CASSIEN JEAN (350 env.-apr. 432)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré les très nombreuses études qui lui ont été consacrées, Cassien est mal connu. On ne sait si le nom de Jean lui fut donné à son baptême ou quand il devint moine, ni s'il naquit en Dobroudja (Roumanie) ou en Provence. Il est certain que, très jeune, il fut moine à Bethléem. Vers 385 — il devait avoir environ trente-cinq ans —, il partit pour l'Égypte avec un fidèle compagnon, le prêtre Germain, et il y passa une quinzaine d'années à visiter les monastères, alors à leur apogée. Vers 400, il se rendit à Constantinople, où Jean Chrysostome l'ordonna diacre. Durant les persécutions que subit ce grand saint, Cassien se montra son disciple fidèle et reçut de son maître une mission à Rome. Il semble que Cassien revint en Orient et que, vers 415, après une seconde mission à Rome, il s'établit à Marseille. Dans cette ville, il fonda deux monastères, Saint-Victor pour les hommes et Saint-Sauveur pour les femmes. À la demande de Castor, évêque d'Apt, il composa vers 417 les Institutions cénobitiques, où il exposait son expérience des usages monastiques. Il écrivit ensuite ses célèbres Conférences ou Collationes. Il adressa les dix premières à Léonce, évêque de Fréjus, et à un certain Hellade, les sept suivantes à Honorat, abbé de Lérins ; les sept dernières parurent alors qu'Honorat était évêque d'Arles. Sur les instances du futur pape saint Léon Ier, Cassien composa un traité sur l'Incarnation, contre Nestorius, patriarche de Constantinople. Il mourut vers 435. On le fête à Marseille le 23 juillet.

En théologie, Cassien adopta des positions qui le rangèrent parmi les tenants du semi-pélagianisme et lui attirèrent de violentes critiques de la part du fidèle disciple de saint Augustin, Prosper d'Aquitaine. Mais il fit connaître en Occident la vie monastique orientale. Tout en prétendant raconter ses souvenirs d'Égypte, il y a mêlé des réminiscences des moines de Palestine et il a adapté le tout aux possibilités de l'Occident. Par les Institutions et les Conférences, dont le succès fut immense et durable, Cassien tient une place essentielle dans la tradition monastique. La règle de saint Benoît en cite de longs passages, parfois en s'en écartant, le plus souvent en les suivant. Les Conférences ont été lues par toutes les générations de moines depuis le ve siècle. Au Moyen Âge, on avait l'habitude de les lire pendant le repas du soir, qui en reçut le nom de « collation ».

—  Jacques DUBOIS

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  CASSIEN JEAN (350 env.-apr. 432)  » est également traité dans :

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Le semi-pélagianisme »  : […] La réaction vint du milieu monastique provençal, d'ascètes pour qui les outrances de l'augustinisme semblaient encourager le relâchement des efforts humains pour parvenir à la sainteté. Jean Cassien fut leur porte-parole : formé à l'école du monachisme oriental, il affirmait que Dieu et l'homme, la grâce et le libre arbitre coopéraient pour sauver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_5794

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traités de morale et d'ascétique »  : […] Dès le début de la littérature latine chrétienne, ce genre littéraire s'épanouit. Tertullien, Novatien, Cyprien multiplient ces petits ouvrages d'exhortation dont les thèmes sont principalement le courage qu'il faut apporter dans le martyre, les attitudes que doivent prendre les chrétiens à l'égard du monde païen dans lequel ils vivent, la morale c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_5794

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le monachisme n'est pas une institution exclusivement chrétienne, mais il n'y eut dans l'Occident antique aucun monachisme qui eût pu influencer le monachisme chrétien. Quelles qu'aient pu être en Orient les relations des moines juifs et païens avec les chrétiens, le fondement du monachisme chrétien dans sa spécificité se trouve dans l'Évangile. C' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_5794

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « CASSIEN JEAN (350 env.-apr. 432) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cassien/