ALTERMONDIALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme pour tout mouvement social, la dénomination du mouvement « altermondialiste » est l'enjeu, en son sein et à l'extérieur, de luttes symboliques ayant pour objet le sens à lui donner. Elle fait par conséquent l'objet de discussions et de variations d'un pays et d'un groupe à l'autre, mais aussi dans le temps pourtant court de son histoire.

À la date fondatrice de la protestation du sommet de l'Organisation mondiale du commerce (O.M.C.) à Seattle en décembre 1999, l'expression « mobilisation contre la mondialisation néo-libérale », avec ses déclinaisons nationales (« antimondialisation » en France, « no-global » en Italie par exemple), est la plus usitée : les 1 200 groupes qui s'y rassemblent ont trouvé comme dénominateur commun, chacun dans leur spécialité (écologiste, humanitaire, droits de l'homme, etc.), la dénonciation des effets humains, sociaux et environnementaux de la mondialisation des flux économiques et financiers. L'expression a en effet le mérite de rendre compte de la réalité du mouvement dans sa phase d'éclosion : on a alors affaire à un regroupement hétéroclite de causes le plus souvent anciennes (les associations ayant précisément pour objet de lutter contre cette mondialisation comme Attac sont minoritaires et de création récente) qui s'associent le temps d'une mobilisation pour exiger un coup d'arrêt à la libéralisation du commerce et une réforme de l'O.M.C.

Naissance du mouvement antimondialisation

Les manifestants réunis à Seattle au moment où s'ouvrait l'assemblée générale de l'Organisation mondiale du commerce, l'O.M.C., en novembre 1999, ont entamé un cycle de mobilisation qui se développe sur toute la planète. Depuis lors, il n'est plus de sommet ou de conférence internationale d'importance – F.M.I., G8, G20, sommet européen, forum de Davos, etc. –, qui ne soit accompagné de manifestations et de conférences parallèles.

Il y avait bien eu quelques signes avant-coureurs : l'ampleur, en Grande-Bretagne puis dans de nombreux autres pays, de la campagne pour l'annulation de la dette des pays du Tiers Monde ; le succès des actions menées aux États-Unis et en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALTERMONDIALISME  » est également traité dans :

EXTRÊME GAUCHE

  • Écrit par 
  • Christine PINA
  •  • 7 144 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Problématiques contemporaines »  : […] Dans les années 1990, l'antimondialisme a sans doute représenté un nouvel espace d'engagement en même temps qu'il remettait en cause un type d'organisation partisane peu en adéquation avec une structuration en réseau. Si les liens restent ambigus, marqués par les itinéraires de militants ou des thématiques proches, il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-gauche/#i_41389

INTERNATIONALISATION DES ÉCHANGES COMMERCIAUX - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 553 mots

Décembre 1999 La conférence de Seattle de l'O.M.C. est contrée par les O.N.G. qui critiquent la mondialisation de l'économie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/internationalisation-des-echanges-commerciaux-reperes-chronologiques/#i_41389

THINK TANKS

  • Écrit par 
  • Keith DIXON
  •  • 4 201 mots

Dans le chapitre « Expansion mondiale »  : […] scientifiques d'un consensus économique jugé par trop libéral. Sur le plan international, le Forum social mondial (2001), un talk tank altermondialiste, a joué un temps ce rôle de critique radical des positionnements de son alter ego libéral, le Forum économique mondial de Davos (1971). Au cours de la décennie de 2000, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/think-tanks/#i_41389

Voir aussi

Pour citer l’article

Isabelle SOMMIER, Christophe AGUITON, « ALTERMONDIALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/altermondialisme/