STATHOUDER ou STADHOUDER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot néerlandais stathouder représente l'équivalent du latin médiéval locum tenens (en français lieu-tenant) et désigne celui qui tient la place d'un chef et commande en son absence. Le stathoudérat, ou fonction de gouverneur d'une province par délégation et au nom du souverain, est attesté dans les Pays-Bas dès le xiiie siècle, du moins de manière occasionnelle et toujours à titre temporaire. La fonction ne sera guère établie que sous Philippe le Hardi et finalement codifiée sous Charles Quint : le stathouder siège au Conseil d'État et préside le collège de justice ou cour souveraine, il convoque les états. À partir de 1566, la rébellion des provinces néerlandaises va déterminer une évolution de la fonction, qui restera entachée d'une certaine ambiguïté. Ainsi, entrant en conflit avec son souverain, le roi d'Espagne, Guillaume d'Orange se démettra de ses fonctions de stathouder de Hollande, de Zélande et d'Utrecht, en 1567, et s'exilera, mais, en 1572, les états réunis à Dordrecht le reconnaîtront comme seul stathouder. Jusqu'en 1581 la fiction de l'allégeance au souverain espagnol sera maintenue : certains stathouders seront encore nommés par ce dernier, d'autres désignés par les états généraux « au nom du roi d'Espagne », avec la mission de conduire la révolte.

Après 1581, l'ambiguïté subsiste un temps touchant l'autorité dont le stathouder est le lieutenant au sein d'une ou de plusieurs provinces. En 1584, Maurice de Nassau sera nommé par les états de Hollande et de Zélande stathouder de ces provinces. Cette nomination sera confirmée en 1586 par les états généraux, qui lui conféreront encore le stathoudérat d'Utrecht, de Gueldre et d'Overijssel. Toutefois, le particularisme provincial devait l'emporter : les successeurs de Maurice de Nassau et de son cousin Guillaume Louis de Nassau, stathouder de Frise et de Groningue, seront toujours choisis par les états provinciaux. On peut relever avec l'historien hollandais P. Geyl une autre ambiguïté : « ministre » du souverain, en l'occurrence des états provinciaux, le stathouder avait droit de regard sur la nomination des magistrats et échevins des villes, en fin de compte sur la nomination de ses maîtres, les états d'une province se composant des délégués des villes.

Au cours de la guerre de Quatre-Vingts Ans, les attributions et le prestige du stathouder s'accrurent sensiblement. Maurice de Nassau joignait à sa fonction traditionnelle de gouverneur de provinces (les plus importantes de l'Union d'Utrecht) celles de capitaine général et d'amiral général. La chute du grand pensionnaire Oldenbarnevelt, en 1619, consacrait enfin sa victoire politique sur le représentant le plus éminent des régents de Hollande. On put alors penser à un changement du système politique. Comme le note J. Romein, c'est la première fois que cette possibilité s'offrait à un Orange, mais pas plus que Guillaume III, Guillaume IV et Guillaume V par la suite, Maurice de Nassau ne la saisit. Son demi-frère Frédéric-Henri, qui lui succéda en 1625, devait exercer, surtout après 1630, un véritable pouvoir monarchique et, semble-t-il, s'évertua à créer les conditions les plus propices à la reconnaissance de jure d'un tel pouvoir. C'est ainsi qu'en 1631 les cinq provinces de Hollande, de Zélande, d'Utrecht, de Gueldre et d'Overijssel, dont il était stathouder conférèrent à son fils, le futur Guillaume II, la survivance du stathoudérat, à laquelle devait s'ajouter en 1639 celle de la capitainerie générale. Honoré du titre d'Altesse par la France en 1637, Frédéric-Henri obtenait pour son fils la main de Marie, fille aînée de Charles Ier d'Angleterre, tandis qu'une de ses filles épousait l'Électeur de Brandebourg. Enfin Frédéric-Henri devait renforcer considérablement ses pouvoirs et son influence au sein du Conseil secret (Geheim Besogne) auquel étaient réservées les affaires extérieures et dont il assumait la direction. Toutefois, dans les dernières années de son stathoudérat, les régents de Hollande affermirent singulièrement leur position, et la paix de Münster en 1648, qui marquait leur victoire, porta un coup très dur à la maison d'Orange.

À la mort du jeune Guillaume II en 1650, les provinces de Zélande, de Hollande, d'Utrecht, de Gueldre et d'Overijssel omirent de nommer un nouveau stathoude [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  STATHOUDER ou STADHOUDER  » est également traité dans :

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 592 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La République ou les sept mini-républiques (XVIe-XVIIIe s.) »  : […] L'établissement de la République signifiait une victoire pour les provinces et les villes. La République était constituée de sept mini-républiques, à leur tour fragmentées en une foule de micro-républiques dans lesquelles des collèges extrêmement divers, allant des régents aux directions de wateringues, exerçaient le pouvoir. Et pourtant, il existait effectivement quelques facteurs centralisateurs […] Lire la suite

PROVINCES-UNIES (1579-1795)

  • Écrit par 
  • Anne WEGENER SLEESWIJK
  •  • 1 305 mots
  •  • 1 média

Fédération « lâche » de provinces du nord des Pays-Bas formée lors de l'Union d'Utrecht (1579) et dissoute par le traité de La Haye (1795). Par l'Union d'Utrecht, les sept provinces calvinistes des Pays-Bas septentrionaux (Hollande, Zélande, Utrecht, Frise, Groningue, Gueldre et Overijssel) constituent la république des Provinces-Unies. Sous la conduite de quelques grands nobles tels que le stath […] Lire la suite

WITT JAN ou JEAN DE (1625-1672)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 392 mots

Né à Dordrecht dont son père était le bourgmestre, élu député aux États comme républicain, Jean de Witt s'oppose aux Orange-Nassau. Nommé grand pensionnaire de Hollande en 1653, il travaille à ruiner le crédit de la maison d'Orange et à mettre un terme au système du stathoudérat en lequel il voit l'esprit d'une monarchie qu'il condamne. Jean de Witt réussit à tirer son pays d'une situation diffici […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul DIBON, « STATHOUDER ou STADHOUDER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stathouder-stadhouder/