Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CYCLONE KATRINA, en bref

Le mardi 23 août 2005, Katrina devient un cyclone de classe 1 en traversant le sud de la Floride, avant de se renforcer encore au-dessus des eaux chaudes du golfe du Mexique. Katrina, devenu cyclone de classe 3, se dirige vers l'Alabama, le Mississippi et la Louisiane. Le dimanche 28 août, avec un diamètre de 800 kilomètres et des vents dépassant les 270 kilomètres par heure, le cyclone atteint la classe 5. Pour la première fois aux États-Unis, une évacuation obligatoire est annoncée pour 1,4 million de personnes.

Le lundi 29 août, Katrina passe au nord-ouest de La Nouvelle-Orléans. Un territoire grand comme la moitié de la France est dévasté. Le pire arrive le 30 août : le cyclone se déplace de l'autre côté de la ville, coincée entre le lac Pontchartrain et le fleuve Mississippi, et construite en partie sous le niveau de la mer. Le niveau du lac s'élève de 3 mètres sous des vents de 250 kilomètres par heure : les digues cèdent, 80 p. 100 de La Nouvelle-Orléans est inondée. Le bilan est très lourd : mille cent morts, des dizaines de blessés, un million de sans-abri, de 100 à 300 milliards de dollars de dégâts, le quasi-arrêt de la production et de la distribution de pétrole dans la région.

La mauvaise gestion et la lenteur des secours sont en partie responsables, de la gravité de ce bilan. Pourtant, les autorités américaines avaient été averties auparavant de la vétusté des digues, lesquelles ne pouvaient pas résister à un cyclone de force 3.

— Gabriel GACHELIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi