Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉTROLE Le transport

Le transport du pétrole par pipeline

C'est aux États-Unis en 1865 que fut utilisée, pour la première fois, une conduite pour évacuer la production d'un gisement. Depuis lors, l'emploi de ce mode de transport des hydrocarbures liquides ou gazeux s'est généralisé, d'abord aux États-Unis, puis dans le reste du monde.

À l'heure actuelle, le réseau mondial en service atteint plus de 1 million de kilomètres de conduites, dont près des trois quarts sont utilisées au transport du pétrole brut et le reste au transport des produits finis. Les plus importants pipelines se trouvent, pour le transport du pétrole brut, en ex-U.R.S.S. où le plus long avoisine 5 000 kilomètres pour un diamètre de 48 pouces (environ 122 cm). En ce qui concerne les produits finis, le plus long est installé aux États-Unis (Baton Rouge - Grennsboro) et mesure 6 350 kilomètres. Les débits les plus importants se trouvent au Moyen-Orient, tel le Sumed (Suez-Méditerranée), qui peut atteindre 120 Mt/an.

Les grands réseaux de pipelines sont destinés à couvrir plusieurs types de besoins :

– dans les pays à la fois grands producteurs et grands consommateurs, la fonction essentielle du pipeline est de relier les gisements de pétrole aux raffineries (cas des États-Unis et de l'ex-U.R.S.S.) ;

– dans les pays grands producteurs et exportateurs, le rôle des conduites est principalement de transporter le pétrole brut depuis les gisements jusqu'à des terminaux de chargement pour navires pétroliers ; c'est le cas, notamment, de l'Afrique du Nord, de l'Alaska et du Moyen-Orient, où certains pipelines aboutissent à des ports situés dans des pays étrangers aux pays producteurs d'origine. Diverses considérations stratégiques peuvent également intervenir dans le choix des tracés. C'est ainsi qu'en 2003 un pipeline reliant Doba au Tchad au terminal de Kribi au Cameroun a été mis en service pour acheminer le pétrole tchadien jusqu'à l'Atlantique. Depuis 2005, un pipeline de 1 768 kilomètres relie Bakou, situé en Azerbaïdjan sur la mer Caspienne, à Ceyhan en Turquie sur la Méditerranée, via Tbilissi en Géorgie (pipeline BTC). Il a été réalisé par un consortium regroupant 11 compagnies pétrolières, avec un coût de 3 milliards de dollars, compte tenu des difficultés rencontrées (passage à 2 800 mètres d'altitude notamment). Il évite en particulier que le pétrole évacué transite par la mer Noire, le détroit du Bosphore étant déjà très encombré par le trafic maritime ;

– dans les grandes régions consommatrices, les pipelines servent principalement à alimenter les raffineries situées dans l'intérieur à partir des ports d'importation du pétrole brut ; c'est le cas, en Europe, du pipeline sud-européen, construit en 1962 pour relier Fos-sur-Mer à Karlsruhe ; il dessert au total cinq raffineries situées en France, en Suisse et en Allemagne ;

– dans des régions intermédiaires, le pipeline permet de raccourcir économiquement les routes maritimes ; c'est le cas du Sumed (Suez-Méditerranée) ou du T.I.P. (Trans-Israël Pipeline).

Il convient de signaler également la particularité des pipelines immergés, destinés à relier les puits de pétrole offshore aux ports de chargement ou aux zones de consommation (à cet égard, citons le réseau très dense de la mer du Nord).

Par ailleurs, en France existent des pipelines à produits finis, l'un au départ du Havre qui dessert la région parisienne, Orléans et Tours (Société Trapil), et l'autre au départ de Fos-sur-Mer pour desservir la vallée du Rhône (Société du Pipeline Méditerranée-Rhône). Il s'y ajoute le réseau des oléoducs de l'O.T.A.N. (Organisation du traité de l'Atlantique nord), utilisé à des fins civiles (Pipeline Donages-Meulun-Metz).

Le développement considérable du transport[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : capitaine au long cours, directeur général de la Société maritime British Petroleum
  • : ancien président de la Compagnie nationale de navigation

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Évolution du transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers

Évolution du transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers

Échanges de pétrole brut et de produits finis

Échanges de pétrole brut et de produits finis

Pétrole dans le monde

Pétrole dans le monde

Autres références

  • ALASKA

    • Écrit par Claire ALIX, Yvon CSONKA
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    ...de croissance explosive ont succédé des temps de stagnation et de reflux. C'est au commerce des fourrures, aux ruées vers l'or, aux dépenses militaires, et enfin à l'exploitation du pétrole que l'on doit ces expansions économiques et démographiques. De 1988 à 2006, l'économie s'est stabilisée et a progressé...
  • ALCANES

    • Écrit par Jacques METZGER
    • 3 614 mots
    • 11 médias
    Les pétroles sont des mélanges d'un grand nombre d'hydrocarbures, où les alcanes, notamment linéaires, prédominent, et de molécules fonctionnelles en petit nombre. Soumis aux opérations de raffinage, ils sont séparés par distillation fractionnée en coupes contenant des mélanges dont...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Mais les principales richesses du sous-sol algérien sont sans conteste ses gisements de pétrole et de gaz découverts dans les années 1950 dans le Sahara.
  • AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 469 mots

    Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000...

  • Afficher les 116 références

Voir aussi