NOUVELLE VAGUE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une certaine idée du cinéma

En effet, et même si la situation économique globale du cinéma français est saine, malgré la baisse des entrées qui affecte l’ensemble des cinématographies européennes, beaucoup s’inquiètent de l’absence de renouvellement des sujets, des méthodes et des hommes. En 1956, une prime à la qualité pour les longs-métrages est attribuée à des œuvres « de nature à ouvrir des perspectives nouvelles à l’art cinématographique ». Elle va bénéficier, entre autres, aux premiers films de Louis Malle et de Claude Chabrol et permettre la réalisation de nombreux films de la nouvelle vague.

La nouvelle vague ne se résume pas à une nouvelle donne économique. La découverte, après la Libération, du cinéma américain, interdit durant la guerre et que les plus jeunes n’avaient jamais connu, est celle d’un cinéma fondé sur l’action, le geste, le mouvement des corps, échappant à la dictature du scénario, du dialogue, du mot d’auteur à la façon de la tradition de la qualité française. À quoi il faut ajouter pour les futurs cinéastes, dont l’équipe des Cahiers du cinéma, et grâce à Henri Langlois et à la Cinémathèque française, la connaissance de presque toute l’histoire du cinéma, surtout le muet, alors quasi invisible. Devant ces films doublés ou sous-titrés dans des langues inconnues, il fallait déchiffrer l’image, par la seule mise en scène, ce qui faisait dire à Jacques Rivette : « Un film de Mizoguchi ou Kurosawa ne parle pas le japonais mais tout simplement le “cinéma”. » Une nouvelle conception du cinéma se constitue, rejetant dans l’oubli, à tort ou à raison, nombre de gloires anciennes (René Clair, Jacques Feyder, Vsevolod Poudovkine...) au profit d’Hitchcock, Hawks, Welles, Murnau, Lang, Cukor ou Minnelli...

Cette expérience trouve un écho dans un article décisif d’Alexandre Astruc, « Naissance d’une nouvelle avant-garde, la caméra-stylo », paru en 1948 dans l’hebdomadaire L’Écran français. Astruc y affirme que le cinéma [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Jacques Rivette

Jacques Rivette
Crédits : Javier Echezarreta/ EPA

photographie

François Truffaut

François Truffaut
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  NOUVELLE VAGUE, cinéma  » est également traité dans :

BEAUREGARD GEORGES DE (1920-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 675 mots

La révolution technique et esthétique résumée dans l'expression « nouvelle vague », de 1959 à 1963, aurait eu lieu quels qu'en fussent les agents ou les vecteurs. Le producteur Georges de Beauregard lui a cependant imprimé un caractère original, en concentrant les individus et les formules autour de sa firme Rome-Paris Films et de ses bureaux du 9, rue Kepler, jusqu'à créer autour de lui une sort […] Lire la suite

BELMONDO JEAN-PAUL (1933- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 160 mots

Jean-Paul Belmondo est porté par la nouvelle vague plus qu'il ne lui apporte. Il va pourtant représenter un nouveau type d'acteur, au physique de « dur », dont la beauté ne doit plus rien à la tradition du « beau ténébreux » des années 1930, tels Pierre Richard-Willm ou Jean-Pierre Aumont, ni à celle du jeune premier des années 1940 et 1950, qu'incarnaient Georges Marchal, Jean Marais et surtout G […] Lire la suite

BRIALY JEAN-CLAUDE (1933-2007)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 031 mots

Né à Aumale (aujourd'hui Sour El-Ghozlan, Algérie), Jean-Claude Brialy débute sur scène au milieu des années 1950 après une rencontre décisive avec Jean Marais. Mais c'est au cinéma que l'acteur va connaître une popularité jamais démentie durant un demi-siècle, d'abord en tant que vedette représentant un personnage caractéristique du temps (les années 1960) puis comme talentueux comédien de compo […] Lire la suite

CAHIERS DU CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

La plus ancienne et la plus connue des revues de cinéma paraissant en France. Son ancienneté même et la diversité des tendances critiques qui s'y sont succédé rendent difficile toute description (et a fortiori tout jugement) synthétique. La caractéristique la plus constante de la revue est peut-être précisément de s'être toujours située en rupture par rapport à l'ensemble de la critique de cinéma […] Lire la suite

CHABROL CLAUDE (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 525 mots
  •  • 1 média

Des cinéastes de la Nouvelle Vague, Claude Chabrol est le plus inclassable. Il n'a ni le romantisme réfléchi de Truffaut, ni la modernité affichée de Godard, ni l'ascétisme quasi mystique de Rivette, ni la rigueur obsessionnelle de Rohmer. Si certains projets attendent le moment propice pour éclore, il préfère tourner n'importe quoi plutôt que de ne pas tourner, comme un sportif ne cesse de s'entr […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France a fait valoir, à tort ou à raison, la prépondéranc […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « Les « Cahiers du cinéma » »  : […] Le plus important animateur de revues fut Jean George Auriol (1907-1950). La seconde série de la Revue du cinéma (1946-1949), toujours publiée par Gallimard après quinze ans d'interruption, offre une série de contributions de haute tenue signées, outre André Bazin, Maurice Schérer (le futur Éric Rohmer), Nino Frank, Jean-Pierre Chartier ou, quand il quittait sa tribune des Temps modernes , Albe […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Scénario

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 562 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une histoire des histoires au cinéma »  : […] Le cinéma muet employait déjà le scénario préétabli, mais disposait d'une certaine marge pour le remanier après tournage, en modifiant simplement le texte des intertitres : véritable inclusion d'un texte écrit à l'intérieur du film, l'intertitre ne se bornait pas à donner l'essentiel des dialogues ; comme dans la bande dessinée, il jouait un rôle narratif, présentant les personnages, exposant les […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 316 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] En 1941, avec son opérateur Gregg Toland, Orson Welles ( Citizen Kane ) revenait à la fois à un certain expressionnisme de la lumière, mais en transformait le sens totalitaire par le recours au plan-séquence et surtout à la profondeur de champ. Ce dernier procédé, le plus important, permettait, à l'aide de nouveaux objectifs, de retrouver une netteté à tous les niveaux de profondeur de l'image et […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les révolutions »  : […] Dans les années 1930, seules quelques individualités avaient œuvré à l'écart des courants dominants. Dans les années 1940, l'appréhension de la musique se modifia. Les causes en furent diverses : les soubresauts de l'histoire, l'évolution des techniques du son et sa maîtrise artistique, la venue d'une nouvelle génération de cinéastes, celle des années 1930 ayant été essentiellement constituée de p […] Lire la suite

CINÉMA-VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 416 mots

Dans le chapitre « Une étude de cas : le documentaire hongrois »  : […] Un cinéaste hongrois, András Kovács, a assisté aux débats lyonnais de mars 1963. De retour à Budapest, malgré le manque de matériel approprié, il s'est inséré dans un débat ouvert pendant son absence sur le thème « Est-il possible de faire une carrière en Hongrie ? ». Il a cherché et trouvé des hommes qui pouvaient témoigner du blocage d'une société rigide. Il a fait de leurs rencontres un film ou […] Lire la suite

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat autour des notions d'auteur et de mise en scène »  : […] Deux publications préparent la naissance d'une critique moderne. L'Écran français (1943-1953), né sous la clandestinité, et d'abord abrité par Les Lettres françaises , devient rapidement un hebdomadaire indépendant de ses origines politiques comme de la publicité cinématographique. Dans cet espace de liberté, sous la direction de Jean-Pierre Barrault et Jean Vidal, s'affrontent les « anciens », r […] Lire la suite

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 498 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La crise du bonheur »  : […] À partir de 1955, certains caractères de la culture de masse changent ; on entre dans une troisième période. Le cinéma cesse d'être la clé de voûte de la culture de masse, qui perd son unité et devient polycentrique. L'industrie culturelle ne vise plus uniquement les mass media, mais devient aussi une industrie du loisir et des vacances. La mythologie euphorique de l'individu privé fait place, d'u […] Lire la suite

DELERUE GEORGES (1925-1992)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 515 mots

Georges Delerue appartenait à la génération de musiciens français qui comprend Antoine Duhamel, Pierre Jansen, Maurice Jarre et Michel Legrand, et dont le début de carrière au cinéma coïncida avec l'émergence de la nouvelle vague et d'un certain nombre de jeunes cinéastes qui lui furent plus ou moins assimilés. Si, pour les années 1950 et 1960, les noms de Pierre Jansen, Maurice Jarre et Michel Le […] Lire la suite

DOGMA 95

  • Écrit par 
  • Vincent PINEL
  •  • 1 163 mots

1995 : le cinéma fête ses cent ans. C'est à cette date que quatre jeunes cinéastes danois, Lars von Trier, Kristian Levring, Thomas Vinterberg et Søren Kragh-Jacobsen choisissent de fonder à Copenhague Dogma 95. Ce collectif repose sur un commun rejet « d'une “certaine tendance” du cinéma d'aujourd'hui : superficielle, illusionniste, décadente, individualiste et bourgeoise ». Leur engagement se ve […] Lire la suite

DONIOL-VALCROZE JACQUES (1920-1989)

  • Écrit par 
  • Noël SIMSOLO
  •  • 566 mots

Né à Paris le 15 mars 1920, Jacques Doniol-Valcroze y poursuit ses études avant d'être mobilisé en 1939. C'est hors de France qu'il découvre Citizen Kane d'Orson Welles et Alexandre Nevski d'Eisenstein. En 1945, de retour à Paris, il décide de devenir cinéaste. Le critique Jean Georges Auriol en fait son adjoint, de 1946 à 1948, à La Revue du cinéma. Lorsque cette publication s'arrête, Doniol-Val […] Lire la suite

EUSTACHE JEAN (1938-1981)

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 2 027 mots

Dans le chapitre « Le roman d'un jeune homme pauvre »  : […] La vie de Jean Eustache est, à elle seule, un roman fulgurant, le « roman d'un jeune homme pauvre » – l'expression est utilisée par Alexandre dans La Maman et la putain  –, mal aimé de sa mère, devenu cinéphile provocateur dans la seconde phase de la Nouvelle Vague, puis dandy autodestructeur, séducteur obsessionnel, mais aussi envoûtant qu'un maître de secte. L'une de ses amoureuses et victimes, […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Mutations et renouveau »  : […] On peut considérer que la nouvelle vague, apparue à la toute fin des années 1950, s’est poursuivie deux décennies de plus sans grand changement de nature avec des successeurs rassemblés, faute de mieux, sous le vocable de cinéma moderne : Maurice Pialat, André Téchiné, Claude Sautet, Bertrand Tavernier, Jacques Doillon, Jean-Claude Brisseau, Alain Cavalier, René Allio… Dans les années 1990, par c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « NOUVELLE VAGUE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-vague-cinema/