NATIONALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il n'est guère de mot, dans le vocabulaire historique et politique de l'époque contemporaine, plus chargé d'ambiguïté que celui de nationalisme. Non seulement les considérations d'ordre moral, les préoccupations de la polémique, le souci de justifier et de condamner ne cessent d'en altérer l'utilisation, mais c'est surtout sur le terme même et sur sa définition que pèse durablement l'équivoque : mis en usage en Grande-Bretagne et en France dans le courant du xixe siècle, il n'a cessé de s'enrichir de significations successives, dérivées les unes des autres, mais non obligatoirement réductibles l'une à l'autre.

En France même, le mot, vraisemblablement d'origine britannique (l'adjectif nationalist est mentionné dans la langue anglaise dès 1715), n'apparaît qu'à l'extrême fin du xviiie siècle, et pour désigner essentiellement les excès du patriotisme jacobin. Resté longtemps d'un usage très épisodique en même temps que très incertain, il se généralise dans les dernières années du siècle suivant, mais en conservant, dans les habitudes les plus courantes de la langue, une triple signification. Il peut en effet être péjorativement employé pour stigmatiser certaines formes outrancières de patriotisme, devenant alors synonyme de chauvinisme. Il peut encore désigner les revendications d'un peuple assujetti aspirant à l'indépendance (les nationalismes polonais, irlandais, etc.). Il peut enfin servir d'étiquette et de profession de foi à certaines écoles et à certains groupements qui, affirmant la primauté dans l'ordre politique de la défense des valeurs nationales et des intérêts nationaux, sont généralement classés à droite ou à l'extrême droite de l'opinion politique (les nationalismes barrésien, maurrassien, etc.).

En langues allemande et italienne, le mot, démarqué du vocabulaire politique français, a longtemps conservé une semblable pluralité de significations. En langue anglaise, en revanche, il semble s'être rapidement stabilisé pour désigner de façon générale les diverses manifestations de la conscience nationale et du caractère national.

Difficultés d'approche et essai de définition

À la complexité et à la fluidité du vocabulaire à travers le temps et à travers l'espace viennent s'ajouter d'autres difficultés d'approche.

La première difficulté reste liée à l'ambiguïté même du vocable. Il existe, dans certains pays et à certaines époques, un nationalisme hautement proclamé, organisé et structuré, et dont certaines doctrines et certains partis se font l'interprète : c'est le nationalisme des « nationalistes ». Mais il existe aussi, et très souvent dans les mêmes pays et aux mêmes époques, un nationalisme diffus et inorganisé dont on retrouve l'expression bien au-delà des partis ou des groupements qui en revendiquent l'étiquette. Le premier type de nationalisme est évident, facile à appréhender ; le second tend le plus souvent à se confondre avec ce qu'on appelle communément le patriotisme. L'historien des idéologies ne peut cependant établir entre eux une stricte ligne de démarcation, privilégier l'un plutôt que l'autre : une étude du nationalisme français dans les premières années du xxe siècle ne peut, par exemple, s'arrêter au nationalisme hautement revendiqué de Déroulède, de Barrès ou de Maurras sans tenir compte du nationalisme non revendiqué, mais peu discutable, de Poincaré, de Delcassé, de Péguy, du nationalisme des manuels scolaires, du roman ou de la chanson populaire.

La seconde difficulté tient au fait que l'idéologie nationaliste ne s'offre que très exceptionnellement à l'état pur à l'observation de l'historien. C'est, au contraire, très étroitement imbriquée dans un système plus général de valeurs politiques et sociales qu'elle tend presque toujours à apparaître. Elle se trouve intégrée à d'autres idéologies ; elle se réclame de motivations doctrinales extrêmement diverses et souvent contradictoires. Ainsi, dans leur première vague, les nationalismes européens du xixe siècle sont-ils historiquement inséparables des aspirations libérales, de l'héritage doctrinal et affectif légué par la Révolution française : c'est tout le vieil ordre traditionnel, féodal ou monarchique, qu'il s'agissait de remettre en cause. Dans leur dernière vague, par contre, à la fin du xixe siècle et au début du xxe ils apparaissent le plus souvent liés aux idéologies conser [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NATIONALISME  » est également traité dans :

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 172 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Doctrine de l'Action française »  : […] On n'évoquera pas ici les idées et la personnalité du fondateur de l'Action française avec sa barbiche et son feutre noir, sa surdité, son intransigeance, sa passion pour le Midi méditerranéen et pour la Grèce antique, son goût pour la poésie, son culte de la rigueur, de l'ordre et de la raison, sa manie de corriger sans cesse par d'indéchiffrables ratures les manuscrits de ses articles quotidiens […] Lire la suite

AFFAIRE DREYFUS

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 248 mots
  •  • 1 média

Passé en conseil de guerre en 1894 pour intelligence avec l'Allemagne, le capitaine Dreyfus est condamné grâce à de fausses preuves. Lorsque celles-ci sont découvertes, la défense d'Alfred Dreyfus s'organise. C'est « J'accuse », l'article du romancier Émile Zola, qui, le 13 janvier 1898, donne à l'affaire toute sa publicité. Les passions s'enflamment et ce plus encore à partir du suicide de l'offi […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un continent remodelé par la conquête coloniale »  : […] L'Afrique contemporaine est diverse. Les logiques locales sont extrêmement variées. Néanmoins, on peut distinguer des tendances lourdes qui, aux xix e et xx e  siècles, se conjuguent sur l'ensemble du continent avec des logiques plus locales, des déclinaisons et des chronologies très variées. Les événements centraux à cette échelle continentale (mais pas nécessairement à une échelle plus fine) s […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Alors que s'achève la décolonisation en Asie à la fin des années 1940, le mouvement se déplace en Afrique , tout spécialement au Maghreb, en pleine ébullition. Il existe pourtant déjà un pays d'Afrique du Nord qui a obtenu son indépendance : la Libye. C'est un précédent et un exemple. À leur tour, les nationalistes du Maroc, de Tunisie et d'Algérie s'efforceront d'utiliser le levier international […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'implantation de la langue afrikaans »  : […] L'afrikaans, qui a trouvé son expression littéraire au xx e  siècle, remonte aux dialectes parlés par les colons hollandais établis au Cap depuis 1652. Malgré l'apport de langues indigènes et européennes comme le hottentot, les langues bantoues, le malais, et le portugais, le français, l'allemand et l'anglais, il reste dans son essence, sa syntaxe et son vocabulaire une langue d'origine hollandai […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Une réforme constitutionnelle en trompe-l’œil »  : […] Les velléités de soulèvement et de révolte ont disparu, assurant en avril 2014 une confortable réélection au président Bouteflika pour un quatrième mandat, malgré sa quasi-disparition depuis l’année précédente – grabataire et mutique après deux AVC et longuement hospitalisé en France, il n’est plus, dans les faits, apte à gouverner. Les autorités engagent enfin la révision constitutionnelle promis […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Sous le signe de la défaite »  : […] En dépit des espoirs qu'avaient fait naître, dans toute l'Europe, les années de stabilisation relative (1925-1929), jamais la République de Weimar n'a été vraiment acceptée de la majorité du peuple allemand. L'attitude la plus répandue est celle du refus : refus de la défaite, refus du régime, refus, chez certains, de sa structure capitaliste. La défaite de 1918 marque non seulement Weimar, mais l […] Lire la suite

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

ANGOLA

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Didier PÉCLARD
  • , Universalis
  •  • 8 757 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Du salazarisme à l'indépendance »  : […] En mai 1926, la République portugaise est, à son tour, renversée par un coup d'État militaire qui permet l'accession au pouvoir d' António de Oliveira Salazar. Dans les années 1930, celui-ci instaure l' Estado novo (État nouveau), régime autoritaire de type fasciste, qui prend fin, le 25 avril 1974, avec la révolution des œillets, une révolte d'officiers de l'armée coloniale qui permettra la déc […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Europe de l'Est »  : […] Après la guerre, pour la première fois de leur histoire en Europe de l'Est, des juifs accèdent au pouvoir politique. Dans ces régions détruites par la guerre et sous domination soviétique, avec une partie importante de ses nouveaux cadres dirigeants issue de la résistance juive, les conditions étaient réunies pour nourrir largement l'antisémitisme populaire. L'opposition anticommuniste, encore rep […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-13 novembre 2018 France. Célébration du centenaire de l'armistice de 1918.

Le 11, les représentants de quatre-vingt-quatre États et organisations internationales participent à une cérémonie d’hommage à l’Arc de triomphe, à Paris, lors de laquelle Emmanuel Macron déclare que « le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme [qui] en est une trahison ». Le 11 également, ces dirigeants assistent, à l’exception du président américain Donald Trump, à l’inauguration du Forum de Paris sur la paix qui se prolonge jusqu’au 13. […] Lire la suite

9-12 mars 2018 France – Inde. Visite d'État du président Emmanuel Macron en Inde.

Le 12, le président français se rend à Varanasi (anciennement Bénarès), haut lieu du nationalisme hindou, où il est notamment reçu par le ministre en chef de l’Uttar Pradesh, l’extrémiste hindou Yogi Adityanath. […] Lire la suite

1er-26 décembre 2012 Japon. Élections législatives sur fond de tensions avec la Chine

Ces propos reflètent le nationalisme croissant de l'opinion publique japonaise. Le 13, jour du soixante-quinzième anniversaire du sac de Nankin par les troupes japonaises, un avion de surveillance maritime chinois survole l'archipel des Senkaku. Tōkyō dénonce la violation de son espace aérien et dépêche sur place des avions de chasse. Le 16, le P.L. […] Lire la suite

3-4 mai 2003 Vatican – Espagne. Visite du pape Jean-Paul II en Espagne

Devant 600 000 jeunes venus l'écouter, il déclare que « la spirale de la violence, du terrorisme et de la guerre provoque la haine et la mort » et dénonce « toute forme de nationalisme exacerbé », allusion aux groupes extrémistes basques. Lors de la cérémonie de canonisation de cinq religieux fondateurs de congrégations, il plaide en faveur d'une Espagne et, plus globalement, d'une Europe « fidèle à ses racines chrétiennes ». […] Lire la suite

1er-30 août 2001 France. Assassinat du chef nationaliste corse François Santoni

Opposé au « processus de Matignon », le leader nationaliste était l'auteur, avec Jean-Michel Rossi, assassiné en août 2000, du livre Pour solde de tout compte, paru en juin 2000, qui dénonçait la dérive mafieuse du nationalisme corse. Ancien dirigeant, avec Charles Pieri, d'A Cuncolta naziunalista, la vitrine légale du F.L.N.C.-Canal historique, François Santoni avait rompu avec celui-ci et passait pour l'un des fondateurs d'Armata Corsa, formation clandestine rivale du F. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raoul GIRARDET, « NATIONALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisme/