PHILIPPINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique des Philippines (PH)
Chef de l'État et du gouvernementRodrigo Duterte (depuis le 30 juin 2016)
CapitaleManille 1
Note : Certains bureaux du gouvernement et certains ministères se trouvent à Quezón City ou dans d'autres zones de l'agglomération de Manille
Langues officiellesanglais, tagalog (filipino)
Unité monétairepeso philippin (PHP)
Population111 109 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)300 000

Histoire de la colonie espagnole (1565-1898)

Certains historiens ont abusivement rattaché les Philippines aux royaumes hindouisés de Çrīvijaya et de Modjopahit. Aucune découverte archéologique ou épigraphique ne permet d'affirmer que ces liens ont existé. Pourtant l'archipel n'est pas resté tout à fait isolé, et, dès les xie et xiie siècles, des bateaux de marchands musulmans et japonais abordèrent les côtes de Luçon. Celle-ci est citée et sommairement décrite pour la première fois au xiiie siècle par le géographe chinois Zhao Rugua.

À la recherche d'une nouvelle route vers les Moluques et les Indes orientales, Magellan découvrit le passage au sud de l'Amérique. Après quatre mois de navigation dans le Pacifique, il atteignit l'île de Samar en mars 1521. Il s'établit dans l'île de Cebu où il convertit au catholicisme le chef local et plusieurs centaines d'indigènes, mais il périt quelque temps plus tard au cours d'une expédition. Magellan avait « découvert » les Philippines et en avait pris possession pour le compte de l'Espagne.

Après plusieurs années de répit, de nouvelles expéditions furent envoyées par l'Espagne vers les Philippines. Villalobos, venant du Mexique en 1542, atteignit la côte orientale de Mindanao et baptisa l'archipel du nom du futur Philippe II. En 1564, Legazpí, ayant à son bord plusieurs moines augustins du Mexique, débarqua à Cebu, puis à Iloilo sur la côte de l'île de Panay. Luçon fut totalement occupée en 1571, année où fut fondée Manille. La conquête militaire, aisée – les chefs locaux peu unis n'offrirent qu'une faible résistance aux soldats espagnols –, fut immédiatement suivie d'une conquête spirituelle. Aux augustins, débarqués avec Legazpí, se joignirent des franciscains, des jésuites et des dominicains. Ceux-ci fondèrent la première université à Manille en 1619.

On connaît l'organisation sociale du pays et les coutumes de ses habitants à l'époque de l'arrivée des Espagnols grâce aux nombreuses relations laissées par les premiers missionnaires. Les habitants de l'archipel étaient surtout des agriculteurs vivant en petits groupes de plusieurs familles sous l'autorité d'un chef. À Luçon, le groupe portait le nom de Barangay. La société se divisait en général en trois catégories : les chefs, les hommes libres et les dépendants. Les peuples de Luçon et des Visayas possédaient une écriture, introduite probablement par les Bugi de Célèbes.

Au sommet de leur panthéon siégeait Bathala, le dieu créateur de l'homme et de la terre, et un grand nombre de divinités inférieures (Anitos). Dès le milieu du xve siècle, des missionnaires musulmans, d'origine malaise, s'installèrent dans l'archipel de Sulu. L'islam se propagea rapidement à Mindanao ; il était implanté en quelques points de Luçon lorsque les Espagnols y débarquèrent et imposèrent le catholicisme.

L'administration

Le roi d'Espagne nomma à la tête de la hiérarchie un gouverneur général, assisté d'un conseil, la Real Audiencia. Deux types de provinces furent organisées : les alcaldías mayores, dirigées par un fonctionnaire civil (alcalde mayor), et, dans les régions moins bien pacifiées, les corregimientos sous la juridiction d'un corregidor militaire. À l'échelon le plus bas, des fonctionnaires locaux, nommés par l'administration, servaient d'intermédiaires entre les deux communautés (gobernadorcillos, cabezas de Barangay).

Les terres appartenaient de droit au roi qui les redistribuait (encomiendas) à des particuliers ou aux ordres religieux. L'Église acquit de la sorte des propriétés immenses. Un système d'impôts, que les fonctionnaires locaux devaient collecter, fut instauré ainsi que des corvées. Le gouverneur général dépendait du vice-roi du Mexique. Aussi, jusqu'au milieu du xixe siècle, les Philippines connurent-elles un statut administratif particulier, celui de colonie d'une colonie.

Dès les premières années de l'occupation de l'archipel par les Espagnols, leurs rivaux portugais installés aux Moluques tentèrent sans succès de leur faire abandonner leurs positions. Des flottes portugaises bloquèrent à plusieurs reprises les ports de Cebu et de Manille. Les Chinois, qui commerçaient depuis longtemps avec les habitants des Philippines, menacèrent plusieurs fois la colonie. Le pirate Li Mahong essaya, en 1574, de s'emparer de Manille, mais il fut repoussé par Legazpí. Au xviie siècle, les Hollandais, qui avaient remplacé les Portugais aux Moluques, furent souvent des voisins dangereux.

Le maintien de la souveraineté espagnole reposait sur deux forces qui furent souvent antagonistes : l'administration civile, qui contrôlait les forces armées, et le clergé. Celui-ci vivait en contact plus étroit avec la population. Les moines apprirent les langues locales et se considérèrent souvent comme les protecteurs de la population contre l'administration. L'archipel fut rapidement christianisé à l'exception de Mindanao. Les Espagnols durent faire face au cours de ces trois siècles à de nombreux soulèvements locaux. Les Moro musulmans de Mindanao ne furent jamais complètement soumis. La communauté chinoise de Manille, composée surtout d'artisans, se révolta à plusieurs reprises (1603, 1636, 1762) pour des raisons mal connues. À chaque reprise, la répression s'accompagna d'un massacre.

Le galion de Manille et l'économie

Les Philippines produisaient peu d'épices. Les Espagnols, déçus, négligèrent la mise en valeur du pays pour se consacrer au commerce. Depuis plusieurs siècles, des bateaux chinois abordaient régulièrement les côtes de Luçon et de Panay avec des cargaisons de soieries, de cotonnades et de bijoux. L'administration espagnole organisa le commerce et fit de Manille le centre de distribution des produits chinois vers le Mexique et l'Europe. Les galions transportaient ces produits à Acapulco, où ils étaient vendus sur le marché mexicain avec un bénéfice considérable. Le produit de la vente servait à financer le retour. Le système du galion,qui était florissant dans les premières années, fut combattu par les fabricants de soieries andalous. Une ordonnance de Philippe II limita le nombre de bateaux à deux par an, ainsi que la valeur de la cargaison.

Vers la fin du xviiie siècle, les progrès industriels en Europe et la production des cotonnades anglaises mirent un frein à la demande en produits chinois. La création de la Compagnie des Philippines (1784) ne réussit pas à empêcher le déclin de la vie commerciale de l'archipel. Un décret de Ferdinand VII, en 1813, supprima le commerce par galion. Le système avait eu l'inconvénient de détourner les Espagnols de l'exploitation du pays.

La fin du système du galion entraîna l'élargissement des relations comm [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages


Médias de l’article

Philippines : carte physique

Philippines : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Philippines : drapeau

Philippines : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Bidonville à Manille, Philippines

Bidonville à Manille, Philippines
Crédits : Travel Ink/ Getty

photographie

Île de Luçon (Philippines)

Île de Luçon (Philippines)
Crédits : Paul Chesley/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)
  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur associé, American University, Dubaï, Émirats arabes unis
  • : assistant professor, université des Philippines, Cubao
  • : diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  PHILIPPINES  » est également traité dans :

PHILIPPINES, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AQUINO BENIGNO (1932-1983)

  • Écrit par 
  • Paul BURG
  •  • 961 mots

Benigno Aquino, principale figure d'opposition au régime autoritaire du président philippin Ferdinand Marcos, représentait un véritable défi pour l'équipe au pouvoir, par sa jeunesse, ses talents d'orateur et sa réputation de justicier intègre — défi d'autant plus intolérable qu'il aurait été un successeur acceptable pour Washington. Dans un pays où, traditionnellement, les rivalités des clans et […] Lire la suite

AQUINO CORAZON (1933-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 499 mots

Présidente des Philippines de 1986 à 1992, Corazon Aquino restera dans l’histoire de son pays comme celle qui a mis à bas, sans violence, le régime dictatorial et corrompu de Ferdinand Marcos. Maria Corazon Cojuangco naît le 25 janvier 1933 à Manille dans une famille fortunée et politiquement en vue, originaire de la province de Tarlac, au nord de Manille. Diplômée en 1954 du Mount Saint Vincent […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Orogène des Philippines »  : […] L'arc volcanisé des Célèbes se prolonge dans les Philippines bordées à l'est par l'arc externe de Samar. Dans la partie occidentale des Philippines s'étend un double système d'arcs (Luçon) formant le raccord avec Bornéo, l'arc volcanisé se trouvant à l'est, l'arc externe à l'ouest. L'arc volcanique oriental conflue avec celui des Célèbes dans Mindanao, tandis que l'occidental s'y accole dans Luço […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les arcs de l'Asie du Sud-Est »  : […] L'Himalaya se prolonge à l'est par l' Arakan Yoma et le Pegu Yoma birman, puis par les guirlandes insulaires et montagneuses de l'Indonésie et des Philippines ; celles-ci surplombent immédiatement de grandes fosses marines, qui atteignent − 6 000 m au sud de Sumatra, − 7 450 m au sud de Java, − 10 000 m à l'est des Philippines. Ces guirlandes sont mal consolidées, encore que les séismes soient mo […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud-Est »  : […] Le processus de mondialisation intègre aujourd'hui, sur le plan économique, l'Asie du Sud-Est à l'Asie orientale, et l'on désigne de moins en moins souvent cet espace, intermédiaire entre les deux géants de l'Asie que sont la Chine et l'Inde, par un toponyme propre. Le toponyme, il est vrai, ne va pas de soi, alors que l'Asie du Sud-Est, un temps partagée entre plusieurs puissances coloniales, In […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Helmut LOOFS-WISSOWA
  •  • 3 590 mots
  •  • 2 médias

Nous assistons actuellement à une véritable révolution de la recherche préhistorique et protohistorique en Asie du Sud-Est. Les connaissances accumulées pendant plus d'un demi-siècle par le travail patient d'une poignée de chercheurs européens ou américains sont remises en question pour être remplacées par de nouvelles hypothèses élaborées surtout par une nouvelle génération d'archéologues sud-est […] Lire la suite

AUSTRONÉSIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 915 mots

Pris dans un sens strict, les Austronésiens forment un groupe ethnolinguistique considérable dispersé de Madagascar aux îles Hawaii et recouvrant la totalité de l'Indonésie, de la Malaisie et des Philippines, la quasi-totalité de la Mélanésie et de Formose, et enfin la Micronésie et la Polynésie. Entité essentiellement linguistique, cet ensemble exclut les populations autochtones de l'Australie et […] Lire la suite

BASILAN

  • Écrit par 
  • Jean PIWNIK
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Petite île volcanique des Philippines située au sud-ouest de l'île de Mindanao, Basilan en est séparée par le détroit de Basilan (408 520 hab. au recensement de 2007). Son relief est très accidenté : l'île compte une vingtaine de volcans, dont le Lamitan (1 100 m) est le plus important. Cendres, tufs et basaltes ont parfois été fortement disséqués par l'érosion, mais de bons sols demeurent sur les […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

Il s’agit de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, en plus des dix pays membres de l’ASEAN (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam). L’Inde en est absente. Ces pays représentent environ 30 p. 100 du PIB mondial. En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre les régions Asie, Pacifique et Amérique. […] Lire la suite

5 mai 2020 Philippines. Fermeture de la principale chaîne de télévision.

La Commission des communications ordonne la fermeture de la chaîne de télévision ABS-CBN, la plus regardée dans le pays, dont le Parlement, acquis au président Rodrigo Duterte, n’a pas renouvelé la licence. La chaîne, que l’administration accuse d’avoir laissé entrer des investisseurs étrangers dans son capital, avait notamment rendu compte de la campagne antidrogue meurtrière orchestrée par le chef de l’État. […] Lire la suite

2-29 février 2020 Chine. Propagation de l'épidémie de coronavirus.

Le 2 également, le premier mort hors de Chine des suites de la maladie à coronavirus 2019, dite Covid-19, due au SARS-CoV-2, est enregistré aux Philippines. Les États-Unis interdisent l’entrée sur leur territoire des étrangers ayant séjourné en Chine au cours des quatorze jours précédents – la durée d’incubation du virus. De nombreux pays ferment leurs frontières aux ressortissants chinois au cours du mois ou restreignent l’entrée de ceux-ci sur leur territoire. […] Lire la suite

16-31 mai 2019 Philippines – Canada. Crise diplomatique pour différend environnemental.

Le 16, Manille rappelle son ambassadeur et ses consuls au Canada afin de forcer Ottawa à récupérer des conteneurs de déchets envoyés aux Philippines en 2013 et 2014 en tant que matières à recycler, alors qu’il s’agissait d’ordures ménagères. En 2016, la justice philippine avait ordonné le retour des conteneurs au Canada. En avril, le président Rodrigo Duterte avait donné jusqu’au 15 mai au Canada pour les récupérer. […] Lire la suite

13 mai 2019 Philippines. Élections législatives.

Le renouvellement de la moitié des sièges du Sénat permet au Parti démocratique philippin-Pouvoir populaire (PDP-Laban) du président Rodrigo Duterte et à ses alliés d’en prendre le contrôle en remportant neuf des douze sièges en jeu. Le Sénat bloquait jusqu’alors les projets de rétablissement de la peine de mort et de réforme constitutionnelle. À la Chambre des représentants, la Coalition pour le changement regroupée autour du PDP-Laban conserve une large majorité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, Manuelle FRANCK, William GUÉRAICHE, Lucila V. HOSILLOS, Jean-Louis VESLOT, « PHILIPPINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippines/