BARDOT BRIGITTE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Star ou « femme enfant », vamp ou sauvageonne, adulée ou décriée, adorée ou honnie, Brigitte Bardot, dite B.B., a constitué assurément le mythe féminin le plus évident du cinéma des années cinquante. Des ouvrages multiples lui ont été consacrés ; des études signées d'auteurs célèbres comme Simone de Beauvoir, Marguerite Duras ou François Nourissier l'ont choisie pour thème. Elle a battu tous les records de box-office et déchaîné la presse du monde entier. La France, longtemps hostile au « phénomène Bardot », a fini par reconnaître les mérites incontestables de la vedette et l'a définitivement consacrée en lui demandant de poser pour la sculpture du buste de sa Marianne nationale ! Or, de l'avis général, ce n'est pas à ses dons de comédienne que l'actrice doit sa célébrité. Il faut attribuer l'existence du mythe Bardot au fait que B.B. a représenté un moment de l'histoire des mœurs en incarnant le personnage d'une femme totalement libre, à l'écran comme à la ville, dont l'impudicité joyeuse et l'amoralisme, provocant pour l'époque, coïncidèrent avec un courant de révolte contre les principes de la morale « bourgeoise ». Pour toute une génération, B.B. a symbolisé le comble de la féminité voluptueuse, la revanche et le triomphe de l'érotisme, vécu avec santé et bonheur, l'épanouissement de la sensualité débridée. Pourtant, avant elle, de nombreuses actrices s'étaient déjà déshabillées à l'écran. Le fait en lui-même n'était pas nouveau. S'il a pris une telle résonance avec Brigitte Bardot, c'est parce que, en renversant certains tabous, l'actrice imposait un style de femme et de féminité et rompait, en même temps, avec la star du cinéma hollywoodien. Par son aspect « retour à la nature », son apparence espiègle et sans apprêt, par son côté femme enfant, B.B. inventait un nouveau type de beauté qui lui conférait une accessibilité fictive plus grande : « Je suis tombée, dit-elle, à un moment où il n'y avait pas d'actrice de mon style. On en restait aux stars et aux femmes fatales inabordables. J'étais — je le suis encore — le contraire : naturelle, pas sophistiquée, identique à l'écran et ailleurs. Et puis, j'ai le physique des filles de mon époque. Elles se reconnaissent en moi. »

Brigitte Bardot

Photographie : Brigitte Bardot

La star française Brigitte Bardot, à Londres, en 1959. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Issue de la haute bourgeoisie parisienne, Brigitte Bardot est née le 28 septembre 1934 à Paris. Elle se destinait à la danse classique. Roger Vadim la remarqua, l'épousa et fit d'elle une vedette à scandale avec Et Dieu créa la femme (1956). Le film qui comportait beaucoup de scènes « osées » éclata comme une bombe aux États-Unis et détermina la renommée et la carrière de l'actrice. Dès lors, le public, conditionné, alla voir les films de « la Bardot », que ce soit pour la dénigrer ou pour l'admirer. Il faut reconnaître que, mis à part La Vérité (de Henri-Georges Clouzot, 1960) où l'actrice se révéla excellente comédienne et Le Mépris (de Jean-Luc Godard, 1963), la carrière de B.B. (au total une quarantaine de films) n'est pas marquée par de grandes œuvres. On peut citer parmi les plus populaires : Cette Sacrée Gamine (Michel Boisrond, 1955), En effeuillant la marguerite (Henri Verneuil, 1956), En cas de malheur (Claude Autant-Lara, 1958), La Femme et le Pantin (Julien Duvivier, 1958), Babette s'en va-t-en guerre (Christian Jacques, 1959), Vie privée (Louis Malle, 1961), Le Repos du guerrier (Roger Vadim, 1962), Viva Maria (Louis Malle, 1965), À cœur joie (Serge Bourguignon, 1967). L’année 1967 est aussi marquée par sa collaboration avec Serge Gainsbourg, dont elle interprète plusieurs chansons qui feront date (Harley Davidson, Bonnie and Clyde, Comic Strip…). Brigitte Bardot tourne encore quelques films : L’Ours et la poupée (Michel Deville, 1970), Boulevard du rhum (Robert Enrico, 1971), Don Juan 73 (Roger Vadim, 1973). Le dernier d’entre eux sera Colinot Trousse-Chemise (Nina Companeez, 1973) Cette même année 1973, le sex-symbol des années 1960 se retire du monde du cinéma pour se consacrer à la défense du monde animal, notamment à travers la fondation qui porte son nom et qui est créée en 1986.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BARDOT BRIGITTE (1934- )  » est également traité dans :

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Entre transgression et banalisation »  : […] Dès la fin des années 1950, l'érotisme s'est affranchi des codes de bonne conduite. Sur les décombres des années de guerre, Vadim propose une nouvelle sensualité dont Brigitte Bardot va être le symbole ( Et Dieu créa la femme , 1956) . Un langage libéré, des rapports spontanés ( À bout de souffle , Jean-Luc Godard, 1959) seront les attributs inaliénables de ce nouveau corps amoureux, dont Baby Do […] Lire la suite

LE MÉPRIS (J.-L. Godard), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots

Jean-Luc Godard adapte un roman psychologique d'Alberto Moravia, Le Mépris (1954). La presse s'empare de l'événement. Non pas à cause de Moravia, mais parce que « l'enfant terrible de la Nouvelle Vague » tourne avec Brigitte Bardot, star devenue « mythe », à qui Louis Malle vient de consacrer Vie privée un film entre fiction et documentaire. Face à ce mythe de la femme, de la star, un autre myth […] Lire la suite

LE MÉPRIS, film de Jean-Luc Godard

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 101 mots

Adapté du roman d'Alberto Moravia ( Il Disprezzo , 1954), qui décrit la préparation du tournage de L'Odyssée d'Homère par un producteur italien et un réalisateur autrichien, le sixième long-métrage de Jean-Luc Godard – et son film le plus « classique » – ouvre sur une analyse personnelle de la situation du cinéma en 1963, à l'heure des superproductions internationales. Godard utilise le mythe de […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la légende au « mythe » »  : […] Les tendances à l' identification et au mimétisme ont été invoquées pour justifier le succès persistant de certaines étoiles, qui seraient chargées d'un impact psychologique suffisant pour résister au changement de génération. La réalité est plus complexe ; ainsi le maintien de John Wayne en tête du box-office pendant trente ans (record seulement approché par le chanteur Bing Crosby) ne peut s'e […] Lire la suite

VADIM ROGER (1928-2000)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 664 mots

Lorsqu'il rencontre, en 1950, une jeune actrice débutante qui va devenir aussi célèbre dans le monde que le général de Gaulle, Roger Vladimir Plemiannikov, né à Paris le 26 janvier 1928 d'un père russe et d'une mère française, a suivi, après une enfance et une adolescence en Haute-Savoie, les cours de Charles Dullin, joué dans quelques pièces, fréquenté la bohème germanopratine du Tabou, de Boris […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PIERI, Aldo TASSONE, « BARDOT BRIGITTE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/brigitte-bardot/