Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DEMY JACQUES (1931-1990)

Né le 5 juin 1931 à Pontchâteau (Loire-Atlantique), Jacques Demy est mort d'une leucémie le 27 octobre 1990. Passionné par le cinéma dès son plus jeune âge, il débute avec le cinéaste d'animation Paul Grimault, puis devient l'assistant de Georges Rouquier qui produit son premier court métrage professionnel, Le Sabotier du Val de Loire (1956). Suivent Le Bel Indifférent (1957), adaptation très personnelle d'un texte de Jean Cocteau, et des films de commande, comme Musée Grévin (1958), La Mère et l'enfant et surtout Ars (1959).

<em>Les Demoiselles de Rochefort</em>, J. Demy

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy

L'effervescence suscitée par la Nouvelle Vague lui permet de réaliser, en 1960, Lola, qui aurait dû être une comédie musicale en couleurs. Budget oblige, ce premier long-métrage est en noir et blanc et simplement dialogué. Mais le recours au Cinémascope, la musique de Michel Legrand — qui écrira pratiquement toutes les musiques de Demy — et une scène de cabaret dansée par Anouk Aimée annoncent l'œuvre à venir. Si le succès est plus critique que public, La Baie des anges (1962), tragique descente aux enfers du jeu, est un échec commercial total. Cela n'empêche pas Demy de mener à bien un projet réputé impossible : Les Parapluies de Cherbourg(1963), avec Catherine Deneuve, un mélodrame amer sur arrière-fond de guerre d'Algérie au dialogue entièrement chanté. Contre toute attente, c'est un succès international qui permet à Demy de tourner son film le plus proche du « musical » américain, Les Demoiselles de Rochefort(1966), où Françoise Dorléac se joignait à sa sœur Catherine Deneuve. Mais l'état de grâce s'achève. Tourné en Californie, Model Shop (1968) est aussi mal accueilli aux États-Unis qu'en France. Le succès de Peau d'Âne (1970), relecture du conte de Perrault, entraîne l'adaptation, en Angleterre, de la légende de Hamelin, Le Joueur de flûte (The Pied Piper, 1971). C'est un échec commercial total, comme la comédie qui suit, sur une grossesse masculine, L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la lune (1973). Lady Oscar (1978), adaptation au Japon d'une bande dessinée nippone située sous la Révolution française, ne sort même pas en France. Après une incursion à la télévision (La Naissance du jour, d'après Colette, 1980), Demy réussit pourtant à monter un projet qui lui tient à cœur depuis longtemps, un film chanté à la façon des Parapluies, mais dans une tonalité plus désespérée, sur fond de grève dans les chantiers navals de Nantes. Une chambre en ville (1982), avec Dominique Sanda, Richard Berry, Michel Piccoli et Danielle Darrieux, est le film le plus représentatif du tempérament tragique du cinéaste : une grande part de la critique y voit son chef-d'œuvre, le public ne suit pas. Pas plus qu'il n'approuve Parking (1985), révision malhabile de la légende d'Orphée. On croit Demy remis en selle lorsqu'il peut réaliser un autre de ses très anciens projets, Trois Places pour le 26 (1988), mais les résultats demeurent très en deçà de ce que la présence d'Yves Montand, dans son propre rôle, aux côtés de Mathilda May, actrice alors très en vogue, et de Françoise Fabian, pouvait laisser espérer.

Si le titre d'un de ses films d'étudiant, Les Horizons morts, donne le ton de l'œuvre de Jacques Demy, Le Sabotier du Val de Loire en précise le propos : derrière les gestes ritualisés du vieil artisan, le sentiment de l'écoulement irrémédiable du temps donne au film son caractère à la fois nostalgique et angoissé. Nous sommes loin de l'idée reçue d'un univers aux couleurs et aux sentiments fades, exaltant le bonheur permanent, le rêve et l'irréalité. Même des films « optimistes » tels que Lola, Les Demoiselles de Rochefort ou Peau d'Âne, après avoir plongé le spectateur dans l'enchantement,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<em>Les Demoiselles de Rochefort</em>, J. Demy

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy

Autres références

  • LES PARAPLUIES DE CHERBOURG, film de Jacques Demy

    • Écrit par Michel MARIE
    • 868 mots
    • 1 média

    Les Parapluies de Cherbourg est un film exceptionnel et atypique pour de multiples raisons. C'est le troisième long-métrage d'un jeune réalisateur français, Jacques Demy (1931-1990), qui a fait ses classes en 1960, dans les premières années de la Nouvelle Vague, avec deux films au budget...

  • COMÉDIE MUSICALE

    • Écrit par Laurent VALIÈRE
    • 5 973 mots
    • 6 médias
    C'est le réalisateur Jacques Demy qui adapte le genre au public français en créant des films chantés de bout en bout. Alors que la critique boude les films musicaux américains de la M.G.M., il réussit à séduire avec Les Parapluies de Cherbourg (1964), Les Demoiselles de Rochefort (1967) et Peau...
  • COMÉDIE MUSICALE, cinéma

    • Écrit par Victor BACHY
    • 926 mots
    • 9 médias

    Par comédie musicale on entend, au cinéma, un spectacle de divertissement, bâti sur un scénario souvent ténu, où la musique, le chant et la danse tiennent une place de choix. La comédie musicale n'a donc pu naître qu'avec le cinéma parlant, et Le Chanteur de jazz(...

  • DENEUVE CATHERINE (1943- )

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 2 206 mots
    • 2 médias
    ...fut aussi comédienne. Si on la remarque en 1963 dans le rôle de la vertu du Vice et la vertu, de Roger Vadim, alors son compagnon, elle est réellement révélée par Jacques Demy avec Les Parapluies de Cherbourg (1964). Ce rôle de belle jeune fille aux couleurs pastel marquera longtemps son image qu'on...
  • LEGRAND MICHEL (1932-2019)

    • Écrit par Alain GAREL
    • 889 mots
    • 2 médias

    Pianiste, compositeur, accompagnateur, arrangeur, orchestrateur, chanteur et chef d'orchestre, Michel Legrand a accompagné des vedettes de la chanson française, participé à des sessions d'enregistrement avec quelques-uns des plus grands noms du jazz, interprété ses propres chansons, collaboré...

Voir aussi