GLISSEMENTS DE TERRAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La stabilité de toute pente est menacée par la pesanteur. Entre la déformation imperceptible de certains versants et la chute incessante des blocs dans les couloirs de la haute montagne, les glissements de terrain couvrent une large catégorie de mouvements le long des pentes. Ils sont fréquents et constituent un risque permanent dans presque toutes les régions du monde. En France, où de nombreuses communes sont menacées, c'est le deuxième risque naturel après les inondations. Leur étude et leur surveillance, qui doivent permettre la prévision de leur déclenchement, sont devenues une priorité en matière de catastrophes naturelles.

Le processus physique

Les modalités des déformations et des déplacements le long des pentes, et parfois loin au-delà de leur pied, sont très diverses ; aussi préfère-t-on utiliser l'expression plus générale de mouvements de terrain. Celle-ci inclut les coulées de boue le long des vallées, mais pas le transport dans les eaux courantes de débris rocheux finement divisés. Elle couvre aussi les affaissements, dus au comblement de vides souterrains, dont nous ne parlerons pas ici.

Au sens strict, le glissement de terrain est un phénomène localisé (fig. 1), qui produit des changements visibles le long des pentes : au sommet, on observe des surfaces d'arrachement, à forte pente et sans végétation, et, plus bas, des boursouflures irrégulières, des crevasses, des marches d'escalier, souvent avec des contre-pentes, des mares et des arbres inclinés vers l'amont. Le phénomène, une fois déclenché, n'est pas sans analogie avec l'écoulement d'un glacier ; on peut constater des vitesses plus faibles que le millimètre par jour, et des accélérations locales de l'ordre de plusieurs décamètres par jour ou davantage.

Glissement de terrain sur une surface «en cuillère»

Dessin : Glissement de terrain sur une surface «en cuillère»

Glissement de terrain sur une surface «en cuillère». 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'équilibre de toute pente, naturelle ou artificielle, obéit aux mêmes lois que celui des barrages : en l'absence d'eau, seul le frottement entre les grains ou blocs s'oppose à la pesanteur, quelle que soit l'échelle ; la cohésion est menacée par la durée, et son effet est limité par l'échelle (suivant le théorème de Galilée sur l'impossibilité des géants). En présence d'eau, des forces supplémentaires s'ajoutent. Le liquide diminue le poids des matériaux, donc le frottement (c'est la « sous-pression » sous les barrages poids), et « pousse au vide », puisqu'il s'écoule de l'intérieur vers l'extérieur. Ses effets sont aggravés dans les creux du relief où la nappe est plus haute et l'écoulement convergent, dans les terrains anisotropes lorsque la perméabilité horizontale est la plus faible et en cas de remplissage rapide des interstices ou des fractures (rapide s'entend par rapport à la conductivité du terrain : on remplace ici la baignoire qui déborde par le « crève-tonneau » de Pascal). De même que l'eau souterraine est considérée comme le principal ennemi des mineurs, elle est le principal facteur de déséquilibre des versants. Et comme ses effets sont d'autant plus redoutables qu'elle est moins visible, on a pu parodier Freud en disant qu'elle est la libido du terrain.

La classification des mouvements de terrain est malaisée en raison de la très grande variété des phénomènes et de leur juxtaposition et/ou superposition, tant dans l'espace que dans le temps (déformations continues ou discontinues, ruptures progressives ou brutales, d'abord localisées, puis plus étendues, liquéfaction, etc.). On peut se contenter de distinguer quatre comportements de base : la chute ou l'écroulement, le glissement, l'écoulement et le fluage (tableau et fig. 2). Les trois premiers sont des processus d'érosion bien visibles, « par sauts », qui tranchent sur les processus classiques « grain à grain ». Il n'est pas toujours facile de choisir entre ces comportements ni de déterminer quand et pourquoi il y a passage de l'un à l'autre. Le fluage augmente la pente localement, préparant des glissements ou parfois des écroulements ; la chute de rochers sur un terrain argileux ou sur un glacier déclenche des coulées susceptibles de s'étaler dans la plaine ou de descendre les vallées ; la pression d'un liquide ou d'un gaz (air ou vapeur) peut annuler tout frottement ; la masse est toujours un facteur aggravant pour la rupture, puis pour la vitesse de déplacement et l'extension des zones atteintes.

Principaux mouvements de terrain

Tableau : Principaux mouvements de terrain

Quelques mouvements de terrain préhistoriques, anciens, et récents. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mécanismes élémentaires des mouvements de terrain

Diaporama : Mécanismes élémentaires des mouvements de terrain

Les quatre mécanismes élémentaires des mouvements de terrain. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Glissement de terrain sur une surface «en cuillère»

Glissement de terrain sur une surface «en cuillère»
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principaux mouvements de terrain

Principaux mouvements de terrain
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Mécanismes élémentaires des mouvements de terrain

Mécanismes élémentaires des mouvements de terrain
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GLISSEMENTS DE TERRAIN  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'arc interne »  : […] L'arc interne est constitué de terrains sédimentaires ou volcaniques tertiaires, plissés tout récemment, au Miocène, d'une part, au Pliocène et au Quaternaire, d'autre part. Mais il est surtout la plus grande zone de volcanisme actuel du monde. Du Pegu Yoma birman, il se poursuit à Sumatra, Java , Florès, Banda ; une ligne méridienne depuis Ternate et le Gunung Klabat, dans le nord de Sulawesi, j […] Lire la suite

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 529 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Courants marins et déplacements gravitaires »  : […] Toutes les observations résumées jusqu'à présent ont mis en relief l'importance du façonnement permanent des fonds et des versants par le jeu des courants et des remaniements gravitaires des sédiments ou des roches sédimentaires. De nombreuses études ont été faites au moyen de courantographes ancrés sur le fond, en particulier dans les canyons de La Jolla, par F. P. Shepard. Les enregistrements m […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 845 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes géologiques »  : […] Elles comprennent les séismes, les glissements de terrain (ainsi que les avalanches), les éruptions volcaniques, les tsunamis et les collisions d’astéroïdes. Un séisme est une secousse du sol (ou une série de secousses) d’intensité plus ou moins forte. On en recense environ un million par an, mais tous ne sont pas meurtriers. Un séisme a pour cause le relâchement en profondeur d’énormes contraint […] Lire la suite

ÉROSION ET SÉISMES

  • Écrit par 
  • Philippe STEER
  •  • 918 mots

Les séismes, ou tremblements de terre, constituent une des manifestations les plus catastrophiques de la dynamique de la Terre. Les séismes et leurs dégâts secondaires, comme les glissements de terrain et les tsunamis, sont responsables d’un coût humain et matériel très important. Ainsi les séismes de Tōhoku (Japon en 2011, magnitude 9) et du Sichuan (Chine en 2008, magnitude 7,9), avec des coûts […] Lire la suite

GÉOTECHNIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HABIB
  •  • 5 319 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identification et propriétés des sols »  : […] Sous l'humus, le sol est constitué de grains minéraux. Cent grammes de sable fin (c'est-à-dire de l'ordre d'une molécule-gramme) contiennent près de 10 7 grains. Cent grammes d'argile peuvent en contenir 10 11 . On est certes encore loin du nombre d'Avogadro (6,02 . 10 23 ) mais le nombre de constituants est tel que le concept de continuité peut le plus souvent être conservé. Si les grains sont c […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Effets des séismes

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ROTHÉ, 
  • Haroun TAZIEFF
  •  • 2 900 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Effets géomorphologiques »  : […] Les séismes jouent un rôle fondamental dans le modelé de la surface terrestre. Sans compter les innombrables traces laissées sous forme de failles dans les roches de l'écorce terrestre, la sismicité offre quantité d'exemples contemporains de son importance géomorphologique. On n'en évoquera ici que quelques-uns. En 1819, le 16 juin, près des bouches de l'Indus, le bassin de Sindree s'effondrait su […] Lire la suite

SOLS - Dégradation des sols

  • Écrit par 
  • Mireille DOSSO
  •  • 4 897 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La dégradation physique »  : […] La dégradation physique des sols correspond principalement à une désorganisation de leur structure. Cette dernière, définie par l'organisation spatiale des agrégats du sol (assemblages de constituants minéraux et organiques), délimite les volumes des vides ou porosité du sol. La taille, la forme et les relations entre ces pores conditionnent le stockage et la circulation de l'eau, de l'air et des […] Lire la suite

TROPICAL MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 7 712 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Processus d'érosion »  : […] L' érosion en milieux forestiers doit son originalité à la permanence de la chaleur et de l'humidité. En premier lieu, cette permanence assure, dans l'attaque des roches, la prépondérance absolue de l' altération biochimique sur les actions mécaniques. L'eau en est l'agent essentiel, renforcé par le dioxyde de carbone de l'atmosphère et par les acides humiques issus de la décomposition rapide de l […] Lire la suite

TSUNAMIS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Hélène HÉBERT, 
  • Philippe HEINRICH
  •  • 3 599 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les tsunamis générés par des glissements de terrain »  : […] Les vagues créées par des effondrements sous-marins ou par l'arrivée en mer de glissements de terrain aériens sont dangereuses localement, pour des volumes effondrés de quelques millions de mètres cubes. On peut ainsi citer de nombreux exemples dans les fjords norvégiens ou dans les baies de l'Alaska, et le cas, équivalent en milieu continental, de la vallée du Vajont (Italie) en 1963, où 3 000 p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-8 juillet 2018 Japon. Intempéries meurtrières.

Du 6 au 8, de fortes précipitations provoquent des inondations et des glissements de terrain qui occasionnent la mort d’au moins cent quatre-vingt-dix-neuf personnes dans l’ouest du pays. On dénombre également des dizaines de disparus. Il s’agit de la plus grave catastrophe d’origine météorologique dans le pays depuis 1982. […] Lire la suite

23 août 2017 Suisse. Glissement de terrain meurtrier dans les Grisons.

Dans sa Stratégie d’adaptation aux changements climatiques adoptée en mars 2012, le Conseil fédéral mettait en garde contre la « fragilisation des pentes et [la] recrudescence des glissements de terrain » qui menacent « la sécurité des zones urbanisées, des équipements touristiques, des barrages, des infrastructures routières et ferroviaires, des conduites de gaz et des lignes électriques dans les Alpes ». […] Lire la suite

11 janvier 2011 Brésil. Glissements de terrain meurtriers

Des pluies diluviennes provoquent des inondations et des glissements de terrain dans l'État de Rio de Janeiro, une région montagneuse du sud-est du pays. Le bilan, qui s'élève à plusieurs centaines de morts, fait de ce drame l'une des catastrophes naturelles les plus meurtrières survenues dans le pays au cours des dernières décennies. Les autorités mettent en cause l'urbanisation sauvage qui aurait aggravé les conséquences du phénomène météorologique de la Niña. […] Lire la suite

15-16 décembre 1999 Venezuela. Inondations et glissements de terrain meurtriers

Les 15 et 16, les pluies torrentielles qui s'abattent sur le nord du pays, notamment dans l'État de Vargas, provoquent des inondations et des glissements de terrain dévastateurs et meurtriers. Des villages entiers sont ensevelis par les coulées de boue. Le bilan humain atteint plusieurs dizaines de milliers de morts – 30 000 à 50 000 selon la Défense civile. […] Lire la suite

5-11 mars 1987 Équateur. Séismes meurtriers

Les tremblements de terre provoquent des glissements de terrain, et des torrents de boue recouvrent plusieurs villages et leurs environs. D'abord limitées par l'isolement des zones dévastées, qui sont très difficiles d'accès, les informations laissent peu à peu entrevoir l'ampleur de la catastrophe : le bilan des victimes s'élève alors à plus de mille morts, cinq mille disparus et soixante-quinze mille sans-abri. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre DUFFAUT, « GLISSEMENTS DE TERRAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/glissements-de-terrain/