MANILLE, Philippines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec 11,5 millions d'habitants en 2005, Manille est une des plus grandes métropoles d'Asie du Sud-Est et le centre politique et économique des Philippines, attirant des milliers de migrants ruraux paupérisés. Manille est une capitale depuis que les Espagnols ont fait de ce comptoir, situé à l'embouchure de la rivière Pasig, au fond d'une baie protégée donnant sur la mer de Chine méridionale et adossée à un riche arrière-pays agricole, une plaque tournante du commerce des galions entre la Chine et le Mexique. La Région métropolitaine de Manille regroupe aujourd'hui Manille et les seize villes et municipalités voisines sur une surface de 638 kilomètres carrés.

Philippines : carte administrative

Carte : Philippines : carte administrative

Carte administrative des Philippines. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Une capitale depuis le XVIe siècle

À la fin du xvie siècle, Manille était un village entouré d'une muraille dont le souverain levait des droits de douane sur toutes les marchandises empruntant la Pasig. Les conquistadors espagnols, sous la conduite de Miguel López de Legazpí (premier gouverneur général espagnol des Philippines) pénètrent dans l'embouchure de la rivière en 1571. Ils détruisent le village et fondent à la place la ville fortifiée d'Intramuros. Manille devient la capitale de la nouvelle colonie. Quelques villages, dirigés par un chef local et organisés autour d'un marché, sont éparpillés en dehors des murs de la ville. À mesure que la colonisation espagnole s'établit, des églises sont érigées près des marchés, où la population est la plus dense. Manille s'étend au-delà de ses murs, vers le nord, l'est et le sud, reliant ainsi progressivement les complexes marché-église.

La diffusion du catholicisme commence avec le frère augustin Andrés de Urdaneta, qui accompagne l'expédition de 1571. Aux Augustins débarqués avec Legazpí se joignent des Franciscains, des Dominicains et des Jésuites. Tous fondent des églises, des monastères et des écoles. En 1574, Manille est déclarée, avec l'accord de l'Espagne et du Vatican, « ville distinguée et toujours loyale » et devient le centre du catholicisme ainsi que celui des Philippines. À plusieurs reprises, la ville est sérieusement menacée, et parfois occupée, par des puissances étrangères. Elle est envahie par les Chinois en 1574 et pillée par les Hollandais au milieu du xviie siècle. En 1762, pendant la guerre de Sept Ans, la ville est prise et tenue par les Britanniques, mais le traité de Paris (1763) la restitue à l'Espagne. Le commerce extérieur, qui apparaît en 1832, se développe après l'ouverture du canal de Suez en 1869.

La région de Manille devient le centre de l'opposition à l'Espagne dans les années 1890, et l'exécution du patriote philippin José Rizal dans la ville, en décembre 1896, déclenche une insurrection qui durera un an. Pendant la guerre hispano-américaine, la flotte espagnole est vaincue dans la baie de Manille le 1er mai 1898 et, le 13 août, la ville se rend aux troupes américaines. Elle devient alors le siège de l'administration américaine, qui gère désormais les Philippines.

Durant la période américaine, Manille connaît un progrès social et économique général. La politique américaine encourage l'autonomie politique progressive des Philippines et, pour atteindre cet objectif, des écoles publiques sont établies à Manille et dans tout l'archipel. L'université des Philippines, fondée en 1908, constitue le sommet du système éducatif. La ville devient un centre commercial et touristique majeur.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate dans le Pacifique, Manille, déclarée ville ouverte, tombe rapidement aux mains des Japonais, dès janvier 1942. Peu détruite pendant l'occupation japonaise, la ville est pratiquement rasée lors des combats que les troupes américaines mènent pour la reconquérir en 1945.

Prise de Manille par les Américains (février 1945)

Photographie : Prise de Manille par les Américains (février 1945)

Poursuivant la reconquête des Philippines occupées par les Japonais, les troupes américaines du général MacArthur (1880-1964) réduisent la dernière poche de résistance ennemie retranchée dans la citadelle de Manille, le 23 février 1945. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Manille est en ruine lorsque, en 1946, elle devient la capitale de la nouvelle république indépendante des Philippines. Elle est néanmoins rapidement reconstruite grâce à l'aide américaine. Son visage change radicalement avec l'industrialisation naissante. En 1948, la ville de banlieue de Quezón City est choisie comme emplacement de la nouvelle capitale nationale, mais en 1976, année de la création de la Région métropolitaine de Manille, celle-ci retrouve son statut de capitale et accueille le siège permanent du gouvernement national.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Philippines : carte administrative

Philippines : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Prise de Manille par les Américains (février 1945)

Prise de Manille par les Américains (février 1945)
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Manille, Philippines

Manille, Philippines
Crédits : aldarinho/ Shutterstock.com

photographie

Manille: quartier de Makati

Manille: quartier de Makati
Crédits : OTHK/ Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur émérite de géologie et de géographie à l'université des Philippines, Quezón City, ancien doyen du département des arts et des sciences

Classification

Autres références

«  MANILLE, Philippines  » est également traité dans :

LEGAZPÍ MIGUEL LÓPEZ DE (1510 env.-1572)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 304 mots

Explorateur espagnol, né vers 1510 à Zumárraga, dans le Pays basque espagnol, mort le 20 août 1572 à Manille. En 1545, Miguel López de Legazpí se rend en Nouvelle-Espagne (auj. Mexique), où il travaille pendant près de vingt ans dans l'administration locale. Aucun Européen n'ayant encore colonisé l'archipel des Philippines, découvert en 1521 par Magellan, le vice-roi de Nouvelle-Espagne, Luis de […] Lire la suite

MALAISIE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Nathalie FAU, 
  • Denys LOMBARD
  • , Universalis
  •  • 17 187 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La Fédération : élargissement ou novation »  : […] À partir de 1959-1960, la vie politique de la Malaisie est dominée par la question de l'éventuel élargissement de la Fédération. Singapour avait en effet obtenu l'autonomie interne en 1959, et ses dirigeants (le People's Action Party [P.A.P.], de Lee Kuan-Yew, vainqueur des communistes) estimaient que l'île n'avait pas d'avenir si elle restait coupée de son hinterland. Ils proposèrent dès l'autom […] Lire la suite

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 398 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'occupation japonaise »  : […] Les bases philippines intégrées aux forces américaines sont bombardées le 8 décembre 1941, quelques heures après Pearl Harbor. Les troupes japonaises débarquent le 10 sur Luçon. Manille est déclarée ville ouverte le 26 décembre. Quezon s'est retiré deux jours auparavant dans la forteresse de Corregidor dans le nord-ouest du pays, d'où il part en sous-marin le 20 février 1942 pour Washington, via […] Lire la suite

QUEZÓN CITY

  • Écrit par 
  • Jean PIWNIK
  •  • 138 mots

Capitale, de 1948 à 1976, de la république des Philippines, située dans l'île de Luçon, dans la conurbation de Manille, Quezón City (2,17 millions d'habitants en 2007) est une ville neuve, cité-jardin dessinée par Harry T. Frost pour abriter les fonctionnaires. Cet ancien faubourg résidentiel de Manille fut choisi, en 1948, comme site de la future capitale et nommé de façon à rendre hommage au pre […] Lire la suite

TAGALOG

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 387 mots

Appelée aussi Tagal, cette unité ethnique constitue le premier groupe linguistique et culturel (14,4 millions d'individus en 1995) de la république des Philippines, avant les Cebuano. Le tagalog, langue austronésienne (malayo-polynésienne) également appelée filipino, est langue officielle au même titre que l'anglais. Il est parlé par 55 p. 100 de la population philippine mais n'est la langue mater […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-31 mai 2019 Philippines – Canada. Crise diplomatique pour différend environnemental.

Manille rappelle son ambassadeur et ses consuls au Canada afin de forcer Ottawa à récupérer des conteneurs de déchets envoyés aux Philippines en 2013 et 2014 en tant que matières à recycler, alors qu’il s’agissait d’ordures ménagères. En 2016, la justice philippine avait ordonné le retour des conteneurs au Canada. En avril, le président Rodrigo Duterte […] Lire la suite

17 mars 2019 Philippines. Retrait des Philippines de la Cour pénale internationale.

Le retrait de Manille de la Cour pénale internationale (CPI) devient effectif. Le président Rodrigo Duterte l’avait annoncé en mars 2018 à la suite de l’ouverture par la CPI, le mois précédent, d’une enquête préliminaire sur les violences commises dans le cadre de la politique gouvernementale de lutte contre le narcotrafic. Le Burundi est le seul […] Lire la suite

18-21 octobre 2016 Philippines – États-Unis – Chine. Amorce d'un revirement d'alliance par le président Rodrigo Duterte.

Manille et Pékin annoncent la reprise des discussions directes sur le conflit de souveraineté qui les oppose en mer de Chine méridionale. En juillet, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye – saisie par le prédécesseur de Rodrigo Duterte – avait rendu à ce sujet un jugement favorable à Manille. […] Lire la suite

12 juillet 2016 Chine – Philippines. Arrêt de la Cour permanente d'arbitrage sur la mer de Chine méridionale.

Philippines, donne raison à Manille, estimant que la revendication de Pékin sur une vaste zone maritime en mer de Chine méridionale n’a « aucun fondement juridique ». Elle considère que les récifs de cette zone ne constituent pas des territoires ouvrant droit à une zone de souveraineté maritime. Il en découle que les zones économiques exclusives des […] Lire la suite

26-27 février 2015 France – Philippines. Visite du président François Hollande à Manille.

Manille. Celle-ci est centrée sur la question du changement climatique qui menace particulièrement les Philippines et qui est l'objet de la conférence internationale sur le climat qui doit se tenir à Paris en décembre. Un « Appel de Manille » est lancé dans cette perspective. François Hollande se rend sur l'île de Guiuan, particulièrement frappée par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Manuelle FRANCK, Domingo C. SALITA, « MANILLE, Philippines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manille-philippines/