BÉLISAIRE (500 env.-565)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la veille du vie siècle, l'Empire romain morcelé par les royaumes barbares semble appartenir à une histoire définitivement révolue. Cependant, à Constantinople, l'empereur Justinien Ier cherche à retrouver l'unité de l'ancienne puissance romaine et à reconquérir à l'Occident les territoires perdus sur les Goths, les Francs, les Burgondes et les Vandales. Il trouve en Bélisaire, un des officiers de sa garde, un tacticien de génie qui servira l'empire de Byzance pendant plus de trente années. Chargé d'un commandement en Arménie en 529, Bélisaire mène contre les Perses des expéditions d'abord victorieuses, notamment près de Dara (530) ; mais il essuie quelques échecs qui le contraignent à demander la paix en 531. De retour à Constantinople, Bélisaire sauve en 532 le trône de Justinien, en réprimant avec la dernière rigueur la célèbre insurrection Nika qui oppose dans le cirque la faction des bleus, protégée par l'empereur et son épouse Théodora, à celle des verts, appuyée par l'usurpateur Hypace qui sera finalement mis à mort. Fort de la confiance et de la reconnaissance de Justinien Ier, Bélisaire est chargé d'une mission difficile, considérée même comme impossible, celle de chasser les Vandales d'Afrique du Nord. Or, en 533, en deux victoires, Bélisaire détruit la puissance vandale, fait prisonnier le roi Gélimer et annexe à l'empire de Byzance, héritier de l'Empire romain, une province qu'on croyait définitivement perdue. Triomphateur à Constantinople, riche des butins arrachés aux Vandales, créé consul, insigne honneur qui ne sera plus jamais décerné par la suite, Bélisaire est envoyé en Italie contre les Goths. Il reconquiert la Sicile, prend Naples après un siège, remonte vers le nord de l'Italie et entre dans Rome abandonnée par les Barbares qui ont assassiné leur roi Théodat et l'ont remplacé par Vitigès. Enfermé dans Rome, Bélisaire doit faire face à plusieurs dangers : celui des Ostrogoths qui l'assiègent en vain pendant un an, celui du pape Silvère qu'il fait déposer, celui de sa femme Antonine qui intrigue, celui de l'eunuque Narsès, envoyé par Justinien pour le seconder, et qui le jalouse. En dépit de ces embûches, Bélisaire garde son calme, réussit même à prendre Ravenne et à capturer le roi Vitigès en 540. À demi disgracié par l'empereur Justinien Ier qui le soupçonne à tort d'avoir des ambitions personnelles, Bélisaire est rappelé un an plus tard pour repousser les Perses du roi Chosroès, qui tentent d'occuper l'Asie Mineure. Il retourne ensuite en Italie ; par trois fois, il défend Rome contre les Ostrogoths de Totila, mais il sent que la situation lui échappe et il abandonne la lutte. Rappelé à Constantinople, il doit se retirer. Il est peut-être jeté en prison, après avoir été accusé de complot. La légende, réfutée par les historiens, veut que Bélisaire ait eu les yeux crevés sur ordre de Justinien et qu'il ait été contraint de mendier dans les rues de Constantinople. Sa renommée, que son secrétaire Procope a largement contribué à diffuser dans son De bellis (Histoire des guerres contre les Perses, les Vandales et les Goths), persiste encore. Ce qui a frappé ses contemporains, c'est la pauvreté des moyens militaires dont Bélisaire disposait face aux forces supérieures en nombre des Barbares. Mais Bélisaire a suppléé à cette infériorité par sa prudence et par son habileté tactique. Son humanité, sa douceur ont aussi retenu l'attention des observateurs, à tel point qu'il fut populaire même parmi les Barbares qui souhaitèrent, après leur défaite à Ravenne, et la capture de Vitigès, lui offrir la royauté. Bélisaire aura été surtout le dernier représentant d'une grande ambition. Il souhaite, avec l'appui de Justinien, ressusciter l'Empire romain défunt, redonner au monde son unité perdue. Mais l'empreinte morale, sociale et politique laissée par les Barbares, la désagrégation économique, le pessimisme qui envahissait les mentalités au vie siècle seront plus puissants que les victoires militaires de Bélisaire qui resteront sans lendemain.

500 à 600. Reconquêtes

Vidéo : 500 à 600. Reconquêtes

Justinien empereur. Apogée de Constantinople. Chosroès Ier empereur sassanide en Iran. Les Sui réunifient la Chine.Les bouleversements du siècle précédent se poursuivent au VIe siècle.En Occident, les Francs étendent leur domination sur pratiquement toute l'ancienne Gaule, tandis que les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Autres références

«  BÉLISAIRE (500 env.-565)  » est également traité dans :

NARSÈS (478 env.-env. 573)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 498 mots

Né sans doute en Perse, l'eunuque Narsès vit à la cour de Justinien, empereur d'Orient. Son intelligence et sa volonté de surmonter sa condition humiliante lui permettent de devenir chambellan de l'empereur. Au moment de la sédition Nika, à Constantinople, réprimée par le général Bélisaire et qui coûta la vie à trente mille personnes, Narsès est chargé des négociations avec les rebelles et s'acqui […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 950 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Barbares et Byzance »  : […] La crise de l'Empire au iii e  siècle toucha la Sicile ; sous Gallien, en 265, elle connut une nouvelle guerre servile, favorisée par le fait qu'elle restait une terre de grands domaines. En 278, une bande de pirates francs ravagea Syracuse. La renaissance du iv e  siècle fut sensible dans l'île : c'est de cette époque que date la magnifique villa de Piazza Armerina , au centre du pays ; elle est […] Lire la suite

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 915 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Vandales et Byzantins : de Rome à l'Islam »  : […] Les Vandales passèrent le détroit de Gibraltar en 429 ; ils prirent Carthage en 439. Menés par un roi hardi et intelligent, Genséric, ils commirent les pires exactions. L'État vandale domina la Méditerranée occidentale, mais il connut une rapide décadence après la mort de Genséric en 477. Au sud et à l'ouest de l'actuelle Tunisie, des tribus de nomades ou de montagnards berbères prenaient l'offen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « BÉLISAIRE (500 env.-565) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/belisaire/