NON-VIOLENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La non-violence comme refus de la violence

Les raisons pour lesquelles la violence est refusée comme mode d'action collective sont très diverses. On peut toutefois les regrouper en trois catégories, selon que la violence est jugée impossible, interdite ou immorale.

Violence impossible

C'est d'abord par pur pragmatisme que les acteurs d'un conflit s'abstiennent de recourir à des moyens violents : en fonction de leur situation particulière, ils jugent plus opportun de ne pas prendre les armes, mais sans préjuger de ce qu'ils pourraient décider en d'autres circonstances. Il est des cas où une telle attitude s'impose d'elle-même, du simple fait que l'on ne dispose pas – ou pas en quantités suffisantes – des moyens nécessaires à la violence, c'est-à-dire des armes. Dans d'autres situations, le recours à la violence, matériellement possible, paraît d'emblée suicidaire : une analyse lucide du rapport de forces fait prévoir une défaite certaine. Comme le soulignait avec humour Saul Alinsky (1909-1972), inventeur d'une méthode non violente originale visant à rendre un pouvoir de pression aux plus déshérités des ghettos noirs de Chicago : « Il faut être politiquement insensé pour dire que tout le pouvoir est au bout du fusil quand c'est l'adversaire qui possède tous les fusils ! ». Ce raisonnement, inspiré par le bon sens, est une application d'un principe stratégique général : éviter de se battre sur le terrain où l'adversaire possède l'avantage. La plupart des exemples de résistance civile relèvent d'une telle approche, purement pragmatique, de l'action collective.

Violence interdite

La référence à une tradition religieuse constitue une seconde source du refus de la violence, non plus pour des raisons de circonstances, mais pour des motifs de conscience. Cette démarche de foi est au cœur de l'engagement public de Gandhi et de Martin Luther King. Ce n'est pas de l'hindouisme, mais du jaïnisme, que Gandhi a reçu en héritage le concept d'ahimsa. Fondé par Mahavira à la fin du vie siècle avant notre ère, le jaïnisme place l'ahimsa au centre de son éthique. Cette tradition, restée très minoritaire, affirme fortement le devoir de respecter toute vie, humaine et animale. L'hindouisme, en revanche, ne propose guère de fondement religieux à un refus global de la violence. C'est le bouddhisme qui donne aussi une place importante à l'ahimsa : le premier des « cinq préceptes » est l'interdiction de tuer. On lit dans le Dhammapada qu'il faut « vaincre le mal par le bien ». Cette source bouddhiste du refus de la violence se manifeste de nos jours dans la vie et l'enseignement du chef spirituel des Tibétains, le dalaï-lama Tenzin Gyatso (né en 1935), qui incarne la résistance spirituelle du peuple tibétain à l'occupation chinoise.

Nehru et Gandhi, 1946

Photographie : Nehru et Gandhi, 1946

Jawaharlal Nehru (appelé aussi Pandit Nehru) et Gandhi, surnommé le Mahatma (la Grande Âme), en conversation lors d'une réunion du Congrès, à Bombay, en 1946. 

Crédits : Central Press/ Getty Images

Afficher

On ne trouve guère dans l'histoire de l'islam de musulmans qui aient vu dans leur foi une invitation à exclure toute violence de l'action publique. Exception faite, si l'on en croit l'islamologue chrétien Louis Massignon (1883-1962), du grand mystique Mansur al-Hallādj, supplicié à Bagdad en 922. Dans le combat pour l'indépendance de l'Inde, nombre de musulmans se sont engagés au côté de Gandhi, le plus fameux d'entre eux étant le pathan Abdul Ghaffar Khan (1890-1988), qui rallia à l'action non violente son peuple, plutôt connu jusque-là pour son goût de la guerre. Signalons aussi la figure de Mahmoud Taha (1909-1985), parfois appelé « le Gandhi soudanais ». Théologien et leader politique, il a proposé une interprétation du Coran relativisant tous les textes qui justifient la violence, la discrimination envers les femmes et les non-musulmans.

À diverses époques de l'histoire du christianisme, des chrétiens ont pris au pied de la lettre les enseignements du Nouveau Testament sur la renonciation à la violence : « Si l'on te frappe sur la joue droite, tends encore l'autre » (Mt 5, 39) ; « Ne résiste pas au méchant » (ibid. 4) ; « Celui qui prend l'épée périra par l'épée » (Mt 26, 52). Les premières communautés chrétienn [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Dernier hommage à Gandhi, 1948

Dernier hommage à Gandhi, 1948
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Nehru et Gandhi, 1946

Nehru et Gandhi, 1946
Crédits : Central Press/ Getty Images

photographie

Tolstoï

Tolstoï
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Andreï Sakharov

Andreï Sakharov
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NON-VIOLENCE  » est également traité dans :

AHIṂSĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 469 mots

Le mot sanskrit ahiṃsā , qui désigne, dans les religions de l'Inde, la non-violence (ou la non-nuisance) et même l'absence de toute intention de nuire, est composé du préfixe privatif a et de HIṂS, forme désidérative abrégée de la racine HAN (« frapper », « blesser », « tuer »). Ce terme est ancien ; il apparaît dans l'une des plus anciennes Upaniṣad — la Chāndogya upaniṣad (III, 17, 4), qui da […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une radicalisation de la jeunesse »  : […] La plupart des manifestants américains, ceux de Seattle et de Washington, avaient moins de vingt-cinq ans. Ce fut la même chose à Prague, en Europe. Ces manifestants, pour beaucoup des étudiants, ne sont pas membres, dans leur grande majorité, de partis politiques ni même d'organisations à caractère national. Aux États-Unis, leur engagement a souvent commencé avec les campagnes clean clothes , le […] Lire la suite

BHAVE VINOBA (1895-1982)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 703 mots

Héritier spirituel de Gandhi, Vinoba Bhave est, après celui-ci, le plus connu des apôtres de la non-violence en Inde ; il sut, tout en restant fidèle à la pensée du Mahatma, la mener plus loin. Vinoba s'est surtout attaché à faire progresser la pensée gandhienne dans le domaine de l'économie, en se consacrant au problème agraire. Alors que Gandhi avait lutté pour l'indépendance du pays ( svaraj ), […] Lire la suite

CAMARA HELDER PESSOA (1909-1999)

  • Écrit par 
  • Rubens RICUPERO
  •  • 889 mots

Peter Hebblethwaite, biographe des grands pontifes du xx e  siècle, disait que Jean XXIII avait été le premier pape « chrétien » (au sens évangélique) tandis que Paul VI aurait été le premier pape moderne. Helder Câmara, ou dom Helder, comme il était généralement nommé, a été moderne et chrétien en même temps. Il est devenu le symbole même du renouveau social du catholicisme brésilien et latino-a […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intérêt général, même au pr […] Lire la suite

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « René Dumont et les années Lalonde (1974-1981) »  : […] En 1974, beaucoup pensent que Charles Piaget, le populaire leader autogestionnaire de Lip, peut fédérer électeurs de gauche, d'extrême gauche et écologistes. Mais la C.F.D.T., alignée alors sur le P.S., l'en empêche. La route est libre pour le président d'honneur des Amis de la Terre, René Dumont. Passé d'une vision productiviste de l'agriculture à une conception tiers-mondiste, il se définit co […] Lire la suite

GANDHI MOHANDAS KARAMCHAND (1869-1948)

  • Écrit par 
  • René HABACHI, 
  • Joël KERMAREC
  •  • 3 084 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Doctrine et mode d'action »  : […] Les bases doctrinales de son action sont à la fois religieuses, économiques et politiques. Il fut influencé par un certain nombre d'ouvrages, en particulier par la Bible (surtout le sermon sur la montagne) ; la Bhagavad-Gītā (« chant du Bienheureux », poème épique hindou écrit vers le iii e siècle avant notre ère), qu'il appelait son dictionnaire spirituel et qui fut pour lui une source permanen […] Lire la suite

GEORGE SUSAN (1934- )

  • Écrit par 
  • Marie-Paule NOUGARET
  •  • 993 mots

C'est à Seattle, ville opulente du nord-ouest des États-Unis, siège des firmes Boeing et Microsoft, que le Tiers Monde, en 1999, a relevé la tête : ses délégués ont refusé de signer la déclaration sur mesure de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour avoir vu les étudiants et syndicats américains, écologistes, artistes et petits paysans du monde, tous unis dans la rue, dans Seattle bloquée […] Lire la suite

HESSEL STÉPHANE (1917-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Diplomate et personnalité éminente de la Résistance et de la gauche françaises, Stéphane Hessel naît le 20 octobre 1917, à Berlin. Ses parents, Helen Grund et Franz Hessel, tous deux allemands, bourgeois bohêmes proches du milieu artistique et intellectuel parisien d’avant la Première Guerre mondiale, ont accepté la liberté dans leur amour. À l’âge de sept ans, Stéphane Hessel quitte l’Allemagne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biologie, chirurgie, pharmacie »  : […] La dualité de l'âme et du corps, qui est une notion si familière aux Occidentaux qu'elle leur paraît aller de soi, est aussi présente à l'esprit des savants indiens, mais elle ne leur est pas aussi évidente et s'efface le plus souvent devant un schème beaucoup plus fondamental dans la pensée collective et partout présent dans les textes sanskrits : la triade ou division de la personne humaine en […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 janvier 2022 France. Condamnation d'Éric Zemmour pour « provocation à la haine et à la violence ».

Il a déclaré vouloir abolir, en cas de victoire électorale, les dispositions de la loi Pleven de juillet 1972, incorporées à la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui répriment la provocation « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». […] Lire la suite

9-31 juillet 2021 France. Obligation vaccinale pour certains personnels.

Les jours suivants, d’autres centres de vaccination sont la cible d’actes de violence. Le 24, les manifestations rassembleront cent soixante mille personnes et le 31, deux cent quatre mille. Le 19, le Conseil des ministres adopte le projet de loi instaurant les nouvelles restrictions sanitaires. Le 21, le Conseil de défense sanitaire présidé par le chef de l’État exclut d’imposer des restrictions locales supplémentaires. […] Lire la suite

14-21 janvier 2020 Liban. Reprise de la contestation et nomination du gouvernement.

Le 21, Hassan Diab présente un gouvernement resserré de vingt membres, « non partisan », qui mêle experts et professionnels de la politique. Les contestataires dénoncent un « cabinet de conseillers » qui reproduit selon eux les clivages confessionnels et politiques traditionnels. […] Lire la suite

17-20 juin 2019 Belgique. Inculpation du fondateur de l'association Schild & Vrienden.

Le 20, le député le plus âgé, Patrick Dewael (Libéraux et démocrates flamands), préside la séance d’installation de la nouvelle Chambre depuis son banc et non à la tribune. Cela évite de faire également monter à la tribune pour l’assister, comme le prévoit le règlement de la Chambre, les deux plus jeunes élus, l’un d’eux étant Dries Van Langenhove. […] Lire la suite

16 août 2018 France. Non-lieu définitif en faveur de Gérald Darmanin.

Encore faut-il que le mis en cause ait eu conscience d’imposer un acte sexuel par violence, menace, contrainte ou surprise. » Une autre plainte pour abus de faiblesse avait été déposée en février contre Gérald Darmanin par une femme qui l’accusait de lui avoir demandé des faveurs sexuelles en échange d’un logement, lorsque celui-ci était maire de Tourcoing (Nord). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques SEMELIN, « NON-VIOLENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/non-violence/