GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dépassant par son horreur tout ce qui avait pu être imaginé, la Grande Guerre affecte profondément la société française. Si l’absence des hommes enrôlés et les risques qu’ils encourent sont au centre des préoccupations, l’arrière s’organise également pour faire face aux besoins de la guerre totale. Dans les campagnes et les usines, dans les écoles et les hôpitaux, la population est mobilisée pour l’effort de guerre. Cette participation redéfinit en particulier le rôle des femmes qui remplacent les hommes partis au front. La société est néanmoins traversée par des tensions importantes, qui soulignent les inquiétudes et les injustices face à la mobilisation et à la mort.

Un pays en armes

Le 1er août 1914, l’annonce de la déclaration de guerre de l’Allemagne à la Russie, alliée de la France, est suivie de la mobilisation française, qui tombe au moment où la population apprend la mort du leader socialiste Jean Jaurès, assassiné la veille. À l’annonce de la mobilisation générale, les Français sont saisis de stupeur. L’attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914, était passé presque inaperçu et rien ne laissait penser que la crise localisée déboucherait sur un conflit généralisé. Dans une France encore très rurale, la population est alors occupée aux travaux des champs en cette saison cruciale du calendrier agricole. Face à cette accélération des événements, la consternation et la résignation dominent. Ce qu’on exprime en public contraste avec ce qu’on ressent intimement, comme la peur et l’incertitude. Contrairement à une idée répandue, les manifestations d’enthousiasme sont rares et limitées aux milieux nationalistes et aux grandes villes, où des foules bruyantes accompagnent les soldats jusqu’aux gares. Les obligations militaires concernent tous les hommes âgés de 20 à 48 ans, appelés à rejoindre leur unité à partir du 2 août. Trois millions et demi d’hommes partent pour la guerre au cours de ce mois et on compte moins de 1 p. 100 d’insoumis. La plupart pensent partir pour une guerre courte et être rentrés pour Noël. Mais, dès l’automne de 1914, cet espoir est démenti par l’entrée dans une guerre d’usure, qui nécessitera la mobilisation de huit millions d’hommes, dans des unités combattantes ou à l’arrière.

Dans un discours du 4 août 1914, le président de la République Raymond Poincaré célèbre les vertus de « l’union sacrée », c’est-à-dire l’unité de toutes les forces du pays. Ce consensus se traduit sur le plan politique par la mise en sommeil des divisions idéologiques au profit de l’effort commun. Le renforcement du pouvoir de l’État se traduit aussi par un contrôle accru sur les populations. Les civils issus de pays ennemis (Allemands, Austro-Hongrois, Ottomans) sont regroupés dans des camps d’internement. Certaines populations, jugées indésirables, sont expulsées de Paris ou de la zone des armées – qui couvre le quart nord-est de la France –, et internées. C’est le cas des vagabonds ou des prostituées touchées par les maladies vénériennes. Les étrangers font l’objet de soupçons constants, dans un climat d’espionnite perceptible particulièrement dans les grandes villes. Les ressortissants des pays neutres, comme la Suisse, ne sont pas exempts de critiques, car on leur reproche leur indécision. Ces suspicions expliquent la mise à sac des laiteries Maggi à Paris en août 1914, sous l’effet de rumeurs d’empoisonnement du lait et d’une confusion entretenue par les milieux nationalistes sur la nationalité suisse de la firme, accusée d’espionnage au profit de l’Allemagne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Correspondance de guerre, 1915

Correspondance de guerre, 1915
Crédits : <a title="Crédit" href="http://www.europeana.eu/portal/en/record/2020601/contributions_8715.html" rel="noopener" target="_blank">Europeana</a>/ <a title="Crédit" href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr/" rel="noopener" target="_blank">CC-BY-SA 3.0</a>

photographie

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915
Crédits : akg-images

photographie

Emprunt national, 1917

Emprunt national, 1917
Crédits : Bibliothèque nationale de France

photographie

Le Mari pacifique, Paul Iribe

Le Mari pacifique, Paul Iribe
Crédits : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 1982 Argentine – Royaume-Uni. Transformation du conflit des Malouines en guerre ouverte

Le 19, Buenos Aires décide le gel de tous les avoirs britanniques en Argentine : la société anglo-britannique Shell est principalement concernée. Le 20, Javier Peréz de Cuellar reconnaît que sa mission de bons offices a échoué. Le 21, les troupes britanniques réussissent à débarquer dans l'île Malouine orientale, à San Carlos, malgré les interventions répétées de l'aviation argentine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuelle CRONIER, « GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/