MŒURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au terme de « mœurs » sont associées deux sortes de significations, dont la cohérence et la précision diffèrent. D'abord, ce mot peut être pris pour synonyme de manière d'être, de faire, de sentir, de penser. Rapportées à un peuple ou à un individu, ces manières constituent un ensemble de traits distinctifs. Tacite parle ainsi des « mœurs des Germains », et La Bruyère des « caractères ou mœurs de ce siècle ». Cette première acception insiste sur l'hétérogénéité des mœurs. Nous sourions pour faire accueil aux visiteurs. Les Tupinamba eux, pour exprimer la même attitude, doivent pleurer. En considérant la variété des mœurs et des coutumes, les explorateurs, puis les ethnologues, ont été conduits à adopter un relativisme plus ou moins sceptique. Pascal en a donné une formule célèbre : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »

Une scène galante, J.-L. Forain

Photographie : Une scène galante, J.-L. Forain

Jean-Louis Forain (1852-1931), Une Scène galante, 1885. Huile sur toile (H. 0,45 m ; L. 0,37 m). Sotheby's, London. Caricaturiste au trait précis et incisif, il a croqué avec férocité les portraits anonymes des profiteurs et des politiciens véreux. 

Crédits : Sotheby's/ AKG-images

Afficher

À ce relativisme ethnographique s'ajoute parfois un relativisme historique, ou plutôt historiciste. Les mœurs de nos contemporains ne sont plus celles de nos ancêtres. Chez les Latins, on opposait à la corruption moderne les mœurs des ancêtres : « mos majorum ». Au contraire, dans la perspective évolutionniste qui a longtemps prévalu en raison du prestige attaché à l'idée de progrès, les mœurs des peuples civilisés sont censées plus raffinées, plus « humaines », que celles, grossières ou barbares, de l'ancien temps. La monogamie constituerait un progrès par rapport à la polygamie ; les conduites extrêmes de soumission et de dépendance qui marquaient les rapports entre le seigneur et ses paysans constitueraient des mœurs ridicules et odieuses dont l'homme moderne s'est défait en même temps que des préjugés absurdes qui leur étaient associés. Les mœurs, quand elles sont appréhendées comme des pratiques contingentes, particulières et datées, ne possèdent aucun des caractères que la philosophie ancienne attribue à la morale. Les mœurs n'ont évidemment rien de commun avec l'impératif catégorique. Lévy-Bruhl, partant de cette observation, a construit une opposition radicale entre les « métamorales » cherchant à « fonder » les normes de conduite sur des maximes a priori et absolument formelles et une « science des mœurs » attentive aux conditions concrètes de l'expérience morale.

Mais à cette première conception des mœurs se joint une seconde, qui a été élaborée par les philosophes classiques, et que l'on retrouve au moins implicitement dans une expression commune, à laquelle la tradition juridique a donné un contenu relativement précis, celle de « bonnes mœurs ». Chez Platon, mais aussi chez Montesquieu et chez Hegel, les coutumes, les mœurs et les manières, la moralité (Sittlichkeit) ne constituent pas seulement une collection hétéroclite de pratiques arbitraires. Elles définissent un ensemble de « règles de vie », qui contribue à maintenir chez l'individu une hiérarchie convenable entre ses diverses activités, à éviter qu'il ne succombe au despotisme de ses passions, ou qu'il ne s'égare dans les caprices d'une fausse liberté, et en même temps à assurer la paix et l'harmonie entre les individus et les groupes qui composent la société. Les mœurs ne sont plus traitées comme une liste incohérente de coutumes bizarres. Elles constituent les conditions de la vie vertueuse et raisonnable.

L'institution divine de la législation, des mœurs et de l'éducation

La pensée moderne distingue avec plus ou moins de rigueur la politique, le droit, les mœurs. Bien que ces distinctions ne soient pas absentes chez les Anciens, et notamment chez Platon, ces différents ordres de phénomènes sont saisis plutôt dans leur unité systématique que dans leur diversité. En effet, pour les Anciens, les lois, les mœurs, les vertus procèdent d'une même source et tendent vers un même but.

L'étranger d'Athènes, qui parle en premier dans Les Lois, demande à ses deux interlocuteurs, le Crétois Clinias et le Lacédémonien Mégille, si c'est à un d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOEURS  » est également traité dans :

AURORE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance de l'homme moderne »  : […] La déconstruction de la « moralité » des actions individuelles conduit à une théorie de la condition moderne. Si l'on admet, comme Nietzsche l'affirme au paragraphe 9, que la « moralité des mœurs » est fondée sur la force contraignante des conventions et des traditions, que la moralité, en somme, « n'est rien d'autre que l'obéissance aux mœurs, quelles qu'elles soient », alors l'homme moderne « e […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilité et relativité culturelle. Le pacte social »  : […] De la notion de « civilité », héritière de la « vie civile » de Dante, Niedermann a recueilli et discuté quelques emplois chez Érasme, Amyot, saint François de Sales, Calvin, Montaigne, Kepler enfin. En référence à Dante un fait domine : au modèle théologique du De monarchia a succédé un modèle proprement politique. Érasme songe apparemment à Machiavel, lorsqu'il écrit dans son Institutio princip […] Lire la suite

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 061 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Comparaison entre le droit et la morale d'une part, les mœurs d'autre part »  : […] On voit dès à présent, et toujours d'un point de vue formel, que le droit et la morale ( Sittlichkeit ) se différencient par une série de traits : 1. La morale dépasse le cadre sociétaire. En dehors de la vie sociétaire, il y a Dieu, vis-à-vis duquel l'homme, fût-il isolé, a des devoirs ; il y a la personne même de l'individu, dont celui-ci ne peut pas disposer comme s'il était le maître absolu de […] Lire la suite

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une société sous tension »  : […] Cette société mobilisée pour l’effort de guerre et la victoire finale est traversée par des tensions importantes, qui soulignent les failles du consensus et de « l’union sacrée » au fil d’un conflit exigeant et interminable. Dans l’armée française de la Première Guerre mondiale, plus d’un soldat sur deux a été mobilisé dans une arme non combattante, comme les transports ou l’administration. C’est […] Lire la suite

HISTOIRE DE LA POLITESSE DE 1789 À NOS JOURS (F. Rouvillois) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 1 030 mots

Professeur de droit public, Frédéric Rouvillois nous propose une Histoire de l a politesse en France (Flammarion, 2006) dont les manuels ou traités à usage des honnêtes gens constituent la charpente. Cette histoire, dont la chronologie s'articule en quatre temps, est discontinue. La Révolution française se caractérise par une crise de la civilité d'Ancien Régime. Ce ne sont pas seulement les usag […] Lire la suite

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Fin des discriminations »  : […] Au tournant des années 1980, une nouvelle phase s'ouvre en effet : les revendications se précisent et une mobilisation en termes de « droits » permet bientôt, en France en tout cas, la « dépénalisation » de l'homosexualité. Ce passage d'une culture révolutionnaire et minoritaire (lutte des classes défendue par les premiers militants gays) à une culture anti-discriminatoire (droits de l'homme) fut […] Lire la suite

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « La codification sociale en question »  : […] Une tension se dessine ici entre civilité et politesse. Elle est perceptible au xviii e  siècle où la civilité est pensée par rapport à la nature, et la politesse en relation à l'artifice. Elle a souvent conduit à ne voir dans la « mondanité » que des formes dérisoires de futilité. Mais cet écart est de peu d'importance au regard d'une histoire des conduites sociales qui nous ramène aux origines […] Lire la suite

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Le mot « institution », avant de recevoir les sens divers que les sociologues contemporains lui ont donné, avait dans l'usage classique deux emplois principaux. Il désignait d'abord l'ensemble des lois qui régissent une cité : la manière dont les pouvoirs publics et privés s'y trouvent répartis, les sanctions et les ressorts qui mettent en œuvre leur exercice régulier. Une question devenue classi […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 653 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’intellectuel »  : […] Bien sûr, il serait illégitime d’annexer la littérature française du xviii e  siècle aux Lumières , comme mouvement de pensée et comme ensemble de valeurs. Cependant, leur emprise est telle qu’elle la marque tout entière. La notion même de « Lumières » est si vaste et recouvre des aspects si variés que seules les pensées adverses peuvent en être vraiment exceptées. Encore pourrait-on dire que, par […] Lire la suite

MAQUILLAGE

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 5 301 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la peinture rituelle au fard profane »  : […] À l'origine, un geste dont on peut dire qu'il serait contemporain des funérailles et qui a valeur de parabole : l'application d'une matière fluide d'origine minérale, végétale, animale ou humaine sur la peau selon une composition signifiante, marquant une coupure avec l'inorganique. Pour J. T. Maertens, il s'agit d'une coupure avec le corps-mère, avec l'Autre ou le Réel, c'est-à-dire avec tout ce […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-19 juillet 2021 Maroc. Condamnation des journalistes Soulaimane Raissouni et Omar Radi.

Les associations de défense des droits humains accusent la justice marocaine d’instrumentaliser des affaires de mœurs aux dépens de militants en faveur de la liberté d’expression. […] Lire la suite

15-29 janvier 2018 Égypte. Renoncement de la plupart des candidats à l'élection présidentielle.

Il avait été arrêté à cette même date pour outrage public aux bonnes mœurs. Le 27, le député et président du club de football Zamalek, Mortada Mansour, renonce à son tour à se présenter. Le 27 également, le parti Néo-Wafd rejette la candidature de son président Al-Sayed Al-Badawi et se rallie au président Sissi. Le 29, date limite du dépôt des candidatures, le président du parti El-Ghad, Moussa Mostafa Moussa, partisan du président Sissi, présente sa candidature. […] Lire la suite

27 septembre 2016 Mali. Condamnation du responsable des destructions à Tombouctou.

Arrêté en octobre 2014, cet ancien chef de la « brigade islamique des mœurs » de la ville avait plaidé coupable et exprimé ses regrets devant la Cour. C’est la première condamnation prononcée par la CPI pour atteinte à des biens. […] Lire la suite

4-26 août 2016 France. Polémique au sujet de l'interdiction du burkini sur les plages.

Le 5, le député-maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) Lionnel Luca (LR) signe un arrêté interdisant « l’accès à la baignade […] à toute personne ne disposant pas d’une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et du principe de laïcité ». Le premier arrêté en ce sens avait été décidé par le maire de Cannes (Alpes-Maritimes) David Lisnard (LR) le 28 juillet. […] Lire la suite

12 juin 2015 France. Relaxe de Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire du Carlton de Lille.

était alors impliqué dans une autre affaire de mœurs aux États-Unis.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BOURRICAUD, « MŒURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/