CYCLONES TROPICAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chaque année, un peu moins d'une cinquantaine de cyclones se forment en moyenne au-dessus des eaux chaudes des régions tropicales. Les cyclones tropicaux sont des phénomènes météorologiques naturels engendrés par la circulation générale de l'atmosphère et les interactions océans-atmosphère. En raison des rafales de vent très violentes qui les accompagnent (pouvant dépasser 300 kilomètres par heure), ils provoquent des dégâts considérables. Ils peuvent donner lieu à des pluies torrentielles et provoquer des marées de tempête particulièrement destructrices. Les cyclones jouent un rôle de soupape de sécurité dans les échanges d'énergie à grande échelle qui se déroulent entre les régions équatoriales et les régions polaires. Ce sont eux qui permettent d'évacuer vers les pôles l'énergie excédentaire, accumulée sous forme de chaleur au-dessus des régions intertropicales.

Rares sont les régions tropicales complètement à l'abri du danger cyclonique. Dans la plupart des cas, il s'agit de pays en voie de développement qui ont beaucoup de mal à faire face au fardeau financier engendré par de tels cataclysmes.

Les progrès de la météorologie permettent aujourd'hui de suivre l'évolution des cyclones, depuis leur naissance jusqu'à leur extinction. La prévention des cyclones permet d'en limiter les dégâts et de réduire les pertes en vies humaines.

Les effets d'un cyclone

Toujours associé à une profonde dépression tropicale, le cyclone est un phénomène météorologique de grande ampleur. Quasi circulaire, la zone cyclonique a un diamètre généralement compris entre 200 et 500 kilomètres, mais certains cyclones peuvent être de plus grande envergure, comme le cyclone tropical Georges (septembre 1998), d'un diamètre de 800 kilomètres. Les différents services météorologiques considèrent qu'un cyclone atteint sa phase de maturité lorsque le vent moyen qui souffle en son sein dépasse 118 kilomètres par heure.

La masse nuageuse qui accompagne le cyclone, très épaisse, est composée essentiellement d'énormes cumulo-nimbus ; elle s'élève jusqu'à la tropopause, c'est-à-dire à une altitude pouvant avoisiner une quinzaine de kilomètres. Les nuages se développent en spirale autour d'un centre : l'œil du cyclone. À l'intérieur de cette zone très restreinte, d'un diamètre de 20 à 35 kilomètres, règne un calme apparent : les vents sont très faibles, le ciel est clair ou simplement voilé par des nuages élevés et la pression est basse. C'est au centre d'un cyclone au large des Philippines que l'on a enregistré la pression barométrique la plus basse jamais observée dans le monde : 867 hectopascals. La taille de l'œil diminue proportionnellement à la chute de pression : plus un cyclone est violent, plus le diamètre de l'œil est réduit. D'une apparence caractéristique, il est en général parfaitement perceptible sur les photos de satellites.

L'«œil» du cyclone Katrina

Photographie : L'«œil» du cyclone Katrina

Le cyclone Katrina d'août 2005, attribué au réchauffement climatique, avait une intensité comparable à celle de l'ouragan Camille de 1969, attribué quant à lui, au refroidissement de la Terre. Sur ce cliché du 28 août 2005, on voit clairement l'œil du cyclone et le tourbillon de nuages... 

Crédits : NASA

Afficher

Perturbation cyclonique

Photographie : Perturbation cyclonique

Image satellitaire de l'ouragan Lili, qui a frappé l'est des États-Unis en octobre 1996. 

Crédits : 1996, Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory

Afficher

Comparativement, la zone périphérique qui entoure l'œil paraît bien plus agitée. Dans cette zone concentrique, nuageuse et orageuse, les vents sont très forts et soufflent en tempête. L'air y est saturé d'humidité.

Les pluies présentent un caractère orageux très marqué et peuvent être torrentielles. Ces précipitations, variables d'un cyclone à l'autre, peuvent être amplifiées si le cyclone se déplace lentement. De même, la présence du relief leur donne une intensité supplémentaire. Les records mondiaux ont été observés à l'île de la Réunion avec 1 824 mm en 24 heures, du 15 au 16 mars 1952. De telles précipitations sont fréquemment à l'origine d'inondations et de glissements de terrain.

Les variations de pression, très importantes en des endroits rapprochés, provoquent des vents très violents, fréquemment de 150 à 250 kilomètres par heure. L'énergie développée par le vent étant proportionnelle au carré de sa vitesse, ces vitesses excessives, associées à de brutaux changements de direction, sont fréquemment à l'origine de dégâts matériels considérables. Des rafales à plus de 200 kilomètres par heure ont un effet de percussion brutal, un choc destructeur pour les obstacles qu'elles rencontrent.

C'est une mer démontée qui caractérise le passage d'un cyclone. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

L'«œil» du cyclone Katrina

L'«œil» du cyclone Katrina
Crédits : NASA

photographie

Perturbation cyclonique

Perturbation cyclonique
Crédits : 1996, Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory

photographie

Structure d’un cyclone tropical

Structure d’un cyclone tropical
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cyclone

Cyclone
Crédits : NASA Johnson Space Center

photographie

Afficher les 10 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CYCLONES TROPICAUX  » est également traité dans :

BHOLA (cyclone de)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 247 mots
  •  • 2 médias

Le 12 novembre 1970, le cyclone de Bhola frappait le Pakistan oriental (auj. Bangladesh) et une partie de l’État indien du Bengale-Occidental, laissant sur son passage plusieurs centaines de milliers de morts, ce qui en fait le cyclone le plus meurtrier jamais enregistré. Cette catastrophe naturelle a eu non seulement des conséquences humanitaires, matériel […] Lire la suite

CYCLONE KATRINA, en bref

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 266 mots

Le mardi 23 août 2005, Katrina devient un cyclone de classe 1 en traversant le sud de la Floride, avant de se renforcer encore au-dessus des eaux chaudes du golfe du Mexique. Katrina, devenu cyclone de classe 3, se dirige vers l'Alabama, le Mississippi et la Louisiane. Le dimanche 28 août, avec un diamètre de 800 kilomètres et des vents dépassant les 270 kilomètres par heure, le cyclone atteint l […] Lire la suite

IDAI CYCLONE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 664 mots
  •  • 3 médias

La dépression tropicale qui s’est développée sur le canal du Mozambique pendant la nuit du 3 au 4 mars 2019 a fait de nombreuses victimes et d’importants dégâts dans les États du Mozambique et du Malawi, avant de revenir sur la mer où elle s’est renforcée. Passé au stade de cyclone tropical, le système, désormais dén […] Lire la suite

KATRINA ET RITA (CYCLONES)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 591 mots
  •  • 1 média

Le mardi 23 août 2005, Katrina n'est qu'une dépression tropicale. Elle s'amplifie et devient un cyclone de classe 1 en traversant le sud de la Floride (onze victimes et de nombreux dégâts), avant de se renforcer encore (classe 3) au-dessus des eaux chaudes du golfe du Mexique et de se diriger vers l'Alabama, le Mississippi et la Louisiane (État le plus touché). Ce n'est que le samedi 27 août que […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 803 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’organisation des systèmes convectifs développés »  : […] Dans les systèmes convectifs développés, l’élément de base est la cellule, région active composée d’une forte ascendance et d’un courant descendant accompagnant les précipitations. Ils sont composés d’une ou de plusieurs cellules indépendantes ou regroupées de manière organisée. Les cellules ordinaires ne dépassent pas quelques kilomètres de diamètre et durent rarement plus de 30 ou 40 minutes. P […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 724 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les systèmes convectifs organisés : orages et cyclones »  : […] Les orages et les systèmes nuageux les plus violents prennent ainsi naissance et se développent dans une atmosphère où existe un fort déséquilibre énergétique entre les couches d’air chaud et humide voisines de la surface terrestre et les couches d’air plus froid et plus sec situées dans la moyenne troposphère (entre 3 et 6 km d'altitude). Avec un gradient vertical de température proche de 0  0 C […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un milieu naturel fertile, mais vulnérable »  : […] Une grande partie des terres du Bangladesh se trouvent à moins de 12 mètres au-dessus du niveau de la mer, et les zones côtières se situent à moins de 2 mètres : il est donc un des pays les plus plats du monde. Plateaux et collines ne représentent que 20 p. 100 de sa superficie, et se situent essentiellement dans le nord-est (région de Sylhet) et dans le sud-est du pays (Chittagong Hill Tracts). À […] Lire la suite

BELIZE CITY

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 306 mots

Grand port maritime et ancienne capitale du Belize, Belize City se dresse sur les deux rives du Haulover, bras du delta du río Belize se jetant dans la mer des Caraïbes. La ville tire probablement son nom du mot par lequel les Maya désignaient le río Belize, artère commerciale très fréquentée jusqu’au x e  siècle. Des aventuriers britanniques s’installèrent apparemment dans la région au xvii e  s […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'échec de la « révolution safran » et l'impact du cyclone Nargis »  : […] En août 2007, une forte augmentation du prix de l'essence engendra un surprenant élan contestataire mené par une poignée d'activistes charismatiques. Très vite écroués, ils furent cependant relayés dans leurs manifestations contre la vie chère par la communauté des moines bouddhistes, le Sangha . Au cours du mois de septembre, plusieurs milliers de bonzes défilèrent ainsi chaque jour à Rangoon et […] Lire la suite

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 5 000 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le climat et les risques naturels »  : […] Le bassin des Caraïbes est situé dans le domaine tropical, caractérisé par des moyennes de température élevées, qui présentent un écart faible entre le jour et la nuit et entre les saisons et une pluviosité répartie entre une saison humide et une saison sèche. Certaines régions, placées « sous le vent » par rapport aux alizés (vents dominants qui viennent de l'est dans les Antilles), souffrent de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Le rapport évoque les conséquences de ce réchauffement que sont l’accélération de la fonte des glaciers et des calottes glaciaires, la montée du niveau des eaux, la désoxygénation et l’acidification des océans, ainsi que l’augmentation du nombre des événements extrêmes comme les canicules, les inondations, les cyclones tropicaux ou les sécheresses. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René CHABOUD, « CYCLONES TROPICAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclones/