NOUVELLE VAGUE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Jacques Rivette

Jacques Rivette
Crédits : Javier Echezarreta/ EPA/ Corbis

photographie

François Truffaut

François Truffaut
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis

photographie


En 1959, lors du 12e Festival international de Cannes, sont présentés simultanément Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais et Les 400 Coups de François Truffaut, qui obtient le prix de la mise en scène. En février et mars étaient sortis avec succès les deux premiers films de Claude Chabrol, Le Beau Serge et Les Cousins. Deux ans plus tôt, Et Dieu créa la femme, de Roger Vadim, avec Brigitte Bardot dans le rôle principal, avait fait scandale. Le jeune critique François Truffaut jugeait le film « typique de notre génération, d’une grande franchise », à la fois amoral et puritain. En 1958, Truffaut saluait également Les Amants, de Louis Malle, avec Jeanne Moreau, comme « la première nuit d’amour du cinéma », « d’une pudeur absolue ». Pendant ce temps, dans des films moins ambitieux, le public s’habituait à de nouveaux visages, de nouveaux gestes et de nouveaux comportements : ceux d’Alain Delon, de Mylène Demongeot, de Jean-Paul Belmondo, de Sami Frey, de Pascale Petit... Leur jeu spontané et décontracté ne s’inspirait plus de Gérard Philipe ou Martine Carol, mais de Marlon Brando, James Dean, Cary Grant ou Marilyn Monroe.

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

photographie

Jean-Pierre Léaud dans Les Quatre Cents Coups (1959), de François Truffaut (1932-1984). La présentation du film à Cannes marque la consécration de la nouvelle vague. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Une génération chasse l’autre ?

« Il s’agissait avant tout d’une relève de génération », expliquera Éric Rohmer quelques années plus tard. La nouvelle vague est en effet née de la rencontre du baby-boom et des Trente Glorieuses, à la charnière de deux Républiques. L’année même du triomphe d’Alain Resnais et de François Truffaut à Cannes, le sociologue et démographe Alfred Sauvy publie La Montée des jeunes : une montée qu’il estime « irrépressible » parce que, biologiquement, « la matière vivante l'emporte [toujours] sur la matière morte ». C’est d’ailleurs un slogan journalistique, sans rapport avec le cinéma, qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  NOUVELLE VAGUE, cinéma  » est également traité dans :

LE BEAU SERGE, film de Claude Chabrol

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 944 mots

Le Beau Serge est le premier long-métrage de la Nouvelle Vague. Le film est autoproduit par Claude Chabrol lui-même, avec l'argent d'un héritage familial. Il est réalisé en plein hiver 1957-1958, à Sardent, village de la Creuse où Chabrol (1930-2010), fils d'un pharmacien parisien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-beau-serge/#i_13326

BEAUREGARD GEORGES DE (1920-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 675 mots

La révolution technique et esthétique résumée dans l'expression « nouvelle vague », de 1959 à 1963, aurait eu lieu quels qu'en fussent les agents ou les vecteurs. Le producteur Georges de Beauregard lui a cependant imprimé un caractère original, en concentrant les individus et les formules autour de sa firme Rome-Paris Films et de ses bureaux du 9 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-beauregard/#i_13326

BELMONDO JEAN-PAUL (1933-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 160 mots

Jean-Paul Belmondo est porté par la nouvelle vague plus qu'il ne lui apporte. Il va pourtant représenter un nouveau type d'acteur, au physique de « dur », dont la beauté ne doit plus rien à la tradition du « beau ténébreux » des années 1930, tels Pierre Richard-Willm ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-belmondo/#i_13326

BRIALY JEAN-CLAUDE (1933-2007)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 031 mots

Alors qu'il fréquente la Cinémathèque de la rue d'Ulm, Jean-Claude Brialy rencontre les critiques des Cahiers du cinéma, qui le font jouer dans leurs premiers courts-métrages. Le public le découvre face à Gérard Blain dans Les Cousins (C. Chabrol), sorti au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-claude-brialy/#i_13326

CAHIERS DU CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

La plus ancienne et la plus connue des revues de cinéma paraissant en France. Son ancienneté même et la diversité des tendances critiques qui s'y sont succédé rendent difficile toute description (et a fortiori tout jugement) synthétique. La caractéristique la plus constante de la revue est peut-être précisément de s'être toujours située en rupture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cahiers-du-cinema/#i_13326

CHABROL CLAUDE (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 525 mots
  •  • 1 média

Des cinéastes de la Nouvelle Vague, Claude Chabrol est le plus inclassable. Il n'a ni le romantisme réfléchi de Truffaut, ni la modernité affichée de Godard, ni l'ascétisme quasi mystique de Rivette, ni la rigueur obsessionnelle de Rohmer. Si certains projets attendent le moment propice pour éclore, il préfère tourner n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-chabrol/#i_13326

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] La longévité des représentants de la Nouvelle Vague peut servir d'emblème à cette dimension originale du cinéma français. La disparition prématurée de François Truffaut en 1984, qui venait de donner La Chambre verte (1978) et La Femme d'à côté (1981), n'a pas sonné le glas d'une génération toujours très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_13326

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « Les « Cahiers du cinéma » »  : […] Dirigée par Bazin, Jacques Doniol-Volcroze et Lo Duca, la revue va très vite devenir une référence incontournable, sinon incontestée. Elle demeurera dans l'histoire le creuset de la Nouvelle Vague, car ce sont dans ses colonnes que Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol, Jacques Rivette et le grand aîné Éric Rohmer publieront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-la-cinephilie/#i_13326

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 769 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] de révéler sa vérité sur l'écran. Pour André Bazin et tous ceux qui constitueront quelques années plus tard la Nouvelle Vague, la mise en scène revêt alors un double aspect : un respect absolu de la réalité et la mise en place de moyens, variant selon chaque personnalité, destinés à faire surgir, par la douceur et la séduction (Truffaut), la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-mise-en-scene/#i_13326

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Scénario

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 564 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une histoire des histoires au cinéma »  : […] En France, au début des années 1960, c'est la Nouvelle Vague : sa politique de l'auteur-réalisateur se traduit, chez certains, par une tentative de « casser » la régularité du scénario traditionnel par des digressions, des tunnels, des monologues, pour des films-carnets de notes (Godard), où demeure cependant la primauté du verbe écrit et parlé. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-scenario/#i_13326

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] une lumière qui n'est dotée, a priori, d'aucune intention dramatique ou signifiante. Les grands opérateurs de la Nouvelle Vague, de Raoul Coutard à Nestor Almendros, ont pour idéal de ne pas éclairer du tout et pour principe pratique d'éclairer le moins possible, ce qui implique des conditions techniques et des lieux qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-photographie-de-cinema/#i_13326

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 506 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les révolutions »  : […] À cette conjoncture historique s'additionnèrent des composantes tant artistique qu'économique. Artistique, car les compositeurs qui collaboreront avec les auteurs de la Nouvelle Vague ou apparentés, Georges Delerue, Antoine Duhamel, Maurice Jarre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-musique-de-film/#i_13326

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat autour des notions d'auteur et de mise en scène »  : […] Parler d'auteur au cinéma, on l'a vu, n'est pas nouveau. C'est le rôle capital que lui donnent les futurs acteurs de la nouvelle vague qui est cette fois décisif. Dans « Une certaine tendance du cinéma français » (Cahiers du cinéma, n0 31, janvier 1953), François Truffaut s'attaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-de-cinema/#i_13326

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 499 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La crise du bonheur »  : […] de la culture de masse autour des années soixante. D'une part, dès 1957 apparaît dans le cinéma français une « nouvelle vague » (À bout de souffle, de Godard). La crise de fréquentation du cinéma provoque en effet une crise et un réaménagement du système de production-création-distribution. D'une part, le système essaie de se prolonger dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-de-masse/#i_13326

DELERUE GEORGES (1925-1992)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 515 mots

Georges Delerue appartenait à la génération de musiciens français qui comprend Antoine Duhamel, Pierre Jansen, Maurice Jarre et Michel Legrand, et dont le début de carrière au cinéma coïncida avec l'émergence de la nouvelle vague et d'un certain nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-delerue/#i_13326

DONIOL-VALCROZE JACQUES (1920-1989)

  • Écrit par 
  • Noël SIMSOLO
  •  • 566 mots

Bruyère, 1956, L'Œil du maître, 1957 et Les Surmenés, ibid.). La Nouvelle Vague va lui permettre de poursuivre une double carrière d'acteur (L'Immortelle d'Alain Robbe-Grillet, 1963, tous les films de Pierre Kast) et de réalisateur : L'Eau à la bouche (1959), Le Cœur battant ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-doniol-valcroze/#i_13326

EUSTACHE JEAN (1938-1981)

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 2 027 mots

Dans le chapitre « Le roman d'un jeune homme pauvre »  : […] par Alexandre dans La Maman et la putain –, mal aimé de sa mère, devenu cinéphile provocateur dans la seconde phase de la Nouvelle Vague, puis dandy autodestructeur, séducteur obsessionnel, mais aussi envoûtant qu'un maître de secte. L'une de ses amoureuses et victimes, Evane Hanska, en a donné, un portrait bouleversant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-eustache/#i_13326

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 181 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Mutations et renouveau »  : […] On peut considérer que la nouvelle vague, apparue à la toute fin des années 1950, s’est poursuivie deux décennies de plus sans grand changement de nature avec des successeurs rassemblés, faute de mieux, sous le vocable de cinéma moderne : Maurice Pialat, André Téchiné, Claude Sautet, Bertrand Tavernier, Jacques Doillon, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_13326

GARREL PHILIPPE (1948-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 095 mots

évoque le titre d'un autre film, La Cicatrice intérieure (1970-1971). Authentique héritier de la nouvelle vague dans cette mise en œuvre d'un « cinéma à la première personne » qu'annonçait Truffaut, Philippe Garrel l'est aussi dans le domaine économique. Sans prôner un cinéma de la pauvreté, il adapte toujours les fins aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-garrel/#i_13326

GODARD JEAN-LUC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT, 
  • Suzanne LIANDRAT-GUIGUES
  •  • 3 153 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le feu d'artifice des années 1960 »  : […] Il présente au producteur Georges de Beauregard un projet intitulé À bout de souffle, d'après une histoire originale de François Truffaut. Le projet est accepté, et le feu d'artifice des années 1960 peut débuter ; il durera jusqu'en 1966. Déjà, une méthode se définit : « Tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godard-jean-luc/#i_13326

GRUAULT JEAN (1924-2015)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 762 mots

de scénariste. S’il avait écrit pour des réalisateurs tels que Robert Enrico ou Gavin Millar, il était surtout de la famille de la nouvelle vague (via Rossellini, Rivette, Truffaut) et, plus globalement, des « cinéastes de la modernité » des années 1960 aux années 1980 (Alain Resnais, Jean-Luc Godard, André Téchiné, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gruault/#i_13326

LAFONT BERNADETTE (1938-2013)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 659 mots
  •  • 1 média

de Claude Chabrol (1958). Fraîche, vive, accorte, gouailleuse, spirituelle, l'air gourmand, elle devient alors une des figures de proue de la Nouvelle Vague. Ainsi, elle tourne sous la direction de Jacques Doniol-Valcroze dans L'Eau à la bouche (1960), de Claude de Givray dans Une grosse tête (1961) et dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernadette-lafont/#i_13326

LE MÉPRIS (J.-L. Godard), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots

Jean-Luc Godard adapte un roman psychologique d'Alberto Moravia, Le Mépris (1954). La presse s'empare de l'événement. Non pas à cause de Moravia, mais parce que « l'enfant terrible de la Nouvelle Vague » tourne avec Brigitte Bardot, star devenue « mythe », à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mepris/#i_13326

LÉAUD JEAN-PIERRE (1944-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 936 mots
  •  • 2 médias

Domicile conjugal, 1970 ; L'Amour en fuite, 1979). Léaud permet à Truffaut de réaliser un des désirs profonds de la plupart des cinéastes de la Nouvelle Vague : le retour des personnages d'un film à l'autre, à l'image de la Comédie humaine de Balzac. Dès Les Quatre Cents Coups, le choix de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-leaud/#i_13326

LA MAMAN ET LA PUTAIN, film de Jean Eustache

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 042 mots

Jean Eustache a eu vingt ans en 1958 quand la Nouvelle Vague apparaît. Il en est un héritier direct et débute par des films très réalistes, tournés avec les moyens du bord : Les Mauvaises Fréquentations en 1963, Le Père Noël a les yeux bleus en 1966, où Jean-Pierre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-maman-et-la-putain/#i_13326

MELVILLE JEAN-PIERRE (1917-1973)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 1 532 mots

Figure singulière, ce « franc-tireur » a joué un rôle prépondérant dans l'évolution du cinéma français en ouvrant le chemin à la Nouvelle Vague. D'une part, il est en effet le premier cinéaste (du moins de renommée) à être venu à la réalisation par la cinéphilie. D'autre part, il est le premier réalisateur à n'avoir pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-melville/#i_13326

LE MÉPRIS, film de Jean-Luc Godard

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 101 mots

pour réaliser L'Odyssée avec Kirk Douglas dans le rôle d'Ulysse. Godard, que l'on retrouve sous les traits de l'assistant-réalisateur du maître, est l'un des cinéastes de la Nouvelle Vague les plus cinéphiles. Le roman de Moravia lui offre l'occasion de réaliser un film sur le cinéma, ou plus exactement sur les conditions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mepris-jean-luc-godard/#i_13326

PIALAT MAURICE (1925-2003)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 748 mots

à l'interrogation concrète autant que spirituelle sur l'art et l'artiste que formule Van Gogh. De même que les cinéastes de la Nouvelle Vague, Pialat croit à l'objectivité absolue de la « machine » des frères Lumière tout autant qu'à un cinéma « à la première personne » défendu par François Truffaut. De plus, la biographie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-pialat/#i_13326

PISIER MARIE-FRANCE (1944-2011)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 770 mots
  •  • 1 média

Actrice singulière et inventive de la Nouvelle Vague, également romancière et cinéaste, Marie-France Pisier est née le 10 mai 1944 à Dalat en Indochine (aujourd'hui Da Lat, Vietnam). Son père étant administrateur de la France d'outre-mer, elle passe l'essentiel de son enfance en Nouvelle-Calédonie. Ce sera le cadre et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-france-pisier/#i_13326

POLLET JEAN-DANIEL (1936-2004)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul COMBE
  •  • 776 mots

La carrière de Jean-Daniel Pollet s'inscrit sous le triple signe de la recherche de la perfection, d'une volonté insatiable d'innovation, mais aussi de la malchance. Ce réalisateur discret, ignoré du grand public, est pourtant l'un des auteurs phares du cinéma né de la nouvelle vague […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-daniel-pollet/#i_13326

LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

il y remporte le prix de la mise en scène. À vingt-six ans, Truffaut, critique et redoutable polémiste, est cependant loin d'être inconnu. Il a violemment attaqué dans Les Cahiers du cinéma et, plus encore dans l'hebdomadaire Arts, de plus large diffusion, tout l'establishment du « cinéma français de qualité », notamment les réalisateurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quatre-cents-coups/#i_13326

RIVETTE JACQUES (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 320 mots
  •  • 1 média

Des fondateurs de la nouvelle vague, Jacques Rivette est le premier à franchir le pas du professionnalisme en 1956, avec un court-métrage tourné non plus en 16 mm mais en 35 mm, Le Coup du berger. Il est aussi, avec Jean-Luc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-rivette/#i_13326

ROHMER ÉRIC (1920-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 643 mots

Cahiers du cinéma – fondés en 1951, entre autres par André Bazin – qu'il dirigera, après la mort de ce dernier, de 1959 à 1963, et d'où seront issus les principaux cinéastes de la nouvelle vague. Parallèlement à cette importante activité théorique et critique, il réalise régulièrement des courts-métrages en « amateur » à partir de 1950 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-rohmer/#i_13326

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] Les débuts du nouveau roman ne coïncident pas par hasard avec ceux de la « nouvelle vague » (expression employée pour la première fois dans L'Express, à l'automne de 1957, pour désigner une nouvelle génération de cinéastes). Les films de la nouvelle vague présentent entre autres originalités une bande-son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_13326

ROUQUIER GEORGES (1909-1989)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 872 mots

Cette réflexion de Bazin souligne le lien qui unit Rouquier aux cinéastes de la nouvelle vague. Lorsque Jacques Demy écrivit son premier scénario de court métrage, il voulut que Rouquier en fût le réalisateur. Sur l'insistance de celui-ci, Demy osa le tourner lui-même. Ce fut Le Sabotier du val de Loire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-rouquier/#i_13326

ROZIER JACQUES (1926-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 807 mots
  •  • 1 média

Né à Paris le 10 novembre 1926, Jacques Rozier suit un itinéraire classique. Diplômé à l'I.D.H.E.C., assistant pour la télévision et le cinéma (sur French-Cancan de Renoir notamment), il réalise d'abord quelques courts métrages : Langage et cinéma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-rozier/#i_13326

SEBERG JEAN (1938-1979)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 532 mots

dans un rôle d'étudiante en jeans, vendant le New York Herald Tribune sur les Champs-Élysées. Sa façon de rompre avec les tics du métier, d'évoluer librement dans l'espace cinématographique épouse parfaitement les conceptions des metteurs en scène de la nouvelle vague. Suivent La Récréation (1960), de François Moreuil, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-seberg/#i_13326

STRAUB JEAN-MARIE (1933-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 126 mots

de Carné. Mais, en 1950, Les Dames du bois de Boulogne, de Robert Bresson, va déterminer son évolution. À Paris, en 1954, il se lie avec Jacques Rivette (il collabore à son premier court-métrage, Le Coup du berger) et le groupe de la Nouvelle Vague, en particulier François Truffaut. Assistant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-straub/#i_13326

TRINTIGNANT JEAN-LOUIS (1930-    )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 645 mots

Dans le chapitre « Un jeune homme timide »  : […] Jean-Louis Trintignant a été peu employé par les cinéastes de la nouvelle vague, mais toujours à bon escient. Ce fut d’abord par deux précurseurs du mouvement, Georges Franju, dans Pleins Feux sur l'assassin (1961), et Alexandre Astruc, dans La Longue Marche ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-trintignant/#i_13326

TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 161 mots
  •  • 6 médias

Vivement dimanche !, « un film du samedi soir conçu pour faire plaisir », est accueilli fraîchement. En fait, Truffaut, chef de file de la nouvelle vague, pâtira toute sa vie de la comparaison avec Jean-Luc Godard, le moderne, l’inventeur d’un nouveau langage cinématographique. Truffaut, lui, utilise sans cesse des formes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-truffaut/#i_13326

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « NOUVELLE VAGUE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-vague-cinema/