le temple d'Athéna Aléa à Tégée (C. Dugas, J. Berchmans, M. Clemmensen, Le Sanctuaire d'Athéna Aléa à Tégée, Paris, 1924), dont il fut aussi l'architecte selon Pausanias (VII, vl, 4-7). Des quelque vingt statues que lui attribuent les textes antiques, aucun original ne nous est parvenu ; aussi est-ce seulement sur les sculptures de Tégée que l'on peut fonder une définition de son style, qui permettra d'apprécier ensuite la valeur des copies existantes (A. F. Stewart, Skopas of Paros, Park Ridge, New Jersey, 1978).

Les fragments retrouvés, bien que leur nombre ait été notablement accru par les fouilles complémentaires récentes, sont minimes en regard de l'importance d'un ensemble sculpté qui comprenait deux frontons d'une quinzaine de figures chacun, deux acrotères faîtiers à motifs végétaux et quatre acrotères d'angle représentant des personnages féminins (victoires et dryades ?), douze métopes, enfin, en ro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  SCOPAS (actif entre 370 av. J.-C. et 330 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Architecte et société dans la Grèce antique »  : […] Dans le monde de la cité où se développe la civilisation grecque, le rôle et la place de l'architecte sont en relation avec la vie de la communauté, de la polis. Comme il est naturel, c'est d'abord aux progrès de la technique que sont associés les noms des premiers architectes. Toxios serait l'inventeur des techniques de construction en argile et en brique crue ; Euryalos et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_16112

CLASSICISME, art grec

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 446 mots

La périodisation de la civilisation grecque remonte à une époque où la connaissance des textes était beaucoup plus avancée que celle des monuments ; ce sont donc les événements relatés par ces textes qui ont fourni le cadre chronologique de ses diverses époques. La période dite classique, qui correspond à l'apogée et au déclin des cités, s'étend ainsi des guerres médiques contre la Perse (490- 479 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme-art-grec/#i_16112

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Le second classicisme »  : […] Avec la chute d'Athènes vaincue par Sparte en 404 se termine la période qui, sous le nom de siècle de Périclès, passe aux yeux de beaucoup pour la plus brillante de l'histoire artistique de la Grèce ; et, de fait, ce « siècle » présente, plus nets, plus purs de tout mélange qu'ils ne le furent à nul moment, les caractères les plus typiques et les plus admirables de l'hellénisme. Un métier sûr de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_16112

PAROS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 331 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le marbre de Paros »  : […] Bien que rien jusqu'ici ne le prouve, il est probable que le travail du marbre a dû commencer à Paros au même moment qu'à Naxos, l'île voisine et rivale, dans la seconde moitié du vii e  siècle ; mais les plus anciennes sculptures connues à ce jour ne datent que de 580-570. Peut-être les difficultés d'extraction du meilleur filon (le célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paros/#i_16112

GRECQUE SCULPTURE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Un type athlétique, nouveau par ses proportions et son attitude, mis au point par Lysippe, le grand bronzier de Sicyone (Péloponnèse) ; des figures rêveuses, d'une sensualité inconnue jusque-là, créées par le maître athénien Praxitèle ; un retour au marbre suscité par l'énorme chantier du mausolée d'Halicarnasse, auquel participent Timothéos, vétéran du maniérisme, mais aussi Bryaxis, Léocharès et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renouvellement-de-la-sculpture-grecque/#i_16112

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « SCOPAS (actif entre 370 av. J.-C. et 330 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/scopas/