PAIX MOUVEMENT DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ligue internationale formée peu après la Seconde Guerre mondiale en raison de la crainte générale que provoquaient les tensions de la guerre froide et de la crainte que les États-Unis ne recourent aux armes atomiques. Dans ces conditions, à l'exemple de Romain Rolland et de Barbusse (Amsterdam, 1932), les auteurs de l'appel pour la tenue à Paris d'un « Congrès mondial des partisans de la paix » — Bureau international de liaison des intellectuels, constitué à Wrocław (Pologne) en août 1948, secrétaire Aragon, et bureau de la Fédération démocratique internationale des femmes, présidente Mme Cotton — et de nombreuses personnalités signataires de cet appel font alors le succès de ce congrès (avr. 1949) en lui apportant le soutien d'associations diverses et de milliers d'adhésions individuelles. Venus de 70 pays, 2 198 participants adoptent un manifeste et constituent un comité de 140 membres pourvu d'un bureau que préside Frédéric Joliot-Curie.

Voulant faire cesser la guerre froide, la course aux armements, la menace atomique, les conflits en cours et le règne du colonialisme, les « partisans de la paix », dans leur session de Rome (oct. 1949), dressent un « programme de paix » et le soumettent, au début de 1950, aux parlements des pays suivants : Italie, Belgique, France, Pays-Bas, Mexique, États-Unis, U.R.S.S. Puis c'est l'appel de Stockholm (mars 1950) pour l'interdiction de l'arme atomique. Le IIe Congrès (Varsovie, nov. 1950) substitue au comité un « Conseil mondial de la paix », auquel il est confié de coordonner les activités des conseils nationaux et d'accueillir en son sein « les représentants de toutes les forces engagées dans une action pratique en faveur de la paix ». Il en résultera, lors du Congrès de Vienne (« Congrès des peuples pour la paix »), une participation d'hommes politiques non adhérents au Mouvement et l'adoption d'une charte pour un accord des « cinq Grands » (déc. 1952).

Cependant, l'exclusion des délégués yougoslaves, lors de la session de Rome, fait apparaître que les Soviétiques se sont assuré, depuis la préparation du Ier Congrès, le contrôle de l'orientation du Mouvement ; or la guerre froide, pour de nombreux participants, n'est plus de la seule responsabilité des États-Unis, et la bombe atomique russe (fin 1949) devenue thermonucléaire (1953) demeure pour beaucoup une « arme d'épouvante », au même titre que celle des États-Unis. Des obstacles dressés par les gouvernements occidentaux, sous l'influence des États-Unis, nuisent aux campagnes et aux conférences pour le « pacte des Cinq » et contre le réarmement allemand (1951), contre les expérimentations américaines dans la guerre de Corée (1952). Les progrès diplomatiques dans la voie de la coexistence pacifique, après 1953, estompent les craintes nées des procès staliniens (de 1949 à 1953), des crises consécutives aux événements de Hongrie et du Proche-Orient (1956), de Chine (rupture avec l'U.R.S.S., 1960), de Tchécoslovaquie (1968). Toutefois, la revue internationale que dirige Pierre Cot au nom du Mouvement (15 éditions nationales à son apogée) cesse de paraître dès 1962.

C'est sur le terrain des relations économiques et culturelles Est-Ouest et de la lutte contre le colonialisme que le Conseil mondial recouvre, par le moyen de campagnes et de conférences, une part de son influence première ; certains peuples du Tiers Monde lui savent gré d'avoir contribué à leur indépendance. Lors de la célébration du vingt-cinquième anniversaire du Mouvement (Paris, mai 1974), alors que l'Inde devenait la sixième puissance nucléaire, c'est encore la décolonisation et la lutte contre l'apartheid qui constituent les thèmes de la discussion au niveau de la présidence du Conseil mondial.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PAIX MOUVEMENT DE LA  » est également traité dans :

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le Mouvement communiste international »  : […] Parce que l'État soviétique a des fonctions propres, mais qui sont celles d'une pièce particulière – encore qu'essentielle – dans une mécanique d'ensemble, toute réflexion sur la politique étrangère soviétique ne peut qu'être une réflexion sur la politique étrangère d'un système qui s'est donné à lui-même le nom de mouvement communiste international : « mouvement », pour souligner qu'il est évolut […] Lire la suite

COT PIERRE (1895-1977)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 563 mots

«  Les hommes politiques de France ont le privilège d'être les plus diffamés et, pour faire ses classes, il faut commencer par être couvert de boue. » Ces constatations de 1939 reflètent le climat déchiré des années 1930, et c'est d'expérience que leur auteur, universitaire et homme de gouvernement, pouvait parier. Car Pierre Cot, s'il sut rassembler autour de lui des amitiés fidèles et des collab […] Lire la suite

PCF (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage de la politique (1934-1956) »  : […] Durant les années 1920 et au début des années 1930, tout se passe comme si la formation d'un parti de type nouveau occupait l'essentiel des énergies militantes et n'avait pu s'opérer que dans une relative indifférence aux enjeux électoraux et à ceux du champ politique lui-même. À partir de 1933-1934, après l'échec historique du Parti communiste allemand (K.P.D.), l'arrivée d'Hitler au pouvoir et […] Lire la suite

Les derniers événements

10-30 juin 2021 Algérie. Élections législatives.

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP, islamiste) obtient 4,5 % des suffrages et 65 députés. Le Rassemblement national démocratique (RND), traditionnel allié du FLN, également en recul, regroupe 4,3 % des voix et 58 sièges. Le Front El-Moustakbal, scission du FLN, obtient 3,3 % des suffrages et 48 élus et le Mouvement El-Bina (islamiste), 2,3 % des voix et 39 députés. […] Lire la suite

1er-10 juin 2021 France – Mali. Annonce de la fin de l'opération Barkhane.

Celui-ci promet la tenue d’élections en février 2022 et la mise en œuvre de l’accord de paix conclu en 2015 à Alger avec les groupes rebelles du nord du pays. Il nomme Premier ministre le président du comité stratégique du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), Choguel Kokalla Maïga. Le M5-RFP avait initié la mobilisation populaire qui a abouti au renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020. […] Lire la suite

3-27 décembre 2020 République centrafricaine. Élections générales sur fond de rébellion armée.

Le 17, les six principaux groupes politico-militaires, qui avaient signé un accord de paix avec le gouvernement en février 2019 et qui contrôlent toujours les deux tiers du pays, dénoncent leur « manipulation » par le pouvoir et annoncent leur fusion au sein d’une Coalition des patriotes pour le changement. Ils réclament la suspension du processus électoral et la convocation d’une vaste « concertation nationale ». […] Lire la suite

1er-3 novembre 2020 Algérie. Référendum constitutionnel.

Enfin, la Constitution révisée permet, pour la première fois depuis 1962, la participation de l’armée à des missions de maintien de la paix et l’envoi d’unités militaires à l’étranger. Le 3, la présidence annonce la contamination du président Abdelmadjid Tebboune par la Covid-19 et son hospitalisation en Allemagne depuis fin octobre. […] Lire la suite

11-24 septembre 2020 Israël – Bahreïn – États-Unis. Reconnaissance de l'État hébreu par Manama.

Se posant en artisan de la paix au Proche-Orient, Donald Trump affirme que « cinq ou six » autres États arabes sont prêts à normaliser leurs relations avec l’État hébreu. Le 24, en réponse à ce rapprochement, le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le mouvement islamiste rival du Hamas d’Ismaïl Haniyeh annoncent leur intention d’organiser des élections générales dans les six mois. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred SIMON, « PAIX MOUVEMENT DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-de-la-paix/