GRÂCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire du problème de la grâce

On peut, à bon droit, présenter toute l'histoire de l'Église comme une lutte pour affirmer la gratuité de la grâce. Déjà, à la génération apostolique, c'est le sens de l'affrontement majeur entre le judéo-christianisme représenté par Pierre et la mission universaliste incarnée en Paul ; toute l'activité apostolique, et en particulier littéraire, de ce dernier est un combat de tous les instants pour que l'évangile annoncé par l'Église ne soit que grâce.

Augustin et le pélagianisme

Par la suite, en face de ces hérauts de la grâce que furent Tertullien au iiie siècle et saint Augustin au ive siècle, la spéculation se développe dans le but d'établir exactement quel est le rapport entre la grâce, de plus en plus comprise comme une substance spirituelle, une force divine à la disposition de l'Église et infusée à la nature humaine par les sacrements, un courant spirituel au moyen duquel le fidèle pourra mériter de nouvelles grâces, et la nature de l'homme, sa liberté et son pouvoir de décision. Contre Augustin, Pélage affirme que l'homme collabore avec Dieu à l'obtention et à la réalisation du salut : c'est la doctrine du synergisme. Et tandis qu'Augustin défend avec acharnement l'exclusivité de la grâce dans la régénération de l'homme et finit par faire condamner Pélage, l'Église opte pour une position intermédiaire (semi-pélagianisme) selon laquelle la grâce a, certes, l'initiative, mais intervient avant tout pour déclencher en l'homme les potentialités bonnes qu'il porte en lui et dont l'action méritoire obtiendra, si elle persévère, la béatitude éternelle. Augustin, lui, disait, sans concession aucune, que la grâce, pleinement suffisante, donne à l'homme la foi, l'espérance et l'amour.

La Réforme

Au Moyen Âge, l'opposition se poursuit entre, d'une part, les semi-pélagiens, comme Vincent de Lérins, les néo-pélagiens, comme les nominalistes Occam et Biel, et, d'autre part, les représentants d'une tendance plus augustinienne comme Thomas d'Aquin, Bonaventure, Duns Scot ; mais à la Réforme le conflit rebondit avec une extrême rigueur, toute l'œuvre du moine augustinien, devenu le réformateur Martin Luther, n'étant qu'un incessant et passionné plaidoyer pour la grâce : son interprétation de tout l'Évangile à travers la doctrine de la justification par la foi seule est une affirmation inconditionnelle de la pleine et exclusive suffisance de la grâce. Malgré sa condamnation par Rome et malgré l'œuvre doctrinale du Concile de Trente, confirmant la ligne semi-pélagienne, les controverses continuent jusqu'au profond renouveau biblique, caractéristique de l'évolution des Églises aussi bien catholique que protestante, depuis le début du xxe siècle. Celui-ci apporte deux éléments essentiels : d'une part, la redécouverte fondamentale que la grâce n'est pas une substance mais une personne ; d'autre part, la possibilité d'une lecture commune, scientifique et spirituelle, de l'Écriture et de l'approfondissement de son message central de la justification par grâce (cf. la nouvelle version française de l'Épître aux Romains, texte clé des controverses passées, avec introduction et notes communes, par ex. sur iii, 24 a ; iii, 28 a ; iv , 2 a ; x, 9 a... dans la Traduction œcuménique de la Bible).

Actuellement, après des siècles de divisions sur le thème de la grâce, on peut dire que l'œcuménisme a permis de réaliser un large consensus, et que la frontière des affrontements confessionnels ne passe plus par ce point, jadis si brûlant. Ce qui ne veut pas dire que la gratuité de l'Évangile soit admise par tous ceux qui se réclament du Christ !

Interprétation contemporaine

Il est important de préciser qu'à la suite du théologien allemand D. Bonhœffer, mort en 1945, la théologie et la prédication contemporaines insistent sur le fait que ce n'est certes pas l'orgueil et la volonté de pui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État en théologie, administrateur du musée Calvin de Noyon

Classification

Autres références

«  GRÂCE  » est également traité dans :

ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

  • Écrit par 
  • Eugène SUSINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « « Le Pèlerin chérubique » »  : […] La Sainte Joie de l'âme et la Description sensible des quatre choses dernières sont des œuvres proprement lyriques, emphatiques parfois, souvent maniérées dans le goût de la Trutznachtigall de Friedrich Spee et d'autres poètes mystiques du xvii e  siècle. L'œuvre capitale, la plus originale et la plus forte, reste Le Pèlerin . Silesius a eu des devanciers. Le distique religieux en vers de douze p […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Le semi-pélagianisme »  : […] La réaction vint du milieu monastique provençal, d'ascètes pour qui les outrances de l'augustinisme semblaient encourager le relâchement des efforts humains pour parvenir à la sainteté. Jean Cassien fut leur porte-parole : formé à l'école du monachisme oriental, il affirmait que Dieu et l'homme, la grâce et le libre arbitre coopéraient pour sauver l'homme pécheur. À ses yeux, le problème importan […] Lire la suite

BAÏUS MICHEL DE BAY dit (1513-1589)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 700 mots

Né à Meslin, dans le Hainaut, Michel de Bay, dit Baïus, doit sa célébrité à la polémique qu'il engagea sur la question de la grâce et de la prédestination. La controverse allait, après sa mort, connaître un éclatant rebondissement avec la querelle du jansénisme. Étudiant à l'université de Louvain, président, en 1541, du collège de Standonck, docteur en théologie en 1550, successeur de Hasselius, B […] Lire la suite

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un réformateur de la fécondité de la grâce »  : […] En cinquante-cinq ans d'existence, Jean Calvin est ainsi devenu, presque malgré lui, le réformateur d'une ville et, à partir de ce modèle de république chrétienne des conseils, celui qui a dressé, au travers de l'Europe et bientôt au-delà des mers, une chrétienté qui ne s'appellera jamais calviniste, mais tantôt réformée, quant à la substance de son message à l'écoute des saintes Écritures, tantôt […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arminianisme »  : […] Théodore de Bèze avait durci les thèses calviniennes de l'élection et de la réprobation. Dès le début du xvii e  siècle, une importante querelle s'éleva à ce sujet en Hollande. Jacques Arminius (Harmensen) voulut diminuer la rigueur des affirmations prédestinatiennes. Pour lui, la grâce de Dieu est offerte à tous les hommes et l'homme est libre de l'accepter ou de la refuser. À son avis, la respo […] Lire la suite

DE AUXILIIS CONGRÉGATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 751 mots

La première des Congregationes de auxiliis divinae gratiae , c'est-à-dire des assemblées de théologiens catholiques réunies à propos du molinisme, s'est tenue à Rome à titre de commission de censure chargée de se prononcer sur le livre de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588), mis en cause en juin 1597 par le dominicain D. Báñez. Elle trancha, après deux sessions et de nombre […] Lire la suite

DU SERF ARBITRE, Martin Luther - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Contre les pélagiens qui insistaient sur la volonté humaine pour l'obtention du salut, saint Augustin avait déjà rappelé au début du v e  siècle que la perfection de l'homme ne peut provenir que de la grâce de Dieu, reçue comme un don de sa miséricorde, et qu'elle ne saurait être obtenue « par le libre ou plutôt le serf arbitre de la volonté propre » ( Contre Julien , II, 8, 23). Cette question re […] Lire la suite

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Le jansénisme n'est pas un phénomène isolé, mais une manifestation particulièrement dramatique de la crise provoquée par la Renaissance humaniste qui secoue la théologie catholique au xvii e  siècle. Jusque vers 1550, le problème des relations entre la liberté humaine et la grâce est dominé par les solutions qu'y avaient apportées saint Augustin. Ce dernier, en réaction contre l'humanisme païen q […] Lire la suite

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les débats sur la grâce »  : […] Au cours des xvii e et xviii e  siècles, trois grands débats opposèrent la Compagnie de Jésus à ses adversaires. Le premier porta sur la grâce, donc sur la gravité du péché originel. Pour les nombreux augustiniens de l'âge classique – les jansénistes n'étant que les extrémistes de ce camp –, « ce n'est pas en vertu de nos mérites que la grâce de Dieu est donnée aux enfants et aux personnes en âg […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-22 septembre 2021 France – Australie – États-Unis – Royaume-Uni. Changement d'alliance dans la zone indo-pacifique.

Cette alliance doit permettre à Canberra de se doter de sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire grâce à un partage de technologie accordé par Washington. Cela implique la rupture par l’Australie du contrat de fourniture et d’entretien de douze sous-marins d’attaque conventionnels, conclu en février 2019 avec le groupe français de construction navale de défense Naval Group (dont l’État français détient plus de 62 % des parts). […] Lire la suite

25-27 août 2021 Belgique – Afghanistan. Accueil des Afghans.

Mille quatre cents personnes ont été évacuées via Islamabad grâce à des rotations aériennes. Le 27, le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) indique que les demandes d’asile en Belgique des Afghans évacués de Kaboul seront examinées selon les procédures habituelles, « en toute indépendance des décisions du gouvernement ». Sur les six premiers mois de 2021, le taux d’approbation des demandes émanant d’Afghans atteignait 65,2 %. […] Lire la suite

13-22 juin 2021 Espagne. Grâce accordée aux dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés.

La grâce n’affecte pas les peines annexes d’inéligibilité.  […] Lire la suite

30 mai 2021 Danemark – États-Unis. Enquête sur les écoutes de dirigeants européens par la NSA.

La télévision publique danoise DR publie une enquête relative aux écoutes visant des dirigeants européens, réalisées par la National Security Agency (NSA) américaine en 2012 et 2014 grâce à son partenariat avec le service danois du renseignement militaire extérieur. Parmi les personnes espionnées figuraient notamment la chancelière Angela Merkel et deux autres personnalités allemandes, ainsi que des dirigeants français, suédois et norvégiens. […] Lire la suite

12 mai 2021 Maroc. Grâce accordée à l'occasion de l'Aïd el-Fitr.

Des leaders du mouvement comme Nasser Zefzafi et Nabil Ahamjik, condamnés à vingt ans de prison, ne sont pas concernés par cette grâce.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges CASALIS, « GRÂCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/