Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MANILLE, Philippines

Philippines : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Philippines : carte administrative

Avec 11,5 millions d'habitants en 2005, Manille est une des plus grandes métropoles d'Asie du Sud-Est et le centre politique et économique des Philippines, attirant des milliers de migrants ruraux paupérisés. Manille est une capitale depuis que les Espagnols ont fait de ce comptoir, situé à l'embouchure de la rivière Pasig, au fond d'une baie protégée donnant sur la mer de Chine méridionale et adossée à un riche arrière-pays agricole, une plaque tournante du commerce des galions entre la Chine et le Mexique. La Région métropolitaine de Manille regroupe aujourd'hui Manille et les seize villes et municipalités voisines sur une surface de 638 kilomètres carrés.

Une capitale depuis le XVIe siècle

À la fin du xvie siècle, Manille était un village entouré d'une muraille dont le souverain levait des droits de douane sur toutes les marchandises empruntant la Pasig. Les conquistadors espagnols, sous la conduite de Miguel López de Legazpí (premier gouverneur général espagnol des Philippines) pénètrent dans l'embouchure de la rivière en 1571. Ils détruisent le village et fondent à la place la ville fortifiée d'Intramuros. Manille devient la capitale de la nouvelle colonie. Quelques villages, dirigés par un chef local et organisés autour d'un marché, sont éparpillés en dehors des murs de la ville. À mesure que la colonisation espagnole s'établit, des églises sont érigées près des marchés, où la population est la plus dense. Manille s'étend au-delà de ses murs, vers le nord, l'est et le sud, reliant ainsi progressivement les complexes marché-église.

La diffusion du catholicisme commence avec le frère augustin Andrés de Urdaneta, qui accompagne l'expédition de 1571. Aux Augustins débarqués avec Legazpí se joignent des Franciscains, des Dominicains et des Jésuites. Tous fondent des églises, des monastères et des écoles. En 1574, Manille est déclarée, avec l'accord de l'Espagne et du Vatican, « ville distinguée et toujours loyale » et devient le centre du catholicisme ainsi que celui des Philippines. À plusieurs reprises, la ville est sérieusement menacée, et parfois occupée, par des puissances étrangères. Elle est envahie par les Chinois en 1574 et pillée par les Hollandais au milieu du xviie siècle. En 1762, pendant la guerre de Sept Ans, la ville est prise et tenue par les Britanniques, mais le traité de Paris (1763) la restitue à l'Espagne. Le commerce extérieur, qui apparaît en 1832, se développe après l'ouverture du canal de Suez en 1869.

La région de Manille devient le centre de l'opposition à l'Espagne dans les années 1890, et l'exécution du patriote philippin José Rizal dans la ville, en décembre 1896, déclenche une insurrection qui durera un an. Pendant la guerre hispano-américaine, la flotte espagnole est vaincue dans la baie de Manille le 1er mai 1898 et, le 13 août, la ville se rend aux troupes américaines. Elle devient alors le siège de l'administration américaine, qui gère désormais les Philippines.

Durant la période américaine, Manille connaît un progrès social et économique général. La politique américaine encourage l'autonomie politique progressive des Philippines et, pour atteindre cet objectif, des écoles publiques sont établies à Manille et dans tout l'archipel. L'université des Philippines, fondée en 1908, constitue le sommet du système éducatif. La ville devient un centre commercial et touristique majeur.

Prise de Manille par les Américains (février 1945) - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Prise de Manille par les Américains (février 1945)

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate dans le Pacifique, Manille, déclarée ville ouverte, tombe rapidement aux mains des Japonais, dès janvier 1942. Peu détruite pendant l'occupation japonaise, la ville est pratiquement rasée lors des combats que les troupes américaines mènent pour la reconquérir en 1945.

Manille est en ruine lorsque, en 1946, elle devient la capitale de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur émérite de géologie et de géographie à l'université des Philippines, Quezón City, ancien doyen du département des arts et des sciences

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Philippines : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Philippines : carte administrative

Prise de Manille par les Américains (février 1945) - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Prise de Manille par les Américains (février 1945)

Manille, Philippines - crédits : aldarinho/ Shutterstock.com

Manille, Philippines

Autres références

  • LEGAZPÍ MIGUEL LÓPEZ DE (1510 env.-1572)

    • Écrit par Universalis
    • 305 mots

    Explorateur espagnol, né vers 1510 à Zumárraga, dans le Pays basque espagnol, mort le 20 août 1572 à Manille.

    En 1545, Miguel López de Legazpí se rend en Nouvelle-Espagne (auj. Mexique), où il travaille pendant près de vingt ans dans l'administration locale. Aucun Européen n'ayant encore colonisé...

  • MALAISIE

    • Écrit par Philippe DEVILLERS, Universalis, Nathalie FAU, Denys LOMBARD
    • 17 261 mots
    • 15 médias
    ...et que celui-ci ne pouvait être incorporé, sans leur accord, à la Fédération. Londres rejeta la revendication philippine. L' Indonésie, de concert avec Manille, proposa alors à la Malaysia de former à trois une confédération, le Maphilindo. Manille et Djakarta n'acceptaient en tout cas l'entrée de Bornéo...
  • PHILIPPINES

    • Écrit par Philippe DEVILLERS, Universalis, Manuelle FRANCK, William GUÉRAICHE, Lucila V. HOSILLOS, Jean-Louis VESLOT
    • 21 456 mots
    • 17 médias
    Le développement de l'industrie accentue encore le poids de Manille. Héritage de la politique espagnole de regroupement des populations, l'urbanisation des Philippines (49 % de la population en 2011) a toujours été supérieure à celle des autres pays de l'Asie du Sud-Est. Mais c'est une urbanisation...
  • QUEZÓN CITY

    • Écrit par Jean PIWNIK
    • 139 mots

    Capitale, de 1948 à 1976, de la république des Philippines, située dans l'île de Luçon, dans la conurbation de Manille, Quezón City (2,17 millions d'habitants en 2007) est une ville neuve, cité-jardin dessinée par Harry T. Frost pour abriter les fonctionnaires. Cet ancien faubourg résidentiel...

Voir aussi