Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAIX MOUVEMENT DE LA

Ligue internationale formée peu après la Seconde Guerre mondiale en raison de la crainte générale que provoquaient les tensions de la guerre froide et de la crainte que les États-Unis ne recourent aux armes atomiques. Dans ces conditions, à l'exemple de Romain Rolland et de Barbusse (Amsterdam, 1932), les auteurs de l'appel pour la tenue à Paris d'un « Congrès mondial des partisans de la paix » — Bureau international de liaison des intellectuels, constitué à Wrocław (Pologne) en août 1948, secrétaire Aragon, et bureau de la Fédération démocratique internationale des femmes, présidente Mme Cotton — et de nombreuses personnalités signataires de cet appel font alors le succès de ce congrès (avr. 1949) en lui apportant le soutien d'associations diverses et de milliers d'adhésions individuelles. Venus de 70 pays, 2 198 participants adoptent un manifeste et constituent un comité de 140 membres pourvu d'un bureau que préside Frédéric Joliot-Curie.

Voulant faire cesser la guerre froide, la course aux armements, la menace atomique, les conflits en cours et le règne du colonialisme, les « partisans de la paix », dans leur session de Rome (oct. 1949), dressent un « programme de paix » et le soumettent, au début de 1950, aux parlements des pays suivants : Italie, Belgique, France, Pays-Bas, Mexique, États-Unis, U.R.S.S. Puis c'est l'appel de Stockholm (mars 1950) pour l'interdiction de l'arme atomique. Le IIe Congrès (Varsovie, nov. 1950) substitue au comité un « Conseil mondial de la paix », auquel il est confié de coordonner les activités des conseils nationaux et d'accueillir en son sein « les représentants de toutes les forces engagées dans une action pratique en faveur de la paix ». Il en résultera, lors du Congrès de Vienne (« Congrès des peuples pour la paix »), une participation d'hommes politiques non adhérents au Mouvement et l'adoption d'une charte pour un accord des « cinq Grands » (déc. 1952).

Cependant, l'exclusion des délégués yougoslaves, lors de la session de Rome, fait apparaître que les Soviétiques se sont assuré, depuis la préparation du Ier Congrès, le contrôle de l'orientation du Mouvement ; or la guerre froide, pour de nombreux participants, n'est plus de la seule responsabilité des États-Unis, et la bombe atomique russe (fin 1949) devenue thermonucléaire (1953) demeure pour beaucoup une « arme d'épouvante », au même titre que celle des États-Unis. Des obstacles dressés par les gouvernements occidentaux, sous l'influence des États-Unis, nuisent aux campagnes et aux conférences pour le « pacte des Cinq » et contre le réarmement allemand (1951), contre les expérimentations américaines dans la guerre de Corée (1952). Les progrès diplomatiques dans la voie de la coexistence pacifique, après 1953, estompent les craintes nées des procès staliniens (de 1949 à 1953), des crises consécutives aux événements de Hongrie et du Proche-Orient (1956), de Chine (rupture avec l'U.R.S.S., 1960), de Tchécoslovaquie (1968). Toutefois, la revue internationale que dirige Pierre Cot au nom du Mouvement (15 éditions nationales à son apogée) cesse de paraître dès 1962.

C'est sur le terrain des relations économiques et culturelles Est-Ouest et de la lutte contre le colonialisme que le Conseil mondial recouvre, par le moyen de campagnes et de conférences, une part de son influence première ; certains peuples du Tiers Monde lui savent gré d'avoir contribué à leur indépendance. Lors de la célébration du vingt-cinquième anniversaire du Mouvement (Paris, mai 1974), alors que l'Inde devenait la sixième puissance nucléaire, c'est encore la décolonisation et la lutte contre l'apartheid qui constituent les thèmes de la discussion au niveau de la présidence du Conseil mondial.

— Alfred SIMON[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Alfred SIMON. PAIX MOUVEMENT DE LA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • COMMUNISME - Histoire

    • Écrit par
    • 13 863 mots
    • 10 médias
    – L'alliance pour la paix. Le mouvement communiste international est seul capable de défendre la paix puis de durablement l'instaurer, du fait que le marxisme-léninisme est crédité d'une connaissance vérifiée de l'« essence » de la guerre. En pratique, cette deuxième catégorie...
  • COT PIERRE (1895-1977)

    • Écrit par
    • 1 569 mots

    «  Les hommes politiques de France ont le privilège d'être les plus diffamés et, pour faire ses classes, il faut commencer par être couvert de boue. » Ces constatations de 1939 reflètent le climat déchiré des années 1930, et c'est d'expérience que leur auteur, universitaire et homme de gouvernement,...

  • PCF (Parti communiste français)

    • Écrit par
    • 7 133 mots
    • 3 médias
    ...« sans faiblesse » au nom d'un marxisme-léninisme érigé en dogme. Cette politique connaît un certain succès comme en témoigne l'Appel de Stockolm, que lance le Mouvement de la paix le 19 mars 1950, signé par des millions de Français pour exiger l'« interdiction absolue de la guerre atomique ».