JUDAÏSMELa religion juive

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mystique théosophique et la kabbale

Le mouvement mystique (ou plus exactement théosophique) qui apparut dans le judaïsme en plein xiie siècle ne saurait être réduit à une simple réaction contre l'intellectualisme. On est en réalité en face d'une résurgence d'éléments dont le dynamisme réel n'avait pu se déployer, en des domaines et des milieux juifs que les historiens connaissent encore mal. À partir du xiie siècle se manifestèrent au grand jour des courants que l'on pouvait observer déjà dès la période talmudique : expériences de mystique extatique et spéculations cosmologiques, mises au service de la théosophie. Le midi de la France, puis la Catalogne et l'Espagne furent le terrain de ces manifestations. On voit surgir des idées gnostiques ; on découvre dans la divinité de multiples aspects dynamiques dont l'interaction complexe est traduite par une exégèse symbolique qui s'approprie l'Écriture, la tradition, les actes concrets de la vie religieuse et le vocabulaire sinon les notions de la philosophie. On pousse jusqu'à ses plus extrêmes conséquences l'idée, ancienne, de la sympathie universelle. Il y a action du divin sur l'humain et réciproquement. C'est ainsi qu'aux malheurs de l'histoire d'Israël dont la cause est le péché correspondent des bouleversements dans la vie divine. L'obéissance du peuple élu commande l'harmonie universelle, dont la rédemption de l'humanité, de la nature et de la déité. D'où, l'importance souveraine de la Loi et de son application minutieuse à tous les détails de la vie. Le mal est redécouvert avec les moyens de le vaincre. La philosophie et son intellectualisme se trouvent dès lors dépassés par ces orientations. Et dans les perspectives d'une telle rédemption universelle, le drame de la coexistence d'Israël avec les nations prend tout son sens. Tel est, pour l'essentiel, l'apport de la kabbale (« tradition » : le nouvel ésotérisme se réclame d'une tradition aussi antique, sinon plus, que la Loi révélée) à l'idéologie juive. Diverses circonstances consolidèrent sa position. Des tendances ascétiques parallèles à celles de l'ésotérisme languedocien – dont les similitudes avec le catharisme ne doivent pas être perdues de vue – furent renforcées en pays allemand par le «  hassidisme », mouvement piétiste alimenté par les mêmes sources que la kabbale et influencé de façon paradoxale par le christianisme qu'il abhorrait. Le statut des juifs dans une partie de l'Occident chrétien s'étant largement détérioré, l'attente messianique s'exaspéra et, bien plus que celle-ci, la conviction que le mal s'incarnait dans le monde des non-juifs, chrétiens et musulmans, devint particulièrement aiguë. Le sommet de cette crise fut l'expulsion des juifs d'Espagne, en 1492. Dès lors, le mysticisme s'intensifia ; il prit une allure gnostique accentuée dans l'expression qu'en donna Isaac Louria (mort à Safed en 1572). La tâche du juif appelé à recueillir les étincelles de lumière englouties dans les ténèbres du mal est désormais de « réparer » la brisure, précosmique dans la divinité, cosmique dans les contrastes de l'univers visible, historique dans l'exil d'Israël, individuelle dans l'âme du pécheur. Deux voies s'ouvrent pour cette réparation : la voie ordinaire, qui consiste dans l'observance stricte de la Loi (dont la codification, qui fait encore autorité de nos jours, est l'œuvre d'un collègue d'Isaac Louria) ; la voie extraordinaire, par laquelle le juste descend dans l'abîme du mal afin d'y abolir le péché en le commettant en apparence. Il s'agit là de la conséquence extrême : elle trouve sa réalisation dans le mouvement messianique de Sabbatai Zevi (1626-1676) ou « sabbataïsme ». L'échec de ce dernier est à l'origine d'une crise d'où émanent quelques-unes des forces idéologiques encore agissantes dans le judaïsme d'aujourd'hui.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  JUDAÏSME  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 1 276 mots

Le mot « judaïsme » recouvre, de notre temps, des concepts très divers. Il désigne, avant tout, une religion – système de croyances, de rites et de prescriptions morales, fondés sur la Bible, sur le Talmud, sur la littérature rabbinique, souvent combinés avec la mystique ou la théosophie de la kabbale. Les formes principales de cette re […] Lire la suite

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Les pratiques religieuses propres au judaïsme, et au judaïsme le plus actuel, ne se comprennent, dans leurs détails concrets comme dans leur esprit, qu'à partir d'une perspective historique, et spécialement à partir de ce que représentaient le Temple de Jérusalem et son rituel à l'époque biblique et dans la […] Lire la suite

JUDAÏSME - Les institutions

  • Écrit par 
  • Daniel J. ELAZAR
  •  • 4 227 mots

L'organisation juive contemporaine repose sur un mélange d'institutions territoriales et d'institutions non territoriales. Les structures politiques d'un pays servent alors de base, moyennant quelques aménagements, pour l'organisation des communautés locales. Mais les divisions idéologiques du judaïsme mondial constituent, elles aussi, des facteurs significatifs d'organisation, tout comme certains […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Vers 1760 avant notre ère, un petit clan conduit par Abraham quitte Sumer et vient s'installer en Canaan, entre le Jourdain et le littoral méditerranéen. En 135 après J.-C., à l'issue d'une guerre sans merci contre l'Empire romain, l'État juif antique disparaît. L'histoire des […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 239 mots
  •  • 9 médias

Le mot Juif (ancien français Juiu, Juieu), dérivé du latin Judaeus (grec Ioudaïos), issu de l'hébreu Yehūdī, désigne primitivement les ressortissants du royaume de Juda (940 à 586 av. J.-C.) dont une première mention biblique est faite dans le IIe Livre des […] Lire la suite

JUDAÏSME - Défis du temps présent

  • Écrit par 
  • Régine AZRIA
  •  • 3 545 mots
  •  • 1 média

Au sortir de la catastrophe, la seconde moitié du xxe siècle a vu émerger un monde juif transformé portant le deuil inconsolable des siens en même temps que l'espoir de nouveaux commencements. Les causes à l'origine de ces transformations sont diverses, mais leurs effets cumulés ont redessiné la carte juive du monde : mouvements migratoires d'Est en O […] Lire la suite

JUDAÏSME - Le judaïsme contemporain

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 2 687 mots

Dans l'existence à part et l'autonomie qu'il a eues au cours du temps, le peuple juif avait vécu sous sa propre régulation talmudique et post-talmudique. Le point d'arrivée de cette législation s'est exprimé dans le Shulhan arukh de Joseph Caro (1488-1575), dont on a pu dire qu'il organisait un univers juif en soi, familial et communa […] Lire la suite

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 858 mots
  •  • 6 médias

Les arts plastiques constituent le domaine le plus controversé – mais aussi le moins connu – de la civilisation juive. L'embarras des historiens de l'art pour définir la spécificité des créations artistiques issues de la tradition juive s'explique par l'absence, souvent […] Lire la suite

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 761 mots

En hébreu, le nom commun adam , toujours employé au singulier, signifie « homme » en tant qu'espèce et non en tant qu'individu de sexe masculin. L'étymologie en est discutée. Le récit de la Genèse ( ii , 7) l'a rapproché du mot adamah , « terre », mais c'est peut-être là jeu de mots significatif plutôt qu'étymologie véritable. Ce nom d' adam est employé dans les récits de la création de la Genès […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les religions : de l'animisme aux monothéismes »  : […] Une même évolution, étalée sur une plus longue durée, concerne les religions. L'animisme ancestral, aux pratiques locales très atomisées, a cédé du terrain face aux grandes religions. Mais si l'expansion de l'islam et du christianisme l'a fait reculer, il n'en demeure pas moins pratiqué par quelque 30 p. 100 des Africains. Il reste très vivant, en particulier en milieu rural où il imprègne la vi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges VAJDA, « JUDAÏSME - La religion juive », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/