ADAM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En hébreu, le nom commun adam, toujours employé au singulier, signifie « homme » en tant qu'espèce et non en tant qu'individu de sexe masculin. L'étymologie en est discutée. Le récit de la Genèse (ii, 7) l'a rapproché du mot adamah, « terre », mais c'est peut-être là jeu de mots significatif plutôt qu'étymologie véritable. Ce nom d'adam est employé dans les récits de la création de la Genèse (i, 3) avec l'article ha, ce qui, en hébreu, montre qu'il s'agit d'un nom commun. Peu à peu, il a été compris comme un nom propre : déjà dans certaines parties de la Genèse (iv, 25 ; v, 3-5), où manque l'article, dans le livre des Chroniques (I Chron., i, 1), vers 350 avant J.-C., et dans la tradition grecque des Septante. Adam est le père de l'humanité dans le judaïsme, et dans les traditions chrétienne et musulmane.

Le livre de la Genèse, élaboré dans une société patriarcale traditionaliste, contient un exposé de l'histoire où le destin d'un peuple, d'une tribu, d'un clan, d'une famille est à la fois préfiguré et déterminé par le sort d'un ancêtre lui donnant son caractère propre et son nom : ainsi d'Israël et de ses tribus, d'Édom, d'Ismaël, de Cham et de Canaan, etc. Ces récits relatifs à un ancêtre éponyme schématisaient sans trop d'artifice des faits réels de tradition familiale ou nationale. Il était, dès lors, obvie d'attribuer à l'humanité entière un ancêtre commun, « l'homme », ha adam, en qui se résumerait tout ce que l'on voulait dire de l'espèce dans son ensemble. Cela supposait implicitement une vue, qui n'était pas si répandue dans l'Orient ancien, selon laquelle le genre humain était une unité dont les membres avaient une égalité fondamentale et des devoirs mutuels de bienveillance et d'entraide.

Ainsi se constituèrent les récits relatifs à la création, à la condition originelle et au péché [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADAM  » est également traité dans :

ABEL

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 354 mots

Selon le Livre de la Genèse, Abel, le berger, était le second fils d'Adam et d'Ève. Il fut tué par son aîné, Caïn, l'agriculteur, son sacrifice ayant été agréé par Dieu et celui de son frère refusé ( iv , 1-9). Il semble qu'il ne faille plus retenir l'explication courante selon laquelle cette histoire se référerait à un conflit récurrent entre sédentaires et nomades, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abel/#i_10918

ALLIANCE, histoire biblique

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 950 mots

Nom donné, dans la Bible, à des contrats, à des promesses ou accords passés en forme rituelle et solennelle entre Dieu et des individus, entre Dieu et Israël, entre plusieurs individus ; ces alliances sont sanctionnées par un serment. Elles étaient, à l'origine, des instruments politiques servant à maintenir un ordre politique ou social, et on trouve leurs traces dès la préhistoire. C'est à l'âge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliance-histoire-biblique/#i_10918

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Péché et liberté »  : […] Si l'angoisse naît d'une interrogation sur le primordial , elle peut se déployer vers le terminal où l'action se trouve impliquée. Nul mieux que Kierkegaard, à qui de nombreux philosophes contemporains doivent beaucoup, n'a analysé les présupposés de cette implication. La perspective chrétienne du philosophe danois ne se contente pas d'un dogmatisme étr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_10918

CAÏN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 217 mots

Le premier fils d'Adam et d'Ève, dont l'histoire tragique est rapportée dans le Livre de la Genèse ( iv ). Étymologiquement, le nom peut se rattacher au travail du métal : qayn en arabe et qaynâ en araméen signifient « forgeron » (étymologie cohérente avec Gen., iv , 22). La parole d'Ève à la naissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cain/#i_10918

IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Les traditions chrétiennes d'Asie Mineure »  : […] Les présentations que donne Irénée du contenu de la règle de foi ne semblent pas toujours totalement concorder. C'est qu'il se contente de rapporter religieusement les traditions qu'il a connues en Asie Mineure, sans se soucier de les mettre en harmonie avec sa propre théologie, puisqu'il est persuadé que la puissance de la tradition est une et indivisible. L' Adversus haereses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irenee-de-lyon/#i_10918

LES AVEUX DE LA CHAIR (M. Foucault) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 1 108 mots

Dans le chapitre « L’invention chrétienne de la libido »  : […] De manière générale, il s’agit d’abord pour Foucault de remettre en question l’idée selon laquelle le christianisme représenterait l’âge de la répression, de la censure et de l’interdit sexuels, alors que le paganisme se serait montré tolérant et ouvert aux plaisirs du corps. Les grands codes d’austérité (sexualité frugale et monogamique, réticence face aux amours homosexuelles) sont en fait déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-aveux-de-la-chair/#i_10918

LE PARADIS PERDU, John Milton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'origine du mal »  : […] D'abord publiée en dix chants, avant d'être redivisée en douze, cette grande fresque épique en vers blancs se donnait pour but de « justifier devant les hommes les voies du Seigneur ». En mettant en scène deux épisodes cruciaux de la Bible, la rébellion de Satan, Ange déchu, et le péché originel d'Adam et Ève tentés par le serpent, Milton s'interroge sur l'origine du mal dans le monde. La progres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-paradis-perdu/#i_10918

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 925 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le récit de la Genèse et saint Paul »  : […] La doctrine du péché originel ne s'est pas développée dans le judaïsme avec la même richesse que dans le christianisme. Aux abords de l'ère chrétienne, quelques écrits juifs non canoniques font remonter à Adam les peines qui pèsent sur l'humanité ; la transmission d'un état de péché du premier père à sa race est chose moins claire. Tel qu'il est rapporté par le livre de la Genèse, le récit de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_10918

TERRE SYMBOLISME DE LA

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 3 895 mots

Dans le chapitre « Multiplicité des polarités symboliques »  : […] La tradition sémitique et chrétienne appelle le premier homme, l'homme primordial, Adam (de l'hébreu adamah , terre labourée), et le dit puisé du limon au nombril de la terre (sous le mont Sion à Jérusalem). La terre d'où est tiré Adam est donc par elle-même le symbole de toute la création. Aussi apparaît-elle comme une synthèse des différentes polarit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-de-la-terre/#i_10918

Pour citer l’article

André-Marie DUBARLE, « ADAM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam/