GRÂCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « grâce » et la réalité qu'il désigne ont une importance centrale dans la vie de l'humanité, et particulièrement dans l'histoire et la théologie chrétiennes. S'il est vrai que tout homme souffre d'un sentiment diffus et non expliqué de culpabilité, la grâce serait la parole, la thérapie, le changement radical de climat psychologique qui l'en délivrerait ; s'il est vrai, selon Kafka, que la vie de chacun ressemble à un procès sans autre issue possible que la condamnation capitale, et que l'individu est fatalement écartelé entre ce qu'il est et les valeurs qu'il reconnaît, entre sa vie et son idéal, entre son comportement et les maîtres mots de la société dans laquelle il vit, la grâce serait le verdict inattendu, renversant l'ordre logique des choses et permettant à celui qui en est l'objet de recommencer à vivre comme innocent ; s'il est vrai, enfin, dans l'univers religieux, que, pour la plupart des familles spirituelles, le problème central est celui de l'expiation ou de la réconciliation entre la divinité et son adorateur, si les rites de purification de celui qui est souillé, les sacrifices dans lesquels une victime sainte meurt en lieu et place du pécheur, en un mot si la médiation entre le dieu irrité et la communauté fautive ont, dans le monde entier, une telle importance, la grâce serait l'acte qui efface, d'un coup, tout le contentieux séparant le ciel de la terre, et qui permet au croyant une nouvelle existence avec, devant lui, la page vierge d'une vie miraculeusement rénovée.

De nombreux usages et tournures de langage viennent confirmer cette importance de la grâce et la nostalgie qu'en conserve tout homme : c'est, par exemple, le « droit de grâce », privilège de chefs d'État agissant au nom de la nation hypostasiée, dans les pays qui ont encore conservé l'usage barbare de la peine de mort et de l'exécution capitale ; c'est implicite dans l'expression populaire : « Il n'y a pas de pardon », indiquant que tout se paie et que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : docteur d'État en théologie, administrateur du musée Calvin de Noyon

Classification


Autres références

«  GRÂCE  » est également traité dans :

ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

  • Écrit par 
  • Eugène SUSINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « « Le Pèlerin chérubique » »  : […] La Sainte Joie de l'âme et la Description sensible des quatre choses dernières sont des œuvres proprement lyriques, emphatiques parfois, souvent maniérées dans le goût de la Trutznachtigall de Friedrich Spee et d'autres poètes mystiques du xvii e  siècle. L'œuvre capitale, la plus o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelus-silesius/#i_32

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_32

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Le semi-pélagianisme »  : […] La réaction vint du milieu monastique provençal, d'ascètes pour qui les outrances de l'augustinisme semblaient encourager le relâchement des efforts humains pour parvenir à la sainteté. Jean Cassien fut leur porte-parole : formé à l'école du monachisme oriental, il affirmait que Dieu et l'homme, la grâce et le libre arbitre coopéraient pour sauver l'homme pécheur. À ses yeux, le problème importan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_32

BAÏUS MICHEL DE BAY dit (1513-1589)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 700 mots

Né à Meslin, dans le Hainaut, Michel de Bay, dit Baïus, doit sa célébrité à la polémique qu'il engagea sur la question de la grâce et de la prédestination. La controverse allait, après sa mort, connaître un éclatant rebondissement avec la querelle du jansénisme. Étudiant à l'université de Louvain, président, en 1541, du collège de Standonck, docteur en théologie en 1550, successeur de Hasselius, B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baius/#i_32

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 315 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un réformateur de la fécondité de la grâce »  : […] En cinquante-cinq ans d'existence, Jean Calvin est ainsi devenu, presque malgré lui, le réformateur d'une ville et, à partir de ce modèle de république chrétienne des conseils, celui qui a dressé, au travers de l'Europe et bientôt au-delà des mers, une chrétienté qui ne s'appellera jamais calviniste, mais tantôt réformée, quant à la substance de son message à l'écoute des saintes Écritures, tantôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-calvin/#i_32

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arminianisme »  : […] Théodore de Bèze avait durci les thèses calviniennes de l'élection et de la réprobation. Dès le début du xvii e  siècle, une importante querelle s'éleva à ce sujet en Hollande. Jacques Arminius (Harmensen) voulut diminuer la rigueur des affirmations prédestinatiennes. Pour lui, la grâce de Dieu est offerte à tous les hommes et l'homme est libre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_32

DE AUXILIIS CONGRÉGATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 751 mots

La première des Congregationes de auxiliis divinae gratiae , c'est-à-dire des assemblées de théologiens catholiques réunies à propos du molinisme, s'est tenue à Rome à titre de commission de censure chargée de se prononcer sur le livre de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588), mis en cause en juin 1597 par le dominicain D. Báñez. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregations-de-auxiliis/#i_32

DU SERF ARBITRE, Martin Luther - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Contre les pélagiens qui insistaient sur la volonté humaine pour l'obtention du salut, saint Augustin avait déjà rappelé au début du v e  siècle que la perfection de l'homme ne peut provenir que de la grâce de Dieu, reçue comme un don de sa miséricorde, et qu'elle ne saurait être obtenue « par le libre ou plutôt le serf arbitre de la volonté propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-serf-arbitre/#i_32

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Le jansénisme n'est pas un phénomène isolé, mais une manifestation particulièrement dramatique de la crise provoquée par la Renaissance humaniste qui secoue la théologie catholique au xvii e  siècle. Jusque vers 1550, le problème des relations entre la liberté humaine et la grâce est dominé par les solutions qu'y avaient apportées saint Augustin. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_32

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les débats sur la grâce »  : […] Au cours des xvii e et xviii e  siècles, trois grands débats opposèrent la Compagnie de Jésus à ses adversaires. Le premier porta sur la grâce, donc sur la gravité du péché originel. Pour les nombreux augustiniens de l'âge classique – les jansénistes n'étant que les extrémistes de ce camp –, « c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/#i_32

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 809 mots

La doctrine chrétienne de la justification de l'homme par Dieu exprime à la fois l'exigence radicale que Dieu a envers l'homme et le salut radical que Dieu donne à cet homme qui ne répond pas à cette exigence. La justification maintient ainsi la justice de Dieu, qui n'a pas « pour métier de pardonner », ainsi qu'ironisait Voltaire, et elle annonce le retournement du jugement en grâce, quand Jésus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_32

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théologien de la Croix, et non de la gloire »  : […] « La Croix seule est notre théologie », déclare Luther. Dans le cadre du conflit des indulgences, qui porte le mouvement de la Réforme sur la scène publique en 1517, il caractérise les forces qui s'affrontent par l'opposition entre la théologie de la Croix et la théologie de la gloire. Par là, il ne propose pas simplement d'opérer des choix ou de marquer des préférences par rapport à des thèmes th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_32

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Le système de l'univers »  : […] Le souci de dégager Dieu de la responsabilité du mal inspire, pour l'essentiel, la construction malebranchiste du monde. Tâche d'autant plus ardue que, d'une part, on tient Dieu pour la seule cause efficace et que, d'autre part, se refusant à réduire, avec Descartes ou Leibniz, le mal à une simple apparence, à un simple defectus , on affirme son caractère positif. Le nœud de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_32

MIRACLE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 6 604 mots

Dans le chapitre « Le prodigieux, signe du gratuit »  : […] Un deuxième pas est franchi (ce style de genèse, cette description par stades ou par étapes sont cependant hors chronologie), lorsque l'homme archaïque apprend à déterminer le prodigieux comme ce qui s'oppose au système de règles par lequel il cherche à stabiliser sa propre condition, éventuellement à la protéger (car les forces numineuses sont de deux sortes : secourables ou hostiles). Les diffé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miracle/#i_32

MOLINISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 768 mots

On appelle communément molinisme la doctrine de la liberté et de la grâce enseignée par l'ouvrage de Luis de Molina intitulé Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588). Mais il existe un molinisme d'avant Molina ; le fond du débat est bien antérieur à l'ouvrage du jésuite espagnol et, sans qu'il soit nécessaire de remonter aux controverses entre Pélage et saint August […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molinisme/

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] C'est en 1646, à Rouen, que Pascal rencontre l'augustinisme grâce aux frères Deschamps, deux médecins venus soigner son père, qui lui font lire des ouvrages de Saint-Cyran et peut-être de Jansénius, dont il est si fortement frappé que, dans cette famille dont le catholicisme a été jusqu'alors tiède, il engendre un mouvement de ferveur qui touche particulièrement sa sœur Jacqueline. Cette première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église, le Moyen Âge et la Réforme »  : […] Jusqu'à saint Augustin, le thème de la prédestination reste peu développé, en particulier dans la théologie orientale, plutôt axée sur la déification. Il fallait lutter contre le fatalisme du manichéisme, insister sur la liberté de la nature humaine restaurée par Christ, donc ne pas risquer de confondre la volonté éternelle de salut de Dieu avec un arbitraire écrasant et démoralisant. Le thème ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/#i_32

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la « nouvelle morale » »  : […] Il s'agit donc, en dix-huit lettres mordantes, de mettre en dialogue les questions qui séparent les deux courants opposés du catholicisme, de démontrer que les jésuites sont le fer de lance d'une religion dévoyée et de faire triompher les thèses de Port-Royal. Les quatre premières lettres portent sur la question de la grâce, en réponse directe aux problèmes débattus à la Sorbonne. Le « destinateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_32

SAINT-ESPRIT

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Richard GOULET
  •  • 3 912 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] On peut ramener à trois les directions dans lesquelles, de l'époque médiévale à nos jours, s'est poursuivie et approfondie, en rapport avec la vie des croyants et des Églises, la réflexion sur l'Esprit saint (techniquement, la «  pneumatologie »). Il faut tout d'abord faire état – c'est l'évidence, après ce qui a été dit ci-dessus sur la fin de l'époque patristique – d'une direction proprement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/#i_32

SUÁREZ FRANCISCO (1548-1617)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 626 mots

Jésuite et théologien espagnol, Francisco Suárez, né à Grenade dans une famille de juristes, entreprit des études en droit canon à Salamanque, puis entra en 1564 dans la Compagnie de Jésus. Il enseigna la philosophie à Ségovie (1571-1574) et la théologie dans divers collèges de Castille (1574-1580). En 1580, il fut appelé comme professeur de théologie au Collège romain, mais sa santé l'obligea au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-suarez/#i_32

VERTU

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 480 mots

Dans le chapitre « La vertu créatrice »  : […] Ainsi est formulée l'idée romantique d'une « loi du cœur ». Cependant, que cette notion recouvre une simple nostalgie, et qu'elle ne puisse pas même servir de pierre de touche à une lutte authentiquement révolutionnaire, voilà ce que l'histoire, la littérature et la philosophie de la fin du xviii e  siècle se sont appliquées à démontrer. D'une par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/#i_32

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « théologique » : Augustin »  : […] La philosophie de la volonté d'Aristote n'aurait pas développé toutes ses ressources si elle n'avait été relayée, dans l'Occident chrétien, par une réflexion proprement théologique qui, d'une triple façon au moins, a affecté l'anthropologie philosophique jusqu'à Kant. C'est d'abord sur le fond d'une méditation sur le mal , ou péché, que s'est affinée et approfondie la psycho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_32

Voir aussi

CHARISME    CHRISTOLOGIE    ÉLECTION théologie    ÉVANGILE    PARDON    PAROLE DE DIEU    PÉLAGE    SEMI-PÉLAGIANISME    ANCIEN TESTAMENT    NOUVEAU TESTAMENT

Pour citer l’article

Georges CASALIS, « GRÂCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/