PALA, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme italien, désignant traditionnellement les tableaux d'autel, aussi bien les ensembles composés de plusieurs éléments (Pala de Treviglio, par Bernardo Butinone et Bernardo Zenale ; Pala Griffoni, de Francesco del Cossa et Ercole de' Roberti) que les panneaux simples : Pala des Montefeltre, de Piero della Francesca (env. 1472), ou Pala de San Cassiano, d'Antonello de Messine (1475). Lorsque disparaissent les retables à volets, au xvie siècle, le terme de pala sert à désigner les tableaux uniques, issus précisément des grands exemples de Piero et d'Antonello : la Vierge en trône est mise comme en gloire, dans un espace monumental, sous le baldaquin, l'abside ou la coupole où elle est représentée (Pala de San Barnaba, par Botticelli, 1488 ; Pala de San Zaccaria, par Giovanni Bellini, 1505) ou dans les amples architectures ouvertes et triomphales de Titien (Pala de la Ca'Pesaro, église des Frari à Venise).

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PALA, art  » est également traité dans :

ANGELICO FRA (1400 env.-1455)

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 4 190 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chronologie »  : […] L'historiographie traditionnelle, à la suite de Vasari, situait la naissance de Fra Angelico (de son vrai nom Guido di Piero) dans les années 1387-1388. La critique moderne a repoussé cette date d'une quinzaine d'années, sans parvenir néanmoins à une certitude absolue : le peintre serait né à la toute fin du xiv e siècle, aux alentours du château de Vicchio, dans le Mugello, vallée proche de Flo […] Lire la suite

BERLINGHIERI LES (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 419 mots

L'un des traits qui caractérisent l'éclosion de la peinture toscane au xiii e siècle est la diversité des centres qui, puisant aux mêmes sources (héritage roman, apport byzantin surtout), se développent de façon autonome dans des cités pourtant voisines (Lucques et Pise, Sienne et Florence), généralement grâce à des ateliers exploités de père en fils : parmi eux, celui des Berlinghieri à Lucques […] Lire la suite

COSSA FRANCESCO DEL (1436 env.-env. 1478)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 774 mots

Avec Ercole De' Roberti (Ercole da Ferrara) et Cosme Tura, Francesco del Cossa est l'une des personnalités marquantes de l'école brillante et singulière qui se développe à Ferrare grâce à l'impulsion donnée aux arts et à la culture par Lionello, puis par Borso d'Este. Il est mentionné à Ferrare en 1456 et, de nouveau, en 1470 travaillant en collaboration avec Tura et Roberti au palais Schifanoia. […] Lire la suite

DE' ROBERTI ERCOLE (1450 env.-1496)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

Formé avec Francesco Del Cossa près de Cosme Tura à Ferrare, Ercole De' Roberti fait comme lui ses débuts au palais Schifanoia, dans la salle des Mois. Travaillant, dans la plupart des cas, sur des dessins de Tura, les deux disciples élaborent leur propre manière en développant, dans des directions différentes, le style de leur maître commun ; la fermeté quasi sculpturale de celui-ci, sa curiosité […] Lire la suite

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'apogée et la retraite (1505-1520) »  : […] Lorsque Dürer retourne à Venise en 1506, ce n'est plus en jeune homme assoiffé de savoir (même s'il va jusqu'à Bologne pour apprendre une « perspective secrète »), mais en maître reconnu qui s'impose à ses confrères italiens et qui trouve dans les œuvres nouvelles une confirmation de son jugement d'autrefois : le vieux Bellini est toujours le meilleur, écrit-il à Pirckheimer ; ce disant, il néglig […] Lire la suite

PORDENONE GIOVANNI ANTONIO DE' SACCHIS dit (1484 env.-1539)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 336 mots

Le début de la carrière de Pordenone est tout provincial. Ses premières œuvres sont à Susegana ( Vierge à l'Enfant avec quatre saints , 1516), à Pordenone (son village natal dont il prit le nom), à Udine ; il est à Trévise en 1521 ( Adoration des Mages ), à Crémone en 1522 ( Calvaire , Déposition de Croix ), de nouveau à Pordenone en 1525 ( Saint Érasme et saint Roch ) ; de 1429 à 1431, il décore […] Lire la suite

PRÉDELLE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 563 mots

Panneau inférieur du tableau d'autel, divisé en plusieurs compartiments peints ou sculptés, la prédelle est un élément important du retable, spécialement en Italie ou dans les régions influencées par l'art italien . Les vicissitudes subies par les œuvres d'art au cours des siècles, le mépris — ou l'intérêt — qu'elles ont suscité, ont amené le démembrement de nombreux retables dont les panneaux ont […] Lire la suite

RETABLE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 110 mots
  •  • 3 médias

À l'origine, le retable était un simple rebord situé à l'arrière de l'autel où l'on posait les objets liturgiques. Puis l'habitude se développa d'y placer des reliques et des images vénérables. Le retable devient, au Moyen Âge, un véritable écran de pierre, de bois sculpté ou de matières précieuses — or, argent, émail — dont le plus somptueux exemple est la Pala d'Oro à Saint-Marc de Venise ( x e […] Lire la suite

TITIEN (1488 env.-1576)

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI
  •  • 3 109 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une période de vérité « olympienne » »  : […] Une tension des formes, une composition complexe et mobile animent la splendide orchestration de couleurs de la série mythologique exécutée pour le cabinet de travail d'Alphonse I er d'Este ( Offrande à Vénus et Bacchanale du Prado ; Bacchus et Ariane de la National Gallery de Londres, 1518-1523). Par comparaison avec l'élégance humaniste du Festin des dieux , peint par Bellini pour ce même cadr […] Lire la suite

VASARI GIORGIO (1511-1574)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 3 248 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un artiste officiel »  : […] Né à Arezzo, fils d'artisan et petit-fils d'un potier (d'où son nom), Lazzaro Vasari – auquel il consacrera une intéressante biographie –, Giorgio Vasari fut élève de Rosso et de Bandinelli ; il reçut aussi des leçons du maître verrier français Guillaume de Marcillat. Mais son désir de faire carrière le pousse à copier les œuvres des maîtres à Florence puis à Rome, où il se rend dès 1531. Il rech […] Lire la suite

VÉRONÈSE (1528-1588)

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Fils d'un spezapreda (tailleur de pierre-sculpteur) de Vérone, Paolo Caliari, dit Véronèse, est placé, dès l'âge de dix ans, pour y apprendre la peinture, chez Antonio Badile, mais il se plaît également, suivant l'exemple paternel, à faire des modèles en terre. Avide de connaître toutes les tendances qui vont de la tradition héritée de Mantegna à la génération véronaise du début du xvi e  siècle, […] Lire la suite

VIVARINI LES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 491 mots

Famille de peintres vénitiens. C'est dans l'atelier d'Antonio Vivarini (1410 env.-entre 1476 et 1485) que la venue sur la lagune de Masolino puis d'Uccello et d'Andrea del Castagno détermine la première réaction vénitienne aux conquêtes de la Renaissance toscane, élargissant la culture encore gothique qui est celle de Vivarini et lui révélant un sens nouveau de la rigueur plastique, de la perspect […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « PALA, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pala-art/