MŒURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La morale subjective et la moralité réalisée

Montesquieu reconnaît aux mœurs et aux manières une constance et une consistance qui les constituent comme des objets naturels. C'est pourquoi il recommande aux législateurs de n'aborder les coutumes des peuples que d'« une main tremblante ». Mais sa prudence et son empirisme laissent en suspens le statut de ces règles coutumières qui parmi d'autres déterminations gouvernent les hommes. Il est clair qu'à ses yeux il ne s'agit pas d'une rhapsodie de pratiques bizarres. Mais quel sens, quelle légitimité, quelle rationalité – toutes expressions d'ailleurs absentes chez Montesquieu – faut-il reconnaître aux mœurs d'une nation ?

La question est d'autant plus difficile que l'antithèse s'est trouvée plus fortement accusée entre les mœurs et la morale. L'ambition de la pensée classique était de les réconcilier. De l'avis de Montesquieu, elles nous sont même apparues tout à fait confondues chez les Chinois. Au contraire, la réflexion critique de Kant les distingue radicalement. Kant réserve le qualificatif de « moral » aux seules actions possédant des attributs strictement formels. Ce n'est pas l'action ou son résultat qui intéresse le moraliste. Ce n'est pas même la conformité de cette action avec une loi fixée par une autorité transcendante. C'est l'intention de l'acteur, sa capacité de se déterminer lui-même – d'une manière autonome – par pur respect pour la loi qui qualifient son action comme morale. Dans ces conditions, le rigorisme et le formalisme kantiens ne conduiraient-ils pas, au nom d'une conception très exigeante de la morale, à une dévalorisation de la moralité ? Ce problème est classique dans la tradition chrétienne où, de saint Paul à Luther, le débat sur la part de la foi (et de la grâce) ou des œuvres dans le salut s'est poursuivi indéfiniment.

Le formalisme moral de Kant alimente une double critique de la conception traditionaliste des mœurs. La première formule de l'impératif catégorique (agis toujours de telle sorte que la maxime de ton action puisse être prise comme règle universelle), disqualifie toutes les pratiques qui peuvent être récusées comme égoïstes. En second lieu, l'autonomie de la règle morale peut être interprétée comme l'expression de la subjectivité transcendantale de l'acteur moral. Hegel va jusqu'à voir dans le droit à la liberté subjective une caractéristique de la modernité par opposition avec le Moyen Âge. Mais Hegel entend d'une manière bien différente de celle de Kant le droit à la subjectivité. Il n'y voit pas du tout l'affrontement entre l'universalisme de la loi et la particularité de l'inclination sensible, mais la réalisation concrète d'un projet individuel compatible avec celui des autres hommes. La morale n'est pas un pur devoir-être, un sollen de type kantien. Elle est la réalisation d'une communauté de volontés qui cherchent leur satisfaction dans la réalisation effective de leurs projets.

Il n'y a pas de conscience morale sans « subjectivité du vouloir », mais cette subjectivité n'est que la première étape de la conscience morale. En effet, ma volonté, à moins qu'elle ne soit condamnée à demeurer tout à fait indéterminée, cherche à se réaliser dans l'« accomplissement de mes buts » (Philosophie du droit, 2e part., paragr. 112). Ou encore, la morale n'est pas seulement conscience subjective d'une exigence, elle est aussi action, ou encore objectivation et extériorisation (ibid., paragr. 113). Hegel distingue, d'une part, entre l'action (Handlung) et le projet (Vorsatz), et, d'autre part, entre l'action et les actes (Tat) ou conséquences. La première distinction est claire. L'action n'est pas simplement conscience pour le sujet qu'il y a quelque chose à faire. Ce n'est pas seulement la mobilisation de la volonté, c'est l'extériorisation ou l'objectivation de celle-ci. Ce que l'action une fois réalisée garde de subjectivité, c'est la possibilité qu'elle offre à l'acteur de faire retour sur ses actes, de s'y retrouver lui-même et de les reconnaître comme les produits de son propre vouloir. Mais l'action entraîne des conséquences, non seulement pour le sujet, mais pour d'autres (ibid., paragr. 118) : « La volonté des autres est en même temps pour moi l'autre existence que je donne à mes buts. »

Le premier dépassement de la subjectivité du vouloir, c'est la découverte de l'intersubjectivité. La volonté libre de chaque individu se découvre comme volonté qui veut la liberté de tout individu. Mais l'intersubjectivité n'anéantit pas la volonté individuelle. Elle la conserve puisque « aucune personne morale n'est obligée de considérer comme bon quelque chose qui contredit ses convictions morales » (ibid., paragr. 132). Selon Eugène Fleischmann (La Philopolitique politique de Hegel), « l'exigence de n'obéir à rien ni à personne sauf à la Raison humaine autonome est le droit suprême de l'homme », mais cette exigence est inséparable de l'obligation d'avoir à réaliser effectivement le Bien (Wohl). Or cette obligation restera « formelle », c'est-à-dire vide, tant que la volonté subjective, pour reprendre les termes d'Éric Weil (Hegel et l'État) n'aura pas compris que le Bien est, que la liberté existe dans le monde objectivement, que l'action a un sens. « D'une certaine façon, il n'y a plus de différence, écrit Fleischmann, entre être et devoir-être. » Cette affirmation est grevée de toutes les obscurités qui s'attachent à des termes comme être, exister, avoir. Le Bien « est », la liberté « existe », l'action « a » un sens.

On peut interpréter ces expressions de deux manières, l'une proprement philosophique, qui fait fond sur la notion de sens de l'histoire, l'autre qui repose sur l'idée de satisfaction. Dans la première perspective, celle par exemple adoptée par Maurice Merleau-Ponty, dans Humanisme et terreur, on dira que c'est de deux choses l'une : ou bien l'histoire a un sens, ou bien elle n'en a pas. Si elle en a, ce sens est immanent à l'histoire elle-même. Il ne lui est pas conféré par l'historien-spectateur. Il est déjà là avant d'être perçu. Or cette description est doublement obscure. D'abord elle néglige une question capitale, celle de l'unité ou de la pluralité des sens. En second lieu, elle ne nous dit rien de très clair sur la manière dont ce sens – ou ces sens – a été, ou ont été, constitués.

La notion hégélienne paraît plus satisfaisante, et c'est peut-être seulement en faisant retour sur elle que la notion de sens de l'histoire peut devenir acceptabl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOEURS  » est également traité dans :

AURORE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance de l'homme moderne »  : […] La déconstruction de la « moralité » des actions individuelles conduit à une théorie de la condition moderne. Si l'on admet, comme Nietzsche l'affirme au paragraphe 9, que la « moralité des mœurs » est fondée sur la force contraignante des conventions et des traditions, que la moralité, en somme, « n'est rien d'autre que l'obéissance aux mœurs, quelles qu'elles soient », alors l'homme moderne « e […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilité et relativité culturelle. Le pacte social »  : […] De la notion de « civilité », héritière de la « vie civile » de Dante, Niedermann a recueilli et discuté quelques emplois chez Érasme, Amyot, saint François de Sales, Calvin, Montaigne, Kepler enfin. En référence à Dante un fait domine : au modèle théologique du De monarchia a succédé un modèle proprement politique. Érasme songe apparemment à Machiavel, lorsqu'il écrit dans son Institutio princip […] Lire la suite

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 061 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Comparaison entre le droit et la morale d'une part, les mœurs d'autre part »  : […] On voit dès à présent, et toujours d'un point de vue formel, que le droit et la morale ( Sittlichkeit ) se différencient par une série de traits : 1. La morale dépasse le cadre sociétaire. En dehors de la vie sociétaire, il y a Dieu, vis-à-vis duquel l'homme, fût-il isolé, a des devoirs ; il y a la personne même de l'individu, dont celui-ci ne peut pas disposer comme s'il était le maître absolu de […] Lire la suite

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une société sous tension »  : […] Cette société mobilisée pour l’effort de guerre et la victoire finale est traversée par des tensions importantes, qui soulignent les failles du consensus et de « l’union sacrée » au fil d’un conflit exigeant et interminable. Dans l’armée française de la Première Guerre mondiale, plus d’un soldat sur deux a été mobilisé dans une arme non combattante, comme les transports ou l’administration. C’est […] Lire la suite

HISTOIRE DE LA POLITESSE DE 1789 À NOS JOURS (F. Rouvillois) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 1 030 mots

Professeur de droit public, Frédéric Rouvillois nous propose une Histoire de l a politesse en France (Flammarion, 2006) dont les manuels ou traités à usage des honnêtes gens constituent la charpente. Cette histoire, dont la chronologie s'articule en quatre temps, est discontinue. La Révolution française se caractérise par une crise de la civilité d'Ancien Régime. Ce ne sont pas seulement les usag […] Lire la suite

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Fin des discriminations »  : […] Au tournant des années 1980, une nouvelle phase s'ouvre en effet : les revendications se précisent et une mobilisation en termes de « droits » permet bientôt, en France en tout cas, la « dépénalisation » de l'homosexualité. Ce passage d'une culture révolutionnaire et minoritaire (lutte des classes défendue par les premiers militants gays) à une culture anti-discriminatoire (droits de l'homme) fut […] Lire la suite

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « La codification sociale en question »  : […] Une tension se dessine ici entre civilité et politesse. Elle est perceptible au xviii e  siècle où la civilité est pensée par rapport à la nature, et la politesse en relation à l'artifice. Elle a souvent conduit à ne voir dans la « mondanité » que des formes dérisoires de futilité. Mais cet écart est de peu d'importance au regard d'une histoire des conduites sociales qui nous ramène aux origines […] Lire la suite

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Le mot « institution », avant de recevoir les sens divers que les sociologues contemporains lui ont donné, avait dans l'usage classique deux emplois principaux. Il désignait d'abord l'ensemble des lois qui régissent une cité : la manière dont les pouvoirs publics et privés s'y trouvent répartis, les sanctions et les ressorts qui mettent en œuvre leur exercice régulier. Une question devenue classi […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 653 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance de l’intellectuel »  : […] Bien sûr, il serait illégitime d’annexer la littérature française du xviii e  siècle aux Lumières , comme mouvement de pensée et comme ensemble de valeurs. Cependant, leur emprise est telle qu’elle la marque tout entière. La notion même de « Lumières » est si vaste et recouvre des aspects si variés que seules les pensées adverses peuvent en être vraiment exceptées. Encore pourrait-on dire que, par […] Lire la suite

MAQUILLAGE

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 5 301 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la peinture rituelle au fard profane »  : […] À l'origine, un geste dont on peut dire qu'il serait contemporain des funérailles et qui a valeur de parabole : l'application d'une matière fluide d'origine minérale, végétale, animale ou humaine sur la peau selon une composition signifiante, marquant une coupure avec l'inorganique. Pour J. T. Maertens, il s'agit d'une coupure avec le corps-mère, avec l'Autre ou le Réel, c'est-à-dire avec tout ce […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-19 juillet 2021 Maroc. Condamnation des journalistes Soulaimane Raissouni et Omar Radi.

mœurs aux dépens de militants en faveur de la liberté d’expression. […] Lire la suite

15-29 janvier 2018 Égypte. Renoncement de la plupart des candidats à l'élection présidentielle.

mœurs. Le 27, le député et président du club de football Zamalek, Mortada Mansour, renonce à son tour à se présenter. Le 27 également, le parti Néo-Wafd rejette la candidature de son président Al-Sayed Al-Badawi et se rallie au président Sissi. Le 29, date limite du dépôt des candidatures, le président du parti El-Ghad, Moussa Mostafa Moussa, partisan […] Lire la suite

27 septembre 2016 Mali. Condamnation du responsable des destructions à Tombouctou.

mœurs » de la ville avait plaidé coupable et exprimé ses regrets devant la Cour. C’est la première condamnation prononcée par la CPI pour atteinte à des biens. […] Lire la suite

4-26 août 2016 France. Polémique au sujet de l'interdiction du burkini sur les plages.

mœurs et du principe de laïcité ». Le premier arrêté en ce sens avait été décidé par le maire de Cannes (Alpes-Maritimes) David Lisnard (LR) le 28 juillet. Des arrêtés similaires seront adoptés dans une trentaine de communes balnéaires. Le 13, le tribunal administratif de Nice rejette le pourvoi formé contre l’arrêté du maire de Cannes par le Collectif […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BOURRICAUD, « MŒURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/