Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BAKOU

Azerbaïdjan : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Azerbaïdjan : carte administrative

La capitale et principale ville de l'Azerbaïdjan se situe dans la presqu'île d'Apchéron, au sud-est du pays. Édifiée sur un site habité depuis l'ère paléolithique, la cité fortifiée de Bakou présente une remarquable continuité culturelle avec des traces de présence sassanide, arabe, perse, ottomane et russe.

Ville portuaire, Bakou, dont la population est estimée à 2 millions d'habitants (2005), est située à proximité de très importants gisements de pétrole. Vers 1850-1870, l'Azerbaïdjan est saisi par une véritable « fièvre de l'or noir » et Bakou devient le premier producteur mondial de naphte et la ville la plus développée et la plus peuplée du Caucase.

Bakou - crédits : D. Blum/ Peter Arnold, Inc.

Bakou

L'exploitation des champs pétrolifères attire de nombreux investisseurs étrangers, dont les frères Nobel ou les banquiers de la famille Rothschild. Le développement de l'industrie pétrolière donne naissance à une nouvelle classe de riches commerçants azerbaïdjanais. Parmi ces magnats du pétrole, nombreux sont ceux qui investissent pour reconstruire, développer la ville et moderniser le pays. Zeynaladdin Taghiev fonde à la fin du xixe siècle la première école pour jeunes filles musulmanes. C'est également à cette époque qu'est construit le premier opéra-théâtre en terre musulmane.

Le cœur de Bakou est une ville orientale dotée d'une architecture de type turc dont les remparts datent du xiie siècle. Au centre de cette vieille ville parsemée d'anciennes mosquées se trouvent la tour de la vierge (viie-vie av. J.-C., restaurée au xiie s.) et l'ancien palais des princes du Chirvan « Chirvanshahs » (xve s.). Cet ensemble architectural a été inscrit au patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O. en décembre 2000. De beaux quartiers, inspirés de l'architecture européenne de l'époque, font leur apparition à la fin du xixe siècle autour de la vieille ville. Les grandes banlieues ouvrières et les cités-dortoirs situées à l'extérieur de la ville apparaissent dans les années 1960, pour loger les ouvriers employés dans les nouvelles usines et raffineries soviétiques. Cette partie de la ville est aujourd'hui nommée la « ville noire », en raison de la saleté et de la vétusté de ce quartier, situé le long de champs pétrolifères. Depuis l'indépendance (1991), en réponse à la demande croissante de logement, les constructions nouvelles ont bouleversé l'apparence de la ville. Celle-ci manque cependant d'un réel plan d'urbanisation, d'une rationalisation de la circulation routière ainsi que d'un contrôle sérieux de la qualité des constructions. Le tremblement de terre de novembre 2000 a révélé la fragilité de ces nouveaux bâtiments, construits sur une zone sismique.

— Raphaëlle MATHEY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Azerbaïdjan : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Azerbaïdjan : carte administrative

Bakou - crédits : D. Blum/ Peter Arnold, Inc.

Bakou

Autres références

  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

    • Écrit par Manuelle FRANCK, Bernard HOURCADE, Georges MUTIN, Philippe PELLETIER, Jean-Luc RACINE
    • 24 797 mots
    • 10 médias
    ...économiques sont souvent les seuls lieux ayant des relations internationales. Kaboul regroupe 3,7 millions d'habitants et Hérat seulement 350 000, Bakou a une population estimée à 2 millions et Gandja 300 000, Tbilissi 1,1 million et Kutaisi 185 000. La situation n'est pas la même en Iran et en...
  • AZERBAÏDJAN

    • Écrit par Universalis, Raphaëlle MATHEY, Ronald Grigor SUNY
    • 6 544 mots
    • 3 médias
    Bakou, la capitale, est la plus importante ville du pays, et comptait officiellement 2 150 800 habitants en 2013. Les autres grandes villes sont Soumgait (325 200 hab.) et Gandja (323 300 hab.). La dépression économique, les troubles civils post-indépendance ainsi que le développement de l'industrie...
  • CASPIENNE MER

    • Écrit par Universalis, Aleksï Nilovitch KOSAREV, Oleg Konstantinovitch LEONTIEV, Lewis OWEN
    • 4 479 mots
    • 2 médias
    ...semblent proches mais sont séparés du rivage par une étroite plaine maritime. Au sud de la presqu'île d'Apchéron, sur laquelle est construite la ville de Bakou, la zone inondable de la Koura et de l'Araxe forme la plaine de Kouro-Araxe, qui s'étend le long de la côte occidentale de la Caspienne du Sud....
  • SIBÉRIE

    • Écrit par Vadime ELISSEEFF, Pascal MARCHAND, Guy MENNESSIER
    • 14 170 mots
    • 6 médias
    ...s'étend la plaine de Sibérie occidentale, immense espace amphibie. L'activité économique essentielle y est l'exploitation des hydrocarbures. Sous le nom de Bakou III, cette région est devenue le pilier de la production russe à partir des années 1980. La boucle de l'Ob moyen (le district autonome des Khanty-Mansii)...

Voir aussi