BÉOTIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plaines et montagnes de Béotie forment l'arrière-pays immédiat et bientôt l'arrière-banlieue d'Athènes. L'Hélikon (où se dressait le temple des Muses, Zagora) et le Kithèron sont des massifs calcaires aux versants émoussés, largement déboisés, dont les villages qui vivaient de l'élevage et de l'agriculture traditionnels se sont dépeuplés. Dans les plaines argileuses de Thèbes et de Levadhia, dans l'ancien lac de Kopaïs, aujourd'hui bonifié, l'irrigation et la mécanisation permettent de faire parfois deux récoltes par an ; les pommes de terre tardives succèdent aux céréales ou aux oignons, les tomates sont destinées à des conserveries, les maïs hybrides et la luzerne à des élevages industriels. Ces transformations sont induites par la capitale, dont la proximité est soulignée par l'essaimage d'ateliers industriels qui soutiennent la croissance démographique de Thèbes, gros village devenu petite ville, et celle de Levadhia, capitale de la région et point de contact avec les montagnes de Phocide. Une partie de la population rurale est employée dans l'agglomération d'Athènes, cependant que les ressources locales en main-d'œuvre, la présence de terrains à bon marché et diverses facilités fiscales ont attiré les entreprises industrielles à Skhimatar, lieu où l'autoroute de Salonique entre dans le nome de Béotie. Celui-ci comptait 125 500 habitants en 2006.

—  Pierre-Yves PÉCHOUX

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre

Classification

Autres références

«  BÉOTIE  » est également traité dans :

ÉPAMINONDAS (env. 420-362 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Herbert William PARKE
  • , Universalis
  •  • 728 mots

Général et homme d'État béotien, Épaminondas est né vers 420 avant J.-C. à Thèbes et mort en 362 avant J.-C. à Mantinée. Fils d'un aristocrate pauvre, Épaminondas reçoit néanmoins une bonne éducation auprès du pythagoricien Lysis de Tarente. Éloigné de la vie politique, il se lance dans des expéditions militaires. En 382, Sparte profite d'une expédition dans le nord de la Grèce pour prendre le […] Lire la suite

GRÈCE - Espace et société

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 6 411 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des dissymétries régionales maintenues »  : […] L'ampleur des mutations géographiques, économiques, sociales et politiques qui ont affecté la Grèce depuis l'après-guerre a profondément bouleversé les équilibres géographiques et les paysages humains du pays. Pendant longtemps, le résultat d'ensemble a pu se résumer au partage entre un espace utile, concentrant sur un territoire restreint les hommes et les activités dynamiques, et des espaces pér […] Lire la suite

TANAGRA

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 395 mots

Ville de Béotie, située à l'est de Thèbes, célèbre pour ses ateliers qui produisirent, à partir de ~ 340-~ 330 jusque vers la fin du ~ iii e  siècle, de nombreuses séries de figurines en terre cuite moulée . Le répertoire de Tanagra présente une grande variété de types. À côté des Éros ailés, des jeunes éphèbes ou adolescents debout ou assis, on trouve des figurines féminines à demi-nues, certaine […] Lire la suite

THÈBES DE BÉOTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 2 653 mots
  •  • 1 média

Thèbes est située en Béotie, au nord du fleuve Asopos. Son acropole, la Cadmée, domine d'une centaine de mètres une plaine très fertile, arrosée par l'Isménios et la Dircé, deux petits cours d'eau aux sources renommées qui confluent au nord de la ville et se jettent dans le lac Hyliké. Cette plaine donne en abondance des céréales et permet d'élever du gros bétail et des chevaux (Pindare chantera […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉCHOUX, « BÉOTIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/beotie/