ASCENDANCE, météorologie

Médias de l’article

Les différents états d’équilibre

Les différents états d’équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nuage : altocumulus lenticularis

Nuage : altocumulus lenticularis
Crédits : A. DiBilio/ Shutterstock

photographie

Nuages : altocumulus lenticularis en forme de tubes

Nuages : altocumulus lenticularis en forme de tubes
Crédits : T. Michel

photographie

Nuages : cumulus mediocris

Nuages : cumulus mediocris
Crédits : J.-P. Chalon

photographie

Tous les médias


En météorologie, les expressions « ascendance » ou « courant ascendant » désignent tout mouvement de l’air dirigé vers le haut. Les ascendances peuvent avoir des conséquences variées, bénéfiques lorsqu’elles contribuent à la formation des nuages et des précipitations qui fournissent l’eau douce indispensable à notre alimentation, notre hygiène, nos élevages et nos cultures, ludiques lorsqu’elles servent de support au vol des planeurs ou des parapentes, mais aussi catastrophiques lorsqu’elles participent à la constitution de violents cyclones ou de puissants orages générateurs de tempêtes, de chutes de grêle, d’inondations, de foudroiements ou de tornades.

En raison de l’attraction terrestre, l’atmosphère ne peut subir de mouvements ascendants sans que se mettent aussitôt en place des mouvements compensatoires dirigés vers le bas, sinon l’air finirait par s’accumuler en altitude et manquer près du sol, dans les basses couches où nous vivons. Pour désigner ces mouvements, on parle alors de « descendances », ou encore de « rabattants » pour nommer ceux observés sous le vent des reliefs, et de « subsidences » pour qualifier les descendances de grande dimension horizontale comme il s’en produit au sein des anticyclones. Contrairement aux ascendances, les descendances favorisent la formation de ciels dégagés comme on en observe généralement en présence d’anticyclones ou sous le vent des barrières montagneuses.

Échelle des ascendances

Dans l’atmosphère terrestre, la dimension et la vitesse des ascendances couvrent une large gamme d’échelles. En effet, leurs dimensions horizontales ne dépassent pas quelques mètres dans les petits tourbillons, mais peuvent atteindre quelques centaines voire quelques milliers de kilomètres dans les soulèvements qui se produisent le long des surfaces de discontinuité séparant des masses d’air d’origines différentes, nommées « surfaces frontales » ou « fronts ».

Leur extension verticale est limitée vers le bas par la surface terrestre et dépasse rarement la tropopause (située entre 7 et 8 kilomètres dans les régions polaires et de 13 [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASCENDANCE, météorologie  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 466 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Nuages thermoconvectifs »  : […] surface du sol, des « bulles » d'air chaud se forment, de dimensions assez variables, et s'élèvent au sein de l'atmosphère, à des vitesses et jusqu'à des altitudes dépendant de nombreux paramètres. Le contenu en eau intervient de manière presque aussi déterminante que les températures et il est possible, à l'aide des diagrammes thermodynamiques, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-thermodynamique/#i_20220

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 416 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépressions thermiques »  : […] le rayonnement solaire que les régions voisines. Moins dense que son environnement, l’air réchauffé au contact de la surface monte sous l’effet de la poussée d’Archimède, ce qui réduit la pression exercée à cet endroit. Un tel processus est renforcé lorsque des nuages se forment et que la condensation de la vapeur d’eau libère de grandes quantités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-meteorologie/#i_20220

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 368 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les causes générales »  : […] joue un rôle assez important, au moins pendant de longues périodes de l'année : c'est l'ascendance d'air qui est liée au fonctionnement de la « convergence intertropicale ». On désigne ainsi la zone assez large où se rencontrent les alizés des hémisphères Nord et Sud, eux-mêmes issus des ceintures de hautes pressions présentes aux latitudes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-equatorial/#i_20220

NUAGES

  • Écrit par 
  • André VIAUT
  •  • 5 008 mots
  •  • 9 médias

air. Cette condensation sous forme de gouttelettes d'eau liquide ou de cristaux de glace est toujours la conséquence d'un refroidissement de l'air résultant le plus souvent de la détente subie par un certain volume d'air qui s'élève dans l'atmosphère (ascendance) et qui est soumis, par conséquent, à des pressions décroissantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuages/#i_20220

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 248 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cumulo-nimbus, nuage d'orage »  : […] puissante. Il prend naissance dans de l'air instable, animé de violents mouvements verticaux. Sa base se situe le plus souvent aux environs de 1 000 mètres d'altitude. Son sommet peut atteindre une altitude impressionnante : de 8 000 à 10 000 mètres au-dessus des pays tempérés, jusqu'à 16 000 mètres en régions équatoriales. Quand son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orages/#i_20220

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 281 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanisme de formation de la grêle »  : […] des cellules où de véritables cheminées de plusieurs centaines de mètres de diamètre amènent en altitude l'air humide et chaud provenant des basses couches, et cela avec des vitesses pouvant atteindre et dépasser 30 mètres par seconde. Dans ces régions du nuage, la turbulence, les noyaux hygroscopiques et le mécanisme de Langmuir se relaient et s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_20220

RELIEF ONDES DE

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 106 mots

Le relief détermine, dans tout vent qui le franchit, des ondulations verticales qui provoquent un système d'ondes stationnaires dont la longueur d'ondes est en rapport direct avec la vitesse du vent ; ces ondes de relief présentent, au ventre, une alternance d'ascendances et de subsidences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-de-relief/#i_20220

TORNADES & TROMBES

  • Écrit par 
  • Georges DHONNEUR
  •  • 1 964 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Conditions météorologiques et mécanismes de formation »  : […] (comme une digue retient la poussée des eaux). Quand l'énergie de ces mouvements ascendants devient suffisante pour leur permettre de passer l'obstacle, ils jaillissent brutalement dans les couches supérieures et donnent naissance à de fortes cellules convectives. Celles-ci sont à même de provoquer le déclenchement de tornades en raison des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tornades-et-trombes/#i_20220

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 256 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Vol plané »  : […] Les ascendances thermiques (remontées d'air chaud sous forme de tourbillons ou de « bulles ») sont exploitées par de nombreux oiseaux de grande taille. Lors de leurs migrations, les cigognes s'en servent pour gagner en troupe de l'altitude et ont différencié des comportements sociaux de recherche des ascendances dont bénéficient tous les membres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/#i_20220

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « ASCENDANCE, météorologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascendance-meteorologie/