CAMARA HELDER PESSOA (1909-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peter Hebblethwaite, biographe des grands pontifes du xxe siècle, disait que Jean XXIII avait été le premier pape « chrétien » (au sens évangélique) tandis que Paul VI aurait été le premier pape moderne. Helder Câmara, ou dom Helder, comme il était généralement nommé, a été moderne et chrétien en même temps. Il est devenu le symbole même du renouveau social du catholicisme brésilien et latino-américain et de son engagement en faveur des pauvres.

Né en 1909 à Fortaleza, au cœur du Nordeste misérable, il était issu de la petite classe moyenne. Ordonné prêtre à vingt-deux ans, son travail auprès des syndicats l'amène à adhérer à l'Action intégraliste brésilienne, de tendance fascisante. Même s'il quitte le mouvement à la fin des années 1930, ce péché de jeunesse sera utilisé plus tard contre lui par la dictature militaire afin d'éviter que lui soit décerné le prix Nobel de la paix.

À partir de 1936, il se consacre à l'Action catholique à Rio de Janeiro, où il sera nommé évêque auxiliaire en 1952. Son talent pour l'organisation et l'action trouve des conditions favorables pendant la période démocratique et de croissance des années 1950. Il sera le secrétaire général de la Conférence nationale des évêques du Brésil (C.N.B.B.) de 1952 à 1964 et il en fera un puissant instrument de transformation de l'Église catholique brésilienne en une institution fortement engagée au service du changement social.

Face à un État indifférent à la pauvreté, dom Helder sort de la sacristie pour faire face aux problèmes réels du peuple en fondant la Croisade Sao Sebastiao (1956), première tentative de remédier au fléau des favelas et à la marginalisation, puis la Banque de la providence (1959), pour lutter contre la misère. Cette étape, la plus heureuse de sa vie, prend fin avec le coup d'État militaire de 1964 et sa nomination comme archevêque d'Olinda et Recife. Il entreprend alors une longue lutte de résistance à la dictature par des moyens non violents, pendant laquelle plusieurs de ses collaborateurs [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMARA HELDER PESSOA (1909-1999)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 706 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les réactions à l'encontre des nouveaux venus »  : […] Les régimes autoritaires et conservateurs latino-américains ont bien accueilli ces mouvements, indifférents aux réalités sociales et pour certains anticommunistes militants. Le pentecôtisme a ainsi fortement progressé au Chili après le coup d'État du général Pinochet. Les militaires uruguayens accordèrent quant à eux des facilités à Sun Myung Moon qui cherchait un point d'ancrage en Amérique lati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-rapports-entre-eglises-et-etats/#i_21365

COMBLIN JOSÉ (1923-2011)

  • Écrit par 
  • Matt STEFON
  •  • 266 mots

Théologien catholique sud-américain d'origine belge, José Comblin a été l'un des fondateurs, dans les années 1970, de la théologie de la libération (courant catholique né en Amérique latine et prônant l'assistance aux pauvres et aux opprimés, par le moyen de l'engagement politique et militant). Joseph Comblin, dit José Comblin, est né le 22 mars 1923 à Bruxelles. Ordonné prêtre en 1947, il étudie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-comblin/#i_21365

Pour citer l’article

Rubens RICUPERO, « CAMARA HELDER PESSOA - (1909-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/helder-pessoa-camara/