CINQUIÈME RÉPUBLIQUELes années Sarkozy (2007-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affirmation d'un nationalisme identitaire

Conformément à ses annonces de campagne, Nicolas Sarkozy crée en 2007 un ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire – lequel sera supprimé en 2010. Il s'agit de rendre plus simples, donc plus nombreuses, les expulsions d'immigrés en situation irrégulière, de contrôler davantage le droit d'asile, les regroupements familiaux et les accès à la citoyenneté par naturalisation, dont les conditions sont durcies (obligation de maîtrise du français et test de connaissances des valeurs de la République). Le recours aux tests génétiques pour prouver sa filiation, prévu dans la loi de novembre 2007, n'est finalement pas appliqué. La politique d'intégration des migrants en situation légale reste marginale. La volonté d'inclure dans le même ministère la défense de l'identité nationale laisse entendre que celle-ci serait menacée par la présence immigrée. Cet objectif de campagne a certainement contribué en 2007 au siphonnage de l'électorat du Front national.

Éric Besson, qui succède à Brice Hortefeux au ministère de l'Immigration en janvier 2009, lance le 2 novembre 2009 un grand débat sur l'identité nationale. Les objectifs n'en sont pas très clairs. Devant la montée des communautarismes, il serait très important de réfléchir sur ce qu'implique le fait d'être français et de « conforter notre identité nationale », de « réaffirmer les valeurs républicaines et la fierté d'être français ». Un site Internet recueille les avis de ceux qui veulent s'exprimer ; des débats à l'initiative des préfets se tiennent dans tous les départements, avec un public souvent assez « trié », après constatation de dérapages xénophobes et racistes ; un colloque final est organisé au début de février 2010, dont il ressort très peu de mesures concrètes.

Le redressement du Front national aux élections régionales de mars 2010 a probablement poussé le président à remettre la problématique du nationalisme identitaire au centre du débat politique. À la suite d'attaques violentes dont ont été victimes les forces de l'ordre et de dégradations commises par des gens du voyage en colère, le président Sarkozy prononce à Grenoble, à la fin de juillet 2010, un discours marquant, dans lequel il annonce un renforcement de la politique sécuritaire – notamment avec le développement de la vidéosurveillance – et l'aggravation des peines contre les délinquants. Les immigrés sont dénoncés comme une source des pratiques délictueuses, les mineurs étrangers délinquants ne devraient plus pouvoir acquérir automatiquement la nationalité française à leur majorité, les personnes naturalisées ayant porté atteinte à la vie d'un dépositaire de l'autorité publique devraient pouvoir être déchues de la nationalité française. Nicolas Sarkozy considère à l'évidence l'intégration des immigrés comme un échec dû à la non-régulation des flux et à l'importance de l'immigration illégale. Il annonce le démantèlement des camps illégaux de Rom. Ce discours musclé donne lieu à de nombreux débats, non seulement dans les médias et à gauche, mais aussi au sein de l'U.M.P., où cette stigmatisation des étrangers mécontente la frange libérale de la majorité.

Le président poursuit son offensive au printemps de 2011, lorsqu'il souhaite un débat sur la place qui doit revenir dans la République aux religions et à l'islam, dont les revendications mettraient en péril la laïcité française, selon Marine Le Pen, qui a remplacé son père à la présidence du Front national en janvier 2011. Les prières de rue (organisées régulièrement le vendredi devant une dizaine de mosquées trop petites) deviennent un « épouvantail » de la visibilité de l'islam. Une convention nationale est organisée au début d'avril 2011 par l'U.M.P., malgré le scepticisme affiché du Premier ministre François Fillon et d'une partie de la majorité, ainsi que des représentants des religions. Il en ressort des propositions sans grande portée sur le renforcement de la laïcité dans l'espace public. En revanche, une mesure beaucoup plus importante, concernant le port du voile in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Nicolas Sarkozy, 16 mai 2007

Nicolas Sarkozy, 16 mai 2007
Crédits : Patrick Aventurier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement
Crédits : Eric Feferberg/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Classification

Autres références

«  CINQUIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 1 150 mots

En deux siècles d'histoire, la France a expérimenté plusieurs systèmes politiques. Outre les deux périodes napoléoniennes, celles des monarchies constitutionnelles et de Vichy, le pays a connu cinq Républiques dont certaines furent de courte durée. La Ve République est le régime le plus pérenne après la IIIe République. Mais la Constitution de 1958 a c […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Le retour du général de Gaulle au pouvoir s'explique par deux raisons principales. D'une part, le fonctionnement des institutions de la IVe République s'était révélé défaillant et l'Assemblée nationale n'arrivait pas à dégager des majorités de gouvernement durables. D'autre part, la men […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Après le départ du général de Gaulle, une nouvelle période s'ouvre pour les institutions françaises : celle de la Ve République sans le soutien de son fondateur. Plusieurs scénarios d'évolution étaient possibles, c'est en fait la confirmation des institutions qui a prévalu. La présidentialisation du régime n'a fait que se renforcer après le départ du général, alors que certa […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

L'année 1981 marque un tournant dans l'histoire de la Ve République : la gauche accède au pouvoir après vingt-trois ans dans l'opposition. Elle va utiliser à son profit tous les ressorts d'une Constitution qu'elle rejetait à l'origine, finissant ainsi de légitimer les institutions nées du pouvoir gaulliste.Les deux septennats de […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Les douze années de présidence de Jacques Chirac (1995-2007) ont été marquées sur le plan institutionnel par le raccourcissement du mandat présidentiel à cinq ans, l'inversion du calendrier électoral et le rejet du traité constitutionnel européen. Sur le plan politique, on a assisté à la poursuite des alternances et à des sanctions régulières par les électeurs du pouvoir en place. Élu président en […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Après un quinquennat marqué par le style hyperactif de Nicolas Sarkozy, François Hollande avait affiché pendant sa campagne électorale une image diamétralement opposée. Revendiquant le titre de « président normal », se voulant proche du peuple et exemplaire dans son rapport à l’argent, il avait constr […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 429 mots
  •  • 4 médias

Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer une grande partie de ses conceptions. Mais il ne faut pas oublier que les circonstances (l'abandon par l […] Lire la suite

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un t […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le 13 mai 1958, naissance de la Ve République »  : […] Le FLN ayant établi ses bases arrière en Tunisie, l'aviation française décide d'y pourchasser les « rebelles » algériens et, le 8 février 1958, bombarde le village tunisien de Sakiet Sidi Youcef. Il y aura de nombreuses victimes civiles. La France se retrouve isolée sur le plan international, souvent condamnée par l'Assemblée générale de l'ONU. Le gouvernement français, affaibli, ne peut faire fac […] Lire la suite

BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 056 mots

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BRÉCHON, « CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-sarkozy-2007-2012/