DINARIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Dinarides, qui doivent leur nom au mont Dinara (1 830 m), en Croatie, correspondent à la partie principale de la péninsule balkanique en façade des mers Adriatique et Ionienne, c'est-à-dire à l'ancienne Yougoslavie, à l'Albanie et à la Grèce.

Du point de vue géographique, les Dinarides forment un ensemble montagneux d'altitude moyenne, mais pourtant difficilement pénétrable en raison de la complexité de son relief. De la sorte, les particularismes ethniques y sont très forts, tout comme la diversité des paysages.

Du point de vue géologique, les Dinarides se divisent en deux parties de part et d'autre de la « transversale de Scutari-Pec » située dans le nord de l'Albanie : au nord sont les Dinarides au sens strict, dites parfois Alpes Dinariques, qui s'étendent donc sur l'Albanie septentrionale et l'ancienne Yougoslavie moins la Macédoine ; au sud sont les Hellénides, qui se développent dans le reste de l'Albanie, la Macédoine yougoslave et la Grèce (d'où leur nom).

Caractères généraux

Les Dinarides forment un ensemble montagneux d'une altitude moyenne de 2 000 mètres avec, toutefois, quelques massifs plus élevés, le point culminant étant l'Olympe (2 917 m), en Thessalie grecque.

On peut y distinguer trois sortes de montagnes :

– Des montagnes calcaires occupent la façade adriatique et ionienne : nombreuses y sont les grottes, comme celles de Postonja en Slovénie, les plus grandes d'Europe, et les dépressions karstiques, comme les polje de Livno, en Bosnie, du Popovo, en Herzégovine, ou de Cetinje, dans le Monténégro. À ce relief karstique qui doit son nom au Karst, ou Carso, en Slovénie, sont liés des souvenirs fort anciens : ainsi le mythe du tonneau des Danaïdes s'applique-t-il à la plaine d'Argos, où les eaux se perdent dans le sous-sol, tandis que le marais de Lerne et le lac Stymphale, au bord desquels Hercule s'illustra, occupent des dépressions karstiques.

– Des montagnes de roches basiques (essentiellement des serpentines appartenant au cortège des ophiolites, de couleur sombre) couvrent toute la partie nord-est de l'ancienne Yougoslavie depuis Zagreb jusqu'à la frontière albanaise et, de là, en Albanie intérieure, puis en Grèce du Nord.

– Des montagnes de roches cristallines et de schistes anciens forment de nombreux affleurements dans la partie nord-est de l'ancienne Yougoslavie et s'individualisent plus au sud en un massif de Macédoine, un massif de Thessalie et un massif d'Attique et des Cyclades.

À cela s'ajoutent les reliefs dus au volcanisme récent ; importants en Serbie et en Macédoine, ils constituent un arc d'îles volcaniques qui court du golfe d'Athènes à la côte turque, par Milos et Thira (Santorin).

Des plaines intérieures très planes, formées au cours de l'histoire géologique récente, se rencontrent partout. C'est en Grèce que ce type de relief s'accomplit le mieux : les plaines de Macédoine, de Thessalie, de Béotie, de Laconie y ont été le cadre des civilisations antiques. Des lacs, résidus de nappes d'eau plus anciennes, occupent certaines d'entre elles : ceux de Scutari, d'Ohrid et Prespa sur les confins du Monténégro, de l'Albanie et de la Macédoine sont les plus connus.

Le réseau hydrographique se divise en trois parties :

– Le bassin de la mer Noire, avec le réseau du Danube, est le plus important ; il comprend : la Drave qui, venant d'Autriche, fait la frontière entre le bassin pannonique proprement dit et sa partie méridionale qu'on rattache aux Dinarides (Slavonie) ; la Save née en Slovénie et ses affluents en Croatie et Bosnie ; la Morava en Serbie.

– Le bassin de la mer Égée comporte des fleuves de moindre importance comme le Vardar ou Axios, la Vistritsa ou Haliakmon en Macédoine, le Pénée en Thessalie.

– Le réseau de l'Adriatique est formé de fleuves côtiers très courts comme le Drin et la Vojusa en Albanie, l'Acheloos ou Aspropotamos en Grèce, le Neretva en Bosnie-Herzégovine.

Les côtes sont partout hautes sauf dans l'ouest de l'Albanie. Ce ne sont que caps, séparant des baies très encastrées, et archipels : ceux des îles Ioniennes à l'ouest, des Sporades, des Cyclades, du Dodécanèse à l'est, dans la mer Égée, sont les plus connus. La côte dalmate, très particulière avec ses rangs d'îles allongées et parallèles, résulte de la submersion récente d'une région plissée, ainsi qu'en témoignent par ailleurs les estuaires encaissés tels que ceux de la Krka, de la Cetina ou encore les baies profondes comme celle de Kotor, qui dessine un rentrant de 40 kilomètres à l'intérieur des terres.

Le climat est continental dans la plus grande partie, avec des hivers très rigoureux lorsque soufflent les vents du nord-est (Košava et Bora) et des étés très chauds. Seules les franges côtières ont un climat méditerranéen aux étés secs et aux hivers relativement pluvieux. Ces climats sont évidemment modifiés par l'altitude et de nombreuses régions ont, en fait, un climat montagnard.

La végétation, méditerranéenne sur les franges littorales, de l'Istrie au Péloponnèse, passe rapidement vers l'intérieur à un type plus humide, les précipitations s'accumulant sur les reliefs : les vastes forêts du nord, dont les plus profondes sont celles de Slovénie et de Slavonie, restent très étendues en Croatie (l'opposition la plus nette avec la frange littorale dénudée se situe au niveau de Velebit) ; plus au sud, elles se fragmentent, mais demeurent bien développées dans les chaînes de montagnes de l'ancienne Yougoslavie centrale et méridionale, d'Albanie et de Grèce, jusque dans le Péloponnèse ; les îles de l'Égée, sauf le Dodécanèse, sont plus nues.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DINARIDES  » est également traité dans :

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 213 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Signification des Alpes occidentales et des Alpes orientales »  : […] Les Alpes sont donc formées de deux secteurs, Alpes occidentales et Alpes orientales, de signification différente . La structure des Alpes occidentales est bien représentative de celle des différentes chaînes élémentaires du bassin méditerranéen. Elle résulte du serrage entre un avant-pays et un arrière-pays, ici respectivement le continent européen et le socle de la zone d’Ivrée qui passe à cel […] Lire la suite

ALPINES CHAÎNES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 4 539 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'organisation complexe des chaînes alpines »  : […] On oppose généralement des zones internes et des zones externes , ces dernières correspondant à la marge continentale, les premières aux unités d'origine océanique ou apparentées. En vérité, la distinction zones internes-zones externes est souvent assez floue et la limite choisie peut ne pas être la limite essentielle continent-océan : elle est généralement placée entre les terrains ayant échappé […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Géologie »  : […] La péninsule balkanique est formée par les deux branches du système alpin de la Méditerranée moyenne entourant le bassin pannonien. La branche alpidique , au nord-est, dont les structures sont déversées vers le continent européen, comprend les Carpates et le Balkan. Les Carpates dessinent une vaste courbure, de sorte qu'on y distingue les Carpates occidentales en Slovaquie et en Pologne, les Car […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un pays enclavé et montagneux »  : […] La Bosnie-Herzégovine est un pays à la forme triangulaire, comme un coin enfoncé dans la Croatie. Cette forme est un héritage de la domination de l'Empire ottoman sur le territoire bosniaque, face à l'Empire hongrois qui englobait alors la Croatie. La limite entre les deux Empires, stabilisée dès la fin du xvii e et au début du xviii e  siècle, sert toujours de frontière septentrionale à la Bos […] Lire la suite

CRÈTE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

La plus grande île de Grèce (8 331 km 2 , 258 km de longueur sur 56 km de largeur), la Crète s'étend d'ouest en est aux confins méridionaux du monde égéen. Les chaînes montagneuses qui couvrent la plus grande partie de l'île (mont Ida 2 456 m, Levka Ori 2 453 m), de direction ouest-est, appartiennent à l'ensemble plissé du système dinarique qu'on retrouve dans la zone occidentale de la Grèce conti […] Lire la suite

ÉPIRE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 433 mots
  •  • 1 média

La délimitation de l'Épire, tardivement rattachée à la Grèce, reste une question controversée entre cet État et l'Albanie : la frontière de 1922 a laissé des Grecs dans le nord de la région (l'Épire du Nord pour Athènes), actuellement albanaise, et, dans le sud, des Albanais dont la plupart ont quitté le territoire grec en 1944. En 1993, une crise éclate à propos de l'expulsion par Tirana d'un prê […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les chaînes alpines »  : […] Les chaînes alpines d'Europe forment deux ensembles : l'un, principal, est lié à la collision de l'Europe et de l'Afrique ayant cicatrisé la Téthys ; l'autre est l'ensemble pyrénéo-provençal. L'ensemble principal est à double déversement, avec : une branche alpidique , en marge du continent européen, déversée vers celui-ci, allant de Gibraltar à l'Asie Mineure par les cordillères Bétiques, les […] Lire la suite

MACÉDOINE DU NORD, anc. MACÉDOINE

  • Écrit par 
  • Maria BEZANOVSKA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Blaze KONESKI, 
  • Michel ROUX
  • , Universalis
  •  • 7 436 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un pays montagneux »  : […] La Macédoine du Nord comporte deux ensembles de montagnes. Celles de l'ouest, qui appartiennent au système dinarique, culminent à 2 764 mètres dans le Korab. Elles sont aérées par des bassins d'effondrement où s'inscrivent les plaines du Polog et de Pélagonie, les lacs d'Ohrid et de Prespa. Celles de l'est, relevant du système du Rhodope, s'élèvent à 2 250 mètres dans l'Osogovo et comportent éga […] Lire la suite

MONTÉNÉGRO

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Renaud DORLHIAC
  •  • 5 220 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Géographie d'un micro-État »  : […] Incrusté au cœur des Balkans, le Monténégro partage des frontières, d'ouest en est, avec quatre pays (14 km de frontières avec la Croatie, 225 km avec la Bosnie-Herzégovine, 203 kilomètres avec la Serbie, dont une partie borde le Kosovo, et 172 km avec l'Albanie), tandis qu'au sud le pays est ouvert sur l'Adriatique. Le territoire monténégrin se localise à l'extrémité sud-orientale des Alpes din […] Lire la suite

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 790 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un carrefour physique et démographique »  : […] Par sa géographie physique, la Serbie occupe une position de carrefour régional. En effet, le territoire serbe se trouve à l'interface de la grande plaine pannonienne au nord (24,3 p. 100 du territoire) et de trois grands ensembles montagneux – Alpes dinariques, Rhodope et ensemble carpato-balkanique – qui couvrent plus de 70 p. 100 de son territoire au sud de la Save et du Danube. Dans ce relief […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, « DINARIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dinarides/