ROUCH JEAN (1917-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingénieur, ethnographe et cinéaste, Jean Rouch est né à Paris. Il a commencé à se servir de la caméra pour témoigner de son expérience africaine. De cette première période témoignent de nombreux courts-métrages, dont Au pays des mages noirs (coréalisé avec Jean Sauvy et Pierre Ponty, 1946) et Les Fils de l'eau (1952, film constitué des courts-métrages réalisés entre 1949 et 1951). Peu à peu, grâce à son rayonnement personnel, à sa notoriété dans le monde discret des ethnologues, à son œuvre et à ses théories, formulées au fil de ses interventions et de son enseignement, il est devenu une référence dans le monde en effervescence du jeune cinéma français de la fin des années 1950. Grâce au producteur Pierre Braunberger, Les Maîtres-Fous (1954), son premier coup d'éclat, devenu un classique, a pu être diffusé en salle, non sans provoquer des réactions diverses de la part des Africains. Rouch a été alors connu comme Rouch l'Africain, sans perdre l'estime de ses pairs en accédant à la distribution commerciale, en particulier avec Moi un Noir (1958) qui marque une date par sa liberté de ton et sa confiance dans la parole de ses personnages, suivi par une autre expérience innovante, La Pyramide humaine (1959). Attentif aux progrès du matériel de terrain, aiguillonnant les techniciens pour qu'ils accroissent sa légèreté et perfectionnent l'enregistrement sonore, Jean Rouch fut le premier en France à appliquer dans un grand film, avec la précieuse collaboration du sociologue Edgar Morin et du réalisateur québécois Michel Brault, les méthodes d'investigation audiovisuelle. Ce fut Chronique d'un été (1960), qui souleva les passions, et fut au centre de la querelle du cinéma-vérité du début des années 1960. Entre l'Afrique (Monsieur Albert prophète, 1962 ; Rose et Landry, 1963 ; La Chasse au lion à l'arc, 1965 ; La Goumbé des jeunes noceurs, 1965 ; Jaguar, 1954-1967) et la France (La Punition, 1962 ; Gare du Nord, sketch de Paris vu par..., 1964), parfois soumise au regard de l'Afrique (Petit à petit, en deux versions, de 250 minutes et 96 minutes, 1967-1970) comme il avait soumis l'Afrique au regard de la France, Jean Rouc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  ROUCH JEAN (1917-2004)  » est également traité dans :

AFRICAINS CINÉMAS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 132 mots

L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels moyens donner au cinéma. Problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinemas-africains/#i_17450

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le jeune cinéma des années 1960 »  : […] légères qui, avec leur synchrone, bouleversaient les conditions de tournage d'un film. Jean Rouch, ethnologue et cinéaste, que Rossellini devait saluer comme un frère, avait montré la voie en inventant, caméra de 16 mm au poing, sur les quais d'Abidjan ou dans la brousse du Niger, un cinéma dépourvu de toute contrainte (La Chasse au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17450

DIETERLEN GERMAINE (1903-1999)

  • Écrit par 
  • Michel IZARD
  •  • 872 mots

sera poursuivie mais non achevée. Il est vrai que bien d'autres tâches vont accaparer Germaine Dieterlen au long des trois décennies à venir. De 1967 à 1974, sur le Plateau dogon, les cérémonies du sigi déploient leurs fastes : à cette occasion Jean Rouch et Germaine Dieterlen ne co-réalisent pas moins de sept films, de Sigi 1967 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-dieterlen/#i_17450

GANDA OUMAROU (1935-1981)

  • Écrit par 
  • Hervé CRONEL
  •  • 874 mots

Né au Niger, dans la région du fleuve, Ganda s'engage, en 1951, dans le corps expéditionnaire français en Indochine : il a seize ans. De retour au Niger en 1955, il est enquêteur-statisticien durant un an, puis part pour Abidjan (Côte-d'Ivoire) où se trouve un important groupe d'émigrés ghanéo-nigériens ; il rencontre Jean Rouch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oumarou-ganda/#i_17450

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre en Afrique noire

  • Écrit par 
  • Pierre ICHAC
  •  • 4 150 mots

Dans le chapitre « Le théâtre des ethnologues »  : […] symbolique des premiers épis de mil qu'il a cueillis. Mime, aussi bien, le rituel minutieux que présente le cinéaste-ethnologue Jean Rouch dans son film tourné au Niger : La Chasse au lion à l'arc. Le chasseur initié qui, dans le secret de la société des chasseurs et protégé par un cercle magique, prépare le poison des flèches, vide dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-en-afrique-noire/#i_17450

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « ROUCH JEAN - (1917-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-rouch/